L'Age de Feu

Hypat et l'Empire Draconique sont désormais en paix. Mais de nouvelles ombres planent sur ce monde. Rejoins-nous pour les combattre à nos côtés.
 

Partagez | 
 

 Quand les défunts nous épient [rp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zathiir
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 16
Localisation : Nouvelle-Caledonie

MessageSujet: Quand les défunts nous épient [rp]   Mer 4 Mai 2016 - 23:05

Une silhouette se déplaçait dans le léger brouillard du marais. Elle marchait d'un pas lourd, génée par la boue épaisse qui lui arrivait à mi-sii. Zathiir s'immobilisa pour dégager une de ses pattes qui était restée collé dans un troue. Elle la retira avec un bruit de succion et reprit sa route, pestant intérieurement. Elle était venu dans cette partie des marais dans l'espoir de trouver quelques métaux dans les ruines mais l'enjeu était désormais de trouver un terrain praticable: soit une crevasse où l'eau était assez liquide pour nager soit la terre ferme pour marcher ce qui était un réel défi dans une zone où on ne voyait pas à trois longueur de queue de dragon. "Berk !" Dit elle quand, en buttant contre une branche, elle s'étala de tout son long dans le limon. Une énième fois elle demanda à l'esprit de l'eau pourquoi il n'avait pas doté les dragons de pattes palmées comme les crocodiles mais bien sûr elle ne reçu aucune réponse. Elle continua son chemin en direction des vieux bâtiments et fini par trouver son bonheur: un bras de la rivière avait réussi à se frayer un chemin dans la boue épaisse pour rejoindre le courant principal. Sans hésitation, elle parcourue les quelques mètres qui la séparait du liquide et plongea, une fine membrane lui recouvrant les yeux. Débarassée d'une bonne partie de la boue collée à ses écailles, elle se propulsa à l'aide de sa puissante queue et nagea vers le centre du marais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AxYl

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 15/03/2012
Age : 18
Localisation : Endormi dans les aires.

MessageSujet: Re: Quand les défunts nous épient [rp]   Jeu 5 Mai 2016 - 18:53


Le soleil était si doux, au dessus des nuages. Dans cet havre de paix qu'était le ciel, une fois que les nuages rendaient invisible le monde, sous leur masse imposante. Le vent aussi, était apaisant, comme si le dragon glissait sur une longue et douce toile de soie. Un voyage bien agréable, pourtant, il ne pouvait pas voir le doux spectacle qui s'offrait à lui. Puisqu'une fois de plus, le dragon dormait en vol. D'où avait-il décollé ? Personne ne le sait. Même lui ne s'en souviendrai surement pas. Au mieux, il devait se rappeler être partie sur un coup de tête. Ces cinquante dernières années étaient passées bien vite, il avait passé son temps à dormir profondément, attendant surement qu'il se passe quelque chose dans ce monde... Mais l'ennuis, même dans ses rêves, l'avait rattrapé. Il sortit alors de son profond sommeil il y a de cela quelques jours, et se remis en quête de trouver sa sœur. Même, s'il y avait encore peu de chance qu'il la trouve. Eh oui "sa sœur" et non "ses sœurs". La verte présente au Lavadôme, était morte là-bas, d'une étrange maladie, maintenant disparue. Il ne restait plus qu'a trouver sa sœur blanche, dont le prénom fût oublié, au détriment des formes.

Plus le dragon avançait, plus il perdait de l'altitude. Le gris se retrouve rapidement dans une masse de nuages noirs, le rendant alors totalement invisible. Et avec l'obscurité, vint les turbulences...  Autant dans les airs, que dans son esprit. Quelque chose de mauvais arrivait, et il le sentait. Ce sentiment de malaise que nous ressentons, quand quelqu'un souffre, quand nous nous sentons comme proie à un être immatériel. Comme si quelque chose pénétrait dans son esprit. AxYl s'y voyait, dans son esprit. Un espace lugubre et sombre, dont l'odeur n'était que celle de la mort. Le dragon prisonnier d'un cauchemar, se rassurai en se disant que ce n'était qu'un rêve, pour que sa marque elfique ne s'active pas. Mais, tout ça allait bien au-delà du rêve. Dans son espace lugubre, et sombre, un hurlement se faisait entendre, au loin. Se rapprochant, encore... encore... Et toujours plus vite ! Au point de devenir insupportable pour les oreilles du dragon. Alors que dans la réalité, il n'y avait que le vent. Et quand le hurlement fut le plus intense, un visage fantomatique, et torturé, d'un humain apparu soudainement, le faisant revenir à la réalité. Cependant, même les yeux ouverts, AxYl semblait encore voir le visage devant lui, ainsi qu'entendre le hurlement, s'atténuer rapidement.

Les nuages étaient bien sombres, plus que la normal, comme un ciel orageux. Sauf que là, il n'y avait ni pluie, ni foudre. Juste un vent un peu violent, et des nuages... Des nuages qui semblaient porter en eux des visages torturés fais de vapeur d'eau ! Sans hésiter, AxYl battu violemment des ailes pour retourner au dessus des nuages. Mais peu importaient les efforts qu'il faisait, les nuages ne disparaissaient pas. A chaque visage croisé, il entendait un faible hurlement. S'il ne pouvait pas atteindre le ciel, le gris allait devoir atteindre le sol. Il se laissa alors chuter, le dos vers le sol et les yeux rivés vers ce qu'il se trouvait au dessus de lui. Il voyait aussi défilé une multitude de visages hurlant. Quel spectacle... effrayant.
Les nuages semblaient alors devenir un mur. Il les avait enfin quitté. Et pourtant, quelques traits de vapeur d'eau, semblaient encore vainement le poursuivre. Le dragon se retourna alors, pour découvrir les terres désolées qui s'offraient à lui. Un marais... des ruines... enfermant des centaines ou des milliers de corps dans leurs entrailles. Atterrir ici allait être compliqué... AxYl vit alors une ruine, une vieille maison abandonnée depuis peut-être un siècle. Elle était cependant grande, et avec un étage. Un lieu idéal pour atterrir et se reposer les ailes, au vue de l'enfer l'entourant. Le dragon déploya alors ses ailes au maximum pour réduire sa vitesse. Mais ce ne fut pas suffisant pour le vieux toit de la bâtisse en bois. Ce dernier céda dès que le dragon eu atterri dessus, le laissant alors tomber au premier étage, puis au rez-de-chaussée, quand le sol céda à son tour, dans un bruyant fracas. Le dragon gris toussa, à cause de toute la poussière qu'il avait remué. Le gris redressa la tête pour découvrir le triste décor autour lui. Il se trouvait dans ce qu'il semblait être une cuisine, une grande cuisine. Dissimulée sous une épaisse couche de poussière. Même les araignées n'avaient pas voulu s'installer ici. Pourtant, touts les objets et divers ustensiles étaient en place. C'était comme si, la maison avait été simplement vidée de ses habitants. AxYl voulu alors trouver la sortie, et voulu passer dans l'encolure de la porte, déjà bien grande. Il dut cependant forcer un peu le passage, en abîmant le bois. Un frisson le parcouru quand il se retrouva dans une grande salle, où l'entrée et la sortie de la maison se trouvaient. Des murmures... voilà ce qu'il entendait. Il s'approcha doucement de la grande table rectangulaire au centre de la table, qui semblait bien garnie... De poussière. Les couverts en argent n'arrivaient même plus à briller, même si un pâle halo lumineux traversait les vitres jaunâtres, obstruant la vue à l'extérieur. Un sifflement venteux se fit alors entendre, avant de disparaître silencieusement. Le dragon se retourna en sursaut quand une porte à l'étage claqua violemment. Il observa minutieusement la salle où il se trouvait. Rien ne bougeait, à part la poussière qu'il remuait en reculant doucement. Un grincement éloigné le fit s'arrêter. A sa droite, plus loin que la porte menant à la cuisine, il pouvait voir une autre porte ouverte menant à un escalier sur le côté de la maison. Ce dernier se trouvait dans une sorte de couloir qui lui était dédié. Un autre grincement suivit le précédant. Quelqu'un descendait les marches en bois. AxYl voyait de la poussière tomber de la cage d'escalier, et au moment où quelqu'un devait apparaître !... il n'y avait personne. Cependant, de la poussière se décollait du mur de l'escalier, laissant une belle trace apparaître, comme si un humain avait appuyé sa main sur la paroi, pour descendre. Cet endroit n'était pas normal loin de là. Ici, les morts pouvaient côtoyer les vivants. Le dragon défonça alors la porte d'entrée pour sortir de la maison, qui avait semblé pousser un bref cri, se retrouvant alors au centre du marais. Centre du marais, où il sentit encore une présence, vivante cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zathiir
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 16
Localisation : Nouvelle-Caledonie

MessageSujet: Re: Quand les défunts nous épient [rp]   Ven 6 Mai 2016 - 0:17

La jeune Draque nageait sous la surface, maintenue entre deux eaux par le poids de ses écailles et l'air de ses immenses poumons. Le liquide autour d'elle étouffait la plupart des bruits de la surface mais elle s'immobilisa en entendant un gros bruit sourd. L'écailleuse releva la tête vers la surface lisse et sombre mais ne vit que les algues qui y flotaient. D'un simple mouvement de pattes, elle se dirigea vers la surface et s'imobilisa à quelques centimètres du tapis vert. Les narines de la Draque émergèrent de l'eau, s'ouvrir et aspirèrent trois bouffés d'air avant que les arcades sourcilières ne fasse de même. Les yeux marrons vitreux de la jeune femelle s'ouvrirent avant de retrouver toute leur vivacité lorsque la membrane fine s'abaissa à son tour. Elle observa la surface en ne bougeant que les yeux et vit une maison humanoïde en ruine dont le toit avait récemment été enfoncé a en jugé par le nuage de poussière qui retombait sur les fondations. Il ne devait vraiment pas avoir de vents et pourtant de gros nuages noirs planaient constamment au dessus d'elle. Elle s'apprêtait à sortir de l'eau quand de nouveau bruit sortirent de la maison et la porte d'entré, déjà en mauvais état, vola en éclat avec un son aigüe qui fit frissonner la verte. Une grande silhouette reptilienne s'immobilisa à quelques mètres de la maison, hatelante et couverte de poussière.
ºUn dragon ?º se dit elle ºSagit-il de père ?º
Mais elle chassa vite cette hypothèse de son esprit, son pere etait un rouge aux écailles brillantes et aux yeux jaunes cruels. Elle ne parvenait pas à voir ses écailles à cause de la distance et du léger brouillard mais il ressemblait plus à un noir et etait bien moins impressionant. A moins que ce ne soit elle qui est beaucoup grandit ? Lentement, elle se mit à s'avancer vers le nouvel arrivant en prenant garde à ne pas faire de vagues qui de toute façon étaient vite ralenties et absorbées par la boue qui s'épaississait au fur et à mesure qu'elle approchait du bord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AxYl

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 15/03/2012
Age : 18
Localisation : Endormi dans les aires.

MessageSujet: Re: Quand les défunts nous épient [rp]   Ven 6 Mai 2016 - 16:17

Une vague de murmures disparu au premier pas du dragon hors de cette maudite maison. Si seulement il n'y avait que la maison de maudite... Tous les environs devaient l'être, même tout le territoire. Le dragon gris observa le monde apocalyptique autour de lui. Un gigantesque marais, dans lequel des maisons tenaient encore debout, et où d'autres étaient enfoncées dans les profondeurs de la vase. A l'époque où il y avait de la vie ici, cela devait être une belle contré. Mais ce temps était révolu. AxYl jeta un coup d'œil en arrière, mais la grande salle de la maison, où le calme semblait s'être rétabli. Epié, il se sentait épié. Comme si on lui reprochait quelque chose, comme s'il n'avait rien à faire ici. Son instinct lui disait de partir, mais il ne pouvait pas. Il devait d'abord effectuer des cherches sur ce territoire abandonné. Le dragon gris commença par entamer son périple, cependant, au premier pas, il s'enfonçait dans le liquide épais et opaque sous ses pattes. Il était beaucoup trop lourd pour espérer rester en surface. Ses ailes déjà bien fatiguées allaient encore devoir le supporter un moment. Il les déploya alors mais... non, il ne décolla pas. Le voyage même endormit, l'avait épuisé. Ses ailes tremblaient comme les feuilles mortes d'automne. Le dragon dépourvu d'écaille recula alors sur le parvis de la maison plus inquiétante que jamais, et si allongea. Le peu de pavés qu'il restait était suffisant pour soutenir le poids du dragon, qui n'attendait que de reprendre des forces. Des remous dans les eaux troublent attirèrent alors son regard. Quelque chose bougeait, au fond de l'eau. Et ce quelque chose remontait à la surface avec des bulles d'air. AxYl se redressa d'un coup et... se rallongea. Ce qu'il pensait être un être vivant n'était rien d'autre qu'un cadavre conservé dans la vase, qui était remonté à la surface en même temps qu'une poche d'air. Le dragon fixa le corps, qui tourna étrangement la tête pour l'observer aussi. Mais attendez, si le corps avait été libéré par la poche d'air, ou de gaz, c'est que quelque chose au fond de l'eau l'avait libéré ! Il y avait donc bien un être vivant tapis dans l'ombre. Le gris se releva donc encore une fois et observa les marais, à la recherche d'un indice, d'un mouvement, la moindre chose qui pourrait donner la position de ce qu'il se cachait.

Rien à faire, personne ne se montrait. Pourtant le dragon sentait qu'il représentait un intérêt non négligeable pour cet autre. Et si AxYl ne pouvait pas aller à lui, il le forcerai à venir en servant d'appât ! Le dépourvu d'écaille se retourna vers la maison maudite, souffla un long moment, et se décida à y retourner. Dès qu'il passa le seuil de la porte brisé, les murmures recommencèrent de nouveau à se faire entendre. Mais il n'hésita pas à avancer. Il ne fit pas attention aux détails fantomatiques de la maison et s'y enfonça. Mais quand il eu dépassé la grande table siégeant au centre de la salle, il ne remarqua pas que le sol en bois, était fragile, et qu'en dessous de lui se trouvait le vide. Dans un autre fracas, le dragon chuta. Plus il tombait, plus il faisait rapidement sombre. Il tomba pendant environs cinq longues secondes, avant de s'écraser sur un sol de pierre humide, entouré d'un odeur nauséabonde. Heureusement pour lui, AxYl pouvait voir dans l'obscurité, et découvrit les bas-fond de cette ville maudite. Des instruments de torture, des squelettes ou des corps en cage. Rares étaient ceux encore entier. Toutes les têtes étaient tournées vers lui. Ce lieu semblait encore jouer avec son esprit. Peut-être était-ce une maison de cannibales ? Peu importait, il devait attirer quelqu'un. Le dragon se tapis alors dans l'ombre, et ralentit sa respiration. Maintenant, en plus d'être invisible, il était devenu inaudible. Seuls ses yeux bleus pouvaient encore le trahir de leur lueur, mais il les ferma, et compta sur ses derniers sens restant. L'individu allait surement bientôt venir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zathiir
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 16
Localisation : Nouvelle-Caledonie

MessageSujet: Re: Quand les défunts nous épient [rp]   Sam 7 Mai 2016 - 0:33

La Draque s'était immobilisée dans l'eau en observant le dragon faire un pas dans les marais et s'y enfoncer. Il avait des ailes, pourquoi ne volait-il pas ? Elle eut bientôt la reponse à sa question quand le dragon déploya ses ailes et qu'elles se mirent à trembler, il devait être épuisé. Elle tenta de se rapprocher encore quand le dragon lui tourna le dos pour aller se coucher devant la maison et se faisant éflera la boue qui recouvrait le fond. Elle pesta intérieurement quand le gaz se mit à remonter derrière elle, suivit de pres par une carasse pourrie et que le dragon releva la tête. Pour une fois elle était fière de ses écailles qui, à défaut de la rendre belle, lui offrait un excellent camouflage dans ces eaux croupies.
Le dragon se releva et entra. Elle se rapprocha encore un peu avant qu'un second fracas ne la fasse sursauter sur place suivis quelques secondes plus tard d'un grand bruit mate. Elle ne bougea pas, ne sachant pas ce qui s'était produit à l'intérieur.
Avec la patience d'un caïman qui attendait une proie, la draque attendit de l'inconnu ressorte. Un quart d'heure... Une demi heure... Trois quarts d'heure...
Au bout d'une heure, la curiosité prit le dessus et elle s'avança lentement vers le bord, prêtre à s'immobiliser au moindre mouvement. Mais lorsqu'elle atteignit enfin un sol sec, l'intérieur n'avait toujours pas remué. S'extirpant de l'eau sale, elle s'avança lentement vers l'entré de la ruine (du moins ce qu'il en restait après la sortie du dragon). La draque jeta un coup d'œil à l'intérieur de la bâtisse et vit un énorme trou dans le planché, elle s'avança prudemment, serrant les dents et s'immobilisant à chaque grincement de parquet. Quand elle passa devant la table, une agréable odeur vient lui chatouiller les narines: ça sentait le métal. En oubliant presque le dragon, elle se hissa sur ses pattes arrière et se mit à fouiller dans l'épaisse couche de poussière. Quand elle entrevit la première fourchette en argent, une douce flamme s'alluma dans ses cœurs et elle l'engloutie d'un coup de langue. Mais à peine l'ustensile eut il disparue dans sa gueule que l'air autour d'elle se refroidit brusquement et il lui sembla entendre tout autour d'elle des murmures de colère.
_Voleur ! Voleur ! Voleur !_

Déroutée, elle se mit à reculer en voyant un nuage de poussière de forme humanoïde se soulever du sol et s'avancer rapidement vers elle. Sans même s'en rendre compte Qu'elle s'approchait du bord. Elle entendit un craquement sous ses pattes et elle chuta à son tour dans les profondeurs du manoir.
Quand elle s'écrasa enfin sur le sol froid du sous sol elle sentit immédiatement l'odeur forte d'un dragon. Elle recula contre le mur et cracha un torf pour s'éclairer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AxYl

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 15/03/2012
Age : 18
Localisation : Endormi dans les aires.

MessageSujet: Re: Quand les défunts nous épient [rp]   Lun 9 Mai 2016 - 22:17

AxYl attendit, encore... et encore... Et personne ne venait. Avait-il eu une illusion ? Peut-être, il n'arrêtait pas d'entendre des voix depuis qu'il était tombé dans ce sous-sol glauque et poussiéreux. Les humains sont vraiment des êtres étranges, pour créer des endroits pareil. Puis, du bruit à l'étage attira son attention. Quelqu'un marchait, avec méfiance... Ce quelqu'un avait d'ailleurs quatre pattes. Un dragon ? Ou un groupe d'humain ? Un bruit de couvert se fit alors entendre à son tour. Que se passait-il là-haut ? Quelqu'un s'agitait sur la grande table ? Quelque chose changea alors dans la pièce où il se trouvait. L'air... la pierre... Avaient perdu en température. Comme si la bâtisse faisait une réaction aux mouvements au dessus. Des fois haineuses commencèrent à émerger des ombres de la maison. "Voleur !... Voleur !... Voleur !..." L'intrus en haut aurait-il volé quelque chose ? AxYl s'en réjouissait d'une certaine manière, il n'allait plus être la proie des esprits. Pour le moment. Les pas déroutés de l'autre individu, mena se dernier au bord du gouffre, qui s'élargit un peu plus sous son poids. La ou le draque finit par apparaître après une violente chute, dans laquelle il ou elle fut accompagné par quelques planches de bois qui servaient autrefois de sol. Le reptile ne perdit pas de temps et se redressa rapidement en crachant une torf devant elle en reculant. Elle l'avait sentit. Et AxYl était maintenant à quelques centimètres de son dos. Si elle reculait encore plus, il allait être découvert. Le gris retint sa respiration, et grimpa plus haut sur le mur, dans un silence des plus total. Les murmures étaient de toutes façons plus bruyant que lui. Une fois en haut, sur un plafond de pierre dont il avait prit la couleur, il observa de ses yeux bleus la draque juste en dessous de lui. Sa couleur verte était de loin la plus original qui soit. Un teint maladif idéal pour le camouflage pensa le dragon. Ses yeux aussi étaient originaux. Que d'originalité en une seule draque ! Qui n'allait d'ailleurs peut-être plus le rester encore longtemps ? AxYl eut encore le doute à ce sujet. La torf de la draque lui permis aussi de constater les diverses créations de l'homme ici bas. C'était confirmé, il s'agissait bien d'une salle de torture. Les âmes des victimes devaient encore siéger ici.
Le dragon finit alors par prendre parole, tout en bougeant pour ne pas être localisé, tout en se mélangeant aux murmures présents.

"Je vois que je ne suis pas le seul que les esprits de cette contré n'apprécient pas. Je crois qu'ils n'ont pas apprécié que tu leur prennes leur argenterie. Il faut croire qu'ils sont susceptibles, pour des morts. Sinon, c'est bien toi qui m'observait au fond de l'eau, n'est-ce pas ? De toutes manières, nous sommes les seuls êtres vivants ici. Du moins je crois. D'ailleurs, que fais-tu, ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zathiir
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 16
Localisation : Nouvelle-Caledonie

MessageSujet: Re: Quand les défunts nous épient [rp]   Mar 10 Mai 2016 - 7:50

La Draque se redressa en entendant la voix du dragon s'adresser à elle. Ses yeux aux pupilles dilatés scrutèrent la pénombre alors que son cou, son dos et sa queue s'arcboutaient à la manière d'un crocodile pour se rendre plus impressionnante et ses griffs s'abaisserent de moitié.

"- Qui est tu ?" Demanda elle avec méfiance. "Où te caches tu ?"

Ne recevant pas de réponses immédiates elle envisagea d'utiliser son foua pour éclairer la pièce avant de vite rejeter cette idee en réalisant qu'elle risquait d'avantage de faire flamber toute la maison avec elle coincée à l'intérieur plutot que de forcer le dragon à se montrer.

"- Mon nom est Zathiir et je cherchais du metal. À toi de répondre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AxYl

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 15/03/2012
Age : 18
Localisation : Endormi dans les aires.

MessageSujet: Re: Quand les défunts nous épient [rp]   Ven 13 Mai 2016 - 4:49

AxYl se stoppa au plafond, juste au dessus de la draque, et avança son long cou jusqu'à ce que son museau soit à la hauteur d'oreille de son interlocutrice. Oui, il avait décidé de la surprendre un peu, qui sait de quoi elle était capable ou si elle était seule ?

"Je ne suis, pas très loin..." dit-il en se camouflant aussitôt. "Et mon nom est AxYl, chercheuse de métal..."

AxYl se demanda alors si elle ne mentait pas sur ses intentions. Personne n'aurait l'idée de venir chercher du métal dans une contré si hostile et vide ! Et puis comment était-elle arrivée ici ? Soudain, le plafond sur lequel il se trouvait, lâcha un peu de poussière là où se trouvait sa sii. Pour ne pas se faire repérer, le gris se déplaça plus loin. Mais maintenant, à chaque déplacement, il retirait de la poussière, révélant à chaque fois sa position. Ce lieu était vraiment contre tout. Ne pouvant plus se cacher, il descendit en reprenant sa couleur originale, et rouvrit ses yeux bleus cyans, presque luisants. En fait, il n'étais pas beaucoup plus imposant que la draque. Il était juste un peu plus grand et un peu plus long. Ses grandes ailes faisaient juste toute la différence. AxYl voulu commencer à parler à la draque juste devant lui, mais de la poussière tomba juste devant lui, l'interrompant dans son action. Il leva les yeux, et vit le grand gouffre duquel ils étaient tombés, et dont il voyait clairement l'entrée. Si bien qu'il en aurai pu décrire le plafond de la pièce de la maison. Un vieux bois poussiéreux. Mais quelque chose d'autre attira son attention. Au dessus d'eux, à l'entrée de ce gouffre vers les bas-fond des êtres humains, quelque chose les observait. C'était humain, et en avait l'apparence, le teint pâle, des habits et des cheveux surement noirs. La chose disparu instantanément. Qu'était ce ? Qui était ce ? Peu important car ils n'avaient plus le temps de penser à ça, car le sol devenait pâteux puis liquide. Comme si le marais entier semblait vouloir se déverser dans cette pièce. Au début, AxYl pensait qu'il s'enfonçait, et dans un certain sens oui, surtout quand un mur céda sous la pression, faisant monter le niveau d'eau des marais dans la pièce. Le dragon s'extirpa et tenta de grimper au plafond, mais la boue sur ses sii et ses saa l'empêchait de s'accrocher. Décidé à ne pas mourir ici, il déploya ses ailes et effectua un petit bond, suffisamment grand pour que les membres ressemblant à une sii à l'articulation de ses ailes puissent venir se loger dans la roche, le suspendant ainsi à la sortie du gouffre dans lequel il était entré. Il commença alors une petite ascension avant de s'arrêter, laissant encore la moitié de son corps dans la pièce où se trouvait encore la draque, à laquelle il s'adressa :

"Zathiir c'est ça ? Plante tes sii et tes saa sur mon dos, et accroches-toi à moi. On va sortir de cet enfer..." Le dragon prenait déjà la moitié de la largeur du gouffre. Il espéra qu'ils pourraient passer tous les deux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zathiir
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 187
Date d'inscription : 28/04/2016
Age : 16
Localisation : Nouvelle-Caledonie

MessageSujet: Re: Quand les défunts nous épient [rp]   Ven 13 Mai 2016 - 15:41

Lorsque la draque entendit la voix du dragon juste derrière son oreille, elle se retourna pour lui donner un coup de griffe mais sa patte ne rencontra aucune résistance dans l'air et quand de la poussière commença à tomber régulièrement du toit elle finit par comprendre que le dragon y etait accroché. A ce moment là, elle put enfin le voir redescendre après qu'il soit mystérieusement redevenu visible. Elle renifla en comprenant son erreur: ce n'était pas un noir, c'était un gris et sa mere lui avait parlé de la capacité de ces dragons à changer de couleur.
Le mâle la fixait de ses yeux bleus clairs, si différent de ceux de son défunt frère et releva la tête. Au même moment elle sentit la sensation familière de l'eau entre ses griffes et l'odeur du marais, la cave était en train de se remplir d'eau, sûrement par quelques fissures dans les murs ou le sol.
Quand son congénère se rendit compte du phénomène il sembla totalement paniquer en essayant premièrement d'escalader la paroi puis en bondissant hors de l'eau pour finalement s'accrocher à la base du tunnel.

"- Zathiir c'est ca ? Plantes tes sii et tes saa dans mon dos, et accroche toi à moi. On va sortir de cet enfer..."

Le cou de la draque se raidit par orgeuil. Elle etait parfaitement capable de sortir toute seule ! Et elle au moins ne craignait pas l'eau ! Elle prit cependant quelques secondes pour réfléchir, elle ignorait si l'eau remonterait jusqu'au bout du tunnel et elle ignorait si cette eau allait être tres boueuse ou suffisamment liquide pour nager sans dépenser trop d'énergie.
Avec un léger grondement, elle bondit vers le dragon gris et ses sii se refermèrent juste au dessus des pattes arrières du dragon. Avec agilité et sans trop se préoccuper de ménager son "échelle" improvisée elle commença à se hisser plus haut sur le corp du reptile puis, sans prévenir, le dépassa et commença à escalader elle meme le boyau. Le mâle adulte étant handicapé dans se trou étroit par ses lourdes ailes.

ºAllez !º pensa t'elle ºOn a pas toute la journée.º
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AxYl

avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 15/03/2012
Age : 18
Localisation : Endormi dans les aires.

MessageSujet: Re: Quand les défunts nous épient [rp]   Sam 21 Mai 2016 - 15:36

Le gris ressentit des pointes de douleur à chaque pas de la jeune draque, qui ne s'était pas dérangée pour l'écraser contre le mur lorsqu'elle passa au dessus de lui. Et après être remontée elle se permettait de le sermonner. Franchement, elle n'avait qu'à se montrer directement au lieu de s'être cachée dans le marais ! Avec le membre griffu se trouvant à chaque articulation principale de ses ailes, il commença une lente et difficile ascension. Tout se jouait sur l'équilibre, mais aussi son endurance. C'est comme si tout son poids ne reposait maintenant que sur deux petites sii. De plus son dos maintenant blessé le faisait mal... Mais il ne pouvait se concentrer sur ça, car l'eau marécageuse montait bien plus vite que lui. Il sentait déjà ses saa se refroidir au contact de l'eau. Décidément, ce n'était pas son jour ! Il essaya d'accélérer la cadence, mais il ne pouvait pas aller plus vite, sans prendre le risque de se décrocher du mur et tomber. Surtout qu'il n'y paraissait pas, mais le chemin pour trouver la sortie était long. Beaucoup plus long qu'il n'y paraissait. Plus temps de penser à ça. AxYl commença à effectuer des petits bon à l'aides des membres sur ses ailes. Plus risqué, mais plus rapide. L'eau atteignait maintenant pourtant la moitié de son corps. Alors que la sortie paraissait si proche proche. Il serra les crocs. Sa marque elfique commença à le démanger. AxYl ne voulait pas devoir l'utiliser tout de suite, mais il n'avait plus le choix. Il se laissa alors doucement possédé et la marque noire sembla s'étendre sur tout son corps. Cette sensation était toujours étrange quand elle arrivait. Cette sensation de vide autour de soit, ne plus sentir ses membres ni le poids de son corps, et pourtant être prisonnier dedans. Tout en gardant quand même une certaine conscience de ses actes. Le dragon dépourvu d'écailles se mit alors à grimper de plus en plus vite, et chaque coup de griffe dans le mur était de plus en plus puissant. Sa rage inconnue lui montait à la tête, et sa poche de feu le dérangeait. AxYl s'extirpa alors enfin du trou dans lequel il était, et ses pas sur le sol semblaient beaucoup plus imposant que précédemment. Toujours possédé, il se laissa aller, et cracha les flammes qui ne demandaient qu'à sortir partout dans l'ancienne demeure, qui semblait faiblement hurler dans les flammes. Ces dernières grimpaient vite, et le brasier n'allait sans doutes plus tarder à s'effondrer sur lui même. Le dragon ne fit même pas attention si la draque allait être en danger ou non. Tout brûler, c'est tout ce qu'il souhaitait. Et au lieu de sortir, il resta au milieu de sa chaleureuse ruine enflammée. Son esprit redevint alors clair, et se rendit vite compte qu'il fallait partir d'ici. Il se précipita alors vers la sortie. Etrangement, des poutres tombèrent devant lui, comme pour l'empêcher d'aller plus loin. Mais c'était insuffisant pour le retenir. Il passa à travers et réussit à atterrir sur le parvis de la maison, où il s'était allongé plus tôt dans la journée. Et où il se rallongea directement. Il regarda autour de lui et sembla voir la draque à côté de lui. Il lâcha un soupir de soulagement. Quand l'adrénaline descendit, son corps commença à le faire souffrir : brûlures, entailles, plaies béantes, la totale. Les inconvénients d'être un gris avec un bâtiment s'effondrant sur soit. Il se rappela alors le but de sa venue ici...

"Zaathir... As-tu croisé d'autres dragons ici ? Ou trouvé des traces qui pourrait le supposer ?"

AxYl s'attendait à une réponse négative. Mais qui ne tente rien n'a rien n'est-ce pas ? Il leva son cou et observa le village en ruine autour de lui. Peut-être que dans l'une de ces maisons, ou dans les catacombes encore sèches, il trouverait quelque chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand les défunts nous épient [rp]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand les défunts nous épient [rp]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» On n’a pas le même sang, ni la même histoire, mais pour moi, tu fais partie de ma famille.
» Quand l'autre devient nous [PV Darwen]
» Difficile d'appeler au secours, Quand tant de drames nous oppressent. [Livre I - Terminé]
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu ::  :: Les Ruines du Marais-
Sauter vers: