Tout a basculé...
 

Partagez | 
 

 Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar
Réfugié(e)
Messages : 650
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 18
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Dim 3 Juil 2016 - 1:33



L'odeur dégoûtante avait vite été expliquée après que la jeune femme ai vu le totem; un cerf coupé en deux et dont les entrailles étaient déversées sur le sol, tenu par un assemblage de choses qui devaient avoir jonchés le sol. C'était répugnant, et Dana retenait un réflexe nauséeux, et mit son poignet contre sa bouche en fermant les yeux. C'était purement dégueulasse.

« Ca... ça veut dire qu'il ne souhaite la présence de personne d'autre que lui sur son domaine. Ca veut dire... que nous ne sommes pas les bienvenus. Reste bien derrière moi avec ton ami. Je vais essayer de lui parler, alors range ton arc. Il ne te sera d'aucune utilité ici. S'il m'attaque, retournez vers la sortie et cherchez le village le plus proche. »

Dana levait les yeux au ciel. Comme si elle allait fuir en laissant le dragon derrière. C'était un acte couard et stupide, et la jeune femme aux cheveux blancs n'était ni l'un ni l'autre. Malgré ce que vous pourriez penser, Danalhéa est loin d'être stupide : elle est simplement naïve mais profondément déterminée et loyale. Si quelqu'un l'a embarquée dans une "mission", elle ira jusqu'au bout. Elle baissa son arc sans jamais ranger sa fleche dans son carquois, elle était toujours armée, mais elle tenait l'arme a une main, l'autre se replongeant dans la fourrure de son ours. Il était nerveux, presque plus qu'elle, et l'odeur lui empestait les narines, l'odeur du troll plus que celui de la viande en décomposition.
Il sentait... mauvais, pour ne pas dire autre chose. Et Ted aurait tondu son pelage soyeux et rare pour s'éloigner le plus possible de cette odeur. Mieux, il se serait fait épiler les poils un par un pour échapper a ce supplice d'odeurs répugnantes qui régnait dans la grotte. Le dragon se lança hors du tunnel, Dana avait le plus mauvais des pré sentiments et repris sont arc a deux mains, ses doigts fins crispés sur la corde tendue. Elle respirait doucement, le silence était terriblement pesant jusqu'à ce que le troll saute sur RaÏnvir et qu'elle frôle la crise cardiaque. La jeune grise avait automatiquement bandé son arc et visé l’œil du troll. Elle le rata, mais réussit a écorcher l'arcade de la chose. C'était vraiment moche. Et profondément violent. Elle ne savait pas quoi faire. Les flèches étaient inefficaces, son arbalète était trop loin dans ses sacs pour l'attraper. L'épée sur son dos ne lui serait d'aucune utilité, si elle s'approchait du troll, elle avait plus de 95% de chance de se faire piétiner directement.
Elle mit son arc sur son dos et dégaina tout de même son épée, attrapant une des dagues qui était a sa portée sous les tapis sur le dos de Ted. Au moment ou elle descendait de Ted pour pouvoir aller vers le combat, RaÏn reprit la situation sous contrôle, elle respirait. La monstruosité était sonnée, le dragon avait un dos terriblement solide et Dana fixait la scène avec les tripes tordues. Son mauvais pré sentiment était toujours là, elle ne savait plus vraiment de quoi elle avait peur. Le troll était hors d'état de nuire pendant quelques minutes, RaÏn avait le contrôle, Dana était plutôt hors de danger mais.. C'était trop facile. Ca avait l'air trop facile.  

« Je n'essaierais pas de me relever si j'étais toi. »

Le troll émit un grognement sourd et restait a genoux, une main a terre et l'autre tenant fermement là ou la stalactite l'avait transpercé de part en part. C'était résistant un troll. Il essayait de se faire comprendre par gestes, grognements et grimaçait. On aurait dit un enfant débile. C'était con un troll. Dana n'essayait même pas de comprendre ce qu'il se passait a quelques mètres. Ce qui l'interessait plus était le fait de Ted se soit retourné et mit a grogner, les oreilles plaquées contre son crâne.

« Ted ?
- Humains. Armés. Ecoute Dana. Entend les crier.»

Elle rangea ses petites dagues dans une pochette fixée sur son corset et prit son épée a deux mains, se remettant sur ses appuis. Elle pouvait sentir, entendre l'excitation et la ferveur d'humains arrivant vers eux, une horde. Des paysans, des mercenaires, des hommes en quête de gloires. Ils étaient venus pour un troll. Ils allaient avoir une petite surprise en découvrant qu'il y avait un dragon, un ours et une humaine armée jusqu'aux dents.

« RaÏn ! On va avoir de la compagnie.»

Elle fit tourner sa lame et se campa sur ses pieds, attendant la foule.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Lun 4 Juil 2016 - 1:05



Le troll essayait toujours de se relever, quoique son état apparent paraissait si peu stable qu'il pouvait à peine rester à genoux. Il fit des gestes à tout va, prit un caillou de grande taille et le lança sur le dragon qui l'esquiva simplement en venant s'accrocher sur la paroi de la caverne, et baragouina sombrement. RaÏnvir n'était pas expert en langage troll, mais il n'était pas compliqué de deviner que ce troll-là n'était pas très heureux de le voir dans ce qu'il considérait être son chez lui.
Le dragon gris l'ignora. Il cherchait autre chose de son regard. Il rejoignit un petit coin de la grotte dans lequel l'air était devenu chaud et l'odeur, atrocement répugnante. L'antre du troll se dévoilait en un parfait ovale, où la pierre qui se trouvait au sol était brune et couverte de sang coagulé. Au fond de l'antre, se dressait, saillant, un monticule de cailloux et de blocs énormes prenant l'apparence d'une forme étrange. La pierre luisait grâce à un faisceau de lumière blafard qui s'échappait d'un trou dans le plafond, et avait ainsi des reflets blancs. Sur le monticule, un tonneau dont le bois semblait pourrir à vue d'œil trônait près de la lumière du jour. RaÏnvir s'envola de nouveau, rejoignit le monticule et saisit le tonneau entre ses griffes. Quand il le sortit en dehors de son antre, le troll mugit piteusement et porta ses deux mains vers lui, comme implorant. Le dragon gris rugit.

-Silence ! J'essaie de te retrouver depuis des jours, alors que tu t'enfuyais lâchement, pour tenter de te tirer de ton mauvais pas et voilà donc tout ce que tu as trouvé de plus constructif à faire pendant que je te cherche ? Sangs et crocs ! C'en est insultant ! Comprends-tu ce que je te dis, pauvre imbécile ? Evidemment que tu me comprends...


Il lâcha subitement le tonneau qui alla se briser sur les stalagmites en contrebas. Un liquide couleur rouge bordeaux, du vin à l'évidence, s'écoula abondamment en une grande mare. Cette fois, le troll couina comme l'aurait fait un enfant à qui on aurait cassé son jouet. Le dragon gris atterrit devant lui et le fixa d'un air féroce. Il inclina la tête de face et lui porta un violent coup de cornes qui heurta la tempe du monstre. Ce dernier reçut le coup sans rien dire, et contemplait, toujours déboussolé, les débris de son précieux tonneau. RaÏnvir soupira.
-Tu es saoul !

Le troll se tourna alors vers lui avec une expression idiote sur le visage. Ses petits yeux jaunes avaient l'air éteint, et il poussa un autre couinement.

-Et ça n'a pas l'air d'aller en s'arrangeant. Sais-tu au moins que des hominidés te traquent ? Et eux veulent ajouter ta tête à leurs trophées...

Il préféra ne rien dire de plus. Le troll n'était plus en état de l'écouter, et quelque chose le démangeait d'aller achever cette pauvre créature. Il comprit l'origine de ce désir quand il sentit la présence de son frère qui virevoltait dans ses pensées. Son aura ténébreuse l'enserrait, le berçait d'une affreusement bonne manière pour ses sens.

"Qu'est-ce que tu attends pour vider les entrailles de ce gros porc, frérot ? Il pue tellement que même la mort devrait être une salvation pour son odeur."


Le dragon gris se pourlécha les babines. Il toisait la silhouette recroquevillée du monstre et sentait ses griffes racler la roche avec un bruit très, très désagréable. Finalement, il détourna la tête et grogna. Puis, il se glissa vers l'entrée de la caverne pour rejoindre Danalhéa.

« RaÏn ! On va avoir de la compagnie. »

RaÏnvir n'arrivait plus à se contrôler. La colère montait en lui comme un feu naissant dans le sous-bois. Des humains maintenant ? Oui, il les entendait pénétrer dans la grotte, et il sentait la puanteur de leur sueur. Et celle de leurs chiens aussi. Ceux-là avaient un bon flair, et avaient sûrement senti l'odeur nauséabonde du troll. Les humains savaient donc où chercher...
Des humains et des chiens... C'était des chasseurs, de ceux qui formaient une bande suffisamment importante pour aller traquer des bêtes de grande taille. Comme ceux qui...
Soudain quelque chose en lui se brisa. Il s'avança d'instinct dans la grotte. Il aurait pu simplement aller à la rencontre des hominidés et tenter d'entamer le dialogue, voire d'écouter ce qu'ils avaient à dire. Mais il ne le fit pas. A dire vrai, pour reprendre une expression de son frère, cela l'ennuyait au plus haut point. Quand les premiers humains apparurent dans les galeries, il poussa alors un rugissement si puissant qu'il fit trembler les parois de la caverne. Désireux de se battre, il les défia d'approcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 650
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 18
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Dim 31 Juil 2016 - 16:57




C'était le dawa. Les humains avançaient rapidement, le troll était ivre mort, RaÏnvir était en train de craquer un gros sac et Dana était paumée. Que feriez-vous dans une situation pareille, hm ?
Trois options : Courir, soit aller vers la mort; se battre, soit aller vers la mort où rester planter là comme une plante verte parce que vous ne savez pas quoi faire, soit se faire piétiner comme un tas de caca.
Le rugissement du dragon fit trembler Dana de peur, l'adrénaline fit battre son cœur plus vite, les humains s'arrêtèrent, les chiens avaient la queue entre les pattes, les cris s'étaient tus. Mais la jeune femme restait hésitante. Voulait-elle vraiment un combat ? Surtout avec un dragon de cette taille à côté. Elle le craignait plus que tous les humains réunis devant eux, il avait cette lueur morbide dans les yeux qui aurait pu donner des frissons dans le dos a l'homme le plus robuste de ce continent, c'était la première fois qu'elle le voyait ainsi.
Elle hésitait entre plusieurs sensations : une peur terrible et une admiration sans limite face à la force du dragon. Un trop plein de sentiments était en elle, elle devait s'en débarrasser et n'avait pas envie de parler. Sa seule option était la bataille. Dana fit encore une fois tournoyer sa lame et son Ted grogna, sortant les crocs. C'était l'heure. Ils n'étaient qu'une douzaine, et il y avait autant de chiens.
Au moment ou elle se préparait a charger, un homme prit la parole et passa devant tous les autres. Il était massif tant qu'il dépassait la jeune fille d'u moins deux têtes. Il était largement bâti, avait des épaules fortes et possédait un grand marteau de guerre. Il était attrayant, il se fallait pas se voiler la face. Mais ce n'était pas ce qui importait notre petite aux cheveux blancs, ce qui importait vraiment c'était le calme qui régnait sur le visage du guerrier. S'en était presque intimidant.

« Cheveux blancs. Dragon. Mes hommages. Nous sommes venus pour tuer le troll qui s'est réfugié dans nos mines. Décalez-vous avant qu'il n'y ait de regrettables dégâts collatéraux.
- Le dragon à un contrat. C'est son troll. Faites demi-tour avant que cela ne finisse mal.
- Que fais tu ici alors, Femme ? Tu es du côté du dragon ? Aurais-tu oublié ta race et tes frères? Laisse nous passer, je veux ce troll.
- Es-ce ton problème ? Dégagez toi et tes hommes. »

Elle avait senti l'ambiance autour d'elle radicalement changer; une atmosphère électrique avait remplacé la quiétude précédente apparente. La jeune femme se contractait et serrait le manche de son épée, son ours s'était mit contre elle : il grognait et grognait, ses oreilles plaquées contre son cou. D’un mouvement de doigts, les chiens étaient lâchés. Ils étaient gros, plus loups que chiens, leurs aboiements étaient féroces alors qu'ils remontaient les quelques mètres qui séparaient le groupe de Dana, RaÏnvir et Ted. Les bruits de rage des loups se turent rapidement alors que d'un coup de lame la jeune femme en décapitait un, un autre essayant de lui sauter dessus, elle le plantait avec une des lames qu'elle avait sur sa cuisse. Un autre, puis un autre. C'était comme un flot infini de chien-loups qui fonçait sur eux.
Ted se débrouillait bien, même si sa gueule pleine de sang et son pelage immaculé tournait au cramoisi. Il avait un chien sur le dos qui essayait de l'attaquer, Dana le fit valser et le tua d'un coup de lame. Elle était devenue une sorte de machine à tuer. L'excitation du combat avait prit l'emprise de son corps, ce n'était plus la même personne, elle voulait tuer, elle voulait du sang. Les corps sans vie des molosses jonchait le sol et elle relevait la tête, fixant dans les yeux l'armoire à glace.

« Ce petit hors-d’œuvre était sympathique. Peut être pouvons nous passer au plat de résistance ?»

Elle jeta un coup d’œil au dragon et eu un petit sourire carnassier. Ça allait être un massacre.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Jeu 4 Aoû 2016 - 14:16



Il luttait en même temps contre sa propre colère et celle de son frère. Dans son esprit, il se sentait comme dans un vide, un espace béant, où pensées rencontraient sentiments et se livraient à une bataille acharnée. Les chasseurs, les vieux et douloureux souvenirs, la mort de sa famille, la rage, la mort, le désespoir et la peur. C'était comme une tempête qui lui arrachaient à son calme et à sa sérénité. Cette tempête, c'était Sarushzor. En quelques instants, la puissance de sa colère brisa RaÏnvir et balaya ses défenses comme un maelström emporterait les feuilles d'automne. Et il gagna sans mal...
Ils étaient environnés par les ténèbres. La grotte formait un creux presque hermétique où les seules sources de lumières ne provenaient désormais que de quelques fissures dans le plafond, et des torches aux flamboiements fragiles des chasseurs venus les débusquer dans l'antre du troll. Ainsi donc, il n'était pas facile pour les humains de discerner quelque chose dans ce noir profond. Pour Sarushzor, en revanche, c'était comme regarder un champ lorsque le soleil était au plus haut dans le ciel. Il aperçut les silhouettes des chiens-loups et de leurs maîtres. Ceux-là étaient pour la plupart vêtus de bien piteuses façons, mais d'autres portaient une armure en acier. Ils étaient environ une vingtaine et dissimulaient leur visage derrière des heaumes tout de blanc spectrale, parfois décorées de cornes ou de pointes en métal. Leurs yeux et leurs expressions restaient invisibles aux yeux du démon, et cela l'exaspéra. Sa fureur n'en fut que plus glaciale et sombre. Car oui, c'était maintenant le démon qui contrôlait le dragon. Sarushzor vit le combat que menait durement la fillette et son ours. Ils réussissaient à maintenir les chiens-loups en respect, mais les chasseurs allaient sans nul doute en lancer d'autres à leur trousses. Son regard pâle et bestial croisa celui de Danalhéa. Soudain, ses ailes vrombirent et il chargea dans sa direction, tel un héron traquant sa proie. Quand il fut à deux mètres d'elle, il bondit, et écrasa sa patte sur l'hominidé armé d'une hache aux lames papillons qui avaient discrètement tenté d'atteindre la jeune fille. Il commença par écharper sa cage thoracique à l'aide de ses griffes. Le sang jaillit comme l'eau d'une fontaine et macula ses pattes désormais vouées à l'art de tuer. Puis il enfonça ses crocs profondément dans le torse du pauvre chasseur, et d'un coup sec, le sectionna en deux. Les deux parties, privées l'une de l'autre, se contorsionnèrent horriblement dans une sorte de gargouillis atroce.
Les autres chasseurs reculèrent en comprenant qu'une nouvelle menace, beaucoup plus grosse et dangereuse qu'un troll ou un ours blanc, venait de faire son apparition. Ils restèrent figés comme des statues, les yeux fixés sur les ténèbres, attendant ils ne savaient quoi ! Comme ils n'osaient plus faire un geste, le démon gris se déplaça vivement dans le noir, laissant ses écailles crisser affreusement, lente détermination dans l'ombre qui faisaient naître la terreur dans le cœur des hominidés. Une terreur qui l'emplit d'une joie sauvage. Il rejoignit la jeune fille et posa doucement ses ailes près d'elle, comme s'il protégeait un trésor. Il entendit une voix non loin de lui, dont le ton était beaucoup moins confiant qu'auparavant. C'était la voix du guerrier au marteau de guerre.

-Dragon, nous n'avons aucune raison de nous battre. Ce n'est pas toi que nous chassons, mais le troll ! Nous pourrions peut-être... négocier ton contrat selon de nouveaux termes ? Quant à la fille, eh bien, elle ne peut vraisemblablement pas être une de tes amies. Laisse-la nous, en réparation des dommages qu'elle nous a causé. Nous saurons nous occuper d'elle.

Les prunelles pâles de Sarushzor se posèrent doucement sur le guerrier au grand marteau. Un sifflement venimeux s'échappa des ombres, faisant encore reculer certains hominidés. C'était une réponse plus que satisfaisante, mais le démon se complut à ajouter dans un murmure mielleux.

-Tu chercherais donc à négocier ? Comme c'est adorable, venant de la part d'une si frêle, d'une si délicate créature... Mais je préfère... Mmh (il se pourlécha les babines.)sentir la terreur s'emparer de ton cœur. J'apprécierais également de goûter à tes entrailles. Qu'en dis-tu ? Commençons !

Le démon se jeta tel un serpent sur les hominidés qui s'étaient regroupés dans la caverne. Ces derniers reculèrent devant la menace imminente mais trop tard. Sarushzor en massacra plusieurs, sans aucune once de pitié. Ses griffes attrapèrent d'abord le corps d'un maigre humain, et il le jeta brutalement sur la paroi rocheuse. Un rouge pourpre éclaboussa les murs ténébreux de la caverne. Ses crocs en broyèrent un autre qui tentait de s'enfuir en beuglant comme un dément. Trois autres périrent entre ses griffes, et bientôt, un rugissement sauvage s'échappa de la gorge du démon. Il aperçut dans les ténèbres le mouvement de cinq gros molosses qui le contournaient pour le frapper par le flanc. D'un revers vicieux de sa queue, il en balaya deux, et les trois autres se retrouvèrent confrontés à la créature la plus néfaste qui soit. Deux yeux monstrueux et abominables les accueillirent, à la fois bestiaux et animés d'un abjecte ravissement, comme s'ils étaient contents de les voir approcher. Les chiens glapirent comme des louveteaux et s'enfuirent sans un autre aboiement. Frappés d'horreur, les autres chasseurs reculèrent également, mais le guerrier au grand marteau n'avait visiblement pas envie d'abandonner. Il leva son arme haut au-dessus de lui, et cria dans un dialecte barbare du Nord. Aussitôt, quelques chasseurs resserrèrent la poigne sur leur bouclier et s'avancèrent dans la caverne. Les humains, malgré la malice grandissante de Sarushzor, avaient envie d'en découdre. Le démon gris poussa un nouveau rugissement, si rauque et si puissant que le troll lui-même en gémit. Et bientôt, tout ne fut plus que chaos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 650
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 18
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Ven 5 Aoû 2016 - 14:14

BrunuhVille - Northwind


Elle, était trop aspirée par la charge du dragon, lui, était juste aspiré par la mort d'un guerrier qui cherchait à la toucher. Son corps fut réduit en quelques morceaux de viande et d'os, Dana fut aspergée de sang, ainsi que Ted qui lui paraissait plus imposant que jamais. Le souffle lui manquait, mais un sourire carnassier c'était emparé d'elle.
Tuer. Tuer. Tuer.
La peur avait prit les rangs des guerriers en face, elle jubilait rien qu'à voir le désordre qui commençait à régner. L'aile du dragon entoura Dana et Ted dont elle avait une prise ferme dans les poils. Un sentiment de puissance l'envahit toute entière. Elle allait en découdre avec des barbares nordiques et elle était accompagnée d'un dragon et de son grand ours. Son cœur battait dans sa poitrine, les niveaux d'adrénaline montaient de secondes en secondes, l'idée de tuer en étant si bien accompagnée la réjouissait presque. Le chef nordique prit la parole, moins rassuré, son calme précédent était taché de peur.

« Dragon, nous n'avons aucune raison de nous battre. Ce n'est pas toi que nous chassons, mais le troll ! Nous pourrions peut-être... négocier ton contrat selon de nouveaux termes ? Quant à la fille, eh bien, elle ne peut vraisemblablement pas être une de tes amies. Laisse-la-nous, en réparation des dommages qu'elle nous a causés. Nous saurons nous occuper d'elle. »

Elle aurait pu le tuer. Cela aurait été si simple, un carreau d'arbalète dans sa gorge nue. Ô qu'elle en rêvait. Mais RaÏnvir répondit à sa place, bien plus posé, d'un sang froid morbide.

« Tu chercherais donc à négocier ? Comme c'est adorable, venant de la part d'une si frêle, d'une si délicate créature... Mais je préfère... Mmh... Sentir la terreur s'emparer de ton cœur. J'apprécierais également de goûter à tes entrailles. Qu'en dis-tu ? Commençons ! »

Il fondit sur ses proies, et Dana ne pouvait retenir un sourire toutes dents dehors. Des guerriers essayaient de l'atteindre. Le dragon les dévoraient avant, Ted les lacéraient, les arrachaient en deux entre deux rugissements. Dana s'occupaient d'en achever quelques uns, observant plus le massacre qu'autre chose. Le rugissement du dragon la fit vibrer et la redescendait un peu sur terre. Elle voyait le sang étalé sur le sol éclairé par les quelques torches des barbares tombés par terre. Elle sentait l'odeur désagréable de la mort. Elle ressentait aussi que son estomac était en train de se tordre en deux et qu'elle luttait pour ne pas vomir le peu que ses tripes contenait. Ses yeux s’embrumaient de larmes qu'elle essuyait rapidement. Souffle Dana, ça va aller. C'est passager.
Cependant, ce qu'elle n'avait pas vu pendant ce temps, c'est Ted s'éloigner pour la défendre, et le chef barbare s'approcher d'elle. Le manche de son marteau vint percuter le ventre de la jeune femme, la projetant par terre. Ses hommes se faisaient décimer. Il c'était lancé dans une sorte de mission suicide pour en tuer au moins un. Et il avait choisi la plus faible, l'option la plus simple. Elle avait essayé de se relever, en vain, l'autre était au dessus d'elle, la menaçant avec un grand couteau de chasse. Ses bras étaient beaucoup moins forts que ceux de l'homme, mais l'instinct de survie décuplait sa force, sa rage de vivre. L'autre pensait vraiment pouvoir la tuer si facilement ? Ce n'était pas son moment, loin de là. Elle essayait de remonter ses genoux pour le frapper dans les parties, en vain, il bloqua ses jambes en un mouvement. Il était lourd, fort.

« Ted ! »

Elle priait pour qu'il l’ait entendue, pour que le dragon l’ait entendue aussi. Le couteau était terriblement proche de sa figure. Tellement proche qu'elle sentait la lame remonter du bas de sa joue vers son œil, y laissant une cicatrice brulante, sanglante. Elle continuait de fixer l'homme dans les yeux, sentant les siens devenirs humides. Peut être que finalement, c'était bien son heure. Elle s'agrippa au manche du couteau et le poussa de toutes ses forces restantes, jusqu'à ce que... La tête du nordique disparaisse. Ted lui avait tout simplement arraché, Dana était recouverte de sang et elle avait envoyé le couteau au loin. Son corps était tétanisé sous la carcasse morte qui se vidait de son sang sur elle. Elle la poussa, attrapa son épée qui avait volée au loin et s'éloignait pour se vider les tripes dans un coin, tombée à genoux. C'était simplement répugnant tout ce sang. Tout ce sang sur elle surtout. Elle en était poisseuse. Elle avait envie de se baigner, de se laver. D'être sous l'eau pour se purifier. La jeune femme aux cheveux désormais rouges eut beaucoup de mal a se relever, son ours dut l'aider de sa tête. Le dragon finissait les derniers soldats en les déchiquetant, Dana plongea sa tête dans les poils chauds de l'ours pour échapper a ce spectacle. Il n'y avait plus aucun bruit dans la caverne, seulement peut être le crissement des écailles de RaÏnvir sur les murs et le sol.

« Ra...RaÏnvir... Dit moi que c'est fini... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Ven 5 Aoû 2016 - 22:02



Le vacarme que provoqua le démon, lorsqu'il reçut la hampe d'une lance dans son flanc droit, fut à ce point tonitruant qu'on eut dit que le tonnerre avait pénétré les ténèbres de la caverne. Sarushzor se tourna vers son assaillant et ce dernier vacilla d'un coup sur ses jambes. Empreint de détermination l'instant auparavant, sa confiance avait heurté la froideur d'un regard démoniaque, des yeux si acérés, si viles et cruels qu'il en fut paralysé. Ce n'était pas les yeux d'une bête qui le toisait, ni ceux d'un dragon. C'était les yeux de la mort.
Soudain, la tête massive du démon se leva haut dans la grotte. Figé, le guerrier resta planté là, droit comme un piquet. Il poussa un hurlement d'effroi... juste avant que l'implacable museau de Sarushzor ne s'écrase, réduisant sa tête et son casque en une bouillie informe. Non loin, d'autres guerriers arrivaient. Et le chaos continua encore longtemps. Les griffes d'ébène fauchaient vivement des corps à profusion, arrachaient chairs, os et hauberts aussi facilement que si cela avait été de la soie. Parfois, ses mâchoires trouvaient quelque malchanceux dans le noir, et se refermait sur sa proie pour le simple plaisir de ressentir les os de sa victime se briser dans sa gueule. Il bondit d'une plateforme rocheuse, écrasa encore un autre chasseur sous son poids. Peu à peu, le nombre de torches levées s'amenuisa, rendant la grotte de plus en plus sombre. Et tandis que les flambeaux se mourraient parmi les damnés, la force de Sarushzor se renforça, tout autant que sa jubilation.
Le sol fut bientôt jonché de cadavres, et le sang rendit la pierre glissante sous ses pattes. A ce moment-là, le démon entendit une clameur qui provenait de la sortie de la caverne.

« Le chef est mort ! Sauvez-vous ! Battez en retraite ! Retraite ! »

Le moral des hominidés, déjà bien maigre, disparut aussitôt. Ils détalèrent comme des rats dans les égouts, abandonnant même leurs armes pour certains. Sarushzor gronda d'une rage bouillonnante. Entièrement concentré à la bestialité de la tâche qu'il aimait à faire sienne, il attrapa un déserteur entre ses griffes. L'homme gesticula au sol comme un ver, couina en voyant la tête écailleuse. Le démon l'acheva d'un coup sec.
Puis il y eut le silence. Des chasseurs, ne restaient que des monceaux de corps, et la plupart n'étaient pas demeurés entiers. Les autres s'étaient enfuis, et ne reviendraient probablement plus jamais ici. Le démon inspira un grand coup. La réalité venait de reprendre ses droits, aussi soudainement qu'elle s'était évaporée durant le carnage. Il repoussa mollement le cadavre devant lui d'un revers de la patte. Une voix fluette s'écria dans le noir.

« Ra...RaÏnvir... Dis-moi que c'est fini... »

Ah... c'était la protégée de son frère. Le démon ravala sa salive. Tuer un autre humain était une perspective fort alléchante, et l'ours aurait fait un adversaire particulièrement intéressant. Il hésita quelques secondes, mais se détendit finalement. De toute façon, les cris des femmes hominidés étaient si aigues qu'ils avaient plus tendance à l'agacer qu'autre chose. Il rejoignit donc le fond de la caverne sans rien dire, descendant une légère pente raide pour rejoindre l'antre du troll. A l'intérieur, on n'entendait plus que l'égouttement de fines gouttelettes d'eau tombant en rythme sur la roche. Les faisceaux de lumières qui provenaient des crevasses en hauteur avaient perdu en intensité. Il n'en était pas sûr, mais il supposa que l'angle dans lequel ils étaient dirigés indiquait qu'il se faisait tard. Sarushzor émit un léger pruum de satisfaction. Evidemment. La journée passait vite quand on s'amusait un peu ! Non loin, il vit arriver la jeune fille ainsi que son compagnon. Il les toisa froidement. Le sang qui peignait les écailles de son museau faisait de son expression un véritable masque d'horreur.

-Mmh... Oui c'est fini. Dommage... cela commençait à être enfin divertissant.

Sa voix, plus calme après l'excitation première du combat, était grave, profonde et lente. Plus caverneuse aussi. Il baissa la tête et renifla avidement un cadavre qui gisait près de sa patte gauche. Il croqua d'abord la tête, puis entreprit tranquillement de dévorer tout ce qu'il pouvait trouver à l'intérieur de la cage thoracique, avalant goulument le cœur et le foie en premier. L'affaire prit bien quelques minutes, et si certaines écailles de son museau n'étaient pas encore couvertes de sang, cela ne fut dès lors plus le cas. Repu, il revint à la fillette qui le regardait toujours. Il remarqua ses vêtements trempées de sang et la jaugea de nouveau. Puis il éclata d'un rire désagréable.

-Ah tu as bien fait, femelle ! Le blanc ne te seyait point à vrai dire. Le rouge t'es plus assorti !

Son regard se détourna pour aller en direction de l'ours blanc. Ses yeux étaient plus étincelants que naguère, comme deux astres dans la nuit, cruelle lueur brillant de défi.

-Qu'en dis-tu, toi ? N'est-elle pas magnifique comme ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 650
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 18
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Ven 19 Aoû 2016 - 3:05

BrunuhVille - Northwind



« Mmh... Oui c'est fini. Dommage... cela commençait à être enfin divertissant. »

Un frisson désagréable parcouru la peau de la jeune femme. Comment osait-il. Elle du détourner la tête quand il se mit a… jouer avec un cadavre pour le manger. C'était répugnant. Si elle n'avait pas été aussi... fluette et fragile, elle se serait jetée sur lui. Si seulement elle était une dragonelle. Elle s'avançait vers le cours d'eau et se rinça les mains. Dana était répugnée par tout ce sang sur elle. Ca empestait, et ses nausées ne voulaient définitivement pas se calmer. Ted était derrière elle, veillant a ce que le dragon ne bouge pas. Il la cachait presque complètement tant il était grand.

« Ah tu as bien fait, femelle ! Le blanc ne te seyait point à vrai dire. Le rouge t'es plus assorti ! Qu'en dis-tu, toi ? N'est-elle pas magnifique comme ça ?
- Ferme ta gueule ! C'est le combat qui te met dans cet état ? Ou est tu complètement malade ? Te souviens tu que j'ai un prénom, RaÏnvir ? Te souviens tu que je t'ai accompagné ? Aidé même peut être ? Que je t'ai donné des directions ? Qui est tu pour réagir de la sorte ? Une bête infâme ?  Dana avait hurlé ça alors que son ours s'était retourné et grognait, sur la défensive.
- Que devrai-je en dire ? Dana est couverte de sang, psychopathe. Peut être trouve tu cela esthétique, je trouve cela profondément répugnant. Tu devrais aussi te laver les écailles, tu es sale, mon cher dragon. »

Dana plongeait ses mains dans le pelage de son ours. Ce n'était pas la peine de se battre. Elle n'en avait pas le cœur et les forces étaient purement inégales. Elle enleva toute son armure, se retrouvant nue, puis plongea dans les eaux tièdes de la source qui devait se trouver un peu plus loin dans la grotte. Elle prit soin de nettoyer sa chemise de lin tachée de sang, puis de rincer ses cheveux a de nombreuses reprises, jusqu'à ce qu’ils reprennent leur couleur naturelle, un blanc neige magnifique, pur. Elle frotta ensuite longuement son corps pour effacer toute trace de sang qui ne lui appartenait pas, et repéra ou étaient ses plus grosses blessures. Elle garderait certainement une gigantesque cicatrice sur sa joue et son front, mais c'était… Les risques. Ted avait apporté un linge pour qu'elle s'enveloppe dedans en sortant de l'eau, ce qu'elle fit. Une fois sèche,  elle mit ses longues bandes de coton autour de sa poitrine pour l'avoir soutenue et ses sous-vêtements, ayant toute la place possible pour panser ses plaies. Dana prit grand soin a ignorer le dragon pendant toute cette période: elle voulait l'ancien RaÏnvir. Celui qui était gentil avec elle, et protecteur, un minimum. Elle ne comprenait pas ce qu'il lui était arrivé, et c'était ça qui la perturbait le plus. Ne pas comprendre. C'était frustrant, et terriblement troublant; surtout quand on observait la manière dont laquelle il avait changé. Comme si une autre personne avait prit possession du corps du dragon pour en faire une machine a tuer au cœur de pierre, doué d'aucune sensibilité et avec un tempérament très, très... a fleur de peau. C'est un euphémisme bien sur.
Une fois ses blessures recouvertes et désinfectées, elle s'habilla d'une chemise en lin clair, de son corset, un pantalon en cuir doublé de coton et se ses bottes. Elle s'entourait aussi d'une de ses couvertures et prit un linge qu'elle humidifia dans le petit lac. Elle se retourna vers le dragon et tendit le linge blanc vers lui.

« Laisse moi enlever tout ce sang de son museau. »

Et après ses mots, elle s'avança en posant le linge imbibé sur les écailles du dragon. Et tant pis si il réagissait mal, elle... Voulait prendre soin de lui d'une manière ou d'une autre ? Ayant fait assez de dégâts comme ça pour aujourd'hui, il lui fallait faire une bonne action.

« Pourquoi devrais-tu être dans un état de constante rage… ? Tout n’est pas bien qui fini bien ? Les hommes sont morts, tu as le troll, tu as eu ton repas, Ted et moi sommes sains et sauf. Tout va pour le mieux. »

Ou du moins, elle espérait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Sam 20 Aoû 2016 - 21:06



-...Qui est tu pour réagir de la sorte ? Une bête infâme ?

Avec lenteur et nonchalance, le démon renifla bruyamment en réponse. Ses griffes sortirent dans un crissement léger de ses pattes, et ses crocs se dévoilèrent. Mais cela, la fille ne le vit pas. Celle-ci s'éloigna de lui sans un regard en arrière, et alla laver ses vêtements dans le fond d'un ruisseau en contrebas. Les yeux de Sarushzor étincelèrent. Il était déçu, et pas par sa réponse peu flatteuse. En voyant combattre la jeune fille, il avait cru voir en elle une rage et un désir de tuer au moins équivalent aux siens. Il l'avait vu découper un chasseur avec ses lames et le sourire qu'elle avait alors montré était si épouvantable qu'il aurait pu y contempler son reflet dans le vide glaçant de ses paupières.
Enfin, c'était ce qu'il croyait. En réalité, cette Danalhéa était une hominidée tout ce qu'il y avait de plus ordinaire. Ce n'était même pas son soucis de la moralité qui le gênait, même si cela non plus ne l'intéressait guère. C'était plutôt sa naïveté, et plus encore, son hypocrisie évidente qui provoquait chez lui agacement et mépris. Elle le traitait de bête, de monstre sans cœur, alors qu'il y a encore quelques instants, elle qui clamait haut et fort chérir toute vie n'avait pas hésité à mettre fin aux jours de ceux de sa propre race. Et de fort belle façon qui plus est.
Le démon grogna et prit une grande inspiration. Il jeta un coup d'œil en direction du troll et agita sa queue frénétiquement. Il eut un moment de réflexion silencieux sur la réaction inattendue de la jeune fille. La réponse lui vint plus facilement qu'il ne l'aurait pensé. Plus surprenant encore, était la banalité de cette réponse. Danalhéa avait tué, et la joie qu'elle avait éprouvé durant le combat, cette joie qu'il trouvait lui-même si douce et merveilleuse, l'avait plongé dans un profond état de panique, et lui avait fait peur à tel point qu'elle rejetait maintenant toute la violence qu'elle avait auparavant accueilli à bras ouverts. Si c'était bel et bien cela la raison...

Furieux, Sarushzor poussa un grognement dédaigneux, semblable à un orage prêt à éclater. A ce moment précis, l'humaine revint vers lui, un tissu humide entre ses mains toutes crasseuses. Le démon n'esquissa pas un mouvement. Dana se pencha dans sa direction et passa délicatement le chiffon sur son museau, essayant à grande peine de retirer tout le sang et les bouts de cervelle qui maquillaient sa gueule. Sarushzor trembla subrepticement mais ne bougea toujours pas.

« Pourquoi devrais-tu être dans un état de constante rage… ? Tout n’est pas bien qui finit bien ? Les hommes sont morts, tu as le troll, tu as eu ton repas, Ted et moi sommes sains et sauf. Tout va pour le mieux. »

Quelle lâcheté...
Quel gâchis de tant de talents...
Cela en fut trop pour le démon gris. Sa haute stature se souleva d'un coup, comme frappé par la foudre, et l'une de ses pattes s'agita à une vitesse phénoménale pour s'emparer du corps de la jeune fille dans un étau sauvage. Bien que dénué de tout danger, car ses griffes étaient rétractées, le geste fut sec et sans douceur. Il plaqua la jeune fille sur le sol rocheux et poussa un grognement empreint de vilénie. Il entendit alors le bruit d'une lourde masse se déplacer. Le démon gris leva la tête et décocha un regard froid à l'ours blanc, de ceux qui exprimaient parfaitement une intention sans un seul mot : S'il décidait ne serait-ce que d'approcher, il la tuerait sans hésiter.
Puis ses yeux se posèrent à nouveau sur Danalhéa. Il pencha brièvement la tête de côté.

-Comme c'est commode ! Oui, bien entendu, c'est à moi que revient l'honneur de supporter le rôle de la bête. C'est moi qui suis mauvais, qui suis même une "bête infâme". C'est un fait immuable, et il en sera toujours ainsi. Bah ! A quoi t'attendais-tu donc ? Je suis un dragon, un animal féroce et sans pitié, une machine à tuer comme le disent les humains ! (Sa tête se pencha soudain de l'autre côté et sa voix grave et ténébreuse se fit plus torve encore.) Dis-moi, petite, peux-tu me dire ce qui se serait passé si ma rage n'avait pas réduit à néant les chasseurs ? Que se serait-il passé si je les avais laissé faire, si j'avais décidé de partir comme l'aurait fait un couard ?! Ils auraient simplement tué le troll et se seraient contentés de partir ? Tu sais bien que c'est faux. Car ce sont des hommes, de banales créatures avec leur cœur noir empli de désir. Je connais ce genre d'hominidé. J'ai vécu avec certains d'entre eux, j'ai appris à les comprendre. Et le monde tel qu'il est porte dix fois trop de rebus de cette espèce sur ses épaules. Alors je sais très bien ce qu'ils auraient fait. Ils auraient tué le troll, et ensuite, ils t'auraient violé dans cette grotte sombre et froide. Ils t'auraient torturé, brisé chacun de tes doigts avec leurs marteaux et leurs massues, par pure cruauté. Tu aurais entendu leur ricanement et leurs cris de jubilation. Puis ils auraient massacré ton ami au pelage blanc devant toi, aurait fait s'éteindre la flamme de la vie dans ses yeux. Et enfin seulement, après que toute forme d'espoir t'ait quitté, enfin il t'aurait tué... Mais il n'en fut rien.

D'un geste étonnamment doux, Sarushzor souleva sa patte et libéra Danalhéa. Il continuait de croiser son regard, mais toute trace de malveillance et de joie perverse l'avait quitté. Il posa sa longue silhouette grise sur le sol, sa queue s'enroulant dans le creux laissé par ses immenses bras écailleux.

-Car jamais je ne les aurais laissé te faire du mal. Jamais, dussè-je élever mes ailes en un rempart pour te protéger de leurs marteaux et massues ! Ces chasseurs étaient des êtres abjects. Ils voulaient te tuer. C'était sans l'ombre d'un doute de véritables monstres. Mais dans cette grotte, ils se sont confrontés à un monstre bien plus puissant et plus cruel qu'eux. C'est ainsi. C'est par le mal que l'on détruit le mal. Et ceux qui pensent différemment n'ont soient jamais connus pareil situation, soient sont des imbéciles. Mais tu le sais déjà. C'est pour cela que tu t'es battu, et que tu as infligé la mort à tes semblables avec une détermination et un plaisir que je n'aurais pas démérité ! Tu savais ce qu'ils avaient en tête en te voyant et tu as refusé de les laisser faire. La colère et la haine t'ont poussé à briser tes chaînes et t'ont rendu plus forte. Alors oui, Danalhéa, le rouge t'es bien assorti. Tu l'as enlevé de ton corps, mais ne l'oublie jamais. Grâce à ce rouge, tu as survécu aujourd'hui.

Il repoussa mollement les cailloux qui entravaient les mouvements de ses sii, et ceux-ci dégringolèrent sur une pente raide près de lui. Maintenant, le démon gris était calmé. Il jugea avoir dit tout ce qu'il avait à dire, et surtout, lui avoir dit la vérité. C'était une réalité qui lui convenait tout à fait, car il était né dans le carnage et la mort. Néanmoins, tous les êtres de cette terre n'acceptaient pas forcément une telle réalité...
Il sentit alors une douleur lancinante dans son flanc gauche. Il souleva discrètement son aile et remarqua un trou béant teinté de sang vermeil qui contrastait dans son armature grisâtre. L'excitation de ces derniers temps l'avaient rendu extrêmement euphorique, mais la plaie était vraiment vilaine et d'assez bonne taille. Il repensa à la hampe à tête noire de l'un des chasseurs et se rappela du moment où il avait reçu le coup. Il haussa les épaules et tâcha désormais d'éviter le regard de Danalhéa, tentant de dissimuler sa blessure derrière son aile noire. Il bailla et étira son échine tel un chat, avant de se recroqueviller en tordant agilement son torse.

-Ma présence t'exècre, j'imagine. Je ne t'en veux pas. Beaucoup me haïssent, et plus encore sont ceux qui me craignent. J'imagine que tu as également envie de revoir l'autre RaÏnvir. Ah... Le bienveillant et doux RaÏnvir. Pourquoi ? En quoi le préfères-tu... à moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 650
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 18
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Mer 31 Aoû 2016 - 13:15

Of Monsters&Men - Hunger



Le temps c'était arrêté quand le grand gris saisit son corps. Son corps c'était comme liquéfié et elle avait cru mourir. Elle entendait a peine son ours au loin charger puis s'arrêter net. Elle savait qu'il rongeait son frein et qu'il ne pouvait rien faire sous peine d'être tué sur le champ, lui et elle. Lui ou elle. Elle. Cela aurait été tellement facile de la casser en deux... s’il serrait un peu fort la patte, il pouvait briser son dos avec une aisance inouïe. Mais Dana n'avait... Pas vraiment peur. Une sensation bizarre avait juste prit possession de son corps. Une rage lasse, une peur apprivoisée, une panique paisible. Le fouillis qu'il y avait dans sa tête s'intensifiait de secondes en secondes.

« Comme c'est commode ! Oui, bien entendu,... C'est moi qui suis mauvais, qui suis même une "bête ...". C'est un fait immuable,... oi t'attendais-tu donc ? Je suis un dragon, un ani... 'is-moi, petite, peux-tu me dire ce qui se serait passé si ma rage n'avait pas réduit à néant les chasseurs ? Que se serait-il passé si... Ils auraient simplement tué le troll et... c'est faux. Car ce sont des hom... Je co... ils t'auraient violé ...'tte sombre et froide... torturé, brisé chacun de tes doigts avec... Tu aurais ... Puis ils auraient massacré ton ami au pelage blanc... Et enfin seulement,... t'aurait tué... Mais il n'en fut rien. »

Son cerveau de procédait plus les paroles du dragon. La vérité était trop dure pour qu'elle la digère. Elle n'entendait plus assez. Ses oreilles bourdonnaient, son cœur s'affolait, son estomac se serrait et desserrait, son souffle était lourd, comme si à chaque respiration on lui plantait des couteaux dans les côtes. Elle allait encore pleurait, elle le savait. Le grand gris la déposait a terre, elle s'accrochait au sol alors que sa tête tournait. Il avait raison. Elle ne voulait simplement pas l'admettre. Elle le devait pourtant, elle devait accepter qu'elle ne fût qu’une humaine vivant dans un monde pourri jusqu'à la moelle. Le grand gris reprit la parole et secoua encore un peu plus cheveux blancs.

« Car jamais je ne les aurais laissé te faire du mal. Jamais, dussè-je élever mes ailes en un rempart pour te protéger de leurs marteaux et massues ! Ces chasseurs étaient des êtres abjects. Ils voulaient te tuer. C'était sans l'ombre d'un doute de véritables monstres. Mais dans cette grotte, ils se sont confrontés à un monstre bien plus puissant et plus cruel qu'eux. C'est ainsi. C'est par le mal que l'on détruit le mal. Et ceux qui pensent différemment n'ont soient jamais connus pareil situation, soient sont des imbéciles. Mais tu le sais déjà. C'est pour cela que tu t'es battu, et que tu as infligé la mort à tes semblables avec une détermination et un plaisir que je n'aurais pas démérité ! Tu savais ce qu'ils avaient en tête en te voyant et tu as refusé de les laisser faire. La colère et la haine t'ont poussé à briser tes chaînes et t'ont rendu plus forte. Alors oui, Danalhéa, le rouge t’est bien assorti. Tu l'as enlevé de ton corps, mais ne l'oublie jamais. Grâce à ce rouge, tu as survécu aujourd'hui. »

Le rouge t’est bien assorti. Grâce à ce rouge tu as survécu aujourd'hui. Pourquoi est-ce-que toutes ces vérités lui faisait si mal? Elle avait eu le droit a une vie de château une grande partie de sa vie, elle ne connaissait rien au monde extérieur. En quelques jours avec ce dragon, elle avait assimilé beaucoup, beaucoup trop, d'informations. L'univers autour d'elle était passé d'un paradis paisible à un enfer ou il fallait survivre en se battant pour sa vie. Elle ne voulait pas de cet univers car elle ne le connaissait pas. Elle ne voulait pas de la peur de l'autre. Elle voulait simplement du calme et de la sérénité dans son monde. Mais elle ne pouvait pas rester naïve toute sa vie. Danalhéa avait l'impression de couler, de suffoquer. Ses épaules tremblaient ainsi que tout son corps. Fallait-il remercier le dragon de lui avoir ouvert les yeux ou le haïr pour cette simple action ?

« Ma présence t'exècre, j'imagine. Je ne t'en veux pas. Beaucoup me haïssent, et plus encore sont ceux qui me craignent. J'imagine que tu as également envie de revoir l'autre RaÏnvir. Ah... Le bienveillant et doux RaÏnvir. Pourquoi ? En quoi le préfères-tu... à moi ?
- Elle... Dana clarifia sa voix cassée d'une petite toux et releva la tête vers la masse imposante désormais allongée. Elle fixa ses yeux aussi bleus que les siens, c'était peut être un des nombreux traits qu'ils partageaient mais qu'elle ne voulait pas s'avouer. Elle ne m'exècre pas, ta présence. Je ne te hais pas plus que je ne hais les hommes. Je te crains un peu, qui serait assez fou pour s'approcher d'un dragon sans crainte ? Moi, je suppose. Elle avait murmuré, puis souriait à la mémoire de leur rencontre atypique. Et je... Je ne sais pas. Je ne le préfère peut être pas. C'est peut être juste le moindre mal ? Il m'a mené sur le lieu de ce combat, il a accepté que je le touche, que je sache qui il est, un peu du moins. Mais toi tu m'as sauvé. Alors je ne préfère personne. Je dois juste... M'avouer que sans toi je ne serais pas en vie. Et que sans lui sans vous, pensa t-elle je n'aurais pas réalisé la nature des hommes. Sans lui, je n'aurais pas eu a me battre, sans toi, je n'aurais pas eu a vivre. »

C'était bancal comme explication mais elle espérait qu'il... Qu'ils comprendraient. Danalhéa était résignée désormais, et presque reconnaissante. Presque. C'était un sentiment doux-amer. Elle avait réussit a se calmer, elle c'était relevée et regardait le dragon puis Ted qui s'approchait d'un pas lent et méfiant. Elle glissa ses doigts dans les doux poils de l'animal et souriait. La présence rassurante de cet être avait tout pour la calmer, elle deviendrait folle si il n'était pas a ses côtés. Il était cependant très, très sceptique a l'idée d'être a portée de griffe du dragon, mais pas complètement opposé, car reconnaissant d'avoir laissé en vie son humaine. Elle voyait sa truffe s'agiter, il renâcla.

« Tu saignes, dragon. Je le sens jusqu'ici. Et si tu laissais Dana t'aider comme tu l'as aidé ? A moins que tu ne te sentes assez fort pour résister a une blessure infectée. Ou que tu ais juste trop de fierté pour te faire soigner par une humaine. »

Dana poussa l'ours en fronçant les sourcils. Il allait les faire tuer un jour, à être aussi effronté. Oh, comme les rôles étaient inversés. Elle ne pouvait réprimer un sourire sincère alors que ses yeux rencontraient ceux du grand dragon. C’était vrai qu’elle maîtrisait un peu de magie, mais de là a soigner une grande blessure… Enfin, elle devait encore voir a quoi cette entaille ressemblait. Et elle espérait que ce n’était pas trop grand. Ce n’était pas qu’elle était déjà épuisée mais… Elle était déjà épuisée. Cependant, la caverne était pleine de mousse, et l’eau chaude de la source ne pouvait faire que du bien au grand dragon… Elle se remémorait ces illustrations dans les livres de dragons dans de grands lacs. Des êtres aussi majestueux dans l’air que dans l’eau. Des êtres aussi plutôt… dangereux et souvent mal lunés. Mais on dira soupe au lait pour RaÏnvir, et qui d’autre était dans sa tête.

« Si tu veux bien te faire... Soigner, je te propose de nettoyer ta plaie dans la source là bas pour commencer. Ca ne peut pas te faire de mal. »

Dana's : #cfffff
Ted's : Teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   Jeu 1 Sep 2016 - 17:24



Il ne s'attendait pas à la réponse qu'elle lui fournit. Elle lui avait parlé d'une voix brisée et résignée, comme si tout ce que le démon gris lui avait déclamé s'était incrusté en lettres de feu dans sa tête. Il écouta et considéra que la jeune fille avait semble-t-il compris sa philosophie du monde. Au beau milieu du monologue improvisé de Danalhéa, Sarushzor releva la tête et lâcha un filet de fumée de ses naseaux, signe de sa satisfaction. Peut-être après tout y avait-il encore de l'espoir pour elle ? C'était bien. Il n'aimait pas perdre son temps en de vains bavardages. Son existence était éternelle mais ce n'était pas une raison pour en gâcher une partie, même infime !
Il sentait toujours sa naïveté enfantine et agaçante, mais il se força à la supporter. Bah ! Elle faisait un effort, il fallait bien en faire un soi-même. Il ne put néanmoins s'empêcher de glousser dans un pruum dur et caverneux lorsqu'elle mentionna le "moindre mal". Cela, peut-être plus que toute autre de ses déclarations, était parfaitement vrai. Même si c'était insultant... très insultant, surtout pour RaÏnvir. Ainsi donc, le brave dragon gris, accueillant et bon envers eux, désireux de ne pas mettre en danger la fillette et son charmant petit ours tout de blanc vêtu, n'était finalement rien de plus qu'un moindre mal ? Sarushzor pensa alors que RaÏnvir, quand il referait surface dans leur conscience, en aurait le cœur brisé. Et c'était tant mieux ! Il était temps que son frère apprenne qui il était vraiment. Un chasseur. Un prédateur... Un démon, malgré toute ses tentatives pour paraître différent.
Quant à Sarushzor, lui ne pouvait indubitablement pas être un moindre mal. Il en était au-delà de toute forme, et il en était ravi ! Lorsque la jeune fille eut fini, l'ours blanc l'accosta sans ménagement.

« Tu saignes, dragon. Je le sens jusqu'ici. Et si tu laissais Dana t'aider comme tu l'as aidé ? A moins que tu ne te sentes assez fort pour résister à une blessure infectée. Ou que tu aies juste trop de fierté pour te faire soigner par une humaine. »

Les écailles de l'arcade renforcée au-dessous de ses yeux se rembrunirent. Il avait espéré pouvoir cacher cette très légère faiblesse à ses deux interlocuteurs, mais ce "Teddy" était vigilant. Comme pour complimenter cet incroyable talent, il lui jeta un regard plus venimeux que le venin d'un serpent. Oui, et alors ? Il était fier, et c'était peu de le dire ! Et il avait raison d'être fier. Il était le plus puissant dragon qui arpentait cette terre, et il avait par maints dangers prouvé ce fait. Ce n'était pas une petite blessure comme celle-ci qui allait vaincre sa détermination. Mais ni une ni deux, la femelle hominidée était déjà en train de se rapprocher. Elle lui parla, mais le démon gris ne l'écouta pas. Il poussa un grognement féroce et s'éloigna rapidement, trépignant sur ses pattes arrières en protégeant son flanc blessé.

-Bas les pattes ! Je n'ai pas besoin de ta pitié...

Il réitéra son grognement, lequel se transforma soudain dans un élan de douleur. La plaie était vraiment très vilaine. Et cruelle aussi. Il avait l'impression que l'on mettait du feu liquide dans sa chair à vif. Il serra les crocs et prit une longue inspiration. Il pouvait survivre à ça, il en était certain. Mais il pouvait aussi tout simplement recevoir de l'aide...
Alors Sarushzor leva son corps gris, et après une courte hésitation, il se dirigea vers le petit ruisseau plus bas dans la caverne. Blessé dans son orgueil, il se contraignit à plonger à demi dans l'eau, et secoua la tête, le liquide glacée agissant comme si milles lances transperçaient sa plaie ouverte. Quand il retira son aile, il comprit que c'était plus grave qu'il ne l'avait cru au premier abord. Ses écailles grises avaient disparu tout autour de la blessure. Pire encore, la chair s'était décollée, et le sang coulait à flots. Dans l'ombre ouatée de la grotte, il repéra l'arme qui lui avait causé un si grand maux. Il courba son cou et l'attrapa à l'aide de ses mâchoires pour la déposer près de lui. Tandis que Danalhéa le rejoignait, il montra de son museau l'hallebarde à l'épaisse hampe noire et fit doctement observer.

-Ceci est une Harvell. Une création ingénieuse, faite par les pauvres humains que la bête infâme que je suis a massacré sous tes yeux aujourd'hui même. (le ton sarcastique du démon était à peine dissimulé dans sa voix grave) Comme tu peux le constater, à première vue, on dirait une lance tout ce qu'il y a de plus banale. La distinction commence toutefois quand l'on s'attarde sur sa pointe. C'est cette tête en forme de harpon qui donne toute sa cruauté à Harvell. Il est aisé pour un chasseur de planter cette horreur dans le corps d'un dragon, et ainsi, les empennes de fer sur la tête s'accrochent à la chair. Ce qui ne laisse que deux possibilités à ladite bête. Elle peut la laisser meurtrir son corps jusqu'à ce que mort s'ensuive... Ou alors, elle l'enlève et, de ce fait, arrache un grand morceau de sa peau, ce qui entraîne également la mort. Vraiment, quelle merveilleuse création ! Si je pouvais tenir l'auteur de cette arme entre mes griffes, je lui ouvrirais volontiers le ventre pour en retirer entrailles et os, ne serait-ce que pour lui montrer, avec expérience pratique à l'appui, l'ébauche de la souffrance que me cause son ouvrage...

La jeune fille toucha la plaie de ses mains, et le démon gris eut un sursaut. Très léger cependant. Il demeura taciturne, et garda son expression teintée d'une ironie mauvaise et sombre. Néanmoins, ce simple geste doux et plein d'attention arriva à calmer en partie l'horrible tourment qu'était le sien.

-Tu as les mains douces. Et... tu es intelligente et forte. Tu sauras survivre dans ce monde, j'en suis persuadé... (il était décidément très maladroit pour les compliments.) On ne peut pas en dire de même pour certains.

A ces mots, il posa ses yeux pâles et dédaigneux sur le troll. Ce dernier, venant les rejoindre, écrasa la roche de son immense masse et les fixait de son air stupidement béat et niais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI   

Revenir en haut Aller en bas
 
Regarde Ted, un Papillooooon ! ⌂ [Raïn/Dana] →FINI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Regarde autour de toi, les arbres sont en fleurs
» *regarde dans le trou de la serrure*
» Deux filles en manque de rp*regarde ses mains qui tremble*
» Il n'y a personne comme toi, même si je regarde autour -PV- |TERMINER :( |
» Elodie regarde le port.[Libre.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu (RPG) ::  :: Lois & Légendes :: Archives :: Territoires inconnus-
Sauter vers: