Tout a basculé...
 

Partagez | 
 

 Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]   Dim 30 Aoû 2015 - 21:35



« Quel nom porte l'être qui est devant moi ? Le démon a pour nom Sarushzor, mais et toi ? J'aime connaître et retenir le nom de ceux que je rencontre. »

Le dragon ne laissa pas transparaître sa surprise. Il garda le silence jusqu'à avoir pris la pleine mesure des mots de Dablio. Une conversation s'engageait, visiblement. Sans empressement, mais bien réelle. Bien que peu à peu certain que l'humain soit inoffensif, RaÏnvir restait sur ses gardes. Il avait dû mal à l'imaginer s'intéresser à un dragon qui, quelques minutes auparavant, avait souhaité ardemment sa mort. Il lui était encore plus difficile d'imaginer qu'un hominidé puisse comprendre sa vie. Car après tout, rare était ceux qui pouvaient se targuer de partager ses pensées avec un autre ! De par les mots de l'homme-loup, le dragon gris aurait pu mal prendre ce récit, pourtant la dernière question de Dablio l'avait poussé au mutisme. Ses yeux bleus braqués sur lui brillaient de perplexité. Comprenait-il vraiment ce qu'était le partage de l'esprit entre deux êtres à l'identité si opposée ? Avait-il lui aussi vécu dans la souffrance de la solitude et du rejet ?

-"Mon nom est RaÏnvir, puisque tel est ta question. Je suis originaire du Nord, du moins mes souvenirs viennent de ces terres reculées. Quand j'ai eu une vingtaine de printemps, je me suis dirigé vers le Sud d'Hypath pour trouver de quoi me nourrir. Ayant longtemps vécu parmi les humains, j'ai décidé de vivre dans la région. J'ai... comment dire... pris l'habitude de vos us et coutumes, même si cela n'a pas été facile. Quant à mes semblables, je ne les côtoie pas souvent. Sarushzor incarne le mal pour eux, et pas l'un des moindres. Une chance que je puisse chasser pour le compte de tes thanes et seigneurs, sinon je serais autant traqué par des dragons que je ne traque moi-même."


Avant même qu'il ait terminé, RaÏnvir avait fermé les yeux. Parler de lui était une épreuve redoutable, et les yeux dorés de Dablio ne l'aidaient en rien. Ils lui semblaient inquisiteurs, tenaces et froids. Ils étaient loin de ressembler à ceux d'un homme. Le dragon gris gronda de dépit. Bah ! Il n'avait aucune raison d'être aussi mal à l'aise. L'homme-loup n'avait fait que de lui poser une simple question. Mais, et ce dernier devait sans doute l'avoir remarqué, ses paroles étaient empreintes de douleur. A chaque début de phrase, suivait un crissement de ses griffes acérés sur la terre, traçant des sillons sur chacun des doigts griffus de ses pattes, et des grognements nerveux avaient conclu son histoire. Finalement, RaÏnvir se releva avec la vivacité d'un aigle, tentant de garder son calme. Il lança de manière sarcastique, comme pour oublier qu'il parlait de lui.

-"Le destin aime faire mal, tu ne trouves pas ? Uni à jamais avec mon frère d'âme, et être obligé de passer le reste de ma vie seul, loin des mes congénères. Ai-je choisi de vivre ainsi ? Peut-être. En vérité je te le dis, j'ai tué des dragons pour survivre. Et j'en tuerai d'autres avant que ne viennent pour moi le froid mordant de la mort. Craint par les uns, haï par les autres. Feux et Griffes ! C'est ainsi que je suis, et que je serai. Mais cela ne m'empêche pas toutefois d'avoir nombre de regrets..."


Son coup d'éclat se perdit dans ses derniers mots. Il poussa un gémissement, et se laissa retomber sur le sol pour s'enrouler sur lui-même. Son regard croisa celui de Dablio, pendant l'espace d'un instant, et sa voix grave brisa une dernière fois le silence.

-"Tu n'aimes pas les miens, n'est-ce pas ? En tout cas plus que de raison... Je le vois dans tes yeux. Même maintenant, tu t'attends à ce que mes griffes viennent t'arracher la chair. Dis-moi, est-ce parce que je suis un danger pour toi ? Ou simplement parce que je suis un dragon... ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]   Sam 5 Sep 2015 - 23:38


A son grand étonnement, le dragon lui répondit malgré tout. Au moins, Dablio avait véritablement affaire à un "bon" dragon, dû moins au "bon" côté de ce même dragon. Cela le rassura un peu sur la suite des événements. C'était donc un dragon du Nord... Un dragon rejeté par les sien... Cela n'étonna pas vraiment le jeune homme, dû fait qu'il avait vécu durant toute son existence la même chose avec les humains. Même les elfes avaient toujours eu du mal à l’accueillir. Dablio se sentit d'ailleurs obliger d'ajouter au petit monologue du dragon :

"Je préciserais que je ne me considère pas comme faisait vraiment partie de la société hominidé, comme vous dites. Je ne suis dirigé par aucun thane, ni seigneur, et encore moins par un roi. Même les dragons du Lavadôme ne peuvent me diriger ou me donner des ordres. La preuve en est que je suis ici, au lieu de travailler dans leur maudit champs de kern. Je suis aussi bien traqué en Hypat que dans certains protectorats. Mais ils ne me connaissent que sous ma forme de loup, bien sûr. Je ne suis qu'une engeance maudite pour eux..."

un soupir de tristesse et de résignation ponctua la fin de cette phrase. Pourtant Dablio connaissait très bien la vie en communauté, mais cela n'avait duré que jusqu'à ses dix ans... Jusqu'à ce que son clan de gitans se fassent anéantir par des brigands, et qu'il ne devienne... Ceci... Il soupira de nouveau, mais plus de fatigue cette fois. Écoutant distraitement le dragon, assaillit par ses souvenirs, Dablio répondit doucement :

"Oh oui, le destin nous joue de drôle de tour... J'ai tué, plus de fois qu'il n'en faudrait pour survivre, pour me libéré. Et de cela, je n'en était qu'à moitié conscient. J'ai fuit les miens, je les ai détesté fut un temps aussi, puis j'ai accepté et je vis avec. Pourtant..." Dablio regarda un instant les cadavres au sol, dont il n'avait plus du tout envie de se nourrir tellement la chaire était froide. "...Pourtant j'arrive encore à avoir de ses envies bestiale, et à demi cannibale. Et à chaque retour sous forme humaine, je n'ai aucun regret, aucun remord, juste un arrière gout de sang quelconque."

Dablio imita le dragon, ce fameux RaÏnvir, et s'assit au sol, dans cette herbe souillée par le sang et la mort. Mais les odeurs s'étant atténuées, cela lui importait peu désormais. Il regarda le dragon lorsque celui-ci lui demandé s'il détestait les dragons... Dablio trouva cette question étrange, mais... Indirectement, Dablio détestait tout ceux qui était considéré comme "normaux" dans cette société, et il ne pouvait s'empêcher de croire que les individus comme lui, ou comme RaÏnvir, étaient tout à fait capable de se trouver une place. Mais comment?

"Je ne déteste pas les dragons, dû moins pas tous. Je déteste ceux qui tuent pour rien... Que ce soit les humains ou les dragons. Moi je tue pour me nourrir, et non pour le plaisir, évidemment... Et pourtant, les miens ou les tiens me prennent pour une bête féroce, enragée, sauvage et pleine de ténèbres! Entre autre... une partie de ma famille a été tué par ce genre de personne, l'autre partie... Est morte oublié dans un cimetière sous les ordres d'un Protecteur dragon trop violent..." expliqua calmement le jeune homme, puis il se tourna vers le dragon, et lui lança d'un ton bien plus sérieux : "Et je ne te hais point... Mais si tu es un danger pour moi, ou ton frère d'âme, alors je serais obligé d'être méfiant, voire bien plus... Mon instinct m'y obligera."

Puis, le jeune homme se tue, espérant ne pas avoir froissé le dragon. Il regarda le soleil, bientôt il devrait retourner au Lavadôme effectuer ses tâches quotidienne d'esclave. Mais... Le voulait-il vraiment? Ou essaierait-il un jour de sortir de ce maudit Lavadôme. Après tout, un esclave de plus ou de moins, ils n'en verront même pas la différence... Nous ne sommes que de la chaire pouvant travaillé à leur place, c'est tout. grogna-t-il intérieurement, ne pouvant vraiment grogner sous sa forme humaine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]   Sam 12 Sep 2015 - 23:24



RaÏnvir écoutait avec attention jusqu'au dernier mot de l'homme-loup. Son avis lui tenait à cœur. Ses réponses aussi. Ainsi, il déclarait ne pas haïr les dragons, simplement leur goût pour la cruauté. De cela, le dragon gris ne pouvait en dire autant. Son frère d'âme avait plus d'une fois fait montre d'un penchant pour ce genre d'exactions, des actes viles, commis sans scrupule. Mais le mal qu'il représentait poursuivait également sa besogne en rongeant leurs pensées au plus profond de leur conscience. Etait-ce alors la faute de RaÏnvir si lui-même aimait boire à la douce coupe de la mort ? N'était-ce pas plutôt à cause de la folie de son frère que lui-même subissait les désirs de la chair ?

Une sombre pensée le traversa. Il se mit à regarder les cadavres des hominidés qu'il avait massacré sans vergogne. Il se souvenait de la mort de chacun d'entre eux. Le premier, il lui avait lapidé les épaules. Il s'en souvenait car il avait encore en mémoire la douleur cuisante de la hache couverte de sang que l'humain avait tenu. Il avait voulu affaiblir ses membres pour se protéger de son arme en acier. Après tout s'était passé très vite. Le deuxième avait eu la tête séparée de son torse, le troisième avait été aplatie par sa patte griffue, dont les doigts avaient transpercé sauvagement sa peau si douce au toucher. Doux... si doux...
Et puis il avait attrapé le corps du quatrième entre ses crocs, l'avait secoué brutalement avec un soin minutieux, ceci afin d'entendre le bruit de chaque os craquant dans ses mâchoires, avant de l'envoyer valser sur le sol boueux plein de crasse. Les autres étaient morts de la même façon,... et il n'avait pas eu de scrupule. Il ? Non. Pas lui. Il. C'était Sarushzor qui contrôlait leurs membres, Sarushzor qui avait croqué, qui avait arraché, qui avait tué. Y était-il pour quelque chose ? Aurait-il dû arrêter son frère ?... Etait-il encore quelqu'un derrière le masque terrifiant du démon qui sommeillait en lui ? RaÏnvir se tourna finalement vers Dablio. La membrane élancée de ses ailes claqua dans l'air.

-"Je comprends ton point de vue, Dablio. Il est vrai que le spectre de la mort frappe souvent sans crier gare. Il n'y a qu'à voir les très nombreux cas de conflits entre différents royaumes hominidés pour se le prouver. Toutefois, ce "rien" dont tu parles, pour qualifier les raisons de ces massacres, est très hasardeux. La colère, la vengeance, la survie, la peur. Voilà certaines raisons qui me pousseraient à tuer. Pour d'autres encore, tuer est un besoin, une soif implacable qui appelle au sang... Une soif que ceux qui aiment tuer apprécient par-dessus tout... Une soif que toi-même tu connais. Tout n'est alors qu'une simple question de point de vue. Dis-moi, ne penses-tu pas que pour la biche, le loup n'est qu'une bête cruelle qui dévore ses petits ? Quelle est alors la différence, d'après toi ? La réponse est de savoir de quel point de vue nous parlons. Pour le loup, c'est un besoin. Pour la biche, c'est une malédiction. (Le dragon gronda et s'ébroua, tournant sa tête couronnée de cornes de gauche à droite.) Enfin... je ne suis pas ici pour justifier de la justesse des actions de tout un chacun. Mais en vérité je te le dis, ne juge pas une personne par ses seuls actes, car ainsi, tu ne vaudras pas mieux que ceux qui te traitent de bête féroces et ténébreuses. Après tout, nous sommes tous nés dans un monde dur et cruel."


Le vent se leva soudain, et diffusa une odeur de souffre. Au cœur des brumes, l'air devint lourd, des cendres se mêlant encore à l'âpreté des lieux. Le dragon gris se tourna vers les cadavres. Il ne se souvenait pas les avoir brûler, ni avoir cracher son feu dans l'ivresse du combat. Qu'est-ce qui pouvait donc sentir autant la fumée ? RaÏnvir décida de se lever, agitant son immense armature d'écailles grises. Le teint de son corps s'harmonisait à merveille avec le climat autour d'eux. Où était passé le soleil ?
Ses griffes acérées ouvertes, ses sens à l'affût, il suivit un sentier légèrement escarpé qui s'éloignait de la forêt, certain que quelque chose n'allait pas.

-"Tu sens ça ? C'est comme si le feu remontait de la terre..."


Il s'était adressé à l'homme-loup sans être sûr que ce dernier le suivrait. Alors, lentement, il traversa le brouillard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]   Sam 19 Sep 2015 - 19:27


Dablio écouta le dragon, sans vraiment l'écouter, comme à chaque fois. Il était à moitié dans ses pensées. Il se savait avoir tord sur certains points, comme il se savait avoir raison sur d'autres points. Mais comment juger l'un ou l'autre sans avoir juger ses propres actes. La métaphore de RaÏnvir portant sur la biche et le loup était des plus parlante... Surtout pour un loup-garou qui avait déjà chassé des proies. La pauvre biche, si elle avait pu parlé et brandir une arme, pourrait être l'équivalent des hommes qui avaient essayé de se défendre, et le loup serait le frère d'âme de RaÏnvir... Une âme affamée... Une âme réclamant son sang et sa mort, autant qu'un estomac peut réclamer sa nourriture. Comment ces êtres peuvent exister? Non! Comment pouvons nous exister? se corrigea-t-il, car il savait qu'il était l'un de ces êtres maléfiques et contre-nature.
Les pensées de Dablio commencèrent à vaciller, il eut plus de mal à suivre le court de ses pensées. Jusqu'à ce qu'un cri puissant surgit de son crâne.

"Feu!!!"

Encore ce maudit instinct qui se manifestait de plus en plus sous sa forme d'homme. "Quand vas-tu me laisser en paix? Dablio connaissait la réponse depuis longtemps: lorsqu'il serait mort. Mais il espérait qu'un jour il trouverait un moyen de contrôler cette instinct, ou du moins de prévenir ses apparitions. En attendant, le jeune homme était tenu de se plier en deux à chaque manifestation de cette voix impromptue.
Lorsque que son crâne se fut calmée, il se releva et comprit qu'il était de nouveau seul. Il n'avait pas vue le dragon disparaître. Mais il pouvait encore sentir les relents du sang et de la mort que le reptile volant portait. Le jeune homme suivit le dragon, et suivit aussi l'odeur... Il ne l'avait pas tout de suite remarquée, son instinct l'avait sentit à sa place. Le feu... non, pas exactement, le souffre plutôt. Dablio continua de suivre la piste. Jusqu'à heurter une masse sombre. Il fut projetée contre un tronc d'arbre. Il jura et sa colère se réveilla, il se releva d'un bon, pensant que le dragon s'était planté devant lui pour le prendre par surprise et que tout cela n'était qu'une feinte... Mais à la place du dragon, Dablio aperçu autre chose. Cette chose était bien plus terrifiante car elle était en partit faite de flamme, et en partit faire de roche... Son instinct lui souffla ce que c'était:

"Un golem de feu..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]   Sam 26 Sep 2015 - 17:27



RaÏnvir fit volte-face sur la colline et regarda derrière lui, mais le brouillard se resserrait comme un étau. Des rubans de fumées s'épaississaient jusque dans le ciel, et des bruits inquiétants et bizarres retentissaient en leur sein. C'était comme un grattement de roche sur la roche, un frottement désagréable qui ne calmait pas les sens du dragon gris. Il se déplaçait prudemment, l'air crispé. Ses yeux brillants de saphir révélaient l'expérience et la sagesse qui régnaient en lui.
Il arriva à un endroit où le sol n'était constitué que de petits cailloux gris, la plupart emplie de suie. RaÏnvir leva une patte, agita légèrement ses griffes couleur de l'ébène, et toucha l'un des galets. Il était chaud, extrêmement chaud. Comme si de la lave s'était répandue sur sa surface. Mais il n'y avait aucun volcan dans les environs, et les plus proches ne semblaient pas prêts à entrer en éruption. Il profita de cet instant pour laper l'air de sa langue râpeuse, et humer les senteurs des lieux. Bien qu'il ne comprenne pas encore quoi, quelque chose n'allait pas. Qu'est-ce qui avait donc provoqué un tel phénomène ?
Les griffes du dragon gris cliquetèrent entre elles tandis qu'il réfléchissait, s'entrechoquant avant de se serrer sur le galet, doucement, comme une caresse mortelle. Peu à peu, il commençait à deviner ce qui s'était passé ici.
C'est alors qu'une pensée surgit. Une brume naturelle ne peut se lever que lorsque l'air se rafraîchit, en général à cause de la pluie.

"Alors comment se peut-il qu'il y ait de la brume dans cette fournaise ?"


Comme pour lui répondre, le vent fit s'élever les rubans de fumée d'un seul harmonieux mouvement. Sa vision troublée s'améliora, bien que le soleil et le beau temps ne reviennent pas, et RaÏnvit put contempler le paysage tout entier. Devant lui, tout n'était que désolation. Il vit l'herbe morte sous ses pattes, les arbres encore en flammes, et les branches calcinées. De la fumée remontait encore d'une terre aride et sèche. Il n'y avait plus de vie dans cet endroit stérile, aucun animal n'errait dans la plaine. Plus loin encore, des monts noirs et mornes, dénués de toute terre, se dressaient tristement, et RaÏnvir eut l'impression de regarder une mâchoire pleine de crocs pourries. Et il vit aussi les ossements, carbonisés, tordus, brisés, souvenir d'un grand et sinistre évènement. Les écailles du dragon gris frissonnèrent à l'unisson quand il reconnut l'origine des carcasses fumantes.
Soudain, il entendit un cri. Il venait de derrière lui.

 "Dablio !"


Le dragon gris lâcha un grondement sourd, et se détourna du champ de mort. Il reprit le chemin en sens inverse en laissant ses griffes frotter le sol rocailleux. Quand il revint aux abords de la forêt, une vision d'horreur se présenta à lui. Une créature faite de roche et de flamme se tenait devant l'homme-loup. Imposante, la créature avançait vers Dablio, ses membres de pierre crissant sur le sol, provoquant un ignoble son. L'instinct de RaÏnvir, face à ce danger, le poussa à rugir. L'intention n'était pas de le défier, du moins pas entièrement. Comme prévu, le gigantesque golem se retourna, oubliant pendant quelques instants la présence du minuscule hominidé. La conscience de Sarushzor choisit ce moment pour envahir leur esprit.

-"Laisse-moi m'occuper de ça, frérot."
-"Tu crois être capable de le tuer ?"
-"Je peux tuer tout ce qui vit, RaÏn... et j'ai grand désir de m'amuser un peu !"


Tout à coup, les écailles du dragon noircirent et ne devinrent plus qu'obscurité. Ses yeux perdirent du bleu abyssal et se grisèrent, chatoyant une lueur tel l'argent. La colère du démon intérieur fit durcir ses muscles. Il avait envie de tuer. La voix de RaÏnvir murmura alors à son oreille.

-"L'homme-loup, mon frère. Aide l'homme-loup."


Le démon soupira. Quel ennui... mais enfin, au moins il pourrait un peu se distraire avant la fin de la journée. Et si le prix à payer était de satisfaire aux exigences de son frère, qu'il en soit ainsi. Il poussa un rugissement à l'encontre de Dablio.


-Ne bouge pas ! Sa vision est basée sur le mouvement. Lève ne serait-ce que la plus petite griffe, et il...  


Il n'eut pas le temps d'en dire plus. Le golem poussa un étrange cri mécanique, et le chargea de ses poings informes fait de roc. N'y tenant plus, Le démon retroussa ses lèvres, et découvrit une longue rangée de crocs. Il chargea également la créature de feu et de pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]   Mar 20 Oct 2015 - 21:49


"Ne pas bouger?! Comment je peux ne pas bouger dans cette situation!" grogna Dablio entre ses dents.

Pour le jeune homme resta totalement immobile. Il observa, mais ne pu s'empêcher de frissonner lorsque le golem fonça droit sur le dragon. Dablio sentit dans les relents de souffre, de feu, de lave, de chaleur, mais aussi... De magie noire. Une odeur âcre, chaude et nimbée de cendres qui donnent envie d'éternuer à plein poumons. Et c'est malheureusement ce que fit Dablio, il éternua, bien plus fort qu'il ne l'aurait voulu. Il se demanda si le dragon l'avait voulu en utilisant ce fameux "frère d'âme" ou si c'était la présence même du golem qui apportait cette odeur horrible et dérangeante, collant presque aux naseaux.

"Ou peut-être sont-ce les deux qui la provoquent?..." lui souffla doucement son instinct.

"Décidément, tu ne te tairas jamais." grogna-t-il encore entre ses dents.

Mais malgré que le jeune homme ne se retienne, il éternua tout de même une seconde fois, attirant malencontreusement l'attention du golem alors que celui-ci s'apprêtait à frapper le dragon. Le monstre se retourna vers l'humain, le regardant de ses yeux de feu comme s'il l'avait oublié. Dablio se retint d'éternuer une troisième fois, mais ne pu s'empêcher d'esquisser un geste vers son nez pour bloquer les odeurs. Cela dupliqua l'attention du golem vers lui, il venait de le voir.

"Ne bouge pas, ne bouge pas, ne bouge pas, ne bouge pas." ne cessait de répéter son instinct.

Dablio suivit le conseil, et ne bougea pas d'un poils. Évitant le regard du golem, il fixa ses yeux vers le dragon qui approchait doucement du monstre qui se trouvait juste devant Dablio, pétrifié, comme s'il avait perdu quelque chose. Le jeune homme ne bougeait plus, le golem semblait perdu. Mais cela ouvrait une opportunité à RaÏnvir, ou... Sarushzor, pour attaquer le golem. Dablio ferma les yeux, et pria pour que l'odeur de souffre ou même celle de la magie noire ne s'infiltre dans ses narines une nouvelles fois. Si cela arrivait, il était perdu. Un loup-garou transformé en rôti-garou par un golem de feu... Quel fin tout à fait héroïque dites donc! ironisa l'humain.
Dablio attendit que le coup vienne, attendit que le dragon ne frappe et que le golem ne hurle, attendit que le golem daigne le tuer, attendit que la situation ne se démêle, mais rien ne vint, un grand silence s'était installé tout à coup. Le jeune loup-garou ouvrit les yeux, toujours sa main bloquant son nez, et découvrit que le golem tenait le dragon sous un regard tout aussi perdu que celui qu'il avait lancé à Dablio. Celui-ci se dit qu'il devait avoir raté quelque chose. Un combat silencieux devait être en train de se dérouler. Jusqu'à ce qu'un cri retentissant pétrifie les oreilles du jeune homme, et le fasse bouger de nouveau, plaquant ses mains sur ses pauvres organes auditifs en pleine torture. Dablio hurla de douleur tellement le cri était puissant. Et pourtant, il lui sembla que ce cri venait de l'intérieur de son crâne plus qu'à l'extérieur.
Puis tout redevint silencieux. Dablio reprit sa respiration du mieux qu'il pu, mais il ne retira pas pour autant ses mains de ses oreilles. Il tourna son regard vers le golem, celui-ci n'accordait même plus d'attention au dragon qui semblait avoir été tout aussi atteint par le cri que l'était Dablio, au vue de son regard. Puis le golem ne daigna même pas se tourner vers eux et commença à avancer dans une direction, la même direction d'où été sortit RaÏnvir. Dablio se remit debout du mieux qu'il pu, son oreille interne semblait totalement déréglée, et son équilibre en pâtissait. Pourtant, le jeune loup-garou arriva tout de même à une lisière de forêt où la brouillard régnait, un brouillard de souffre au vue de l'odeur, et où le golem venait de disparaître. Et lorsque le vent fit disparaître le brouillard durant quelques secondes, Dablio pu observer la dévastation qui s'était déroulé en ce lieu.

"La mort a frappée." chuchota une fois de plus son instinct.

L'odeur de la magie noire était omniprésente...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]   Dim 25 Oct 2015 - 20:49



Une douleur. Une douleur grondant jusque dans les tréfonds de leur âme. Pis, un appel à la folie. Malgré lui, le démon gémit de souffrance, au risque de laisser le golem lui assener un coup fatal. Toute chose extérieure n'avait plus aucune importance. On aurait dit que le monde des morts s'était éveillé, l'espace d'un instant, pour chanter à l'unisson dans ses oreilles.
S'il avait été seul propriétaire de son enveloppe charnelle, il aurait souffert plus encore, et ne serait jamais resté debout. Toutefois ce fut RaÏnvir qui, relié par leur lien mental, subit le cri de plein fouet. Enfoui au sein même de leur esprit, lui n'avait aucune résistance contre ce danger. En ressentant l'abominable souffrance de son frère d'âme, la rage enserra Sarushzor, faisant croître sa force autant qu'atténuer son supplice. On ne faisait pas de mal à son frère sans en endurer les conséquences !


"Je crois que je vais broyer ce maudit cailloux... !"


Etant légèrement protégé par le cri démoniaque, le démon put agir. Il prit appui sur ses pattes avant et utilisa l'extrémité de ses ailes pour soulever ses lourdes écailles. La membrane dure plongea dans les galets, et permit à Sarushzor de maintenir son équilibre, jusqu'à ce que le cri cesse. Il releva alors la tête, inspirant profondément, et chercha la source de tous leurs maux. Mais le golem n'était plus là. Comme absorbé par un autre évènement, il avait fui le combat et avançait maintenant vers le Nord, lentement, comme une âme errante. Le démon gris rugit de fureur.

-Reviens ! Nous n'en avons pas fini tous les deux !


Et le golem disparut dans le brouillard. Le démon gronda de plus belle, prenant l'attitude du dragon courroucé plus que du véritable démon. Dès que son frère serait réveillé, il irait réduire cette créature en un tas de cendre. Pour le moment, RaÏnvir ne répondait plus à ses appels et cela l'inquiétait au plus haut point. Il chercha Dablio du regard. L'homme-loup vacillait encore sur ses jambes molles et il avait un regard bouleversé. Sarushzor n'en fut pas étonné. On ressortait rarement indemne d'une rencontre avec un être élémentaire, qui plus est, un golem. Même les dragons y auraient réfléchi à deux fois avant de l'affronter. Il vit l'homme-loup boiter en direction du pays ravagé et l'entendit murmurer à voix haute.

"La mort a frappé."

Le démon se tint silencieux. Il baissa la tête et prit un instant pour faire le vide en lui. Il essayait en vain de trouver l'esprit de RaÏnvir, mais leur conscience n'était plus qu'un voile brumeux, déchiré par le terrible cri du golem. Souvenirs et peines y étaient renfermés, visibles mais inatteignables, tel une gigantesque montagne aux flancs abruptes dont même un long vol ne pourrait permettre d'en dénicher le sommet. Après la colère, Sarushzor sentit alors la panique commencer à poindre. Il était rare, très rare que RaÏnvir le laisse seul plus de quelques minutes dans le monde réel sans intervenir. Et même quand cela se produisait, le démon pouvait toujours percevoir la présence chaude et réconfortante de son frère à l'affût. Mais pour l'heure il était seul, et aucune voix ne chuchotait dans sa tête. RaÏnvir était inconscient et demeurait invisible dans le tourbillon de leurs pensées, et son absence lui était plus cruel encore qu'une lance plantée dans son cœur. Que devait-il faire désormais ? Devait-il attendre ? Devait-il se jeter dans le brouillard et pourchasser leur adversaire sans relâche ? Le démon était perdu, incapable de décider de la marche à suivre par lui-même.
Il choisit finalement de cacher ses émotions au loup. Il le rejoignit en bordure de la forêt, l'air impassible. Dablio continuait de regarder ce qui avait été autrefois...

-Oui la mort a frappé. Quelle importance ?! (Il y avait un certain agacement dans sa voix.) C'était il y a bien longtemps. N'as-tu donc pas reconnu cet endroit ? Ah, vous les humains, avez une mémoire remarquable pour garder rancune, mais de piètres souvenirs pour vous rappeler de ce qui fut.  (Sarushzor réprima un rugissement instinctif, puis il reprit.) Il y a eu une bataille ici, petit loup. RaÏnvir l'a reconnu comme moi. Et je pense que les dragons doivent s'en souvenir. Amèrement. C'était il y a près de soixante ans. Quelle dommage. Je n'étais pas présent lorsque le Lavadôme a livré bataille à un ancien Tyr félon. Je ne me souviens plus de son nom. La grande bataille ne s'est pas produite ici, mais j'avais entendu dire que d'autres avaient éclaté non loin dans les protectorats. Celle d'Anéa s'est produite ici. Imagine, homme-loup. Dragons contre dragons, des flammes rugissantes tombant comme des lances sur le sol, là où même les hommes et les magiciens combattaient pour leur survie. Des grêlons de feu glissant dans l'air, dévastant tout sur leur passage. Un hymne à la folie. Une symphonie à la destruction qui brisa les fondements de notre Âge. L'essence des rêves brisés et du désespoir...


Le démon se rappelait. Bien des semaines auparavant, il avait trouvé une vieille dragonnelle noire, au cœur de pierre, dans les îles inexplorées. Ce jour-là, il lui avait alors dit ces mots : "Déjà, une guerre se prépare dans le Lavadôme. Une guerre qui réunira dragons, humains et magiciens. Et quand la tempête sera passée, j'aurai grandi, tout comme cette terre. Les faibles auront disparu, et les forts ne se relèveront que plus grands."
Et ses pouvoirs avaient grandi... Il ne pouvait toutefois s'empêcher de penser à son frère qui aurait demandé à quel prix.

-Je crois comprendre d'où vient ce golem. Mmh... Parfois, lors de batailles particulièrement sanglantes et meurtrières, la magie peut se mêler aux souffrances du passé. Elle produit alors des anomalies comme ce golem. Il a dû naître dans le feu du carnage, et vivre ici comme si ce champ de bataille était son domaine. Ou alors...


Le démon se tut, interdit. Un petit filet de fumée noirâtre s'échappa de ses naseaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]   Dim 15 Nov 2015 - 14:26


Dablio était encore sous le choque. Il se remettait petit à petit, mais il avait une effroyable impression qu'on lui avait brisé tous les os de sont faible corps humains. Le loup aurait été bien plus fort, mais Dablio ne pouvait plus faire appel à sa part de monstre velu, pas pour le moment. L'homme sentit qu'il avait faim, il sentit que son corps avait perdu bien plus d'énergie encore que s'il s'était battu, comme si le golem avait tout absorbé, toute son énergie, jusqu'à la moindre miette.
Le jeune homme entendait ce que le dragon lui disait, mais de loin, comme s'il était perché sur une montagne lointaine et que la voix du dragon raisonnait contre les falaises abruptes. Mais il sentit son esprit fatigué revenir petit à petit. Il entendit des mots "guerre" "dragons" "Tyr félons"... Cette histoire... il l'avait déjà entendu quelque part. Il essaya de fouiller dans ses souvenirs. Soixante ans? Dablio était bien plus vieux que cela, même si son corps ne faisait pas l'âge réel du jeune loup-garou. A force de chercher dans ses souvenirs, le jeune loup-garou se souvint: soixante ans plus tôt il avait fuit Hypat et ces zones limitrophes parce qu'une guerre des plus dévastatrice allait éclater. Cette guerre était-elle la même? Le jeune humain avait alors une mémoire fragmentée à ce moment là, sa forme de loup était la seule possédant toute sa mémoire, sa forme humaine, d'enfant, était ignare et stupide, ayant reniée tous les souvenirs beaucoup trop douloureux. Oui, cette guerre était celle à laquelle s'était préparé le roi Ikirion, celui qui lui avait rendu sa mémoire.

Dablio finit par retrouver la totalité de ses fonctions cognitives, et reprit une position un peu plus sûr. Ses jambes flageolaient toujours, mais c'était à cause de sa faim cette fois. Le jeune homme regarda le dragon, il reconnu le regard sombre et profond de Sarushzor. Son nez lui indiqua alors des informations cruciales: le dragon avait des relents de panique et d'inquiétude... Était-ce dû fait d'avoir croisé un golem de feu, ou y avait-il une autre raison? Mais Dablio ne posa aucune question, il préférait éviter de froisser ce dragon, ou ce démon... Il n'avait pas envie de finir en charpie, il n'était pas assez en forme pour combattre de nouveau ce dragon. Il reprit doucement sa respiration, et finit par regarder la direction dans laquelle était partie le golem, toujours en écoutant le dragon.

"Une anomalie, vous dites... C'est une sacré grosse anomalie, alors." lança Dablio, penchant entre l'amusement et l'ironie. "Personnellement, j'ai déjà vue des mages assez puissant pour faire appel à des élémentaires. Ce genre de mage y laissait souvent la vie d'ailleurs. Pensez-vous que cela peut-être la seconde option? Serais-ce les relents d'une magie noire... Ce lieu pu l'odeur des ténèbres." précisa le jeune loup-garou.

Dablio réfléchit, même si son corps, et son esprit, ne réclamaient qu'une chose: être nourrit. Malgré tout Dablio pensait que son hyptothèse n'était pas totalement fausse. Il lança tout de même au dragon:

"Allez au font de votre pensée, cela nous avancerait plus que de cacher certaine chose. Surtout que si nous avons à nous battre contre des choses beaucoup plus terrible, je rappelle que... Eh bien..." Dablio montra sa tenue: il était toujours nu. "On va dire que je ne suis pas des plus présentable."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 803
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 22
Localisation : Parmi le manteau de brume...
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]   Mer 18 Nov 2015 - 21:48



"Allez au fond de votre pensée, cela nous avancerait plus que de cacher certaines choses. Surtout que si nous avons à nous battre contre des choses beaucoup plus terribles, je rappelle que... Eh bien... On va dire que je ne suis pas des plus présentable."

Le démon se retourna et jaugea l'homme-loup d'un air stupéfait, car il ne l'avait jamais vu en pareille disposition. Un frisson fort dérangeant le parcourut. Nous ? Il devait sans doute y avoir erreur. Depuis quand le petit être avait-il décidé de le suivre et de le considérer comme un compagnon de voyage ? Le démon gris fit un geste brusque et retord du museau, irrité.  Il n'avait pas sauvé Dablio pour l'avoir dans les pattes jusqu'à la nuit des temps, lui qui aurait dû être son dîner de ce soir. Sur le point de lâcher une remarque bien sentie, il pensa à RaÏnvir. Lui n'aurait pas abandonné l'homme-loup en ces lieux. Et il aurait voulu que son frère le garde en vie. Sarushzor essaya de distinguer les pentes boisées de la forêt qu'ils avaient quitté, mais la brume était mystérieusement retombée sur la plaine, et mêmes ses yeux perçants ne purent retrouver le chemin du retour. Il pouvait toujours prendre son envol pour essayer de fuir, mais il n'avait plus entièrement confiance en ses capacités à l'intérieur de ce brouillard. Celui-ci n'était pas naturel et cachait quelque chose. Il murmura sur un ton grave et sinistre.  

-Ton... apparence, qu'elle soit présentable ou non, n'a pas grande importance. Tu peux marcher ? Dans ce cas, avançons. Et sois prudent. La fumée, je le sens, est chargée de quelque chose d'inhabituelle. Elle n'aura aucune pitié pour les petits humains à la peau moite, et ceux-ci ne se perdront que trop aisément à son approche... comme de petites chandelles vacillantes, ils tomberont dans l'oubli. Alors n'entre pas seul dans cette brume.

Sarushzor serra les crocs et laissa s'échapper un léger filet de flamme de sa gueule. C'était plus un signe d'agacement que de véritable rage. En parlant ainsi, il avait autorisé l'homme-loup à le suivre. Satanée compassion ! Un jour, RaÏnvir les tuerait tous les deux par sa faiblesse ! Ce jour-là, il ferait tout pour fuir leur corps... peut-être. En attendant, Sarushzor s'engagea sur le long et hasardeux sentier de la plaine déchirée, l'homme-loup se traînant derrière lui. Il fut soulagé de ne pas avoir dû s'abaisser à lui demander de le suivre. Cela l'aurait très certainement couvert de déshonneur jusqu'au dernier des Âges.
Tandis que le curieux duo suivait la route, le jour s'assombrit. Des nuages gris et bas s'étendirent sur la plaine desséchée. La brume s'épaississait dans le ciel, et voilait la lumière du soleil comme un manteau d'ombre. Le démon gris choisit un chemin qui remontait légèrement vers l'Est, examinant soigneusement les traces qu'avaient laissé le golem derrière lui. Autour des deux voyageurs, le terrain était cendreux, mort. Il n'y avait pas d'herbe, ni aucune autre vie, et des ossements gisaient ça et là, ultime souvenir de la vieille bataille qui avait eu lieu, soixante auparavant. Certains appartenaient à des dragons, mais d'autres, plus petits, étaient méconnaissables. Ils étaient tordus, disloqués, avaient pour la plupart des formes ésotériques. Sarushzor supposa qu'ils appartenaient à des bipèdes ou à l'ancienne faune locale. Jamais il ne put trouver réponse à ce mystère. Sur le chemin, une odeur accablante ralentit son avancée. Il se retourna vers Dablio et grogna.

-Mmh... loin de moi l'idée d'être prévoyant humain, mais prends garde. Ce n'est plus une terre pour les vivants. L'air ici est viciée. Par la magie oui, mais aussi par le souffre et la fumée. Le chaos a pris possession de l'endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre au coeur des brumes (PV - Libre) [ABANDON]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Au coeur de la centrale.... [Libre]
» Que c'est bon de revenir chez sois (libre) abandon
» Coeur de Cristal [ 14 lunes - Brise - M - Libre ]
» Je suis libre, libre comme l'air. Ou presque, puisqu'un un petit bout de toi me reste. (Joos)
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu (RPG) ::  :: Lois & Légendes :: Archives :: Lavadôme-
Sauter vers: