Tout a basculé...
 

Partagez | 
 

 Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   Ven 18 Jan 2013 - 14:20

Moi




Nom : Désolée, mais ça, je préfère le garder pour moi.
Surnom : Vous pouvez m'appeler Wolfox.
Age : 21 ans.
Comment avez-vous connu le forum ? En fait, je me suis déjà inscrite sur le forum il y a longtemps... mais à l'époque, j'ai eu quelques problèmes de familles qui m'ont coupés d'internet, et j'avoues avoir quittée sans prévenir. Je suis désolée, j'aimerais revenir, en espérant que l'on veuille encore de moi.
L'aimez-vous ? Comment le trouvez-vous ? Il me plait toujours autant qu'à l'époque de mon inscription, sauf qu'en plus, la déco' est encore plus belle Smile
Votre niveau en RPG ? Plutôt bon, je fais du rp depuis 10 ans ^^
Avez-vous déjà lu les livres de l'Age de Feu de E.E. Knight ? Lesquels ? Oui, je les ais tous lus, sauf le dernier dont j'attend la parution en français.
Autres comptes : Si on compte le fait que mon dernier compte à été supprimé, c'est mon premier.

Mon Personnage


Pseudo : Rexia.
Age : J'ai pue voir passer treize printemps, mes ailes viennent à peine de sortir.
Sexe : Je suis une femelle. Ça se voit, non ? Rolling Eyes
Espèce : Dragon.
Rang : Chasseuse solitaire, je viens de quitter le territoire de mes parents. Je suis a la recherche d'autres dragons, peut-être d'un compagnon... mais également de qui je suis vraiment, de mon but dans ce monde.

Histoire : J'ai été pondue il y a entre treize et quatorze printemps de cela, suite à l'union d'un grand et puissant dragon du nom de RoNo, et d'une majestueuse et féroce dragonnelle nommée Xyria. Bien qu'ils étaient tout-deux nés au Lavadome, ils avaient envie de mener une vie sauvage, comme leurs ancêtres, alors ils le quittèrent avant d'avoir leur première couvée. Mon œuf vit le jour dans une des grandes grottes sur la surface d'une montagne sans nom, sur une île non-explorée du sud. C'était une nuit fraîche d'automne, et mon père était agité, stressé, il faisait les cent pas devant l'entrée de la caverne dans laquelle vivait la dragonnelle de ses cœurs. A l'intérieur, on pouvait entendre les cris de douleurs de celle-ci. Le mâle était inquiet. Il aurait temps aimé pouvoir être auprès d'elle, pouvoir l'encourager, pouvoir peut être même trouver un moyen de l'aider. Mais il savait qu'il ne pouvait et ne devait pas entrer : il serait inutile, ne ferait que la stresser davantage, et de toute façon, elle le lui avait formellement interdit. Les cris cessèrent un petit moment, laissant place au bruit de la respiration rapide d'un allaitement. Le dragon s'avança lentement, commença à vouloir entrer... son imposante patte se posa sur le crâne d'un cerf qu'il avait attrapé le matin-même, qui craqua sous son poids, et à l'intérieur, la femelle poussa un grognement pour lui ordonner de reculer. Le travail n'était pas terminé ! Les cris reprirent de plus belle. Il passa à nouveau quelques minutes, puis il y eut à nouveau une accalmie, puis ils recommencèrent, et se calmèrent pour la troisième fois, puis reprirent, puis se recalmèrent... et là, ils ne reprirent pas. A l'intérieur de la grotte, le silence n'était plus rompu que par le faible bruit du vent qui se faufilait à travers les nombreuses galeries... le mâle se risqua alors à pénétrer dans la grotte : il se faufila par le grand trou qui marquait l'entrée, et s'avança vers le fond. Là, il trouva sa compagne, confortablement couchée sur le coté, les pattes-avant croisées, installée contre la paroi de la caverne, penché sur ce qui ressemblait à quatre grosses pierres grises et polies. Les œufs étaient posés en équilibre contre le rond et confortable ventre de leur mère. Celle-ci cessa un moment de souffler le puissant feu qui ronflait à l'intérieur de son ventre sur eux, et leva ses yeux d'ambre vers ceux de son compagnon. Leurs regards se croisèrent, et il s'avança vers son aimée pour lui donner une longue lèche affectueuse sur le museau. Ils venaient d'avoir leur première portée...

C'est ainsi que nous avons été pondu, mes trois frères et moi-même. Tendis que, confortablement installé à l'intérieur de notre solide coque protectrice, nos embryons se développaient lentement, éduqués par les souvenirs et les chansons de notre mère, nos parents s'occupaient de notre bien être, et préparaient notre venu... notre mère ne bougeait plus. Elle restait toujours à l'intérieur de la caverne, à chaque heure du jour et de la nuit, couchée sur nous quatre, à nous réchauffait avec sa chaleur corporelle, ou, de temps à autre, nous faisant prendre une bonne douche de son souffle ardent, afin que nous restions à la température minimum obligatoire pour notre survie. Et, pendant ce temps, notre père s'occupaient de son bien être à elle. Il se chargeait de chasser pour sa compagne et lui-même à la fois, et aussi de mettre de la nourriture de coté pour que le jour où ses quatre petits dragonneaux braillards et affamés sortiraient de leurs œufs, ils aient de quoi de se mettre un véritable festin sous le croc. Les saisons succédèrent aux saisons, les semaines devenant des mois, les mois devenant plus d'une année entière... et plus les sables du temps s'écoulaient, plus nous devenions grands, et plus nous nous préparions à sortir de nos œuf... et enfin, un jour, ça arriva : nos parents se réveillèrent un beau matin en sursaut, dérangés par de tout petit couinements qui se répercutaient à travers toute la caverne, ainsi que de puissants choques. Nous étions en train de tout faire pour briser notre prison naturelle de naissance, cherchant à creuser avec nos jeunes serres, frappant la parois plus solide que le plus pure des diamants avec la petite gemme qui faisait chez les bébés dragons office corne sur notre museau, cherchant même à mordre avec nos crocs encore si fragile... pour le premier combat de notre vie, celui qui devait justement nous donner le droit de vivre, plusieurs heures passèrent, avant qu'enfin, je parvienne à faire une fissure dans ma coquille. J'y ai passée alors au travers mes pattes-avants et tira de chaque coté. Mes serres furent les premières parties de mon corps de dragonnette à entrer en contact avec l'air libre... et, enfin, mon œuf se brisa en deux, libérant mon corps de tout petit reptile épuisé, encore si fragile et frêle. Je repris mon souffle, puis me mis à tourner ma petite tête dans tous les sens, et les premières choses que je vis furent deux formes rouges, en trein de se battre. Un autre oeuf était en train de finir de se briser, et une forme noire en sortie, se jetant aussi dans le combat. Mes parents ne comprirent pas, au début, pourquoi mon instinct ne me poussaient pas me battre les autres, et pourquoi le dragonnet noir était passé à côté de moi sans me toucher. Ce ne fut que lorsque le combat se termina sur la victoire de l'un des dragons rouge, qu'ils me regardèrent de plus près et qu'ils comprirent : je n'étais pas un dragonnet, mais une dragonnette, aux écailles décolorées par ils ne savaient quelle maladie génétique... et j'étais également l'unique fille de leur portée. Malgré-cela, mes parents choisirent de m'élever avec tout l'amour qu'ils devaient à leurs petits.

La suite de mon histoire, celle de l'enfance de mon frère, Roxion, et de la mienne, est assez banale, enfin... aussi banale que peut être la vie d'un dragon ^^' Maintenant que nous étions vraiment nés, nous devions grandir. A nouveau, les saison et les années se succédèrent, tendis que nous prenions en taille et en force. Nos parents s'occupèrent continuellement de nous, durent souvent nous surveiller, puisque après-tout, nous étions à l'âge où notre soif de connaissance et d'aventure nous poussée souvent à fuir la grotte pour aller découvrir le monde qui l'entourait. Ils se partagèrent les taches pour nous éduquer, ainsi que pour nous apprendre comment vivaient les véritables dragons. Bien-sur, nous en avions déjà appris une bonne partie par nous-mêmes, à travers les jeux des bébés dragons et les souvenirs transmis pendant notre sommeil dans l'oeuf, mais eux parfairent tout-ça. Notre mère s'occupa de notre éducation, développa notre caractère, notre façon d'être... et surtout, nous apprit ce qu'était notre instinct, l'arme la plus puissante que nous aurait offerte la nature, elle nous apprit à le reconnaître, à l'écouter, et à le suivre. Lorsqu'elle vivait au Lavadome, elle était une diplomate, et elle nous apprit à nous servir de notre langue... en outre, elle nous apprit le Parl et quelques autres langues hominidés, ainsi qu'un peu de lecture. Quand à notre père, il développa notre physique, ainsi que notre force. Il nous entraîna, nous apprit à nous battre et à nous défendre comme de véritable de dragons. Il nous apprit à nous servir de nos crocs et de nos serres, à cracher convenablement notre Foua... puis vint le jour où le liquide visqueux qui sortait de notre poumon de feu se transforma en vraies flammes... alors j'assista au triste spectacle de père chassant mon frère. Roxion... c'était une vraie plaie, qui passait son temps à se battre et à se venter, et qui se moquait de moi à cause de ma couleur... mais ce n'est que ce jour que je m'aperçu que je l'aimais bien, et après avoir passé du temps seule dans la caverne avec les deux adultes, il finit par me manquer.

Pour ma part, même si je crachais du feu, je resta encore quelques années avec père et mère, ils terminèrent de m'apprendre à survivre dans le monde. Je n'ai jamais vue d'hominidé de ma vie, ni homme, ni elfe, ni nain, ni garn, ni déméne... mais ils m'apprirent à me méfier d'eux, à les éviter le plus possible, à négocier, ou à me battre contre eux en cas de besoin. Plus le temps passait, plus je m’éloignais d'eux... je vivais sur leur territoire, mais plus dans la caverne, préférant le monde externe, dormir dans les arbres, chasser les cerfs moi-même, me baigner sous les cascades. Et un jour, enfin, elles sortirent, avec force de douleur et de liquide transparent à l'odeur acide, mais elles sortirent : mes ailes, m'offrant de nouvelles possibilités, et de nouveaux horizons. Et avec les ailes vinrent de nouveau instincts... je dis adieu à mes parents, et pris mon envol. De toute façon, je savais que mère m'aurait chassée au bout de quelques jours, si je n'étais pas partie par moi-même. Aujourd'hui, je vol à travers le monde, poussait par l'envie de découvrir, la soif d'aventure, de désir de rencontrer d'autres dragons... et peut-être même LE dragon. M'accompagnant dans ma quête, je passe des heures à réciter et peaufiner la chanson que je me créais pour celui qui partagera peut-être ma vie :

"Ô toi grand dragon qui souhaite me séduire,
Déploie tes ailes, suis-moi, écoute ce que j'ai à te dire.
La chanson de ma vie sera courte et simple,
Mais suivras les générations de nos futurs dragons et dragonnelles.

Née des montagnes au vent sud,
Première portée dans une vie rude,
D'un jeune couple qui ne souhaitait plus se battre,
Troisième sortie d'une portée de quatre.

Rouge était mon père, RoNo était son nom,
Et grand était son renom.
Ancien guerrier, puissant pourfendeur pour le Lavadome,
Pour ma mère il abandonna ce trône.

Jeune dragonnelle dans la fleur de l'âge,
Xyria fut ma mère, nombreux ses adages,
Et nombreux autour d'elles étaient les courtisans,
Souhaitant à elle s'unir au fil des ans.

Mais par un heureux coup du destin,
Xyria et RoNo se rencontrèrent enfin,
Et sur la demande de la femelle aventureuse,
Partirent vivre sauvage, ce qui la rendit heureuse.

Que dire de plus de mes glorieux ancêtres ?
Rien, je le crains, je ne les connais guère.
Banni fut mon père, mais décidé à ne pas mourir,
Il se choisit un nom et fit face au pire.

Quand à ma mère, pauvre de naissance,
Seule sa beauté lui offrit sa chance.
Née de la colline des buveurs de lait,
De mes grands-parents elle préféra peu me parler.

Leurs nom étaient DerKion et Alyasée,
C'est hélas tout ce que je sais.

J'ai grandit d'amour, et d'un frère agaçant,
Comme moi ses écailles étaient rouge de sang.
Et tendis que mon corps et mon esprit grandissaient,
J'appris à apprécier ce compagnon de nichée.

Auprès de Xyria j'appris à chasser,
Mais aussi à me battre et surtout à parler.
Car je n'oublierais jamais ce qu'elle m'a apprit :
"Ma fille, plus d'une fois, une langue bien maîtrisée te sauvera la vie".

Puis vint le jour où je dus partir,
De ces terres qui m'avaient vues grandir.
Mes ailes déployaient, je ne rêvais que d'une chose,
Voyager là où plus personne ne l'ose.

Après avoir fait mes adieux à mes parents,
Je déployais, me laissait porter par le vent.
Il semblerait que son esprit m'ait sourit,
Car c'est en ces cieux que je rencontre et je te vis.

Maintenant, beau mâle, si tu souhaite que je te fasse l'honneur,
D'un jour t'appeler mon seigneur,
Montre t'en digne et suis-moi, lors d'une course d'une heure.
"

Description physique : Je suis une magnifique... oui, magnifique, celui qui dira le contraire se prendra un coup de crocs dans le derrière... représentante de mon espèce, une grande dragonne quadrupède aux écailles tranchantes, en forme de losanges et d'un rouge éclatant, faisant ressembler mes écailles à de gros rubis scintillants lorsque les rayon du soleil ou même de la lune viennent se refléter sur elles. J'ai un long museau ovale, en forme de bec, couronné par deux grands yeux de la couleur de l'ambre profond, dont le regard peut être doux et amical envers mes amis et sombre et féroce envers mes ennemis, et avec sous l’œil droit trois petites écailles vertes, le seul "éclat de femelle", comme je l'appelle, de ma carapace rouge, formant une unique tache de naissance. Parcourant ma nuque du haut jusqu'au bas, je possède une grande crinière de longues pointes acérées, taillées comme des pieux, qui au sommet du crane est entourée par deux longues cornes pointus. J'ai apprise en grandissant à utiliser ma tête dans une attaque en balancier, comme les humains se servent d'une masse d'arme pendant les batailles, pour y empaler mes adversaires. Mes larges ailes de chauve-souris, à la membrane rosée comme du vin, sont jeune, mais ont déjà une envergue longue et fine. Cela les rend plus fragile et ne me confère pas une très bonne endurance, mais fait de moi une dragonne très rapide et agile en vol, me donnant de grande facilités dans les airs, et me rendant également silencieuse, me permettant d'observer facilement sans me faire remarquer et faisant de moi une chasseuse implacable.

Caractère : Je suis une jeune dragonne intelligente, rusée et très débrouillarde. J'adore voler. Pour moi, rien n'est meilleur pour se remettre d'aplomb, depuis qu'elles sont sorties, que de me dégourdir les ailes, de ressentir la caresse du vent sur mes écailles, de l'entendre claquer à mes oreilles, surtout celui du printemps, lorsqu'il n'est ni trop chaud, ni trop froid, mais juste tiède. D'ailleurs, à l'époque où je n'avais pas mes ailes, je ne faisais que rêver et parler du vol, j'en rendais ma mère folle. Je suis une bonne chasseuse et j'apprécie ce sport, cependant je respecte les lois de notre mère-nature, et ce n'est pas pour autant que je chasserais et que je tuerais sans raison, pour le simple plaisir. Je ne tues que pour manger, ou pour me défendre, bien que mon pêché mignon, ce soit la gourmandise. J'aime aussi observer la pleine-lune et les étoiles, ce qui pour moi est le plus beau spectacle au monde. J'ai trop tendance à foncer tête baisser et à aimer le danger. Oui, je suis assez tête de mule. Dragueuse envers les beaux dragons lorsque j'en croise un, j'ai tendance à tomber facilement amoureuse, un défaut qui disparaîtra le jour où je me trouverais véritablement un compagnon, mais cela m'a été profitable et m'a donné une bonne arme envers les mâles, car j'ai apprise à me servir de mon charme féminin envers-eux pour obtenir ce que je veux. Joueuse et blagueuse, j'aime me moquer de mes ennemis, et de temps à autres, de mes amis ^^ J'ai un coté sarcastique et je suis un peu... oh, juste un peu xD... gamine. Je suis cependant très susceptible et rancunière, et je pourrais me mettre facilement en colère si on m'insulte. Je déteste être ignorée. Je possède un caractère rebelle, un peu mâle-manqué. J'ai du répondant et je ne me laisse pas marcher sur les pattes, même si ça doit m'attirer les foudres d'une créature plus puissante que moi. J'ai l'habitude, lorsque je m'ennuie et que je n'ai rien d'autre à faire, de me lécher mes griffes, ce qui chez-moi est devenu une sorte de tic.

Qualités : Je suis rusée et intelligente. Gentille, je suis prête à rendre service temps que je ne sens pas de danger. Je suis très fidèle. Mes larges et fines ailes me rendent rapide et agile en vol, ainsi que très silencieuse.

Défauts : Je suis un peu gamine et tête de mule, ainsi que susceptible et rancunière. Je n'ai beaucoup d'endurance et je dois souvent me poser pour reposer mes ailes.

Particularités : Une malformation génétique lors de ma formation dans mon oeuf à modifié la couleur naturelle de mes écailles : je ne suis pas verte, comme la plupart des dragonnelles, mais rouge sanguine. Ma huppe a été remplacée par une crinière de pointes. Bien qu'ainsi, je puisse faire penser à un mâle, mon corps reste svelte et féminin, et je suis d'une impressionnante envergure. Contrairement à certains autres dragons dans mon cas, ma malformation ne m'a pas rendue faible, ni stérile... je suis différente, c'est tout.

Note : Euh, que dire... j'ai la phobie des crabes, depuis le jour où l'un d'entre-eux m'a pincé le nez, quand j'étais drake, alors que je me promenais pour la première fois sur une plage... mais chut, je compte sur vous pour que ça reste entre-nous Suspect

Animal de Compagnie


Nom : Blanche-Queue Patte Agile.
Diminutif : Blanchagile.
Âge : 3 printemps.
Sexe : Femelle.
Espèce : Renarde.
Rang : Animal de compagnie et meilleure amie de Rexia.

Histoire : Blanche-Queue Patte Agile est née dans les bois de l'île de glace, où les renards étaient devenus rares à cause de l'intégration des loups sur cette île, par un ancien dragon gris qui appréciait la présence de leurs ancestraux rivaux. Les loups, des générations plus tôt, avaient chassés les renards de leurs territoires, là où les mulots étaient nombreux et dodus, et tuèrent ceux qui osaient pénétrer sur leur nouveau territoire. Mais certains renards, en se servant de leur ruse, de leur capacité d'adaptation en se cachant, et en mangeant principalement des charôgnes, survécurent... certains apprirent même à vivre parmi les loups, en devenant pour eux des gardes-louveteaux, des espions, voir des jouets prenant la place des membres omégas... tout est bon pour survivre. Blanchagile est née parmi ces survivants de renards.

Née d'une portée de quatre renardeau... deux mâles et deux femelles... elle obtint son nom grâce au bout de sa queue, qui était tâché de blanc à la manière d'un pinceau, et à ses jambes déjà longues et robustes. Leur mère, Museau-Noir Courtes Moustaches, ou Museautâches, dut les éduquer seule, car leur père, un "coureur-de-queue", comme les appellent les renardes, avait préféré l'abandonner pour une femelle plus jeune peu avant la naissance des petits... elle avait cependant gardée comme souvenir de lui une oreille et un quartier de peau de son derrière... les renardes trompées pouvaient êtres aussi féroces que les dragonnelles. Elle éduqua ses petits en leur apprenant à chasser, à ruser, à écouter leurs instincts et à survivre... elle fut une bonne mère jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'ils soient grands et qu'elle les chasse de son terrier.

Blanchagile devint une jeune et jolie renarde, coursait par bien des mâles qui étaient attirés par sa longue queue touffue, un témoignage chez-eux de beauté et de bonne-santé... mais les générations de chasse par les loups avaient rendus les renards malades, malingres, manger des charognes ne réussissait pas à tout-le-monde... la femelle se disait qu'elle n'aurait pas grand espoir de trouver son avenir sur cette île, où il n'y avait pas grand-chose à manger et où les mâles étaient moches et malades. Puis vint la grande dragonne rouge, aussi jeune qu'elle l'était, à la recherche de sa voie... et surtout, à ce moment-là, creusant le sol pour trouver des métaux. Voyant en elle le moyen de peut-être avoir un repas facile, Blanchagile négocia : en échange d'un bouc, elle lui indiquait le chemin d'une chambre secrète sous l'ancien palais où se trouvait encore un peu d'or et qui n'avait pas été découverte. Le marchait fut conclu et les promesses tenus, Rexia put se gaver de métaux précieux et Blanche' de viande fraîche. C'est ainsi que leur amitié débuta.

La dragonnelle resta encore deux nuits sur l'île, et elles purent ainsi faire connaissance... elles décidèrent finalement de rester ensemble. Chacune pouvait tirer avantage de l'autre... Blanchagile cherchait nourriture et protection, et Rexia aimait l'idée de ne pas rester seule, et d'avoir une amie rusée connaissant mieux le monde qu'elle... il fallait dire que les renards vieillissaient plus vite, et donc se devaient d'apprendre plus vite... bien que les choses ne furent jamais dites ainsi, elle devint l'animal de compagnie de Rexia. Depuis, elle l'accompagne dans ses voyages, entre ses griffes, ravit de crier à tut-tête qu'elle est la première "renarde volante au monde !".

Description physique : Blanchagile est une renarde rousse des plus banales, aux traits cependant bien dessinés, capable de rendre dingue le plus futé des renards mâles. Elle se déplace sur de très longues pattes, pour ceux de sa race, qui lui permettent de courir vite et silencieusement. Son épaisse fourrure est d'un orange flamboyant, gris lorsqu'elle met sa robe d'hiver, et son museau est surmonté de deux yeux plein de malice, bruns comme des troncs d'arbres. Le bout de ses pattes et ses oreilles sont noires, et son museau, son coup, son ventre et le bout de sa queue sont blancs.

Caractère : La ruse est le trait de caractère principale de tout les renards, et Blanchagile exhibe la sienne avec la plus grande fierté... elle est maligne et futée, et possède une capacité d'adaptation hors du commun qui lui permet de survivre plus ou moins n'importe-où. Intelligente, elle sait faire tourner les choses à son avantage et sais se rendre bien utile, parfois. Elle reste un animal farceur qui aime bien faire tourner en bourrique ses ennemis... ou ses amis. Elle est cependant quelque-peu feignante, surtout depuis qu'elle vit auprès de Rexia. La renarde chasse encore parfois quelques mulots et ne crache pas sur le fait de tuer une poule ou deux pour le plaisir, mais elle a tendance à profiter des restes de sa "dragonne de maîtresse", ce qui fait qu'elle dort souvent et qu'elle s'engraisse. Elle se montre très susceptible et colérique si on le lui signale. Elle est très coquette et peu passer des heures à se lisser la fourrure à coups de langue.

Qualités : Rapide, dicrête, maligne, intelligente, n'hésite pas à se mettre en avant et sait se rendre très utile.

Défauts : Feignante, gourmande, susceptible, farceuse, coquette et râleuse.

Particularités : Blanchagile peut être une très bonne espionne, sachant se cacher, voir sans être vue, et ayant une bonne mémoire sensorielle. Elle peut en plus se glisser partout, grâce à sa petite taille. Son ouïe fine et alerte fait d'elle une très bonne sentinelle, même si elle dort.

Note : /


Dernière édition par Rexia le Mer 23 Jan 2013 - 21:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Divin
Messages : 2055
Date d'inscription : 17/12/2010
MessageSujet: Re: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   Ven 18 Jan 2013 - 17:32

Re-bienvenue Rexia ^^
T'en fait pas, on se souvient de toi, en tout cas, moi c'est le cas. Et c'est super que tu te sois souvenu du forum, et surtout que tu l'ai retrouvé ^^.
Bref, ta présentation est super, je vois pas pourquoi je te validerais pas, surtout si on compte le fait que tu avais déjà était validée au paravant ^^.
Bref, re-bienvenue, et bon RPG ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   Ven 18 Jan 2013 - 17:50

Merci beaucoup, Kirasha, je suis heureuse d'être de retour, d'être validée, et surtout, que tu ne m'en veuilles pas Very Happy

Ce coup-ci, je ferais en sorte d'être digne d'un forum aussi complet sur l'Âge du Feu ! Il n'a pas été bien difficile à retrouver, c'est le seule qui existe, mais je suis contente que tu ne m'ais pas oubliée... j'ai due faire impression xD *Nan, je me vante pas*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Divin
Messages : 2055
Date d'inscription : 17/12/2010
MessageSujet: Re: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   Ven 18 Jan 2013 - 18:48

Ah? Le seul qui existe? Sur? Parce que ThaEron m'avait dis qu'il y en avait un autre avant nous, beaucoup plus actif, mais qui ne faisais pas RPG.
Enfin, bref, non, je ne t'ai pas oublié, je n'oublie aucun de mes membres, et oui, je te pardonne parce que je sais très ce que c'est que de ne pas pouvoir ce co pour des raisons x ou y...
Par contre, tu trouvera peut-être le forum un peu (beaucoup) changé, vue que certaines personnes sont partie et d'autres sont arrivées, en gros, ce ne sont plus les même personnes sur le forum, sauf quelques une.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   Ven 18 Jan 2013 - 18:59

Hum... oui, pardon, je me suis mal exprimée : je voulais dire par-là le seul Forum RPG ^^' Je sais qu'il en existait un autre, avant, qui faisait RPG, mais je ne le trouve plus, donc j'imagine qu'il a dû fermer, en tout-cas il n'est plus sur l'annuaire Forumactif... c'est là que j'ai retrouvée le tien.

La première fois que je me suis inscrite, je n'étais pas restée assez longtemps pour me faire des amis et des relations, donc en fait, et bien, ça ne va pas changé grand-chose pour moi, je crois xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Divin
Messages : 2055
Date d'inscription : 17/12/2010
MessageSujet: Re: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   Ven 18 Jan 2013 - 19:42

Ok, bon, tu seras pas trop perdue alors ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 840
Date d'inscription : 09/08/2011
Age : 18
Localisation : Cerca e trova...
MessageSujet: Re: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   Ven 18 Jan 2013 - 22:04

Kira : Euh, non, je crois pas... J'avais juste parlé du forum officiel anglais, et je disait que c'était le forum officiel et qu'il était moins beau, moins fréquenté, et moins connu que le notre ^^
Le jour ou j'ai vu que le forum venait AVANT la page wikipedia d'AdF quand tu cherche "l'Age de Feu"... Ben j'ai fait... Un truc comme ca... :
affraid Shocked scratch cheers (Cette chaîne de smileys et tout a fait exceptionnelle. Je déteste les enchaînements de smileys, ça fait kikoo >< )

Rexia : Ton nom ne me dit rien, mais j'ai été absent fin 2011/début 2012, peut-être que tu t'est inscrite pendant ce temps là, mais enfin, quoi qu'il en soit, c'est pas grave !
En tout cas, j'aime beaucoup ta fiche, et je te souhaite la bienvenue parmi nous ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   Ven 18 Jan 2013 - 22:13

Pff... tu me pose une colle, comme je l'ai dit, ça fait un moment, je ne me souviens plus quand je me suis inscrite la première fois... si ça se trouve, je crois que le forum venait d'ouvrir, mais je ne suis sûre de rien.

En tout-cas, merci beaucoup pour ton accueil, ThaEron ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 69
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 21
Localisation : En train de composer, que diable !
MessageSujet: Re: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   Ven 18 Jan 2013 - 22:13

Bienvenue sur l'âge de feu Rexia Very Happy !!

Enfin... RE-bienvenue ^^

J'espère que tu t'amuseras mieux que la dernière fois sur ce forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 840
Date d'inscription : 09/08/2011
Age : 18
Localisation : Cerca e trova...
MessageSujet: Re: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   Ven 18 Jan 2013 - 22:20

Aucune idée Rexia, je me suis inscrit le 9 aout 2011, le forum a ouvert en... merde j'ai un trou là... decembre 2010 ? Ouh là... Je vais devoir aller me coucher... Bref, c'est rien, encore bienvenue, et j'espère que tu te plaira ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rexia, jeune dragonne qui découvre le monde...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Noélya, jeune dragonne
» Antheä ~ « C’est en élargissant ses frontières qu’on découvre le monde. »
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu (RPG) ::  :: Port d'Accueil :: Présentations validées :: Morts ou Obsolètes-
Sauter vers: