Forum de RPG basé sur l'univers de l'Âge de Feu par E.E. Knight
 

Partagez | 
 

 Ex-Emeraude et Âme de Cristal [PV Œilfantôme] [MJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Réfugié(e)
Messages : 10
Date d'inscription : 16/09/2018
Age : 20
MessageSujet: Ex-Emeraude et Âme de Cristal [PV Œilfantôme] [MJ]   Mer 10 Oct 2018 - 20:46




   
Quelle honte… Quel déshonneur… Tomber aussi bas… Avant, les dragons étaient au sommet de la chaine alimentaire. Les Dieux de ce monde. Ils étaient craints et respectés. Et maintenant…

« Nous ne sommes plus rien. Tous justes rabaissés au niveau de ceux que nous considérions autrefois comme des esclaves. Dévisagés, comme des êtres inférieurs. Bafoués, humiliés. La noblesse dragonnesque a disparu. »

Briinaa pestait encore, agrippé à la tour d’un manoir de la Haute-Ville d’Abyre, plongée dans une obscurité, mais où un crépuscule artificiel régnait dans les rues. Le marché nocturne animait encore la ville. En haut, le commerce faisait rage, alors qu’en bas, la rage était commercée. Deux mondes différents, en un même endroit. Une ambiance similaire à celle du Lavadôme.

Alors qu’elle observait avec insistance le marché, un balai hystérique commença à la chasser, contrôlé par un hominidé meuglant tel un bovin acculé par la haine. Le dragon cigogne s’envola vers un autre tour où elle pourrait s’installer en paix. Et ce même dragon recommença à jurer, outré de ce comportement inconscient passible d’une mort violente. Ainsi, Briinaa s’amusa à s’imaginer jeter dans les airs la femme au balai, en jouant avec son corps et ses cris, avant de la laisser s’écraser sur le sol, puis la piétiner jusqu’à ce qu’elle fasse partie des pavés recouvrant le sol. Quand les dragons retourneront au sommet, elle pourra amplement se le permettre. Mais pour cela, le bijou presque parfait devait retrouver sa flamme. Cette tâche s’annonçait malheureusement fastidieuse. Pour cela, la dragonne allait devoir passer outre les interdits, et se plonger dans un monde plus sordide que l’ancien Empire. Des rumeurs, des théories occultes, avec de bonnes oreilles, la pêche aux informations était facile. Mais fallait-il encore pour cela trouver les bonnes personnes. Etrangement les personnes qui pratiquaient ce genre… d’expérience, se trouvaient dans la Haute-Ville. Le Basse-Ville ne comptait que des mercenaires et divers pêcheurs ivres-morts.

« Mes chères sœurs… je suis si heureuse que vous ne puissiez pas voir ce spectacle à mes côtés. Comme d’habitude, vous n’auriez été que des tâches dans le décor. » Lança t’elle en admirant les lanternes et les lampions, déambulant ou non dans les rues pavés. A cette distance, certains ne ressemblaient qu’à des petites lucioles virevoltantes.
Malheureusement, la dragonne fut déçue. Aucun hominidé ne convenait. Aucun ne méritait une longue torture pour soutirer sa connaissance. Avec grâce, la dragonnelle unique s’élança dans les airs, et se laissa planer jusqu’à une grande place, où la foule s’écarta rapidement quand Briinaa rugit son arrivée. Ailes déployées, écailles aux reflets d’or, tous les regards étaient dirigés vers ce bijou oublié du Lavadôme. Chaque coup d’œil était une bénédiction, une offrande pour son égo. Elle s’en nourrissait plus que de chairs et d’os. Si l’orgueil devait avoir une représentation, il s’agirait d’une grande statue de cette dragonne se pavanant, et ce ne serait toujours pas suffisant. C’est ainsi que Briinaaksil commença son curieux défilé dans le marcher. Tout le monde s’écartait devant elle, ce qui lui rappela de tendres et chaleureux souvenirs. Pour une fois la pauvre dragonnelle se sentait un peu chez à la maison. C’est avec cette pensée qu’elle s’approcha d’un commerçant, qui se mit à transpirer tel une Île de Glace sur un océan de flammes. D’étranges bocaux rappelant ceux de Maljul-Mey parcouraient une petite table fraichement construite. Briinaa étudia chaque organe présent un par un. Aucun ne contenait de poche de feu. Cela devait être un met rare. En tournant les deux émeraudes qui lui servaient d’yeux, elle put apercevoir de vieux grimoires amplement déchiffrables. Leur propriétaire actuel semblait plus accueillant. Délicatement, et après avoir demandé poliment, elle tourna les pages du bout de la queue en espérant trouver quelque chose de satisfaisant. Après quelques lectures rapides, le bijou vivant décida de régurgiter or et pierres précieuses, qu’elle avait plus tôt dérobé à des pêcheurs qui n’en auront plus jamais besoin. Le marchand prit alors soin d’essuyer son gain du liquide visqueux et très odorant qu’il l’entourait, avant de saluer son précieux client, qui fut très satisfait de cette acquisition.

« Merci beaucoup mon brave. » Dit-elle de son beau sourire carnassier, et si peu sincère. Sa queue enlaça les différents ouvrages. Puis elle continua, la tête haute, sa sortie, comme un être bien intégré dans un univers qui à la base n’est pas le sien. Le comble pour quelqu’un qui se veut unique et supérieur.

Ses yeux scrutaient chaque stand, en quête d’une nouvelle emplette qui pourrait combler le vide de sa soirée. Mais cette fois elle ne cherchait pas d’objet. A son tour, elle dévisagea soigneusement chaque passant un peu plus dissimulé que les autres. La dragonne ne manqua pas de bousculer quelques personnes durant son enquête. Un corps trop imposant dans une rue un peu trop étroite. Heureusement, aucune de ses écailles ne fut rayée. Quel soulagement. C’est de cette manière que Briinaa rejoint plus tard une seconde place, avec le plus beau théâtre au monde. En son centre, se tenait, dressé vers le ciel, dans toute sa gloire et toute son incandescence, l’un des plus sublimes brasiers qu’elle put contempler jusqu’à présent. Presque hypnotisée, elle s’adonna à exprimer un tendre pruum, bloquant de tout son être le passage derrière elle, qui n’avait plus une once d’importance.
Il n’en avait jamais eu en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 590
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 20
MessageSujet: Re: Ex-Emeraude et Âme de Cristal [PV Œilfantôme] [MJ]   Sam 13 Oct 2018 - 12:43



WICKER CARRIER 

D’un geste lent, Œilfantôme fouilla se sol à ses côtés à la recherche d’une énième pousse de saule. Lorsque ses doigts rencontrèrent la fine branche d’osier dont elle avait besoin, elle s’en saisit et entreprit de l’ajouter au reste des tiges qu’elle avait déjà associées en un large panier. Elle resta quelques minutes de plus à fignoler son œuvre, assise en tailleur devant l’étalage de Mëlory, qui halait les passants en vantant les mérites de ses produits. L’Elfe des Mers vendait diverses denrées alimentaires, allant du maquereau pêché le matin même par son compagnon aux quelques mollusques et crustacés que sa plus jeune fille rapportait de ses virées en bordure d’océan. Parfois, on pouvait même y trouver des préparations très spécifiques à base d’algues, que la marchande proposait aux clients les plus fortunés.
Toute l’après-midi, l’odorat d’Œilfantôme avait été plongé dans les relents iodés du poisson et des fruits de mers, tandis qu’elle tissait calmement ses paniers d’osier. Cela faisait plus de dix jours qu’elle retournait au même endroit pour y entremêler ses tiges de saule, sous le lourd brouhaha de l’avenue commerciale. En effet, la marchande l’avait généreusement autorisé à prendre place devant son comptoir pour vendre ses confections aux clients qui en ressentaient le besoin, et Œilfantôme n’éprouvait pas l'envie immédiate de se chercher un autre poste.
Bien sûr, elle aurait pu se passer de ce petit travail. Elle ne gagnait pas énormément, et c’était à peine si le prix des paniers qu'elle vendait compensait celui des tiges d’osier qu’elle achetait. Mais elle ne voulait pas être un fardeau pour Danalhéa, qui s’était déjà bien assez occupée d’elle en l’accompagnant depuis les Terres Déchues jusqu’à la ville d’Abyre. La jeune femme avait de l’argent, mais l’Elfe refusait de se laisser entretenir. Elle souhaitait se faire sa propre bourse, même si cela signifiait passer ses après-midis aux pieds des foules en échange de quelques pièces de bronze.

Lorsque la nuit tomba sur la cité biscornue, Mëlory commença à ranger son étalage. Les poissons qu’elle vendait n’étaient pas faits pour durer jusqu’au soir, et il était tant pour elle de retourner auprès de sa famille avec l’argent qu’elle avait récolté au cours de sa longue journée de travail passée à attirer l’attention des passants. De son côté, Œilfantôme acheva son dernier panier et y rangea les dernières branches de saule qu’il lui restait. Elle se releva lentement, laissant à ses jambes trop longtemps repliées le temps de se réhabituer à porter le poids de son corps. Puis elle salua amicalement la poissonnière, qui lui souhaita une bonne soirée avant de glisser une dorade et un lot de crevettes roses dans sa panière.
La jeune Elfe se mit en marche, suivant la marée lente de la foule qui évoluait dans les rues marchandes en ce début de soirée. La plupart des habitants finissaient leurs journées à la tombée de la nuit et venaient profiter du marché nocturne, qui débutait à ce moment-là. Œilfantôme pouvait imaginer l’ambiance lumineuse particulière qui régnait dans les rues, éclairées de quelques lanternes et lumignons, tous différents les uns des autres, projetant sur les stands des lueurs allant du jaune pâle à l’orangé. Elle pouvait l’imaginer, mais pas le voir. Ce qu’elle pouvait percevoir en revanche, c’était l’atmosphère active et joviale qui planait dans l’air ; les discussions animées qui s’élevaient au-dessus des notes projetées par des instruments de musique lointains ; les effluves chaudes et langoureuses des plats qu’on servait aux différents comptoirs et qui emplissaient son nez de délices olfactifs.
Tandis qu’elle suivait tranquillement le mouvement de foule, percutant de temps à autre un torse ou trébuchant sur un pied, elle se laissait guider par tous ces sons et ces odeurs qui surgissaient de part et d’autre de la voie piétonne. Elle savait qu’il lui fallait longer cette rue jusqu’à déboucher sur un espace plus ouvert, où les gens s’éparpillaient autour d’une gigantesque source de chaleur, qui permettait à Œilfantôme de savoir que l’endroit où elle logeait n’était qu’à quelques minutes de marche sur la droite.

Sur le chemin du retour, elle s’arrêta devant un étalage d’où s’échappaient de délicieuses effluves sucrées. Elle se laissa envahir par le merveilleux parfum du miel et soupira intérieurement, se rappelant au souvenir de sa rencontre avec Danalhéa.
-Bien le bonsoir mademoiselle ! s’admira le vendeur en la remarquant. Mon miel vous ferait-il plaisir ? J’ai de belles récoltes d’acacia ou de fleurs des champs, les derniers caissons viennent d’arriver aujourd’hui !
-Puis-je goûter ? demanda Œilfantôme avec envie.
-Certainement !
Le marchand fit glisser tour à tour deux cuillérées sucrées dans sa bouche, que l’Elfe prit un temps certain à faire tourner autour de sa langue avant d’avaler. Incapable de se décider, elle choisit d’acheter un pot de chaque miel. L’homme lui annonça le prix, et elle plongea la main dans sa bourse pour y chercher les deux pièces d’argent qui se noyaient parmi celles de bronze, légèrement plus grosses mais plus rugueuses au toucher. Elle les tendit ensuite dans sa paume, et une main calleuse vint s’en emparer, avant d’y déposer un lourd pot. Elle s’empressa de glisser le liquide sucré dans son panier avant de tendre de nouveau les mains pour réceptionner le second lot, avec lequel elle fit de même. Elle adressa un léger sourire au marchand avant de reprendre son chemin, heureuse de son achat. Elle savait qu’en rentrant à l’auberge, un certain Ours serait ravi de la voir déposer sur la table les deux précieux pots de miel.

Elle continua sa route jusqu’à arriver sur la fameuse place qui marquait l’endroit où elle devait bifurquer sur la droite, afin de changer de rue. Elle porta la main sur le mur juste à côté d’elle et le suivi, pénétrant dans le large espace qui réchauffait l’air de son brasier. Elle sentait la chaleur du foyer se heurter contre ses bras dénudés et se demanda quelle ampleur les flammes prenaient en s’élevant dans les airs. Elle continua à longer le mur jusqu’à atteindre le changement d’angle qui marquait l’endroit où débouchait la rue qu’elle cherchait. Elle s’y engouffra posément, un pas après l’autre, et finit par lâcher la paroi qui la guidait.
Elle continua ainsi quelques pas de plus, jusqu’à ce qu’elle se heurte à un nouveau mur, cette fois-ci non fait de bois et de pierre, mais d’un métal plus dur et plus chaud… Elle porta une main en avant et laissa ses doigts caresser les écailles à la fois lisses et rugueuses d’une large surface vivante. Elle retira vivement sa main, surprise et incertaine. Que venait-elle donc de percuter ? La réponse planait quelque part dans son esprit, même si elle n’était pas persuadée d’avoir raison.
-Toutes mes excuses, lâcha-t-elle, à la fois confuse et curieuse.


Dernière édition par Œilfantôme le Mer 24 Oct 2018 - 18:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 10
Date d'inscription : 16/09/2018
Age : 20
MessageSujet: Re: Ex-Emeraude et Âme de Cristal [PV Œilfantôme] [MJ]   Ven 19 Oct 2018 - 19:11




La chaleur traversait ses écailles et réchauffait sa tendre chaire. Inconsciemment, la dragonne du Lavadôme déploya légèrement ses ailes, comme un papillon séchant ses ailes au soleil. Briinaa se sentait comme eux. Un être sortant d’un cocon, qui a évolué, et qui découvre un nouveau monde. A cet instant, en s’étonnant elle-même, elle repensa à sa « famille », se demandant comment aurait pu être sa vie, s’il n’y avait pas eu cette trahison… Puis cette pensée disparut. Qu’importait ? Grâce à ces évènements, la dragonne avait pu devenir un être presque parfait.
Les flammes se reflétèrent alors dans son merveilleux sourire carnassier. La propreté de ses crocs était exemplaire. Derrière elle, les passants commençaient à piailler, et meugler à cause du passage bloqué. Briinna fit la sourde oreille, profitant de cet instant pour nuire au leur. Quel plaisir de pouvoir prendre le dessus sur ces êtres inférieurs. En parlant d’eux, ceux qui se trouvaient devant elle, commencèrent à s’écarter et s’enfuir discrètement dans les rues. La peur qu’un dragon s’enrage et transforme le quartier en jolie petit tas de cendres avait pris le contrôle de leurs jambes si frêles, et si peureuses. La dragonne dépourvue de flammes n’hésita pas à jeter des regards noirs aux quelques hominidés restant pour qu’ils fassent place à l’imposante créature aux reflets d’océan et d’or. Même les commerçants fermèrent boutique, de quoi jeter un froid dans ce brasier. Le message était passé : « Vous n’êtes pratiquement rien, et je suis tout. Restez sur mon chemin, et vous deviendrez néant. »

Un impact, très faible, fit vibrer toutes ses écailles, comme une onde sur l’eau. Jusqu’au museau. Quelqu’un n’avait donc pas compris le message ? Une leçon allait devoir s’imposer. Quoi que… Il n’était pas judicieux de se faire remarquer quand vous n’êtes pas l’autorité. « Tssk » Ainsi, gracieusement, la somptueuse dragonne fit demi-tour, pour aller à la rencontre de celui ou celle qui la percuta. Briinaa dût alors même plier sa queue, pour éviter qu’elle n’effleure les commerces ou les murs.
Une jeune -ou peut-être vieille ?- elfe se trouvait devant elle. Etrange, Briinaa ne décela aucune panique. Quelle curieuse réaction face à un dragon. La dragonne baissa la tête, presque à son niveau, juste de quoi rester supérieur, pour étudier le cas de cette curieuse elfe confuse.
Un silence s’installa. Les passants se turent, le vent s’arrêta, l’immobilité s’était répandue comme une épidémie dans le quartier. Le bois du brasier craqua, ajoutant une touche mélodieuse, à la profonde respiration de Briinaaksil. De son regard émeraude, le bijou du Lavadôme scruta chaque détail de l’elfe, qui ne prit pas la peine de lui rendre un seul regard. Mais… ô quelle triste sort l’hominidé avait subi. La pauvre ne pouvait pas avoir la chance d’admirer la beauté vivante, car ses yeux, qui pourtant avaient dû voir mille souffrances, étaient privés de vision.
Grace à son long cou, Briinaa commença à tourner sa tête, lentement, autour du spécimen. Comme elle, l’elfe devait être une déchue. Mais si la dragonne avait pu remonter la pente, cette petite chose n’avait pas pu le faire. Ou difficilement. Et quelle ironie de se vêtir de vêtements discrets, si c’est pour finalement attirer toute l’attention. Un accoutrement que l’elfe avait dû prendre non par choix mais par nécessité. Elle semblait pauvre, une rescapée, qui peinait dans un monde sans lumière. Son corps, couvert de cicatrices diverses, parlait à sa place. Le bijou, avait presque pitié d’elle. Les elfes étaient les seuls hominidés, que Briinaa pouvait supporter et respecter un minimum. Ils étaient toujours au dessus des autres, plus honorables, plus beaux aussi. Du moins, c’est l’image qu’ils donnaient, lorsque sa mère lui transmettait des souvenirs.
La dragonne dut faire un pas pour continuer son petit tour, en tendant sa frénétique langue fourchue, effleurant l’épaule puis l’omoplate de l’elfe. Une effluve sucrée attira son attention. Quel doux parfum. Ce dernier ne venait pas seulement de la petite créature. La source était plus petite encore, et cachée, dans un nid douillé, que ces créatures appelaient « panier ». C’est ainsi que la dragonne découvrit deux petits pots de miel. La tentation de cette petite douceur au parfum de nostalgie était forte. Néanmoins, ce n’était pas une nécessité. Pas dans l’immédiat.

Petit à petit, Briinaa entoura de tout son corps la pauvre elfe aveugle. Par réflexe, la descendante du Lavadôme, allait s’adresser à l’invité dans l’enceinte de son corps en draquine. Elle pu se reprendre avant même de prononcer un mot. Sa voix douce et mélodieuse –chez les dragons- s’éleva alors dans le calme environnant.

« J’accepte, tes excuses, petit être. Heureusement pour toi, tu n’as rayé aucune de mes précieuses - elle insista sur le mot « précieuses » - écailles. Malheureusement, je ne trouve pas que de simples mots, même prononcés de la façon la plus honnête, soient suffisant. » Briinaa rapprocha son museau de l’oreille de l’elfe. « Vois-tu… Je pourrais te déguster pour mon dîner qui ne saurait tarder… Ou tout aussi bien te rendre aussi incandescente que ce merveilleux brasier derrière moi. De cette manière, chaque habitant de ce rocher miteux pourra profiter de ce doux parfum de chaires et de graisses fondantes Hum... Quel délice…  Malgré le plaisir intense que cela me procurerait, il serait fâcheux pour toi, comme pour moi, d’en arriver là. »

La dragonne savait pertinemment que de dévorer quelqu’un dans la Haute-Ville d’Abyre n’était pas une bonne idée. Surtout dans un environnement aussi étroit. Néanmoins, son orgueil la forçait à s’imposer, à dominer.

« Maintenant, c’est à ton tour. Que me proposes-tu, pour conclure cet affront ? » Siffla t’elle de sa langue fourchue, à l’oreille de la pauvre brebis égarée.


Dernière édition par Briinaaksil le Sam 10 Nov 2018 - 17:19, édité 2 fois (Raison : le dialogue était illisible)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 590
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 20
MessageSujet: Re: Ex-Emeraude et Âme de Cristal [PV Œilfantôme] [MJ]   Mer 24 Oct 2018 - 18:04



CONCEITED SCALY 

Œilfantôme sentit la créature en face d’elle s’animer. Son instinct lui souffla de demeurer immobile, et de conserver une attitude calme. Cependant, son esprit restait alerte, et ses pieds ancrés dans le sol étaient prêts à prendre leur envol au moindre signe de danger. Car il était impossible pour l’Elfe de ne pas comprendre qu’elle se trouvait en présence d’un prédateur. Et quel prédateur… En tenant compte de son pas à la fois lourd et gracieux, de la façon qu’il avait de se mouvoir autour d’elle comme un serpent prêt à étrangler sa proie, de la sensation perturbante du bout de chair humide et chaud qui effleura soudain son épaule, et surtout de la voix qui résonna à son oreille, accompagnée d’un souffle torride et puissant, il n’y avait aucun doute possible : les écailles qu’elle avait effleurées quelques secondes plus tôt étaient bien celles d’un dragon.
Œilfantôme sentait désormais sa présence tout autour d’elle ; une véritable muraille vivante qui semblait ne pas vouloir la laisser s’échapper. Elle se rendit compte qu’elle était prise au piège, car il lui serait incapable de prendre la fuite sans trébucher sur un bout de queue ou de patte qui traînerait devant elle. Un relent de panique monta en elle, mais elle se contraint à l’étouffer au plus vite. Elle avait vécu des années entière attachée à une planche de bois, ce n’était pas une enceinte d’écailles qui allait l’affoler subitement.
Pourtant, les mots de la dragonne – car la nuance légère qui emplissait la voix du prédateur transpirait d’une gracieuseté toute féminine – se voulaient subtilement menaçants. Et ils n’étaient pas tombés dans l’oreille d’un sourd – Œilfantôme avait beau être aveugle, son système auditif fonctionnait très bien, voire mieux que pour la plupart des Elfes – et elle comprenait parfaitement ce que « je pourrais te déguster pour mon dîner » signifiait. Elle ne montra cependant aucun signe d’angoisse. A vrai dire, elle n’était pas effrayée du tout. Elle savait qu’elle se trouvait en plein cœur d’Abyre, non loin de l’auberge dans laquelle elle résidait, et qu’il lui suffirait de se faire entendre pour qu’on lui vienne en aide. Ici, les dragons n’étaient pas maîtres des lieux ; c’était les hominidés qui contrôlaient tout. De plus, s’il était resté à l’auberge, Ted n’était théoriquement pas très loin non plus. Et il ne fallait pas toucher aux amis de l’Ours, sinon il se fâchait très fort et déchiquetait des membres sans prévenir – enfin, si, il grognait avant ; mais lorsqu’il grognait, il était déjà trop tard.
En outre, au lieu de l’apeurer, le discours de la dragonne l’avait outrée. Sa petite manœuvre d’intimidation semblait ne vouloir satisfaire que son orgueil, et non son appétit. Evoquer la façon dont elle serait en mesure de réduire son petit corps d’Elfe en fumée sonnait aux oreilles de l’intéressée plus comme une vantardise que comme une menace. Œilfantôme en avait froncé les sourcils.
-Maintenant, c’est à ton tour. Que me proposes-tu, pour conclure cet affront ?
La voix de l’écailleuse siffla désagréablement dans ses tympans sensibles, si bien qu’elle détourna la tête, les yeux plissés de gêne. A cet instant, la dragonne lui rappela le capitaine de la Citadelle qu’elle avait tant haït au cours de sa captivité. Tout en lui la révulsait : le contact de sa peau hideuse, le son de sa voix perfide, son air hautain et prétentieux qu’il exposait dans toute la salle autour de lui. Le cœur d’Œilfantôme se mit à battre plus fort, et elle serra le poing contre sa tunique. Il était loin, désormais. Peut-être même mort.

« Cet affront »… L’Elfe n’avait fait que la percuter comme un insecte pourrait se heurter à ses ailes en plein vol. La manière dont la femelle dramatisait la chose lui déplaisait fortement. Pourtant, elle savait que dans le contexte immédiat, elle n’était pas maître de la situation. Son interlocutrice désirait un don alimentaire en contrepartie de leur heurt physique ? Œilfantôme n’avait pas grand-chose à lui offrir, si ce n’est ce qui se trouvait actuellement dans son panier, à savoir la dorade et les crevettes que Mëlory lui avait offertes, ainsi que les deux pots de miels qu’elle venait d’acheter. Et il était hors de question qu’elle se débarrasse de ce dernier lot. Elle voulait les rapporter à Ted et, comme lorsqu’il s’agissait de ses amis, l’Ours réagissait très mal quand on touchait à sa nourriture.
Elle resserra sa prise sur la poignée en osier qu’elle portait dans la main gauche et prit une profonde inspiration, silencieuse et imperceptible.
-Je n’ai pas grand-chose à vous soumettre, lança-t-elle à la dragonne. Tout ce que je peux vous offrir, ce sont les maigres fruits de mer et les quelques pièces de bronze que je porte avec moi.
Elle avait entendu dire, elle ne savait plus où exactement, que les dragons se nourrissaient parfois de métaux. Peut-être la reptilienne s’en contenterait-elle. A moins que le bronze ne soit pas un métal digne de sa position.
-Si toutefois votre envie de chaire se fait si forte, ajouta-t-elle, je peux encore vous proposer mes globes oculaires, bien qu’ils ne soient à mon humble avis que peu nourrissants pour un animal de votre stature.
Œilfantôme avait parfaitement conscience que sa réponse laissait paraître quelques bribes d’impertinence. Elle se rendit même compte, un peu tard, qu’employer le terme « animal » pour désigner un dragon apparemment si imbu de lui-même n’était pas la meilleure des idées. Mais inconsciemment, elle était fière de sa réponse, car elle avait l’impression que ce n’était pas avec la dragonne qu’elle était en train de livrer un semblant de joute oratoire, mais avec le capitaine de la Citadelle. Elle restait cependant consciente que l’individu qui se tenait actuellement devant elle était bien plus grand et plus puissant – mais tout aussi féroce.
Quand bien même, Œilfantôme était décidée à ne pas se laisser faire. Il était révolu, le temps où elle était contrainte à subir sans pouvoir lutter. Aujourd’hui, elle était libre, et elle avait le droit de se défendre. De plus, elle était persuadée que la dragonne tenait bien trop à ses « précieuses écailles » pour risquer de les abîmer sous les armes des gardes qui patrouillaient le long de la Haute-Ville d’Abyre, et qui n’hésiteraient pas à s’attaquer à elle si elle venait à embraser l’Elfe d’un souffle.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ex-Emeraude et Âme de Cristal [PV Œilfantôme] [MJ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ex-Emeraude et Âme de Cristal [PV Œilfantôme] [MJ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perdue [Terminé]
» L'arrivée d'Henrik et Eldrina sur Cristal[TERMINÉ]
» La quète du cristal de glâce. [Privé, Messager sera mon seul compagnon de RP]
» Alléara, future élève d'Emeraude.
» Boule de cristal et révélation [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Âge de Feu ::  :: Abyre-
Sauter vers: