L'Age de Feu

Hypat et l'Empire Draconique sont désormais en paix. Mais de nouvelles ombres planent sur ce monde. Rejoins-nous pour les combattre à nos côtés.
 

Partagez | 
 

 RaÏnvir, le gris aux deux visages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RaÏnvir
Chasseur
Chasseur
avatar

Messages : 781
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 21
Localisation : Parmi le manteau de brume...

MessageSujet: RaÏnvir, le gris aux deux visages   Ven 28 Fév 2014 - 21:43

Moi

Nom : Jérémy
Surnom : Jerem
Âge : 18 ans
Comment avez-vous connu le forum ? Depuis le temps que je le connais ^^ mais bon, comme je le disais auparavant, je faisais des recherches, et je suis tombé sur l'image du fofo !
L'aimez-vous ? Comment le trouvez-vous ? J'adore le graphisme, les polices de carac' style fantastique, les images, les... ouais j'aime tout en fait !
Votre niveau en RPG ? Il serait temps que moi-même je le découvre ^^... mais j'écris souvent.
Avez-vous déjà lu les livres de l'Âge de feu de E.E.Knight ? Lesquels ? Tous.
Autres comptes : Drakeys

Mon Personnage

Pseudo : RaÏnvir... ou Sarushzor
Âge : 37 ans
Sexe : Mâle
Espèce : Dragon
Rang : Chasseur

Histoire : (-> C'est plus une scène recréant une histoire, mais bon, j'avais très envie de changer)

RaÏnvir était un guerrier. Autrefois, il avait été tour à tour voyageur, chasseur, fuyard et érudit auprès d'un sorcier de grand talent et doté d'un âge vénérable. Si l'on regardait plus loin encore, il avait été un dragonnet errant, abandonné de ses parents dont il n'avait plus le moindre souvenir, si ce n'était un souffle chaud et éphémère dans une nuit pâle, nimbée de flammes et de cris épars. On lui raconta plus tard qu'à la naissance, les dragonnets mâles d'une même famille se battait jusqu'à la mort pour trouver le champion d'une couvée. Mais lui ne se rappela jamais s'il avait eu des frères ou même des sœurs... seul lui restait un nom murmuré dans son esprit qu'il n'avait pas oublié. Il n'était resté de sa famille que les arbres et les montagnes dans l'Est de Hypat. Il avait hérité d'elle son talent de la chasse et de la furtivité, ses pattes agiles et silencieuses, son regard perçant et ses cicatrices sur son flanc droit. Il avait reçu ces dernières dans un combat long et périlleux contre un ours de grande taille qui l'avait poursuivi dans les frondaisons sinistres d'une forêt, quand il était plus jeune. Il se rappelait encore aujourd'hui le sang sur sa figure, ses muscles éreintés et l'air sombre et féroce de la créature si grande et épaisse qu'elle faisait trois fois sa taille. Du reste, il ne pensait pas avoir perdu beaucoup dans sa vie. Sauf peut-être sa liberté, atrophiée par la présence de Sarushzor, la créature de cauchemar, le démon de son âme. Mais cela faisait si longtemps qu'il était à l'intérieur de son crâne que RaÏnvir ne se rappelait pas avoir jamais vécu sans lui. Etait-il déjà en lui lors de sa naissance ? Peut-être n'y aurait-il jamais de réponses à ces questions.

Une bourrasque fugace s'éleva soudainement. Elle s'infiltra entre les interstices de ses écailles et siffla un air strident et rythmé. Le dragon aux écailles gris sombre inspira un grand coup en sentant le vent glacial. Il trembla d'excitation et tendit ses ailes, piégeant le courant dans la membrane terne. L'appel du ciel l'enivrait. Son hurlement riche et infini l'attirait, le poussait à l'extase d'un vol sans chaîne, sans crainte des turpitudes de la terre et des bois sombres autour de lui. Ses sii et ses saa labourèrent le sol et il fut tenté de se propulser dans l'ombre et les hauteurs. Il faisait nuit et les branches des arbres grinçaient au gré du vent. Les étoiles miroitaient dans le firmament. Alors RaÏnvir demeura immobile, certain que ses poursuivants attendaient un simple bruit, un unique signe de sa présence pour fondre sur lui sans avertissement.
-Pourquoi ne volerais-tu pas en cette belle soirée, mon frère ? murmura Sarushzor dans les tréfonds de son esprit.
-Tu aimerais, n'est-ce pas ? Ca te permettrait d'en tuer d'autres.
-Chacun son passe-temps, fit Sarushzor avec une douceur ironique. Rappelle-moi ce que nous a apporté la visite des thanes ?
RaÏnvir n'osa pas faire de commentaire, de peur que cette discussion stérile ne cesse jamais.
Toutefois, au plus profond de lui-même, il se souvint.

* * *

Trois mois auparavant, alors qu'il volait déjà depuis bien longtemps à travers les nuages, il avait pris conscience des traces de la guerre. Celle-ci s'était abattue comme une pluie drue à travers les anciennes colonies d'Hypates. A cette époque, deux thanes dévastaient la région à l'aide d'armées meurtrières et sanguinaires. Dans le tourbillon de haine et de rancœur, les hominidés s'étaient nourris d'une rage née de la mort et du sang des innocents. Le mal avait bien des visages, et aucun n'était bienveillant : Une lame nappée de sang, des villages brûlant de milles torches grondantes, des cadavres puants, entassés dans des fosses communes.

Quand RaÏnvir avait approché la terre hypate, il ne s'attendait pas à voir un aussi grand chaos parmi les nuées grisâtres. Ni que deux jours plus tard, les deux thanes l'appelleraient simultanément pour qu'il rejoigne ses rangs. La peste sévissait gravement, et les armées étaient mises en déroute par sa simple influence. Dans certaines contrées, les produits étaient contaminés, ce qui rendait le ravitaillement impossible, pire, périlleux pour les hommes qu'on nourrissait. Dans ces conditions, un dragon n'était apparemment pas de trop pour dominer l'opposant.
Sarushzor et la guerre étaient à jamais des amis de longue date. En son sein, régnaient ses moments de délectations et de passions. Les hominidés s'intéressaient à lui pour cela. Il le convoitait comme une relique, comme l'outil de leur victoire. Prudent, RaÏnvir s'était d'abord offert au plus offrant. Sous les ordres du thane Trarun, ses ailes l'avaient emmené dans les coins les plus reculés des anciennes colonies pour massacrer des villages entiers. Démon de la nuit, il surgissait des nuages pour faire couler le sang.
Et le sang avait coulé. Lorsque les combats se terminaient, RaÏnvir voyait des monceaux de corps à la lueur des flammes mordantes dans les décombres des cités et des villes. Les campagnes s'étaient succédées, jusqu'à une dernière. Ce jour-là, une tempête faisait rage. Les rivages d'une rivière étaient montés si haut que le lit avait été submergé. L'eau s'était répandue dans les bois à l'Est, et dans le village à l'Ouest. L'armée du thane Trarun était apparue comme un rassemblement de spectres. Ils avaient traversé les eaux et, dans les minutes qui avaient suivi, les premiers cris de bataille avaient retenti. Dans le ciel assombri par l'orage et le vent, RaÏnvir avait tournoyé lentement en cercle pour observer les affrontements à la lueur du soleil.

Soudain, une ombre s'était jetée sur lui. Plongé dans un équilibre précaire, RaÏnvir s'était rapidement mis à chuter avec son visiteur. Ses sens aux aguets, ses yeux avaient identifié son ennemi. Une dragonnelle d'un vert sombre, tels les bois profonds de la forêt, se dirigeait vers lui, crocs et sii dans sa direction. Son corps étonnamment massif accélérait ses mouvements. Une lueur féroce avait habité son regard pendant toute la durée de leur chute. Elle l'avait écrasé sous son poids et immobilisé tant et si bien que la terreur avait pour la première fois englouti RaÏnvir. Sarushzor avait jailli à cet instant précis dans sa tête, prenant le contrôle de son esprit. Il s'était redressé face à la dragonnelle et avait déchaîné sur elle toute sa furie en écrasant ses pattes sur sa tête. Celle-ci avait réussi à s'éloigner du danger, mais Sarushzor était parvenu à lui arracher un morceau de chair à l'épaule avant leur brusque écart. Avec le sang brillant sur leurs écailles, leur combat s'était poursuivi jusqu'à ce qu'ils ne soient plus sur le champ de bataille. Pourtant son issue était déjà scellée à l'instant où il avait commencé. Car Sarushzor n'était pas seulement fort. Il était vicieux, dénué de respect et d'honneur. Il avait pris plaisir à torturer la dragonne dans les airs, la mutilant tout d'abord aux pattes, puis sur le museau, et enfin sur le poitrail. Jusqu'à ce que d'un mouvement vif et retord de ses sii, le dragon gris sombre ait glissé dans les airs, les ailes rétractées, et lui ait entaillé une veine sous la gorge.

La dragonnelle était partie dans une valse funeste qui l'avait fait s'écraser contre le flanc d'une colline. A cet instant, la panique dissipée, RaÏnvir avait repris le contrôle de son corps. Sarushzor ne l'en avait pas empêché. Quand les combats cessaient, il pouvait s'ennuyer très vite. Le dragon gris s'était posé prestement auprès de sa victime, agonisante dans une mare de liquide à l'éclat vermeil, sous la lumière pâle des rayons du soleil.
-Pourquoi ? Avait demandé RaÏnvir d'une voix lasse. Pourquoi t'être jointe à ces humains ? Pourquoi m'avoir affronter ? Tout ça pour finir ainsi...
La dragonnelle l'avait alors fixé avec une lueur incrédule et résignée.
-Je ne suis pas... un larbin dont on dicte les volontés. Je ne protège que ma terre... ma caverne... mon territoire. ( Le sang gouttait de sa gueule et rendait difficile l'articulation des mots. ) Je suis Volynreth, et... je suis... libre.
Puis les yeux de la femelle s'étaient refermés, comme si elle s'était endormie. Mais elle ne dirait plus jamais un mot.

* * *

Seul dans la forêt aux reflets sombres et envahissants, RaÏnvir poussa un gémissement plaintif, la tête baissée. Quand il se remémorait le regard fier et farouche de la jeune fille du vent, ses pensées devenaient amères, empreintes de tristesses et tiraillées par le soupçon infime et glacé des regrets.
-Tu es stupide ! lâcha Sarushzor sur un ton venimeux. Elle est morte parce qu'elle croyait pouvoir nous tenir tête. Une idée sortie de sa cervelle qu'elle aurait mieux fait d'oublier !
-Sa mort était injuste, rétorqua durement RaÏnvir. Elle n'était pas concernée par les thanes et leur querelle. Elle ne cherchait qu'à protéger sa terre, pas les hominidés... et moi,  je n'étais qu'un instrument.
-Pas très longtemps... Rappelle-toi que tu as abandonné Trarun quelques jours plus tard dans sa plus grande bataille. Treize milles hommes se battant au nom de touffes d'herbe et de cailloux empilés les uns sur les autres. Glorieux... Mais quel dommage de ne pas y avoir assisté ! Un peu plus de sang aurait été si divertissant.
-Il avait perdu cette bataille de toute façon. Sa soif de conquête l'avait conduit à la folie.
-Tous les hommes sont fous, mon frère. La sienne lui aura permis de s'en sortir malgré tout.
-Il semblerait...
RaÏnvir eut un frisson. Il essaya d'oublier les souvenirs douloureux, mais le regard de la dragonnelle verte le hantait. Dans les méandres de sa conscience, il sentit l'amusement de Sarushzor devant sa peine. Pour lui, la mort était un moyen de vivre. Alors que pouvait-il y avoir de réconfortant à penser aux défunts ?
"C'est toi qui l'as tué." Songea RaÏnvir en sentant l'esprit de son "frère" disparaître à l'intérieur de lui-même.
Au loin, les feuilles bruissaient sous la déferlante incessante. Le sol sous son corps était légèrement boueux et poisseux. Il produisait des bruits infâmes à chacun de ses mouvements. La mine sombre, le dragon gris s'affaissa et ses yeux fatigués se fermèrent.

* * *

Il fit des rêves à la fois lucide, et brumeux. Il avançait dans un monde fait de néant. Le silence paraissait résonner de lui-même tant il était présent. Des entrelacs d'ombres tissaient une toile oppressante tandis que de la fumée remontait des profondeurs et se gorgeaient de noirceur. Pourtant, une lumière brillait dans le lointain, telle une silhouette dorée lui faisant face. Dans le rêve, RaÏnvir était empli de terreur, ravagé par la peur de tout ce qui l'approchait. Rien n'était naturel ici, rien n'était rassurant. Même la lueur paraissait menaçante. D'autres silhouettes aux contours flous scintillaient dans les environs. La lumière dorée se rapprocha et se mit à flotter devant lui. Elle ne devait pas faire la moitié de la taille du dragon gris. Quand elle prit soudain forme, RaÏnvir reconnut immédiatement l'individu.
-Numarel... l'appela-t-il.
Le sorcier n'eut aucune réaction en entendant son nom. C'était un elfe venant des Bois Chantants, au Sud d'Hypat. D'aucun dirait qu'il ne ressemblait pas vraiment à l'archétype de son espèce. Seul son visage d'albâtre et ses oreilles pointues et fines pouvaient témoigner de son appartenance à la race elfique. Mais ses cheveux tombaient courts, de couleur noir pâle et insignifiants, fripés comme des draps mal lavés. Sa peau était quelque peu bronzée, et ses yeux étaient d'un vert olive. Il était à peu près tel que RaÏnvir l'avait laissé, la dernière fois qu'ils s'étaient vus.
-Numarel, répéta le dragon gris.
-Tu as bien voyagé, Raïn.
Le sorcier, même dans son rêve, n'avait pas perdu ses habitudes. Il l'appelait toujours sous ce diminutif. Mais le dragon gris n'en avait que faire. En vérité, cela l'amusait.
-C'est ce que nous faisons, nous, les dragons. Mais je me souviens avoir beaucoup voyagé à tes côtés.
-Il est vrai. Tu étais un érudit alors que tu n'étais encore qu'un draque. Tu apprenais beaucoup et avec tant de rapidité...
-Je n'aurais jamais été un érudit, mon ami, répliqua RaÏnvir, pensif. C'est ce que j'ai compris lorsque tu m'offrais ton enseignement. Je suis né dragon, et mon destin a toujours été d'être au cœur des combats. Je suis un guerrier, et la mort est mon outil.
-En es-tu vraiment sûr ?
Le doute prit RaÏnvir de court.
-Ce n'est qu'un rêve, déclara-t-il, la voix tremblante. Tout ceci n'est qu'illusion.
-La vérité fait-elle si mal, Raïn ? Toi seul pourra répondre à cette question. Ta flamme est tienne.

* * *

RaÏnvir se réveilla à l'aube, la langue pâteuse. Il fut surpris par la voix de Sarushzor qui grognait en lui.
-Il nous ont retrouvé !
Le dragon gris terne se tint silencieux. Lorsque la voix de son démon revint, elle fut plus vibrante encore.
-Ces chiens ont intérêt à venir vite. Je meurs de faim et j'ai si soif !
RaÏnvir entendit les vrombissements de plusieurs ailes. Il se leva et attendit.
-Laisse-moi prendre le contrôle, chuchota Sarushzor d'une voix soudain mielleuse. Trarun et ses sbires vont vouloir ta peau et tes écailles après ta trahison.
-Non.
-Tu ne veux pas que je les fasse couiner ?
-Je ne veux pas de toi maintenant.
Le ton était sec. Sarushzor se tut, mais l'on pouvait ressentir sa frustration. Peu après, une formation de dragon, quatre paires d'ailes derrière le soleil levant, arrivèrent dans la clairière. RaÏnvir n'en reconnut aucun. A l'origine, il était le seul dragon au service de Trarun. Ses quatre visiteurs demeuraient silencieux, mais l'on pouvait aisément saisir leur allure arrogante et leur regard hautain à son encontre. Ils prenaient des postures de mâle dominant, comme pour jauger le dragon gris. Tout à coup, le plus impressionnant d'entre eux lança.
-Nous avons fait une longue route jusqu'à toi.
-Il ne fallait pas se presser, répondit RaÏnvir, placide.
Ses pattes courbes s'ajustèrent pour pouvoir faire face à ses semblables. Il renifla et son museau se releva.
-En réalité, il le fallait, déclara le grand dragon. Trarun est très fâché contre toi depuis que tu l'as... quitté sans rembourser l'or qu'il t'avait donné. Il estime que tes services ont été insuffisants, puisque tu t'es enfui avant la fin de sa guerre. Bien qu'il ne soit pas présent, nous sommes ici pour te réclamer son dû.
-Je pense que tu devrais partir, toi et tes compagnons, dit RaÏnvir. Il n'y a rien pour toi ici.
-Tes mots sonnent faux, répliqua le grand dragon avec un sourire cruel. Quand nous en aurons fini avec toi, l'or nous reviendra en récompense. Pardonne-moi, mais j'ai besoin de pièces pour mes écailles. Et quand le thane ordonne, il attend une réponse.
Tout à coup, Sarushzor apparut en RaÏnvir et brisa toutes ses défenses. Etonné de son arrivée, RaÏnvir faiblit et dut laisser la place à son frère. Sarushzor jeta un rictus effroyable aux quatre dragons.
-Il attendra longtemps si vous vous entêtez à rester près de moi, susurra-t-il. Je pourrais vous écraser comme des insectes ! Vous n'êtes que de la chair bien juteuse, de la viande pour charognards, des rats se languissant dans la boue d'où ils sont nés !

Les dragons se tendirent. Tel une meute de loups, ils encerclèrent Sarushzor qui ne fit rien pour les en empêcher. Il restait fièrement debout, excité à l'idée du sang qui allait se répandre.
-Mais gardez-bien à l'esprit, bande de chiennes affamées, que je vous arracherai la gorge sans même prendre le temps de respirer. Et puisque je serais en train de m'amuser, j'irai dévorer vos oreilles et vos yeux globuleux de vermine.
Le regard livide, le grand dragon se crispa avec colère.
-Je te promets que tu endureras une souffrance telle que tu n'en auras jamais connu. Tuez-le !

Soudain, tout devint flou. Sarushzor fit un mouvement, et parut devenir invisible. Il s'élança et ses crocs pointus surgirent pour mordre dans la jugulaire du grand dragon d'où un sang chaud éclaboussa ses écailles. Ses instincts les plus bestiaux et inassouvis refirent surface. Ses trois autres adversaires se jetèrent sur lui. Mais il n'y eut aucun combat. Car après quelques battements de cœur, chacun gisait au sol. L'un d'eux avait été sectionné du poitrail jusqu'à l'arrière-train. Un autre avait des bouts de chairs sanguinolents qui pendaient de ses blessures béantes. Dans son esprit, RaÏnvir se libéra de ses chaînes et renvoya Sarushzor. Il inspira comme jamais il ne l'avait fait. Ses sens étaient si proches de l'extase qu'il poussa un rugissement tonitruant. A l'intérieur de lui, son frère faisait de même, et les deux liés ne se refusèrent pas le goût du triomphe.
Puis ce fut le calme. Les oiseaux ne chantaient plus. Le vent s'était éloigné de la forêt. RaÏnvir n'entendait plus que sa respiration excitée. Il était couvert de sang, et ses écailles puaient atrocement. D'un plaisir macabre, il lécha avidement le liquide rouge et eut un soupir de joie en le sentant descendre au fond de sa gorge. Il fut pris d'un sentiment étrange et regarda les cadavres sanguinolents.
-Je me demande à quoi j'aurais ressemblé si je m'étais fait érudit, dit-il.
Soudain, le silence disparut, remplacé par le rire moqueur et sauvage de Sarushzor dans son esprit.


Description physique : (5 lignes minimum)

RaÏnvir porte des écailles d'un gris sombre, tel le voile brumeux des nuages au milieu d'une tempête, qui brillent légèrement à la lueur de la lune. Ses yeux sont bleu outremer, comme les profondeurs abyssales de la mer. Deux longues cornes lisses et pointues pointent à l'arrière de sa tête, tandis que d'autres plus petites le parcourent de son menton jusqu'à son cou en deux colonnes bien proportionnées. Ses ailes sont fines et élégantes et sont irisées d'une nuance de noir. Sa crête part de l'arrière de son crâne et se prolonge sur l'ensemble de son corps. Son museau a une forme acérée et sa gueule présente une mâchoire aux crocs solides et affilés comme des rasoirs. Ses griffes sont courtes mais suffisamment solides pour qu'il puisse s'accrocher à n'importe quelle paroi. Il possède une musculature athlétique, et un corps plutôt élancé. Sa queue est pointue comme une flèche, prête à embrocher un humain de bonne taille. Il dégage de lui une puissante odeur de souffre.

Caractère : (5 lignes minimum)

Quand il n'est que lui-même, RaÏnvir est d'une humeur calme et froide. Il garde l'ardeur sauvage de ses ancêtres et n'hésite pas à réfléchir avant d'affronter un adversaire. Il est solitaire, n'aime que très rarement avoir de la compagnie, et rit souvent de la moralité et des espoirs du reste du monde, car tout le las. Quand il parle, il a une voix forte et grave, souligné du ton méfiant qui le caractérise si bien.
Mais il craint l'Autre. Car si RaÏnvir est glacial, Sarushzor brûle d'un feu liquide et destructeur, comme celui des volcans millénaires. Il surgit lorsque RaÏnvir n'a plus les moyens de le contrôler. Il aime tuer et ne s'en cache jamais. Il voit dans le sang et la mort l'expression parfaite de la beauté. Sa vanité et sa confiance en lui sont immenses. Il est un démon intérieur, et s'il possède une once d'affection, elle est uniquement dédiée à son frère d'âme.

Qualités : Son physique le rend fort et son corps svelte lui permet d'être également très agile. Quand son démon intérieur prend le dessus, rien ni personne n'est en mesure de l'arrêter car Sarushzor a développé des capacités surnaturelles pour le combat, et il est bien plus puissant et mortel que RaÏnvir.

Défauts : Il peut devenir incontrôlable si ses pulsions lui font emprunter ce chemin. Il est toujours plongé dans l'incertitude et le doute, et n'a que faire de la peine des autres, si bien qu'il peut lui arriver d'être cruel et méprisable. Son caractère peut changer du tout au tout.

Particularités : Il renferme une double personnalité mystérieuse dont il ne connaît pas l'origine.

Note : J'ajoute que je suis paré pour faire un RP très tôt, ça sera peut-être même le seul moment où je pourrai ( cette semaine, je veux dire ! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agilis
Solitaire
Solitaire
avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 19
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: RaÏnvir, le gris aux deux visages   Ven 28 Fév 2014 - 22:20

Excellente histoire pour un perso intéressant !
Rebienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit Solaire
Maître de Jeu
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2060
Date d'inscription : 17/12/2010

MessageSujet: Re: RaÏnvir, le gris aux deux visages   Ven 28 Fév 2014 - 22:37

Ok, c'est pas mal du tout ^^ je te valide. Rebienvenue, mais n'oublie pas d'être aussi actif sur ce compte ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RaÏnvir
Chasseur
Chasseur
avatar

Messages : 781
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 21
Localisation : Parmi le manteau de brume...

MessageSujet: Re: RaÏnvir, le gris aux deux visages   Dim 2 Mar 2014 - 2:14

Merci beaucoup à toi Kira et à toi aussi Agi ^^ !

Et moi, si quelqu'un veut faire un RP avec RaÏnvir, je peux dès maintenant  bounce 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit Solaire
Maître de Jeu
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2060
Date d'inscription : 17/12/2010

MessageSujet: Re: RaÏnvir, le gris aux deux visages   Dim 2 Mar 2014 - 12:12

Y'a des RPG libre qui n'ont pas avancé (celui de NiiRath par exemple), ou alors va voir dans les demande de RPG aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RaÏnvir, le gris aux deux visages   Lun 3 Mar 2014 - 13:03


REBIN'VNU.
HAN CE PERSONNAGE DES TÉNÈBRES.   
Je like, et j'ai encore de la place pour du rp si tu veux (avec mon autre compte, ma dragonelle c:)
J'adore ton perso, la "double personnalité" va vachement bien avec l'image de ton perso (enfin, l'image que j'ai en tête. en même temps, t'as fais exprès pour que ca aille bien ensemble je présume. bref). Les doubles personnalités sont top a jouer, et a rp avec, on sais jamais deviner ce que l'autre pense toussa. bref, a quand tu veux  
[cette avalanche de smiley de la part de Kesh, olala *sors*]
Revenir en haut Aller en bas
RaÏnvir
Chasseur
Chasseur
avatar

Messages : 781
Date d'inscription : 28/02/2014
Age : 21
Localisation : Parmi le manteau de brume...

MessageSujet: Re: RaÏnvir, le gris aux deux visages   Lun 3 Mar 2014 - 13:40

Hey ^^ !

Je cherche justement à faire un RP pendant le peu de vacance que j'ai. Ce serait un honneur ( ow yeah ) de pouvoir le faire avec ta dragonelle !
PS: Pour l'image, j'ai envoyé une requête à Nyl. Elle est tellement balèze, quand je vois les résultats dans son atelier...  affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RaÏnvir, le gris aux deux visages   

Revenir en haut Aller en bas
 
RaÏnvir, le gris aux deux visages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Amour a deux visages...
» 1. Si j’avais deux visages, est-ce que je porterais celui-ci ?A.L. | Perle, Zack, Masha & Madi
» Where am I?! [PV Ellassandra]
» RICHMOND ϟ Un anglais à deux visages
» [Sur le toit] Les deux visages de la Justice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu ::  :: Nouvelles créatures :: Présentations validées-
Sauter vers: