Tout a basculé...
 

Partagez | 
 

 Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
avatar
Réfugié(e)
Messages : 650
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 18
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Mar 13 Sep 2016 - 20:54

Of Monsters&Men - Empire



Dana ne pouvait que rouler les yeux en voyant la réaction du dragon. C'était enfantin. Ou c'était juste parce que son ego était proportionnel à sa taille. Hm. Elle optait pour la seconde option.
Aussi, ce n'était pas de la pitié qu'elle ressentait; c'était de la gratitude, elle voulait l'aider comme il l'avait aidée.
Un gros soupir lui échappa et elle suivait le dragon des yeux puis le suivait tout court avec, tout de même, une petite appréhension. Quand il entra dans l'eau, elle enleva, encore une fois, ses habits, n'ayant aucune envie de les mouiller. De toute façon l'eau froide ne la gênait pas; cela faisait même beaucoup de bien à ses blessures et ecchymoses. Le dragon ramena l'objet qui l'avait tant fait souffrir et le posa sur la terre ferme alors que Dana entrait dans l'eau et marchait pour aller vers la blessure, par chance, un caillou était placé au bon endroit, ce qui lui permettait d'être un peu plus grande.

« Ceci est une Harvell. Une création ingénieuse, faite par les pauvres humains que la bête infâme que je suis, a massacré sous tes yeux aujourd'hui même. Comme tu peux le constater, à première vue, on dirait une lance tout ce qu'il y a de plus banale. La distinction commence toutefois quand l'on s'attarde sur sa pointe. C'est cette tête en forme de harpon qui donne toute sa cruauté à Harvell. Il est aisé pour un chasseur de planter cette horreur dans le corps d'un dragon, et ainsi, les empennes de fer sur la tête s'accrochent à la chair. Ce qui ne laisse que deux possibilités à ladite bête. Elle peut la laisser meurtrir son corps jusqu'à ce que mort s'ensuive... Ou alors, elle l'enlève et, de ce fait, arrache un grand morceau de sa peau, ce qui entraîne également la mort. Vraiment, quelle merveilleuse création ! Si je pouvais tenir l'auteur de cette arme entre mes griffes, je lui ouvrirais volontiers le ventre pour en retirer entrailles et os, ne serait-ce que pour lui montrer, avec expérience pratique à l'appui, l'ébauche de la souffrance que me cause son ouvrage...»

Mais elle savait déjà tout cela, pour avoir passé des mois et des mois a regarder le forgeron du château travailler et forger toutes sortes d'armes. Elle s'était liée d'amitié avec lui et lui avait forgé ses épées avant qu'elle parte. La jeune femme y tenait comme a la prunelle de ses yeux. Le jeune homme lui avait apprit tellement de choses sur les armes, la façon d'en prendre soin, les matériaux, les différents types de métaux, comment ne pas se faire avoir par des forgerons... Elle lui devait un bon nombre de choses, mais elle souviendrait toujours le jour ou il lui avait montré l'utilisation d'une Harvell sur un cadavre de bœuf. Je vous laisse imaginer toutes les sortes de bruits glauques, de jaillissements de sang et de gémissements dégoûtés.

« Je sais ce qu'est une Harvell, RaÏnvir.. Je sais les dégâts qu'elles font. J'en ai déjà vu en action, avant toi. Je hais ces armes autant que toi, c'est... trop de souffrance infligés. C'est lâche, ça peut tuer après ta mort.»

Elle posa ses mains glacées précédemment plongées dans l'eau autour de la plaie du dragon. Il était salement amoché. Ca lui faisait mal au cœur. Voir un… Ami... Une connaissance, du moi, aussi mal en point a le don de vous mettre en rogne, de vous donner envie de vous révolter. Ses doigts parcouraient le cuir sans écailles du dragon, c'était... particulièrement doux.

« Tu as les mains douces. Et... tu es intelligente et forte. Tu sauras survivre dans ce monde, j'en suis persuadé...  On ne peut pas en dire de même pour certains. »

Ces paroles arrachèrent un grand sourire à Danalhéa. RaÏn, la complimenter ? Non, c'était un rêve. Elle n'arrivait pas a retenir un petit rire quand il releva la tête vers le troll complètement saoul. Il avait l'air bien lui aussi. Elle se remémorait les histoires qu'on lui comptait quand elle était enfant. Comme quoi les trolls étaient dangereux, agressifs, qu'ils dévoraient les humains sans aucune hésitation... Dana avait ici juste pitié du pauvre monstre et de la gueule de bois massive qu'il allait se taper le lendemain matin... Tiens, gueule de bois... Ca lui rappelait une escapade avec des amis a côté de Portangue... Ils avaient réussit a perdre leurs affaires dans le sable de la plage qui bordait l'océan intérieur. Ils avaient eu la chance de croiser un magicien qui avait miraculeusement retrouvé leurs affaires. Dana l'avait toujours soupçonné d'avoir en réalité piqués leurs affaires d'abord, puis en les voyant aussi... Mal en point (ou bien en point, elle ne savait pas, plus trop), ils leur avaient rendus. Ils s'étaient ensuite tous traînés jusqu’à leurs chambres respectives pour dormir. Petit clin d’œil a toi et tes potos.
Des bons souvenirs, somme toute.

« Ce pauvre troll aura certainement la gueule de bois de sa vie... Au moins pendant qu'il est dans cet état, il n'a pas envie de nous assassiner, ni de nous piétiner. Ou de nous tendre un piège. Et merci, RaÏn, tes compliments me font plaisir. Je vais commencer par nettoyer ta plaie de tout sang, puis voir si, pour pousser le vice encore plus loin, l'arme n'était pas empoisonnée. Ca te va ? De toute façon, même si ça ne te va pas, c'est comme ça et pas autrement. »

Elle sortait de l'eau pour attraper des linges qu'elle mouilla et les nettoya pour ensuite enlever le sang qui avait déjà séché autour de la plaie. Son nez ne décelait aucune odeur de poison qu'elle connaissait, et elle relevait la tête pour demander à l'ours d'aller renifler l'arme.
Ce dernier s'approchait avec nonchalance de l'arme, un œil sur le grand dragon. Il se sentait joueur, mais pour le bien de sa protégé, il se retint toute blague sur "OH MON DIEU, LA LAME EST PLEINE DE CYANURE", parce ça aurait été, très, très moyen. Déjà, Dana aurait eu un gros coup de pression, et c'était peu sûr que le dragon garde son calme. Heureusement, a part le sang de dragon, l'arme ne sentait rien de particulier. Ted relevait la tête et fit signe que tout était ok, puis veillait a rester proche de l'eau, mais a distance du troll. Même saoul comme un mort, il restait un troll.
Dana se concentra pour faire jaillir la magie de ses mains sur la plaie du dragon. Des milliers de frissons prit son corps et elle sentait des fourmillements dans l'intérieur de ses avants bras et au bout de ses doigts. Un filet vert sapin s'échappait du bout de ces derniers pour aller reconstruire le cuir de la bête, plus dur, plus résistant, parce qu'elle le voulait, le pouvait. Il était plus clair, d'une couleur gris pâle plutôt agréable. Cela serait... un moyen de se remémorer ce combat, leur rencontre, et leur péripéties.
La fatigue la frappa une fois l'opération finie, et elle se mit assise dans l'eau, le liquide glacé la couvrait jusqu'au cou. Elle s'y sentait bien, et tellement légère...

« Comment... hmmm... Comment te sens tu ? »

Sa voix était plus grave, plus fatiguée... Ses yeux étaient tellement lourds et la sensation d'impesanteur était simplement délicieuse. Elle eu la force de se décaler contre le mur de pierre et de poser la tête contre ce dernier, les yeux clos, ses cheveux blancs formant un halo autour d'elle...  Dodo.
Dana's : #cfffff
Ted's : Teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Jeu 22 Sep 2016 - 1:39



« Ce pauvre troll aura certainement la gueule de bois de sa vie... Au moins pendant qu'il est dans cet état, il n'a pas envie de nous assassiner, ni de nous piétiner. Ou de nous tendre un piège. Et merci, RaÏn, tes compliments me font plaisir. Je vais commencer par nettoyer ta plaie de tout sang, puis voir si, pour pousser le vice encore plus loin, l'arme n'était pas empoisonnée. Ca te va ? De toute façon, même si ça ne te va pas, c'est comme ça et pas autrement."

Le Démon pâle ne détourna pas son regard de la jeune fille. Avait-elle dit... nous assassiner ? Le troll ? Voilà une proposition qui n'était pas dénuée d'absurdité ! Comment une créature aussi vulgaire, à la force brute, mais ne contenant qu'une cervelle rongée à moitié par sa propre stupidité pouvait ne serait-ce qu'avoir les capacités de leur faire du mal ? Certes il est dangereux de croiser la route d'un troll en pleine possession de ses moyens, mais il y avait des limites ! Sa réflexion se stoppa quand les mains de Danalhéa s'apposèrent de nouveau sur ses flancs. Elles étaient si petites, si fines et moites de sueur, qu'il ne les sentit d'abord qu'à l'aide de son odorat, à son plus grand malaise, car s'il y avait bien une chose qui n'attirait pas son affection chez les humains, c'était bien leur odeur...
Soudain, il gronda de méfiance. L'ours blanc se rapprochait impunément de lui, afin de renifler sa blessure. Il le repoussa du regard, car cela ne lui plaisait absolument pas. Il comprenait qu'une humaine provenant d'un monde civilisé n'avait pas l'instinct de survie suffisamment développé pour craindre de s'approcher d'un dragon faisant dix fois sa taille. De plus, son frère avait au fur et à mesure appris à faire confiance en cette humaine. Toutefois, en ce qui concernait son compagnon au poil blanc, c'était différent, surtout depuis que ce dernier s'était permis de lui adresser la parole avec une impertinence qui touchait à la folie ! Et tandis que ce dernier s'obstinait à se rapprocher, Sarushzor ne tarda pas à le lui faire bien comprendre par la voix de la pensée. Il plongea dans son esprit. Il ne cherchait pas à se battre, et il ne l'agressa pas. Nul nécessité ne l'enjoignit à aller plus loin dans sa menace. Sa simple présence dans la conscience de l'ours blanc dégageait une hostilité provocatrice et féroce, tel un loup affamé tournant autour d'une proie.

-"Prends garde, petite créature. Les tiens ont sans doute oublié ce qu'il en coûte d'approcher un dragon. Pas moi. Fais montre encore d'audace et d'irrespect et je te remémorerai à quel point tes ancêtres craignaient mon ombre. Oh et... fais-moi plaisir... essaie donc. Je meurs d'envie de tenir ma promesse..."

De son museau toujours légèrement sanguinolent, naquit un sourire plus dur que le givre. Mais cela, la jeune fille ne le vit pas. Elle s'occupait toujours de sa blessure. A sa plus grande surprise, il fut soudain parcouru d'un étrange frisson, comme si le sang s'était échappé de sa plaie, et qu'un millier de fourmis s'était glissé à l'intérieur de sa chair. Il ferma les yeux et poussa un très léger pruum... de plaisir. La sensation était incroyablement agréable, si bien que le frisson remonta jusqu'à sa collerette qui frétilla par pur instinct. Dans ses oreilles, il perçut un bourdonnement qui semblait venir de lui-même.
Puis la jeune fille s'écarta de lui, toute tremblante.

« Comment... hmmm... Comment te sens tu ? »

-Je suis... guéri, semble-t-il. Je demeure toutefois étonné de te voir affublé d'un tel pouvoir... petite ?

Danalhéa était plongé dans un profond état de fatigue. Après avoir murmurée quelques mots à son intention, son corps avait flanché et elle s'était écroulée près de la paroi rocheuse. Le Démon pâle pencha la tête de côté, mais ne la rejoignit pas. Sans doute devait-elle se reposer, et ne se rétablirait qu'avec le temps. En l'état, sa présence était inutile, voire la gênerait. Ce n'était toutefois pas l'avis de tout le monde. Un bruit sourd ébranla la grotte, et le troll se leva à moitié en poussant une violente exclamation. Il avait un air ahuri sur son visage laid couvert de pustules. On pouvait voir un furoncle gigoter vivement sur les épais replis de son cou. Il lança un regard près de là où la fillette s'était assoupie. Puis il regarda tour à tour le démon et l'ours blanc, avant de revenir sur Danalhéa. Sarushzor gronda et vociféra sur un ton sec.

-Oui, c'est elle qui t'a sauvé la vie. Pendant que tu ronflais à en cracher tes boyaux, elle s'est battue contre les chasseurs qui voulaient ta tête. Nous nous sommes tous battus pour tes yeux d'ange, sale rebut ! (Le regard du troll se détournant de lui, le Démon pâle se releva et fracassa le sol rocheux de ses sii pour retrouver toute son attention) Je brûle d'envie de te tuer, de t'arracher les entrailles et de les faire pendre dans cette grotte sombre et puante... une autre fois peut-être. Alors maintenant, tu vas m'écouter. Tu vas retourner d'où tu es venu, chez les hominidés pour qui tu travaillais avant de briser l'un de leur pont parce que tu étais trop ivre pour que le sac d'os qui te sert de cervelle puisse émettre un peu de bon sens ! Tu vas t'excuser, te faire pardonner et demander à retravailler à leur côté. Cela ne devrait pas être trop difficile, j'ai entendu dire qu'ils avaient besoin d'un crétin pour reconstruire un pont brisé. Allez, hâte-toi avant que je ne change d'avis...

Le troll continuait à jeter des coups d'œil à chacun des visiteurs de son antre. Il finit par se relever complètement et fila dans le sens contraire de la sortie de la caverne. Sarushzor n'essaya pas de l'arrêter ni de le rappeler. Sans doute avait-il une bonne raison de retourner dans son antre. Peut-être pour aller chercher une affaire particulière qui lui tenait à cœur, si tant est qu'il en possède un ? Le Démon pâle avait appris que les trolls étaient particulièrement friands de certains types de cailloux qui brillaient au soleil, comme le quartz, les cristaux ou le macle. Soudain, il refit son apparition et tituba dans la direction de la jeune fille. L'ours blanc se précipita vers sa protégée et Sarushzor fit de même.

-Ne t'approche pas ! Disparais avant que je...

Le monstre leva son bras et le tendit, main ouverte et la paume levée vers le haut. En son creux, résidait un morceau de mousse verdâtre qui, grâce à l'humidité ambiante, brillait de bel éclat à la faveur des rayons du soleil qui provenaient des fissures du plafond. Le Démon pâle ne réagit pas. S'il y avait bien une chose à laquelle il ne s'attendait pas, c'était que le troll souhaite leur offrir quelque chose...
Ce dernier beugla avec un air de benêt et tendit à nouveau son bras de manière insistante. Il fixait la jeune fille de ses yeux globuleux. Sarushzor était si abasourdi que durant quelques secondes, il resta sans réaction, incapable de bouger, laissant le monstre beugler et poursuivre ses gestes grandiloquents. Puis les muscles prodigieux de ses pattes se détendirent. Ses écailles perdirent de leur sombre teinte et ses yeux reprirent la couleur doucement bleuâtre qui seyait tant au dragon. Alors RaÏnvir poussa un soupir et s'approcha du troll. Il attrapa délicatement la mousse de sa sii droite et la déposa près de lui. Elle était aussi froide qu'un glaçon tout droit sorti des grands déserts de glaces.

-Si je me souviens bien des coutumes des humains, ce sont des roses que l'on offre à une femelle. Pas un résidu visqueux d'une grotte de troll... enfin. Je promet de les lui donner de ta part. Va en paix maintenant !

Le troll se tint silencieux. Il jeta un dernier regard à son antre d'où s'échappait encore la puanteur de son odeur, une puanteur qu'il avait apprécié, se douta RaÏnvir. Finalement, il prit la route qui menait loin dans les régions du Sud, et le bruit de ses énormes pieds écrasant le sol calcaire résonna longtemps avant de disparaître dans le lointain. Le dragon gris pensa qu'il y avait peu de chances que l'étrange créature suive les commandements de son frère. Sans doute le troll continuerait-il à errer. Sans doute était-ce mieux ainsi.
Il entendit alors le gémissement de Danalhéa qui somnolait toujours au sein du lac gelé de la grotte. A cette vue, la respiration du dragon gris s'apaisa, et il émit un léger pruum. Il tendit le cou et attrapa adroitement le col de sa tunique à l'aide de sa gueule. Lorsqu'il fut certain que ses crocs n'étaient d'aucun danger pour la jeune fille, il la souleva délicatement, comme s'il portait un dragonnet nouveau-né. Il l'installa près d'un mur étroitement rocheux de la grotte, puis se coucha près de la frêle silhouette. Faisant fi des féroces avertissements de l'ours blanc, il se recroquevilla entièrement autour d'elle. Son aile s'étira de tout son long, démontrant son impressionnante envergure, et se posa doucement sur la jeune fille, la recouvrant d'un cocon d'écailles cendrées.
Patiemment, il attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 650
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 18
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Mar 18 Oct 2016 - 10:50

Marian Hill - Down



Dana n'entendait que des bribes de a conversation. Ce qu'il se passait ? Aucune idée. Elle savait juste que le dragon, enfin, l'un des deux dragons dans la tête du dragon, avait gueulé sur le troll puis qu'il avait répondu d'une voix exaspéré un truc bizarre. Ted était aussi loin, a fulminer au loin pour une raison quelconque, mais c'était son ours, son papy grincheux à elle. Elle l'adorait. Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle ferait sans lui et ses airs de père castor. Mais là n'était pas sa préoccupation première. Pour l'instant, elle voulait dormir, même si l'eau glaciale lui gelait les os. Meh, elle s'habituerait. Elle était si légère, elle eut même l'impression qu'un un moment, elle volait, et qu'elle était parfaitement au chaud... Bizarre non ? Peut être que son corps c'était habitué a la température... Mais la surface fut ensuite dure, mais pas froide, ni particulièrement chaude. C'était tiède, confortable, comme si elle était dans un cocon.
Une heure passa.
Peut être deux.
Certainement plus.
Ses yeux s'ouvrirent et elle apprécia la faible luminosité autour d'elle. Mais ou était elle encore partie se fourrer ? Elle s'en fichait un peu, en fait. Elle enfila son haut et se rallongea contre la masse chaude. C'était... c'était le dragon. C'était RaÏn qui l'avait littéralement prit sous son aile. Cette pensée la rassura complètement et la détendit. Elle était bien, elle entendait son ours ronfler au loin ainsi que les cœurs du dragon battre, lui offrant une mélodie apaisante. La jeune femme aux cheveux blancs était sincèrement reconnaissante envers le gris de l'avoir tirée de l'eau. Et de l'avoir prise sous son aile. Littéralement. Elle n'avait aucune envie de bouger ni de faire quoi que ce soit. Elle était simplement à l'aise, là, au chaud, protégée par deux gardes du corps. Fallait-elle vraiment qu'elle bouge ? Le dragon avait surement dû se rendre compte qu'elle était réveillée. Temps qu'à faire... Elle se mit a genoux et vint grattouiller les écailles du dragon pour qu'il bouge, et elle espérait de tout cœur de ne pas le réveiller, un dragon grincheux ce n'était jamais bon a avoir en face de soi.

« RaÏn ? Tu… Eh... Me laisse sortir ? »

De toute façon, elle avait déjà soulevé tout doucement son aile pour se sortir, en rampant. le froid de l’extérieur lui battit soudainement le visage et tout son corps frissonna. Ah, vrai, ils étaient dans les montagnes. Dana couru jusqu’à ses affaires et les enfila très vite, en tremblant. Elle enlevait ensuite une grosse couverture de son sac et se mit assise près de son ours, plongeant sa main dans ses poils. Il grognait et posa sa grosse tête sur les cuisses de Dana, protecteur et possessif. C’était son humaine à elle, pas au dragon. Kshh. Elle avait assez dormi avec lui pour toute sa vie. Jaloux ? Ted ? Du tout.

« Que penses-tu faire maintenant ? De notre côté... Je pense attendre que l'aube se lève, nous ne devons pas en être loin, puis... On partira vers le Lac Vert. Il paraît que nombre de dragons avaient l'habitude d'aller se plonger dans les eaux chaudes du lac... Pardon, je parle trop. As tu dormi, sinon? »

Des questions, des questions et toujours des questions. On ne pourra jamais lui enlever sa curiosité à cette fille.

Dana's : #5a9b6b
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Dim 30 Oct 2016 - 21:06



« RaÏn ? Tu… Eh... Me laisse sortir ? »

Le dragon gris s'ébroua, retira instantanément son aile pour laisser la jeune fille sortir. L'attente avait été longue... Les rayons du soleil qui naguère s'échappaient des fissures dans la caverne avaient disparu durant la nuit, pour devenir désormais les minces lueurs de l'aube, de pâles faisceaux couleur jaune safrané. Plus loin, à l'entrée de la caverne, ces faisceaux devenaient plus vivaces, à mesure que l'on pouvait se rapprocher de l'entrée. Durant ce mince instant où RaÏnvir contempla ce bel éclat, l'humaine semblait s'être allée à retourner près de son ours blanc. Quand il ramena son attention à ses compagnons, il se demanda à nouveau jusqu'à quel point le lien qui s'était tissé entre eux était fort ? Cela n'avait sans doute aucun rapport avec ce que lui et son frère partageaient, du moins pas en terme d'intensité... mais néanmoins, le dragon gris demeura pensif. Il n'avait jamais partagé aucune relation d'amitié avec qui que ce soit, avec aucun autre être qui ne serait pas au sein de sa conscience. Il se demanda alors ce que cela faisait ? De pouvoir compter sur un être qui avait sa propre volonté, sa propre apparence, et qui pourtant le suivrait jusqu'au bout du monde ?
Son frère d'âme sentit ses interrogations, mais il n'intervint pas. Il n'y avait tout simplement rien à dire.

« Que penses-tu faire maintenant ? De notre côté... Je pense attendre que l'aube se lève, nous ne devons pas en être loin, puis... On partira vers le Lac Vert. Il paraît que nombre de dragons avaient l'habitude d'aller se plonger dans les eaux chaudes du lac... Pardon, je parle trop. As tu dormi, sinon? »

-Il est rare que je dorme plus de quelques heures, jeune fille. Et à dire vrai, cela fait longtemps que je n'ai pas pris le temps de dormir. La chasse a cette caractéristique bien singulière qu'elle nous occupe pendant une longue partie de nos journées, et ce, bien plus encore lorsque celle-ci se prolonge à quelques semaines... (RaÏnvir regarda l'entrée de la caverne et un léger pruum s'échappa de sa gorge.) Je n'ai pas regretté cette chasse pour cette fois. Je propose que nous sortions d'ici. Le jour arrive et, quoique je ne sois pas ennuyé de rester dans cette pleine obscurité, j'ai grand désir de voir le soleil se lever aujourd'hui...

Ainsi, ils prirent le chemin du retour et quittèrent l'antre du troll, où des morceaux de bois provenant des tonneaux de vin brisés gisaient toujours à l'intérieur. Alors qu'ils remontaient des profondeurs, RaÏnvir réprima son étonnement. Il ne s'était pas attendu à ce que la jeune fille souhaite déjà partir. Il avait commencé à s'attacher à sa compagnie et à celle de cet être étrange qui l'accompagnait partout. Néanmoins, il sut qu'elle avait raison. Oui, il était grand temps de partir, partir loin. Puisqu'il ne pourrait vraisemblablement jamais plus retrouver le troll et accomplir sa tâche, il ne risquait pas de revenir à la cité de Nyrune de sitôt, ni de revenir dans le Sud tout court. Il repensa alors à ce que Danalhéa lui avait dit et déclara sur le ton de la conversation.

-Mmh... Le Lac Vert, dis-tu... Un lieu qui, si je ne m'abuse, se trouve à quelques lieues d'ici au Sud. Je m'étais toujours questionné sur sa couleur si surprenante. Il s'avère que ce jour-là, je pus trouver deux humains me proposant chacun une réponse. Le premier me déclara que les Anciens Dieux de la terre en étaient à l'origine, qu'après l'une de leurs plus grandes batailles contre les Seigneurs du Nord Antique, ils s'étaient réfugiés dans les profondeurs du lac afin de retrouver des forces pour leur futur combat. Et que lorsqu'ils furent entrés dans les eaux, leur aura et leurs immenses pouvoirs altérèrent l'entièreté des lieux, enrichissant la terre de nouvelles verdures et donnant à l'eau du lac cette couleur d'un vert émeraude. Le deuxième était un érudit plutôt grincheux. Pour lui, cette couleur était tout bêtement le résultat d'une accumulation de sédiments provenant de roches granitiques ou silicatées, qui étaient elles-mêmes originaires des roches érodées par les torrents, un évènement d'après lui très courant lorsque l'on se trouve à proximité des montagnes. Je dois avouer n'avoir jamais vraiment approfondi la question après cela.

Le jour survint sans qu'ils s'en aperçoivent, avant même qu'ils soient sortis de la caverne. La nuit était légère, illuminée par les feux d'un astre si incommensurablement puissant que déjà le miroitement de son aura rougeoyante avait gagné la cime des montagnes. Gagné par l'arrivée de l'aube, la vallée de Cristal à l'atmosphère froide et peu accueillante profitait maintenant d'une chaleur exquise, seulement contrebalancée par la légère brise du matin, et une couche de lumière, d'or et de blanc, nimbait sa surface. Au loin, RaÏnvir pouvait observer les prairies éclaboussées du jaune des pissenlits, et les arbres rameux voyaient leurs branches tomber sous le poids des fleurs.
Ils trouvèrent non loin de la caverne un long et grand rocher dénué de pointes perçantes et traîtresses, sur lequel ils purent s'installer. Le dragon gris leva son cou très haut et regardait la vallée dans sa totalité. Tendu, il ne disait rien, bien qu'il sente les regards de l'ours blanc et de Danalhéa à côté de lui. Il tournait le museau dans toutes les directions, mais ne trouva pas la silhouette du troll. Ni son odeur. Le monstre de la vallée semblait définitivement s'être tourné vers d'autres horizons. Les ailes de RaÏnvir se détendirent, avant de se replier sur ses flancs. Mais il ne se recoucha pas. Il avait passé la nuit dans une grotte sale à dodeliner de la tête, et il n'avait pas envie de se laisser aller à nouveau. Ainsi donc, trois silhouettes dominant la vallée, un dragon, un ours et une humaine, observèrent dans un silence royal le lever du soleil. Ce n'est que lorsque ce dernier fut enfin au-delà des plus hautes montagnes que RaÏnvir s'autorisa à parler.

-Longue sera la voie menant jusqu'au Lac Vert, mais c'est une bonne destination. Quant à moi... Eh bien... la vie dans le Nord m'attire plus irrésistiblement de jour en jour, et il est... des affaires que j'aimerais régler là-bas, notamment celle d'un vieil ami qui m'attend. (Le dragon gris poussa un grognement amusé.) Ou peut-être continuerai-je mes errances, j'imagine ? Mmh... Je ne sais pas encore.

Il jeta un regard à la jeune fille et baissa la tête. Quel idiot il devait faire ! A réfléchir encore et toujours aux fantômes de son passé, jusqu'à rêver de revenir dans les régions de sa terre natale. Pourtant, il avait besoin de réponses. Et peut-être alors arrêterait-il enfin de se torturer avec ses souvenirs ? Mais ce n'était pas le bon moment pour penser à tout cela. Ceci était une autre histoire, qui arriverait sûrement dans un autre temps. Un bref sourire naquit sur son museau, et il releva la tête vers Danalhéa.

-Ah... Je ne ressens pas l'envie d'aller où que ce soit pour le moment. Tu souhaites très certainement reprendre la route dès maintenant, et je le comprends. Mais... est-ce que cela te gênerait si je te demandais de rester ici encore un peu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 650
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 18
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Mer 28 Juin 2017 - 14:06


Emperor's New Clothes  ₰  Panic At The Disco.

Ils l'avaient écouté, restant tous les deux sages à ses côtés. Elle, avait les yeux embués par les larmes non pas a cause de l'émotion, détrompez vous, mais plutôt à cause de la brise fraîche du matin et du soleil qui brillait de mille feux. L'ours quant à lui fixait le grand dragon papoter, un genre de "sourire" aux lèvres, si on pouvait appeler ça ainsi. Finalement, il l'aimait bien, ce grand lézard gris anthracite, il s'était attaché à ses sautes d'humeur meurtrières et les remarques et comportements "passif agressif" envers lui. Il avait l'impression d'être un peu moins un gros doudou a côté du grand dragon, et ça lui faisait un bien fou.

« Longue sera la voie menant jusqu'au Lac Vert, mais c'est une bonne destination. Quant à moi... Eh bien... la vie dans le Nord m'attire plus irrésistiblement de jour en jour, et il est... des affaires que j'aimerais régler là-bas, notamment celle d'un vieil ami qui m'attend. Ou peut-être continuerai-je mes errances, j'imagine ? Mmh... Je ne sais pas encore.»

Dana souriait tout simplement et se rapprochait du dragon pour poser sa minuscule main sur la patte du grand gris. Elle hochait la tête, écoutait, sans dire un peu mot. Que pouvait-elle dire de toute façon ? Il parlait a voix haute, et n'avait rien a ajouter a son argumentaire. Elle avait bien remarqué qu'il... Parlait très souvent du passé. Un vieil ami, des anciennes affaires,... Dana se demandait si la vie d'avant du dragon lui manquait. Ca avait l'air, et en même temps... Tellement pas. La fille aux cheveux blancs ne savait pas, et elle aurait voulu en savoir tellement plus sur ce dragon si singulier. Sur son frère aussi. Comment était-ce possible que deux âmes se partagent un même corps ? La réponse ne viendrait jamais, même elle trouvait cela trop indiscret, et n'avait aucune envie de réveiller la colère d'un animal qui la dépassait largement et en poids et en taille : être franche était une chose, suicidaire une autre.
Finalement, elle accrochait ses affaires sur son ours et noua ses cheveux en une sorte de chignon plus ou moins capable de tenir une partie de ses cheveux sur sa tête... il dégageait les cheveux de son minois quoi. Dana se changeait pour opter pour des habits bien plus chauds car la cave avait l'avantage d'être bien plus chaude que l'extérieur qu'elle allait devoir affronter pour descendre jusqu'au Lac Vert. Une grosse fourrure de loup couvrait ses épaules ainsi qu'une cape noire en laine épaisse que son père lui avait donnée avant qu'elle parte. Un pantalon couvrait aussi ses jambes pleines de cicatrices rougeâtres sur sa peau plus-que-pâle, une chemise en laine sur son torse bandé pour couvrir son buste ainsi qu'une cotte de maille feraient l'affaire pour lui tenir chaud. Une paire de bottes, une dague dans celles ci des gants et son chaperon sur sa tête finissaient sa tenue. Mouais. ça irait, se disait-elle en grimpant sur son ours après avoir sorti de la viande séchée de ses sacoches pour le laisser manger. Elle avait caressé sa tête pendant qu'il mâchait sur les bouts de venaison, patiente. Il méritait bien ce qu'il avalait, pendant que la jeune aux cheveux blancs en prit une bouchée, il fallait économiser les portions avant d'arriver sur des terres plus accueillantes.

« Ah... Je ne ressens pas l'envie d'aller où que ce soit pour le moment. Tu souhaites très certainement reprendre la route dès maintenant, et je le comprends. Mais... est-ce que cela te gênerait si je te demandais de rester ici encore un peu ?
- Je devrais vraiment y aller. La route va être si longue. Non pas que ta compagnie me dérange, loin de là, je l'apprécie grandement, mais le froid impacte énormément mon corps et mes réserves en nourritures sont minimes, je prie pour en avoir assez jusqu'en bas de cette foutue montagne. Je ne suis pas une dragonne, heureusement, diras-tu, je ne peux pas descendre d'ici en quelques heures a peine. Il me faudra au moins la journée... J'espère qu'il me faudra seulement une journée. Tu me manquera RaÏn, ne t'inquiète pas que notre aventure sera chantée, je m'en assurerais.»

Elle lui souriait en fixant ses grands yeux bleus. Tout a propos de ce dragon allait lui manquer, même le fait qu'il soit particulièrement dangereux. Surtout ça, en fait. Un gros soupir passait ses lèvres et elle farfouillait dans ses sacoches pour trouver un objet qu'elle voulait lui laisser. C'était un médaillon en or qu'elle avait eu de la part du forgeron de sa ville quand elle était plus jeune. Il lui avait toujours porté chance, alors pourquoi pas le léguer à un compagnon qui pourrait utiliser un peu de cette chance ? Elle descendait vite de Ted et se permettait de s'avancer jusqu'au dragon.

« Peut être que tu voudras le manger un jour ou l'autre, j'ai toujours lu que les dragons adoraient l'or, mais ce médaillon m'a toujours porté chance. J'espère qu'il t'apportera la même chose dans le futur et que tu pourras rencontrer tes... Tes vieux amis. Puis-je l'accrocher à une de tes... piques?»

Le grand gris acquiesçait avec un genre de souffle amusé. L'humaine s'amusait a monter sans lui faire de mal, légère comme une plume et accrochait fermement le médaillon a une des grandes piques sur son cou, assez pour qu'il ne tombe pas si il volait. Elle sautait ensuite par terre et remontait sur son ours.

« J'espère que tu ne le perdra pas. Et qu'il ne te gênera pas. Bonne chance, bon voyage, RaÏnvir, a ton frère aussi. On se reverra hein?
- Olala, Dana, c'est larmoyant. On se reverra dragon, je peux te sentir a des kilomètres, je ne me fais pas de doute sur le fait que nos chemins se croiseront encore une fois. Bonne route a toi.»

Et sur ces derniers mots, Ted partait en trottant hors de la grotte, pendant que Dana fit un petit signe de la main au dragon en guise d'adieux.
Que d'aventures dans ce voyage avec le dragon...





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   

Revenir en haut Aller en bas
 
Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Regarde autour de toi, les arbres sont en fleurs
» *regarde dans le trou de la serrure*
» Deux filles en manque de rp*regarde ses mains qui tremble*
» Il n'y a personne comme toi, même si je regarde autour -PV- |TERMINER :( |
» Elodie regarde le port.[Libre.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu (RPG) ::  :: Lois & Légendes :: Archives :: Territoires inconnus-
Sauter vers: