Tout a basculé...
 

Partagez | 
 

 Ojalá... (privé Percebrise et Lydia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Réfugié(e)
Messages : 367
Date d'inscription : 06/02/2014
Age : 20
Localisation : Limousin
MessageSujet: Ojalá... (privé Percebrise et Lydia)   Mer 22 Mar 2017 - 3:46

Je fais un peu le point sur Percebrise car il commence un nouveau stade dans sa vie... Donc ça risque de te paraître un peu long, je t’invite à lire ses autres RP si ça t’intéresse, c’est dans mon grimoire, bonne lecture ^^

Ojalá...


S’aventurer dans ce marais quasiment impénétrable n’avait pas été la meilleures de ses idées.
Percebrise progressait à travers ces terres inhospitalières depuis la veille. Il regrettait déjà l’absence de Zathiir ainsi que son sens de la répartie bien aiguisé, qui lui aurait permis d’oublier la désagréable odeur qui imprégnait les lieux. Ses seuls compagnons se résumaient aux bruits spongieux que faisaient chacun de ses pas, ainsi que le coassement continu des grenouilles qui ne cessaient jamais de chanter de jour comme de nuit.
Percebrise se demanda pourquoi il avait voulu venir ici. Encore une fois, c’était sa curiosité nouvellement émergée qui l’avait poussé à s’aventurer dans ce marécage où il ne faisait ni trop chaud, ni trop froid. Depuis son “nouveau départ” -cela faisait peut-être trois lunes ou quatre qu’il avait laissé son frère en plan au Lavadôme pour reprendre le cours de sa vie normalement- il était inlassablement attiré par tout nouvel endroit qu’il ne connaissait pas ; en somme, il avait oublié son objectif principal qui était de trouver un nouveau territoire où s’installer, se rendant compte qu’il avait réellement pris goût à l’exploration. Alors, à chaque fois qu’il estimait avoir parcouru suffisamment de terrain pour connaître les particularités d’une région, il recommençait à nouveau, au détriment de son but initial.

Même s’il réalisait que l’endroit où il se trouvait était, par moments, difficilement praticable, il ne regrettait pas d’être venu ici. Sa pensée était la suivante : il serait passé à côté de quelque chose s’il n’était pas passé par ici. Ces marais étaient parsemés de ruines antiques, pour la plupart à moitié embourbées dans la boue. Il s’imaginait l’étendue de la cité disparue qui devait se trouver sous ses pattes : une ville entière recouverte de vase. Une question lui effleura l’esprit : comment ces bâtiments avaient pu être construits, tout ça pour finir engloutis sous des tonnes et des tonnes de sédiments ? Une guerre, l’œuvre de temps… Ou, moins réaliste, le résultat d’une intervention Supérieure.
Le dragon blanc était tantôt émerveillé par l’atmosphère mystérieuse des lieux, tantôt médusé face aux quelques cadavres qu’il rencontrait de temps en temps. Il avait trébuché sur le corps momifié d’un jeune draque bleu argenté, dont la mort pouvait remonter à quelque mois aussi bien que plusieurs années, et cela ne l’avait pas laissé de marbre.

Le dragon soupira de soulagement en se hissant sur une bute touffue qui se prolongeait en traçant un chemin au milieu du sol instable. Il en profita pour faire une pause, débarbouillant les parties les plus hautes de son corps des traces brun-noir qui avait giclé sur lui pendant qu’il marchait. Il ne prit pas la peine de s’occuper de ses pattes qui allaient se retrouver marrons sous peu. Il s’assit un peu, rassembla sa queue autour de ses pattes et tendit son cou vers le ciel pour fixer les volutes de brumes qui s’agitaient tout autour de lui. La visibilité n’était pas vraiment bonne.
Il resta cinq bonne minutes à fixer le ciel, et rien d’autre. Il désirait s’imprégner de l’atmosphère des lieux -aussi désolés qu’ils paraissaient, Percebrise savait qu’il éprouvait déjà une pointe de nostalgie à l’idée de laisser cet endroit derrière lui, comme cela le lui faisait chaque fois qu’il se résignait à quitter un territoire entièrement visité.
Il songea à créer une carte et répertorier tous les endroits qu’il explorait. Ce serait génial ! commença-t-il à s’extasier en son fort intérieur. Je pourrais en faire une vocation ! D’un autre côté il songea à sa grotte ou son île, son repère, son territoire qui l’attendait quelque part... Il ne savait décidément plus quoi faire. Chercher un sens à sa vie n’était pas facile, c’était exactement en train de faire ces derniers mois. L’idée de retrouver sa vie de sédentaire était séduisante, mais après mûre réflexion, celle de passer son temps à braver l’inconnu, affronter mille tempêtes et dangers, était encore plus alléchante. Et pourquoi pas étudier, même s’il ne se voyait pas faire comme son frère ou les Anklènes au Lavadôme -non, passer sa vie assis à étudier la magie ou faire des expériences ne le comblerait jamais, il lui faudrait allier études et action. C’est pourquoi l’idée de la carte était assez intéressante, même si pour l’instant cela ne restait qu’un rêve. Il n’était même pas sûr de commencer cette carte un jour, et qui sait, peut-être qu’il finirait se lasser dans peu de temps, malgré son enthousiasme actuel ?

Il finit par se rendre compte qu’il n’était pas seul. De drôles de pas se faisaient entendre, et il lui était impossible de les assimiler à une créature, de par leur irrégularité. Il huma l’air, mais l’odeur lourde et âcre de la boue masquait tout autres fumets alentours. Alors il attendit, immobile, et tous les sens en alerte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 13
Date d'inscription : 02/03/2017
Age : 17
Localisation : Bretagne, Tri matolod dans les veines.
MessageSujet: Re: Ojalá... (privé Percebrise et Lydia)   Jeu 23 Mar 2017 - 6:33

Boue. Arbre pourri.Boue.Arbre pourri.
Cela ne risquait pas 'être bien palpitant à dessiner. A quoi bon dessiner une représentation concrète de la mort et de la puanteur ? Aucune idée, mais pourtant, il y avait forcément une raison. Cela changerais des doux bois, des joyeux oiseaux et des empreintes d'animaux divers. Ici, les seules empreintes étaient celles de la jeune Elfe, qui retirait péniblement ses bottes de la vase pour entreprendre de faire le pas suivant. Cette glaise, s'accrochant telle une tique, aux furtives avancées de Lydia.

Celle ci avait pour objectif de voir nouveau, interpréter les choses vides en expressions. Pouvoir,avec son imagination, tracer un monde avec ne serait-ce qu'une poussière. Voilà ce que voulait Lydia.
Les yeux rivés sur son calepin en cuir froissé, la jeunette dessinait ce qu'elle voyait de ce paysage désolant. Elle regrettait un peu tout de même sa forêt, où elle vivait dans les arbres, sous le parfum fleuri. "Ici, les abeilles sont moustiques. Les arbres sont devenait vermoulu. La terre riche est ici monstre de boue dévorant." L'Elfe soupira en fermant son carnet, elle regrettait vraiment de perdre son temps. Même son imagination n'y pouvait rien. De plus, une de ses mèches écarlate se balançait-presque avec joie- de gauche à droite de son visage. Si seulement ses habiles mains n'était pas souillées... Elle aurait pu remettre ce brin rebelle à sa place. Elle ronchonna et continua d'avancer avec un reniflement.

Soudain, une intuition. Une forme. Une ombre. Une ombre qui semblait pourtant claire. Qu'est-ce donc ? Lydia, les oreilles avides, avança prudemment, ses lames à la mains. Elle avait déjà eu ces intuitions. Elles menait à chaque fois à la même chose. Une fois de plus, son 6ème sens ne la trompa pas. Il était là, majestueux devant elle. Un de ces seigneurs des cieux. Un étranger qui lui semblait quand même familier. Cette espèce qu'elle admirait tant, qu'elle connaissait tant...
Un Dragon.
-H...Harkij... Salutation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 367
Date d'inscription : 06/02/2014
Age : 20
Localisation : Limousin
MessageSujet: Re: Ojalá... (privé Percebrise et Lydia)   Ven 24 Mar 2017 - 22:01

La morphologie caractéristique de l’hominidé se dessina prudemment au milieu de la brume. À en juger par la forme rebondie de sa poitrine et la largeur de ses hanches, il s’agissait d’une femelle, elle n’avait pas l’air d’être perdue. Elle aussi finit par s’immobiliser, si bien qu’il y eut un long échange de regards, sans que l’un ou l’autre n’émette le moindre son. Il la jaugea de bas en haut, puis de haut en bas. Ses oreilles n’étaient pas arrondies à l’instar de celles des hommes, elles se terminaient en pointes : cela faisait longtemps qu’il n’avait pas eu affaire avec des elfes. Il plissa les narines et en se concentrant, il arriva à détecter l’odeur qui flottait autour d’elle et de sa chevelure d’automne. Elle sentait la feuille sèche, la terre meuble, et l’humidité.

“Salutations…”

Le draquine était maladroit mais compréhensible et il fit l’effort d’y répondre.

Bonjour.

Percebrise ne se sentais pas particulièrement en danger, mais il devait se montrer très prudent. Il n’était un grand amateur d’hominidés, qu’il s’agissent d’elfes, d’hommes ou de nain, car en dépit de leur infériorité physique, ils pouvaient se montrer particulièrement intelligents, au même niveau que les dragons ; et son expérience avec eux quand il était dragonnet le lui avait confirmé, puisque cela s’était terminé en un massacre abominable de toute sa famille -le cuivré et sa soeur mis à part. Il lui fallait lever le rideau du doute, et même si rien ne lui disait qu’il pouvait faire confiance à cet individu, il n’y avait que très peu de chances pour qu’il se fasse attaquer : ce marécage n’était pas propice à une embuscade.

Vous êtes seule ?” demanda-t-il sans trop savoir s’il devait la vouvoyer ou la tutoyer. “J’aimerais savoir si je suis en danger ou non.

On ne pouvait pas faire plus franc. Quitte à se poser des questions, autant les poser directement, au pire, cela changerait quoi ?

Parce que si c’est le cas, et si vous comptez m’attaquer, vous devez savoir que je me défendrais.

Il ne pouvait s’empêcher de se sentir légèrement tendu. Un hominidé seul ne pouvait clairement rien faire face à un dragon, c’était une question de bon sens : le second était clairement favorisé par rapport au premier. Mais à partir du moment où il était question de faire face à un groupe, c’était cinquante cinquante chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 13
Date d'inscription : 02/03/2017
Age : 17
Localisation : Bretagne, Tri matolod dans les veines.
MessageSujet: Re: Ojalá... (privé Percebrise et Lydia)   Sam 25 Mar 2017 - 20:38

Lydia admira les écailles blanches aux reflets bleutés du dragon. Elle n'avait pas vu beaucoup de dragons d'aussi près, et encore, la dernière fois elle s'était faite brisé les côtes. Elle tenait fermement ses lames, prête à se défendre au cas où. Pourtant, le dragon ne montra pas les dents, mais ne semblait pas particulièrement amical quand même. Il prononça d'une voix résonnante un simple bonjour qui fit trembler ses entrailles.

La bête semblait assez tendue, mais Lydia ne le remarqua pas tout de suite. Il fallait entamer une conversation, par peur que le titan ne change d'avis et veuille la dévorer. Elle ouvrit et ferma la bouche plusieurs fois, ne sachant que dire. Finalement, l'Elfe se redressa et se recoiffa, lâchant ses lames en signe de paix. Une fois sa queue de cheval refaite elle entreprit de dresser les oreilles, voyant que la dragon comptais à s'exprimer.
-Vous êtes seule ? J'aimerais savoir si je suis en danger ou non. Il fit une pause avant de reprendre "Parce que si c'est le cas, et si vous comptez m'attaquer, vous devez savoir que je me défendrais."

En voilà une drôle de réaction, Lydia s’attendait à un "Que fais tu chez moi" ou une question de ce genre. Quoique...quel dragon serait assez fou pour vivre ici ? Elle se racla la gorge et répondit sereinement:
-Je ne viens point en but de vous faire du mal, je me nomme Lydia. Je suis une simple solitaire...alors, cela m'étonnerais que je sois accompagnée d'une armée de chasseurs... Et vous ? Enfin, même si cela ne me regarde pas vraiment... Puis-je connaître au moins votre nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 367
Date d'inscription : 06/02/2014
Age : 20
Localisation : Limousin
MessageSujet: Re: Ojalá... (privé Percebrise et Lydia)   Mer 29 Mar 2017 - 1:02

L’expression de surprise qu’affichait le visage de l’elfe lui indiqua que sa question l’avait pour le moins prise au dépourvu. C’était vrai que cela pouvait paraître quelque peu surprenant mais le dragon n’en avait que faire et ne tint pas compte des circonstances.

“Je ne viens point en but de vous faire du mal, je me nomme Lydia. Je suis une simple solitaire...alors, cela m'étonnerais que je sois accompagnée d'une armée de chasseurs…”

Il renifla bruyamment, projetant partout autour de lui une pluie de mucus et de saletés qui s’étaient accumulées sur le pourtour de ses narines pendant tout le trajet à travers les marécages. Il se demanda pourquoi est-ce qu’il devait la croire sur parole alors que rien ne prouvait qu’elle était honnête et donc digne de confiance. Mais, en son propre intérieur, il se sentait trop serein pour qu’il lui arrive quoi que ce soit. Il fallait vraiment qu’une groupe d’hommes soit désespéré pour suivre un dragon en excellente santé jusque dans ces lieux si inhospitaliers pour tenter une attaque.

“Et vous ? Enfin, même si cela ne me regarde pas vraiment... Puis-je connaître au moins votre nom ?”

Percebrise hésita. Avait-il vraiment envie de confier une telle information à cet individu dont il ne connaissait rien ? En tout cas, cela lui posait plus de problèmes que de se présenter à un autre dragon. Il avait tendance à moins faire confiance aux bipèdes en général.
Peut-être que son hésitation se faisait sentir dans son silence pesant -non, c’était même forcément évident au vu de son temps de réponse. Il finit par se relâcher.

Je suis Percebrise. Je suis originaire de l’île de Feu, dans la Mer de Sang, même si j’ai vécu la majeure partie de ma vie au Nord… Mais depuis que mon territoire a été dévasté par un incendie, je suis à la recherche d’un autre…” Il pouffa doucement, en quelques petits souffles, avant d’ajouter “Or, ma quête s’est transformé en exploration et depuis je me rends un peu partout, au quatre coin du Lavadôme.

Il avait le nécessaire, c’est-à-dire ce qu’il disait à tous les autres voyageurs qu’il avait rencontré depuis son départ du Lavadôme. C’était fort suffisant, et il n’y avait rien d’autre d’utile à mentionner. Autrefois, il aurait ajouté qu’il était un banni et fier de l’être, il aurait raconté l’histoire de son nom et vanté ses mérites, en fait il aurait parlé tout seul pendant des heures en se pavanant mais maintenant, l’idée même de donner son prénom ou son âge
En revanche, il ne savait pas trop comment poursuivre la discussion, fallait-il en dire plus ou pas ? Il ne savait pas s’il avait envie de discuter avec elle. Il remarqua qu’elle transportait tout un tas de matériel étrange avec elle.

Et vous, c’est quoi votre nom ? Et qu’est-ce que c’est-ce que ça ?” répondit-il en désignant de la pointe de l’aile la besace de l’elfe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Divin
Messages : 2056
Date d'inscription : 18/12/2010
MessageSujet: Re: Ojalá... (privé Percebrise et Lydia)   Lun 14 Aoû 2017 - 0:37

RP abandonné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ojalá... (privé Percebrise et Lydia)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ojalá... (privé Percebrise et Lydia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)
» Le combat des Alphas [Privé] [Lexy vs Blackmist]
» Ed, Détective privé
» La patte dans le sac [privé Tempêtes de feuilles et Etoile d'argent]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu (RPG) ::  :: Lois & Légendes :: Archives :: Territoires inconnus-
Sauter vers: