Tout a basculé...
 

Partagez | 
 

 « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   Mar 30 Oct 2012 - 23:05

[Tu t'es trompé de compte en postant x)]


Tout en volant, Azurya réfléchit aux mots du Pixievi. Désormais, elle connaissait l’identité de ce fameux CuMox, et elle savait ce qu’il comptait faire avec son armée. Un Tyr prêt à tout pour avoir le pouvoir ? Pas très différent des autres. La majeure partie des Tyrs ayant trôné au Lavadôme avaient eu accès à leur titre grâce à la tromperie, la trahison, et la mort. La soif de pouvoir des Dragons était telle que certains n’hésitaient pas à tuer des membres de leur propre famille pour accomplir leurs projets. Ils rêvaient de tout diriger : les Dragons, les Hominidés, les Griffarans, et le monde entier s’ils le pouvaient. Leptonaz voulait changer la politique du Lavadôme ? Placer le peuple au pouvoir ? C’était bien joli tout ça, mais comment comptait-il y parvenir ? De plus, des CuMox, il y en avait partout, dans toutes les espèces. Même si ce régime voyait le jour, quelqu’un tenterait un beau jour de le faire basculer afin de pouvoir gouverner. L’envie de pouvoir monte vite à la tête.

La Griffarante se fichait bien de savoir si le Lavadôme allait survivre à l’attaque de CuMox ou pas, et si Leptonaz parviendrait à se servir de ces « temps de troubles » pour instaurer sa politique. Elle était à l’extérieur, seule avec seulement l’un de ses congénères, et elle avait bien l’intention de s’enfuir le plus loin possible du Lavadôme. De plus, elle ne comprenait pas quel rôle elle était censée jouer dans les plans du Pixievi. Et, quel qu’il soit, elle ne comptait pas participer à son changement de régime. Que son espèce prospère, elle n’en avait rien à faire : elle n’avait aucune attache parmi elle, ni famille, ni amis. Pourquoi se soucierait-elle des personnes qui l’ont toujours méprisée ? Pourquoi contribuerait-elle à quelque chose visant à améliorer la vie de ce qu’elle avait toujours considérer comme une prison ?

Tout ce qu’elle voulait, c’était gagner sa liberté, vivre enfin seule, loin de tout ce qu’elle a toujours détesté. Maintenant qu’elle avait écouté ce que Leptonaz avait à dire, il fallait qu’elle trouve un moyen pour se débarrasser de lui, si possible sans avoir à se battre. Ils avaient volé depuis pas mal de temps déjà, et le Lavadôme semblait bien éloigné.

-Si jamais je dois prendre part à tes actions, il faut que je sois sûre de mon choix. J’ai besoin de réfléchir quelques instants. Seule.

Sans attendre une réponse du Griffaran, elle inclina les ailes de façon à bifurquer vers la forêt. Là, elle s’engagea à l’intérieur des épais feuillages et entreprit de slalomer entre les arbres. Elle ne regarda pas en arrière pour voir si Leptonaz la suivait. Elle se concentra sur son chemin. Elle tentait d’avancer de façon à ce que le Griffaran ai le plus de mal possible à la suivre. Elle traçait à travers les bois, toujours plus loin du Lavadôme et de son ancienne vie. Elle commençait à ralentir l’allure quand elle sentit un poids écrasant sur son dos. Très vite, elle chuta vers le sol. Par automatisme, son bouclier s’actionna. Elle était attaquée.

Se débattant comme elle le pouvait au milieu des arbres, elle parvint à se dégager de son adversaire inconnu juste avant de s’écraser. Essoufflée par son vol et après s’être débattue, elle s’appuya contre un arbre s’en retourna face à son assaillant. On lui avait toujours apprit à affronter le danger en face, que ça ne servait à rien de fuir. Don son cas, le danger était un énorme dragon brun qui la regardait avec les yeux d’un loup affamé. De toute évidence, il ne faisait pas partie du Lavadôme et ne savait pas que les Griffarans n’étaient pas les plats principaux des Dragons. Savait-il simplement ce qu’était un Griffaran ?

Tu veux vraiment me manger ? lui demanda-t-elle silencieusement d’un regard presque amusé, prête à se défendre.

Ce ne serait pas la première fois qu’elle se battrait contre un dragon. Elle vérifia une dernière fois son bouclier. Parfait. Elle était prête à se battre. Le mastodonte fonça sur elle avec un rugissement féroce. Elle l’attendit et, au dernier moment, elle sauta sur le côté et envoya un coup de serre dans la mâchoire du dragon. Furieux, le Brun leva son immense patte écailleuse. Azurya s’envola pour l’esquiver, mais, peu habituée aux arbres, elle jugea mal son coup et ne fut pas assez rapide : les griffes du dragon la cueillirent en plein vol. Avec fureur, il l’envoya s’écraser contre le tronc épais d’un chêne. Elle retomba mollement au sol.

Une douleur intense vibrait dans sa tête. Son dos et son aile droite lui faisaient affreusement mal. Elle avait envie de rester allongée sur place, sans bouger, tellement son corps la faisait souffrir. Mais il fallait qu’elle se ressaisisse. Elle était en train de perdre ! Faiblement, elle se redressa sur ses pattes. Une sensation étrange s’empara d’elle. Elle se sentait à découvert, faible, sans défense. Sa vision devint floue. Le monde tournait sous ses pattes. Que se passait-il dans sa tête ? Pas le temps de trouver une réponse. Son ennemi se jeta sur elle. La seule chose qu’elle put faire fut de se jeter au sol. Elle se retrouva sous le ventre du dragon. La partie la plus fragile de leur anatomie, elle le savait. Sans réfléchir, elle se mit à lacérer le ventre de son ennemi, qui hurla de douleur. Un second cri se mêla au sien. Qui donc hurlait ainsi comme un animal à l’agonie ? Il lui fallut une fraction de seconde pour comprendre qu’il s’agissait d’elle. Bizarrement, aucune goutte de sang ne s’écoula du corps de son ennemi. Elle n’eut pas besoin de regarder sur elle : une douleur énorme foudroyait son ventre. Elle avait horriblement mal. Elle continuait de crier, sans pouvoir s’arrêter. Qu’avait-il donc bien put se passer ? Elle avait son bouclier, pourtant ! C’est alors qu’elle comprit. Lors du choc contre l’arbre, sa tête avait pris un violent coup, et le bouclier qu’elle s’était forgé avait volé en éclat. Lorsqu’elle avait lacérer le ventre du dragon, elle l’avait touché, et ce n’était pas lui qu’elle avait blessé, mais elle. Elle s’était presque donner la mort, alors qu’elle n’avait aucune tendance suicidaire.

Sans trouver la force de bouger, elle vit le Brun s’éloigner de quelques mètres, le temps de comprendre ce qu’il venait de se passer. Puis il s’approcha de la Griffarante, bien décidé à en finir. Elle ferma les yeux, en attendant le choc.

Pitoyable, eu-t-elle le temps de penser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   Dim 4 Nov 2012 - 22:46

[HRP=Désolé si je réponds pas maintenant, j'ai pas trop le temps, et mon ordi arrive pas a se connecter, alors je suis obligé de prendre celui de ma belle-mère quand elle l'utilise pas...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   Dim 11 Nov 2012 - 19:55


Si jamais je dois prendre part à tes actions, il faut que je sois sûre de mon choix. J’ai besoin de réfléchir quelques instants. Seule.

Dit Azurya. Alors, elle bifurqua vers la forêt et y plongea, disparaissant entre les arbres.
Elle était déjà passée a autre chose. Elle voulait être libre, elle voulait fuir. Leptonaz savait bien que ce n'était pas ces arguments là qui allaient la convaincre. En fait, il avait juste expliqué à Azurya ce qu'il comptait faire. Pas le rôle qu'elle aurait a jouer. Si elle ne se montrait pas plus intéressée pour cela non plus, c'est que le griffaran aux couleurs de feu s'était trompé de personne. Un sacré caractère, cette Azurya.

Leptonaz fondit vers la forêt, et s’arrêta juste avant d'atteindre les arbres. Il vola bas, en frolant la cime des arbres. Ainsi, il pouvait voir ce qui se passait dans la forêt, sans se faire remarquer. Le griffaran repéra alors Azurya, un peu plus loin. Mais elle n'était pas seule. Elle était aux prises avec un dragon brun. Soudain, elle poussa un hurlement déchirant. Le dragon s'éloigna un peu. Leptonaz s'aperçut qu'Azurya avait le flanc lacéré et qu'elle saignait abondement. Lentement, l'air menaçant, le dragon brun s'approcha d'Azurya, autour de laquelle le sang se répendait déjà en une sinistre flaque rouge.

Sans réfléchir plus longtemps, le griffaran fondit sur le dragon, lui enfonça ses serres dans les flancs, et saisit la base de sa tête dans son bec. Un coup de machoire, et les coeurs du dragon étaient transpercés. Le Brun s'agita, avant de comprendre que si il bougeait encore, il risquait de se tuer tout seul. De plus, a force de s'agiter, il augmentait son rythme cardiaque, son sang pulsait plus vite, et le flot qui coulait le long de serres du griffaran était plus important. Le dragon s'immobilisa. Leptonaz entra en contact mental avec la créature. Il avait apris cela très jeune.

Cesses ! Ne bouge plus dragon ! Tu veux te tuer toi même ? Je suis Leptonaz, Pexievi. Qui est-tu ?

Hmpf... KooTegyah...

KooTegyah... Qu'est-ce qui te pousse à attaquer cette griffarante ?

Faim...

On verra ca après...

Leptonaz dirigea son esprit vers celui d'Azurya. Il esperait qu'elle savait parler mentalement.

Azurya, tu m'entends ? Ne bouge surtout pas, tu te tuerais... Essaye de te calmer, le dragon ne peut plus rien te faire... Comment te sens tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   Dim 18 Nov 2012 - 11:20

Azurya, tu m'entends ? Ne bouge surtout pas, tu te tuerais... Essaye de te calmer, le dragon ne peut plus rien te faire... Comment te sens-tu ?

Azurya frissonna, à la fois troublée et sous le choc. Qui lui parlait ? Pourquoi les mots résonnaient ainsi dans sa tête ? Elle avait l’impression que son crâne allait exploser. C’était comme si il était coincé sous un énorme rocher. Tout vibrait à l’intérieur, et ses tempes sifflaient horriblement fort. Plus que son corps meurtrit par ses propres griffes, sa tête la faisait souffrir. Et les mots flous qui affluaient à l’intérieure n’arrangeait rien.

-Tais-toi !! hurla-t-elle de douleur, sans plus se soucier de savoir si quelqu’un la voyait aussi faible.

Même si la voix avait cessé de parler depuis longtemps, elle avait envie de s’assommer la tête contre le tronc d’un arbre pour tomber dans l’inconscience et oublier la douleur. Mais de toute façon, ses blessures finiraient bien par l’avoir tôt ou tard… Il ne faudrait qu’attendre. Où était le dragon ? Pourquoi ne l’avait-il pas tuée ? Elle ne voyait rien, rien du tout. Sa vision était aussi floue que ses pensées. Elle sentait son cœur battre follement, ses pulsions se répercutant dans chaque partie de son corps. Elle ne cherchait même pas à se relever, atterrée par ses blessures. Elle sentait que son sang la quittait pour ne plus jamais lui revenir. Il s’écoulait en un flot de liquide rouge brillant dans lequel son corps meurtrit trempait. Elle avait mal partout : à ses ailes, à ses pattes, à son dos, à son ventre déchiqueté, et à sa tête. Oh oui, sa tête. Pourquoi diable était-elle aussi douloureuse ? Peut-être le choc contre l’arbre, la perte de son bouclier, la voix qui lui parlait, ou encore son affolement… Ce n’était pas le moment de se poser la question.

Elle haletait bruyamment, dans un râle digne des plus vieux dragons. Elle ne trouva rien de mieux à faire qu’attendre. Attendre que son mal de crâne passe, que l’hémorragie de son abdomen cesse, ou bien tout simplement attendre de mourir. Ce n’était pourtant pas son genre, de se laisser abattre ainsi. Où était passé son esprit combattif ? Peut-être partit en même temps que son bouclier.

Elle tenta d’observer ce qui se passait autour d’elle, mais le monde tournoyait, flou et démesuré. Elle remarqua une grande forme brune, peut-être le dragon, mais elle se dissipa soudain, ses couleurs se mêlant à celles, orangées, de quelque chose près de lui.

-Leptonaz ? demanda-t-elle, hésitante.

Elle se sentait plus que faible. Son corps était dans un sal état, elle ne pouvait plus se défendre, ni voir ce qui se passait autour d’elle, et pour couronner le tout, son bouclier avait voler en éclat. Elle sentit soudain quelque chose la happer. A bout de force, elle se laissa aller. Et elle sombra dans l’inconscience, pendant qu’elle continuait à se vider de son sang.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   Ven 7 Déc 2012 - 18:24

[HRP : Je réponds enfin ! Désolé de tout le retard que j'ai pris...]


Tais-toi !!

Hurla Azurya. Personne ne lui avait jamais parlé mentalement, à n'en pas douter.
Quelques instants passèrent, ou Leptonaz du coincer le dragon brun. Il avait recommencer à s'agiter, et avait tenté de donner un coup de croc a Leptonaz. Azurya soufflait avec bruit et difficulté, un souffle rauque dont on aurait dit qu'il semblait lui arrachait les entrailles.
Azurya parla de nouveau, mais sa voix était plus faible.

Leptonaz ?

Que faire ? Leptonaz ne retiendrait plus longtemps le dragon, et Azurya risquait de succomber à ses blessures. Ses yeux vides se fermèrent.
Soudain, Leptonaz eut l'impression qu'on lui écrasait le crâne dans un étau. Il cligna des yeux. Des images en filigrane passèrent dans sa tête.

Il y avait un phénix. Deux en fait. L'un était au sol, l'autre sur un rocher. Le phénix sur un rocher regardait l'autre attentivement. Alors, il se mit à battre des ailes, comme pour s'enflammer, mais au dessus du deuxième phénix. Un cercle de flamme apparut autour de l'individu au sol, et le premier s'envola.
Le phénix au sol s'éleva et tout deux disparurent.

Mais bien-sur !
Leptonaz se souvint que son feu pouvait téléporter deux, trois individus maximum, mais cela demandait énormément d’énergie. En fait, il ne l'avait jamais su, mais c'était comme si c'était caché dans un coin de sa tête.

Il n'y avait plus de temps à perdre. Leptonaz rassembla toutes ses forces, tout son esprit, lâcha le dragon brun et se concentra sur l'image de sa grotte. Le griffaran s'éleva au dessus d'Azurya et battit des ailes. Alors que le feu apparaissait, les yeux de Leptonaz s'illuminèrent d'une lumière blanche qui semblait fumer... Comme prévu, Azurya s'éleva dans les airs, happée par la magie.
Un éclair blanc.
L'obscurité.

Leptonaz et Azurya étaient dans la grotte du Pexievi.
Le griffaran se redressa. Il était épuisé, comme si il s'était battu trois jours et trois nuits. Il y avait une fiole quelque part. Ah ! La... Le liquide bleu glace mais bouillonnant remplissait a moitié le flacon. Leptonaz le saisit entre ses serres et s'approcha de la griffarante, couchée sur le flanc, inconsciente, le sang coulant à gros bouillon de ses blessures. Leptonaz ouvrit la fiole et versa quelques goûtes de l'onguent sur les blessures d'Azurya.
Le liquide fuma en entrant en contact avec le sang encore tiède, et les plaies se refèremèrent presque. En tout cas, Azurya ne saignait plus. Un peu de repos et l'onguent aurait finit d'agir, les plaies seraient refermées.

Épuisé, Leptonaz s'enroula autour de l'un des nombreux stalagmites de la caverne, a quelques longueurs d'aile d'Azurya, et ferma à demi ses paupières.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   Jeu 13 Déc 2012 - 18:30

[Je répond enfin ! Désolée d'être un peu en retard, et aussi de pas trop faire avancer les choses, mais pour l'instant j'ai pas grand chose à faire faire à Azu vu qu'elle est complétement out x) ]


Azurya avait froid. Son corps reposait sur une surface dure et gelée qui glaçait ses muscles endoloris. Sa tête était douloureuse, mais moins que dans ses souvenirs. Elle sentait des picotements au niveau de son abdomen. Il lui semblait que le sang avait cessé de couler, mais elle ne préféra pas vérifier. Elle ne voulait pas ouvrir les yeux. En fait, elle ne pouvait pas. Aucune des parties de son corps ne répondait à sa volonté. Seul son esprit vagabondait dans un univers de noir éternel. Et, pire que le froid et la douleur, la solitude l’apeurait. Elle était seule dans cette nuit sans fin, avec pour seule compagnie ses pensées. Elle failli en rire – de toute façon, elle n’aurait pas pu. Elle qui avait toujours voulut agir en solitaire, loin des autres, avait maintenant peur de la solitude. Mais, il faut dire que ce qu’elle ressentait en ce moment était déstabilisant. Cette impuissance face à son propre corps, ce vide total de sensations autres que le froid ou la douleur, l’absence de tout mise-a-part de quelques pensées sombres. Etait-ce cela, être mort ? Si c’était le cas, c’était horrible. Il fallait qu’elle ouvre les yeux, ne serait-ce que pour se montrer qu’elle avait encore un minimum d’emprise sur son corps. Comme rien ne réagissait, elle persévéra. Et une lumière aveuglante foudroya ses pupilles.

Ses yeux s’habituèrent peu à peu à la luminosité de là où elle se trouvait. Son cœur fit un bond dans sa poitrine quand elle reconnut l’endroit. Stalagmites et stalactites emplissaient la grotte gigantesque du Pixievi. Elle était allongée sur le sol, et… Ses blessures à l’abdomen étaient quasiment guéries. Est-ce qu’elle rêvait ? Non, Leptonaz était également là. A moins qu’il ne soit mort, lui aussi ? Elle voulut parler, demander au Griffaran ce qu’ils fichaient ici, comment ils étaient arrivés là, s’ils avaient bel et bien rejoint le monde des esprits. Mais aucun son ne sortit de son bec, et les mots restèrent coincés dans sa gorge. A la place, un gémissement pitoyable résonna dans la caverne. Azurya se rendit compte qu’elle avait encore affreusement mal à la tête et que tout son corps semblait être passé sous mille dragons. Elle expulsa tout l’air de ses poumons dans un soupire de souffrance. Elle s’en voulut maintenant de paraître aussi faible devant Leptonaz.

Elle voulut se réfugier derrière son bouclier, loin, très loin de sa honte. Mais elle s’aperçut avec stupeur qu’il n’était plus là. Rien, il ne restait rien. Il était parti en mille morceaux. En une fraction de secondes, tout ce qu’elle avait construit pendant ces longues années avait volé en éclat. Cette fois, elle n’avait plus du tout envie d’ouvrir les yeux. Elle était totalement désarmée. Il ne lui restait plus rien, même pas sa dignité. Elle était affalée aux pieds de Leptonaz comme une pauvre âme sans défense. Ce qu’elle était. Elle se serait laissé aller de nouveau dans l’inconscience si un bruit dans la grotte ne l’avait pas tirée de son désespoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 843
Date d'inscription : 09/08/2011
Age : 19
Localisation : Cerca e trova...
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   Mar 25 Déc 2012 - 20:40

[HRP=Désolé de répondre si tard, je n'ai pas eu beaucoup de temps à moi depuis le début des vacances, avec les fêtes, et ma mère qui tiens des stands sur les marchés de noël (elle vend des livres pour enfants)... Bref, voila, je réponds enfin ! (Une minuscule réponse de merde, je sais, mais bon, c'est mieux que rien, ou qu'un truc long et saoulant)]

Leptonaz aperçut les plumes d'Azurya frémir. Elle s'agita un peu.
Elle devait avoir froid. La plus part des griffarans que recevait Leptonaz trouvaient qu'il faisait froid dans cette grotte, mais lui n'était pas de cet avis. Cela dit, il avait toujours chaud. Un cadeau de papa...
La giffarante émit soudain un petit gémissement, puis elle soupira longuement. Azurya devait être terriblement affaiblie. Ses yeux allaient se refermer quand Leptonaz descendit de son stalagmite. Il s'approcha d'Azurya, en se disant que, si il avait été dans sa position, il aurait aimé savoir ce qui s'était passé.

Azurya ? Tu peux te reposer maintenant. Nous sommes dans ma grotte, je nous ai téléporté ici, il n'y a plus rien à craindre, le dragon est resté là bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   Mer 26 Déc 2012 - 21:46

[Si mes RP sont vraiment longs et chiantos, vais essayer de faire un peu mieux... Ou bien peut-être que je ferait mieux de rien faire du tout x) C'est pas ma faute si je fait toujours des pavés, désolée...]




Azurya ? Tu peux te reposer maintenant. Nous sommes dans ma grotte, je nous ai téléporté ici, il n'y a plus rien à craindre, le dragon est resté là-bas.

Téléporté ? Mais comment… ? Ouch, non, pas tout de suite. Elle avait trop mal à la tête pour penser à ce genre de chose. Quel que soit la magie que Leptonaz avait utilisé, elle était maintenant saine et sauve, c’était le plus important. Et son mal de crâne suffisait à faire taire sa curiosité. Azurya regarda le Griffaran au plumage de feu. Il lui avait sauvé la vie. Elle allait mourir, et il l’avait sauvée. Elle savait qu’elle devait lui dire merci pour ça. Mais elle en fut incapable. Quelque chose en elle lui interdisait de remercier Leptonaz. Pourtant, elle n’avait pas grand-chose à perdre, puisqu’elle n’avait plus rien. Mais bon, il ne fallait pas chercher à comprendre.

Sa tête lui faisait de moins en moins mal. Lentement, elle se releva sur ses pattes. Ses yeux se posèrent un peu partout dans la grotte du Pixievi. Une vague de nostalgie la traversa. Elle était retournée au Lavadôme. Là où la roche remplaçait les plaines d’herbes folles, où l’on trouvait des stalagmites et des stalactites en guise d’arbre, et où le ciel disparaissait derrière un épais plafond de lave et de roche. Elle ne sentirait plus le vent sur ses plumes avant bien longtemps.

Elle se tourna vers Leptonaz. Comment avait-il put la ramenée ici ? Il n’aurait pas pu la portée jusqu’au Lavadôme alors qu’elle était inerte ; et encore moins avec un dragon à ses trousses. La petite flamme de l’espoir s’alluma en elle. Peut-être qu’elle n’était pas la seule à faire des choses bizarre. Peut-être que Leptonaz aussi avait une malédiction. Peut-être même que, si c’était le cas, ils pourraient tous les deux chercher comment désactiver ces sors. Mais bon, si ça se trouve, le Griffaran n’avait reçu aucune malédiction. C’était peut-être un pouvoir qu’il aimait posséder. Ou alors rien du tout, tout simplement. Il fallait qu’elle sache.

- Leptonaz. Qui es-tu vraiment ?




Dernière édition par Azurya le Jeu 25 Juil 2013 - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   Mer 26 Déc 2012 - 23:29

[HRP=Mais non, tes RPs sont pas longs et chiants x)
Je veux dire que si j'ai pas d'inspi et que j'essaye de faire un long RP, il va être chiant.
Avec un peu de chance, ce ne sera pas le cas pour celui-ci Razz ]


Leptonaz. Qui est-tu vraiment ?

Demanda Azurya, après un court moment de réflexion. En fait, Leptonaz n'était pas vraiment sûr de connaitre la réponse à cette question. Il pris une longue inspiration et se lança dans ses paroles.


Qui je suis vraiment ? Je suis... Je suis un griffaran. Pas entièrement cependant. Mon père n'était pas un griffaran, c'était un phénix. Un très grand phénix, au sens propre, comme au sens figuré. Après il y avait ma mère, Tiravia, et mon frère ainé, Ryxovar. Je les détestait tout les deux, et je crois que c'était réciproque. Tiravia ne s'est jamais intéressé à moi. Tout ce qu'elle me disait, c'était "Bonjour." le matin. Pourquoi ? Très bonne question. Peut-être que j'étais trop... différent ?
J'avais un corps de griffaran et des pouvoirs de phénix. Je pouvait embraser les choses, rien qu'en battant des ailes, m'enflammer, et revivre après, et ce indéfiniment, me téléporter, avec au maximum trois personne, comme je l'ai apris aujourd'hui... Et des tas d'autres choses avec le feu.
Contrairement à Ryxovar.
Ryxovar... on aurait du l'appeler Perfide. Quand nous étions enfants, il trouvait toujours un moyen pour que ses fautes me reviennent. Mais cela, passe encore. Ce qui me fait dire ca, c'est qu'il est responsable de la mort de mon père, Holonir.

Ryxovar avait vingt-six ans quand je suis né. J'ai la chance de me souvenir de ma naissance. Ma mémoire me vient de mon père. Les phénixs n'oublient rien.
Dès que j'ai vu Ryxovar, j'ai senti que nous ne nous entendront pas. Son regard. Il en disait long sur lui. Quand j'ai brisé ma coquille, les morceaux se sont enflammés. Je me souviens que mon père avait éclaté de rire. Tiravia ne fit rien. Elle resta de marbre.
Ryxovar n'est pas quelqu'un de stupide. Aussi il à tout de suite compris ce qui s'était passé.
Lorsque mon père déclara qu'il allait chasser, pour fêter ma naissance, Ryxovar s'est mit à courir, et est sortit de notre grotte, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Les heures passèrent. Soleil termina sa course. Lune commença la sienne. Ryxovar revint, souriant. Pas mon père.
Les jours passèrent. Jamais Holonir ne nous apporta le gibier promis.
Ma mère me cloîtra dans la grotte ou j'étais né, et ce pendant des années. Je n'en serais jamais sortit si je n'avais pas trouvé ce tunnel. Il était enseveli sous un tas de rochers.
Un jour, j'étais seul, je m'ennuyais. Je me suis amusé à déplacer les rochers pour en faire je ne sais plus quelle structure bizarre qui était passée dans ma tête de jeune griffaran.
Et c'est alors que je l’aperçut. Cette lumière. Aveuglante, au bout du tunnel. Comme hypnotisé, je descendit lentement le long de la cavité, pour me retrouver au milieu d'un champ d'orge.
Je me mit alors à courir, encore et encore, jusqu’à ce moment ou j'aperçu cette cabane de bois. Il y avait de la lumière à l’intérieur, mais je n'entendait personne. Une fenêtre était ouverte.
La tentation était trop forte.
Je rentrait.

Il était là. Mon père. Holonir. Mort, cloué à un mur par les ailes. Et juste en dessous, un hominidé ridicule, vêtu de feuilles, dormait, avec une plume de phénix dans les cheveux. Il y avait un parchemin, accroché à coté du corps de mon père. C'était un accord. Entre l'hominidé, un elfe apparemment, Fulad, et un griffaran. Ryxovar.
Ryxovar s'était engagé à indiquer à l'elfe l'endroit ou se trouvait mon père. Fulad était, à en voir le nombre que créatures mortes dans la cabane, un chasseur.
Aveuglé par la rage, je mit le feu à la cabane. L'elfe périt, et le corps d'Holonir tomba en cendres. Jamais il ne revint à la vie, car pour qu'un phénix s'enflamme et revive, il faut qu'il soit vivant au moment de son embrasement.
Je n'avais plus qu'une chose en tête : venger mon père.

Le soir même, j'éventrait mon frère. Un coup de bec bien placé. Le sang coulait à flot, et Ryxovar poussa un dernier cri, avant de mourir. Ma mère ouvrit ses yeux d'un coup, et lorsqu'elle compris, tenta de me tuer. J'eu le temps de me jeter dans le tunnel que j'avais découvert dans l'après midi, ou elle ne put me suivre, en raison de sa taille.
J'avais alors 32 ans.
Des années après, je devint Pexievi.

Mais tu n'est pas sans te douter que ma mère n'a pas cessé de me rechercher. Encore aujourd'hui, elle me cherche.
Azurya, je crois que je peux te faire confiance.
Si mon nom était réellement "Leptonaz", elle m'aurait retrouvé depuis longtemps.
Leptonaz n'est pas mon nom, mais je finis par y croire, après tant de temps à me cacher. Mais il ne faut jamais oublier d'ou on vient, ni qui on est.
Azurya, tu me demandais qui j'étais vraiment... Je vais te le dire.
Je suis Iwusiro.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   Jeu 27 Déc 2012 - 0:10

[Ah. Oki doki x) Et non, ce n'était pas chiant (: J'espère que mon truc le sera pas non plus x) ]



Azurya plongea ses yeux dans le regard brûlant de Leptonaz. Ou plutôt d’Iwusiro. Quoi que… Raah. Comment l’appeler s’il possédait à la fois un nom de naissance et un nom de substitution ? Le Pixievi lui avait carrément fait une biographie de sa vie. Alors comme ça, il était à moitié Phénix ? Ca expliquait bien des choses : les plumes flamboyantes, les yeux enflammés, la taille gigantesque, la « téléportation ». Elle croyait pourtant que les Phénix n’étaient que des légendes. Bah. Qui était-elle pour décider de ce qui est et de ce qui n’est pas ? Elle-même réalisait des choses qui, selon toute logique, n’étaient pas censées se produire. Mais cette malédiction était arrivée d’un coup, sans qu’elle sache pourquoi. Alors que Leptonaz, lui, tenait ses dons – oui, c’étaient plus des dons que des sortilèges – de son père.

« Il ne faut jamais oublier d’où l’on vient, ni qui on est.»


Ce morceau du récit de son hôte la fit frissonner. D’où venait-elle ? Qui était-elle ? Elle n’en savait fichtrement rien. Rien du tout. Le plus lointain souvenir dont elle se souvenait, c’était celui d’elle en train de suivre les cours des Griffarans au Lavadôme. Pas de parents, pas de naissance, pas de jeunesse. Elle n’avait même pas eu de nom. Son nom, elle se l’était donné elle-même, après plusieurs années d’existence. Elle avait longtemps cherché des informations sur son passé, sans jamais rien trouver. Elle n’avait pas de passé.

Elle ferma les yeux un instant. Elle réalisa vraiment, pour la première fois, qu’elle ne savait rien d’elle-même. C’était un peu plus dur à avaler que ce qu’elle pensait. Personne ne pouvait l’aider. Sauf peut-être… Elle rouvrit les yeux et le posa sur le Griffaran-Phénix. Il était déjà Pixievi dans ses lointains souvenirs de jeunesse. Il devait sûrement savoir. Savoir quelque chose, un indice, un rien. Peut-être qu'il connaissait ses origines, sa famille. D'où elle venait et qui elle était. Peut-être...

- Leptonaz, ou Iwusiro, je ne sais pas comment tu veux que je t’appelle. Que sais-tu sur moi ? Que connais-tu de mon passé ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Des règles, des règles et encore des règles. » [PV - Lepto]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fiefs et Seigneurs 1.2 - Règles et Tours.
» [Règles] Questions à propos des règles...
» [règles] Grot bastos et unité
» [Questions de règles] Transports assignés / Unité SM séparée
» Règles des stompas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu (RPG) ::  :: Lois & Légendes :: Archives :: Lavadôme-
Sauter vers: