Tout a basculé...
 

Partagez | 
 

 « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Réfugié(e)
Messages : 417
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   Jeu 18 Aoû 2016 - 23:03


TURBATUS ADVENTUM

-Pardon… ; Excusez-moi… ; Je suis désolée…
Avec une lenteur empreinte d’anxiété, Limace avançait péniblement à travers la marée vivante qui l'encerclait. Cette partie du Lavadôme grouillait de monde : Dragons, Draques, Hominidés de toutes sortes ; tous se bousculaient les uns les autres dans des directions propres à chacun, formant une monstrueuse vague mouvante. Et la Grise se trouvait engloutie au milieu de toute cette agitation, percutant tantôt une masse d’écailles imposante, tantôt un petit corps fragile sur deux pattes, avant de se confondre en excuses.
Elle se demandait encore ce qui l’avait poussée à mettre les pattes ici, prête à faire demi-tour tant la tension commençait à s’agglutiner dans ses cœurs. Mais les mots de Nyliasha refirent surface dans sa tête comme une bulle de lave explosant dans la rivière du Lavadôme : « Il va te falloir apprendre à voler ». Car oui, ce n’était plus un secret pour personne : les deux nouvelles recrues des Filles du Feu étaient de bien piètres dragonnelles ; enfin, surtout la Grise. Poussepierre, elle, s’était très bien intégrée en quelques semaines, et faisait des progrès que Limace lui enviait. Mais de son côté, en revanche, tout n’était pas si rose. Elle éprouvait d’énormes difficultés à se trouver une place au sein de cette petite communauté Verdâtre, et ses mauvaises habitudes avaient du mal à la lâcher : elle était toujours anxieuse, pataude, et fébrile, dans tout ce qu’elle faisait.

Les premiers jours qui avaient suivis le départ de Tournequeue et Mordbois, Limace était restée collée à Poussepierre et était devenue une pâle copie de son ombre. La leader des Sœurs du Feu, du nom de Nyliasha, avait alors prit la décision de les séparer un peu, afin qu’elles puissent progresser indépendamment l’une de l’autre. C’était donc par pur choix logique que la dragonnelle respectée avait envoyé la courageuse Verte vers un dragon différent de celui de Limace pour leur mission du jour : perfectionner leur vol.
Car même si Poussepierre se débrouillait bien mieux qu’elle pour ce qui était de se déplacer dans les airs, elle n’en restait pas moins une débutante qui avait besoin qu’on lui apprenne les bases. Pour Limace, c’était un peu plus compliqué : elle était si maladroite et si peu confiante en elle-même que l’art du vol restait pour elle un espoir de réussite hors d’atteinte. Nyliasha les avaient donc dirigées toutes deux vers des dragons de l’Armée Aérienne ; individus apparemment experts dans la manière de se déplacer dans les cieux.

POUM.
Un choc violent la projeta en arrière et la fit chanceler. Limace se rééquilibra de justesse avant de lever la tête vers la paroi écailleuse qu’elle venait de percuter. Ses cœurs ratèrent un battement : un gigantesque dragon la toisait de toute sa hauteur. Trois paires de cornes ornaient fièrement son front rouge, et ses yeux ambrés la fixaient avec tant de mépris et de puissance que la Grise se sentit fondre de l’intérieur.
-Tu pourrais faire attention, grogna-t-il avec dédain.
-Je, euh… Suis déso…
-Quoi ?
A son plus grand regret, sa voix n’était devenue qu’un infime murmure empreint de panique. Elle se sentit idiote et faible, incapable de faire face à cette montagne de muscles avec un minimum de dignité. Se confronter aux autres était décidément devenu le point le plus difficile qu’elle avait à régler… Mais il fallait qu’elle se montre un brin plus courageuse. Qu’auraient dit Poussepierre et les Filles, ou bien même les Sœurs ?
Concentrant toute sa volonté, elle se redressa un peu et s’éclaircit la voix. Elle ignora du mieux qu’elle put le regard scrutateur du Rouge, qui se demandait certainement ce qu’une créature comme elle faisait ici. Elle se trouvait dans les quartiers de l’Armée Aérienne, elle le savait. Peut-être que ce géant couleur lave pourrait la guider jusqu’au dragon qu’elle était venue trouver ?
-Je cherche un dragon, finit-elle par articuler d’une voix à peine audible.
Le Rouge pouffa avec animosité.
-Des dragons, il n’y a que ça ici, gronda-t-il.
Une pointe de honte se mit à picoter ses cœurs, et elle se dit qu’elle n’appréciait pas beaucoup cette énorme masse aux écailles sanguines qui semblait ne voir en elle qu’un insignifiant tas de chair ambulant.
-Oui, il euh… Il s’appelle Uru…
Uru quoi ? Non, ce n’était quand même pas possible… Elle avait oublié le nom !
Mince mince mince…
La pointe de honte se transforma en une véritable volée de flèches tandis qu’elle essayait de se remémorer le nom  du dragon qui était censé l’aider. Elle se sentit ridicule, et la réaction moqueuse du Rouge n’arrangea rien. Elle ferma les yeux, confuse.
-UruZubol… ? marmona-t-elle sans grande conviction après quelques secondes.
Qu’est-ce qu’elle pouvait être ridicule… Pas étonnant que Percebrise en ait eu marre d’elle.




Dernière édition par Limace le Lun 26 Déc 2016 - 13:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 68
Date d'inscription : 04/06/2016
MessageSujet: Re: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   Mar 23 Aoû 2016 - 0:15

Allongé sur le ventre, les ailes soigneusement pliées contre ses flans, les sii croisées et la tête haute sur son cou courbé, voilà comment UruBuzol attendait patiemment la nouvelle recrue des filles du feu. Seul dans ses quartiers, le dragon écoutait d'une oreille peu attentive le remue-ménage qui agitait les grottes de l'armée aérienne, le Lavadôme connaissait actuellement de nombreux troubles, don l'arrivé d'un nouveau prétendant au titre de Tyr, et le sang de certains guerriers bouillonnaient déjà à l'idée de futur combat.

Faisant distraitement rouler une petite pierre du bout de sa queue, le bleu se remémorait une scène de la veille, lorsqu'une gargouille messagère était venue lui rapporter la requête de Nyliasha. Trois jours c'était écoulé depuis sa dernière mission en compagnie du cuivré et UruBuzol avait profité de ses jours de congé pour se rendre dans une "grotte d'entretien". Cela pouvait paraître ridicule mais l'apparence physique était une chose cruciale au sien du Lavadôme et comme il ne possédait clairement pas assez d'or pour avoir ses propres esclaves d'entretiens alors il s'était rendu chez une dragonnelle qui lui avait "prêté" ses hominidés. Bien sûr ce n'était pas gratuit, il avait dû pour cela dépenser une quantité non négligeable d'or de son propre trésor, mais cette solution lui revenait beaucoup moins chère que d'acheter et d'élever des humains ou des garnes. Ainsi, après avoir taillé ses écailles, fait arracher celle qui avaient été fendues durant le combat et après avoir repeint ses laudis et teinté ses ailes d'un magnifique bleu-roi, le dragon bleu argenté s'était accordé une petite séance de vol à la périphérie de la cité draconique. Il profitait de la sensation familière de l'air gonflant ses ailes quand une jeune gargouille noire était venue lui remettre un message de la chef des filles du feu, lui demandant de former une de leurs nouvelles recrues à l'art du vol.
Dire que cette requête l'avait surprit était un euphémisme ! Il existait entre les filles du feu et l'armée aérienne une vieille rivalité et, de ce fait, rares étaient les dragonnelles à rejoindre les rangs de l'armée draconique. Alors qu'on lui demande de former en partie l'une des leurs ! Ben sûr il avait accepté, sûrement les vertes étaient elles trop occupées pour confier le rôle de professeur de vol à une de leurs guerrières et il était hors de question de laisser une représentante de l'espèce draconique clouée au sol pour une simple question de compétition.

Au bout d'un certain temps, UruBuzol se releva. Peut être la dragonnelle c'était elle perdue dans les couloirs des dortoirs ? Après tout les filles du feu venaient rarement dans cette partie du Lavadôme. D'un petit battement d'aile il fit tomber la poussière collée à ses écailles et sortit de ses quartiers.

Il y avait beaucoup d'activité dans les souterrains ce jour là mais il était encore possible de se déplacer sans trop se bousculer, les esclaves courraient entre les pattes des multiples reptiles tendit que des dizaines de dragons de couleurs variées se pressaient pour rejoindre la sortie ou leur grotte personnelle. Tout en avançant dans la marée d'écaille, le dragon décharné cherchait de ses yeux violet les écailles vertes propres aux dragonnelles, sans résultats.
-Des dragons, il n'y a que ça ici.
Ces paroles accompagnées d'un grondement de colère attirèrent l'attention du bleu et de quelques esclaves qui, d'un mouvement de tête, repérèrent immédiatement l'imposant rouge immobile au milieu du courant d'ailes et d'écailles. Alors que les hominidés s'enfuyaient en toute hâte, son regard dériva instinctivement vers son interlocuteur: une femelle dépourvue d'écaille.
L'anklene fut si surprit par cette vision qu'il s'immobilisa sur place, forçant les dragons derrière lui à le contourner. C'était la première fois qu'il entendait parler une femelle grise et son incrédulité lui fit presque oublier la raison pour laquelle il avait quitter sa grotte. Laissant un peu sa curiosité scientifique de côté, il se concentra d'avantage sur l'expression de la dragonnelle: elle semblait totalement pétrifiée et prête à disparaître dans le sol, balbutinant des mots qu'UruBuzol ne put entendre.
Prit d'une soudaine empathie, le bleu s'approcha du duo, gênant au passage quelques uns de ses congénères qui grognèrent de mécontentement.
- Que se passe-t-il GooRogot ?
Interrogea-t-il en reconnaissant le dragon rouge. Un excellent combattant, bien qu'ayant le caractère colérique et impulsif associé à sa couleur.
Le reptile braqua ses yeux ambré sur lui, face à cette montagne de muscle il paraissait encore plus squelettique qu'il ne l'était déjà, mais il ne se découragea pas: les combats entre dragons était interdit au sien de l'armée aérienne et sévèrement punis.
Le corps entier du rouge se mit à vibrer quand un prumm moqueur jaillit de sa gorge, un humain en éclatant de rire n'aurait pas put mieux manifester son dédain.
-Rien qui ne mérite mon attention, je te la laisse UruZubol.
GooRogot s'éloigna alors, sans un regard à la grise. Le bleu avait bien du mal à comprendre pourquoi le combattant l'avait appeler ainsi, surtout qu'il était très impolie de déformer volontairement le nom d'un dragon. Alors que le dragon sang disparaissait dans la foule en s'esclaffant sur cette appellation ridicule, le reptile à quatre cornes se retourna vers la grise.
-Mon nom est UruBuzol, qui es-tu et qu'es-tu venue faire dans les quartiers de l'armée aérienne ? Demanda t'il sans expression particulière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 417
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   Mer 24 Aoû 2016 - 0:49


ARDUUM ORATIO

-Que se passe-t-il GooRogot ?
Une voix, bien plus proche et plus intense que celles des individus tout autour d’eux, se démarqua du brouhaha environnant. Limace orienta directement son regard vers son propriétaire : un grand dragon Bleu qui s’était approché d’elle et du Rouge. Elle le trouva étonnamment maigre, presque autant qu’elle d’ailleurs. Ses écailles arboraient un bleu étrange, aussi pâle et argenté que celui qui teintait le ciel avant qu’il ne s’assombrisse de nuages. Il dégageait une certaine assurance, et ses gestes firent penser à la Grise qu’il s’agissait d’un dragon bien moins brusque que celui aux écailles sanguines.
-Rien qui ne mérite mon attention, je te la laisse UruZubol, répondit justement ce dernier avant de disparaître au cœur de la marée grouillante d’individus, un grondement moqueur au fond de la gorge que Limace ne comprit pas vraiment. Lui était-il destiné à elle, ou bien au nouveau venu qui venait de la rejoindre ? Qu’importe ; cette question se volatilisa rapidement dans son esprit lorsque le Bleu enchaîna directement :
-Mon nom est UruBuzol, qui es-tu et qu'es-tu venue faire dans les quartiers de l'armée aérienne ?
Limace sentit un souffle de soulagement monter en elle. Alors, elle avait réussi ? Elle avait finalement trouvé son dragon – même si, tout bien réfléchit, c’était plutôt lui qui l’avait trouvée ? Bizarrement, elle fut aussitôt rassurée, comme si elle n’était maintenant plus livrée à elle-même dans cet endroit remplis d’inconnus. Elle se sentait à la charge d’un autre, de quelqu’un de responsable à qui on avait confié sa garde.  Cela pouvait paraître assez dégradant vu comme ça, mais pour Limace, c’était quelque chose de normal. Elle n’avait absolument pas l’habitude de ne dépendre que d’elle-même. Elle avait encore besoin d’être supervisée pour pouvoir avancer sans trop de problèmes, à la manière d’un dragonnet. Surtout depuis qu'elle avait complètement perdu ses repères, avec sa récente séparation de trois dragons auxquels elle tenait.

Se sentant bien mieux qu’à son arrivée dans les quartiers de l’Armée Aérienne, elle reprit un peu plus confiance en elle. Avec le départ de ce Rouge qui l’effrayait tant, et l’arrivée de ce Bleu calme et posé, elle sentit un tel décalage qu’elle se trompa lourdement sur ses propres émotions : alors qu’elle se pensait capable de répondre au Bleu sans soucis, et avec courage, il en fut tout autrement au moment où elle ouvrit la gueule :
-Mon nom est Limace. C’est Nyliasha, des Sœurs du Feu, qui m’a envoyée ici. Je ne sais pas si elle vous a prévenu… ? C’est pour le vol. Enfin, pour apprendre à mieux voler, balbutia-t-elle. Elle m’a demandé de retrouver UruZu… euh, UruBuzol. Apparemment, c’est vous ? Enfin, oui, vous venez juste de… euh… Mon nom est Limace...
Holalala, ça, je l’avais déjà dit…

C’était tout de même terriblement affolant, la manière dont elle perdait ses moyens face à d’autres individus. Elle avait beau faire des efforts, chaque fois qu’elle tentait de paraître détendue et assurée lorsqu’elle parlait, ça finissait toujours en catastrophe. La seule personne avec qui elle avait gagné en contenance, c’était Poussepierre. Quand elle discutait avec elle, elle se sentait plus grande et plus forte qu’elle ne l’était réellement.
Ensuite, il y avait les autres Filles du Feu avec lesquelles elle s’entraînait. Les petites Vertes, bien plus jeunes qu’elle et dépourvues d’ailes, lui faisaient vaguement penser à Crachemousse, Mordbois, et aux autres, lorsqu’elles n’étaient encore que des dragonettes. Au Lavadôme, les Filles se montraient toujours enjouée et amicales envers la Grise, et elle parvenait de temps à autre à s’affirmer au cours de dialogues ; mais il lui faudrait encore un peu de temps pour apprendre à se libérer de ses entraves avec elles.
Le pire, c’était avec toute autre forme de vie. Il suffisait qu’un dragon inconnu – son autorité et sa stature avaient leur importance également – ou même qu’un de ces immenses oiseaux à écailles se retrouve face à elle pour qu’elle se liquéfie sur place. Et à chaque fois, elle se sentait un peu plus gênée que la précédente, vibrant de déception et d’une sorte de hargne dirigée contre elle-même.
Elle désirait tellement pouvoir changer ces défauts qui la handicapaient tous les jours ; devenir un véritable dragon, avec ses forces, son assurance, son esprit. Montrer aux autres ce qu’elle pourrait vraiment être, si elle n’avait pas été simplement Limace. La Limace qui avait toujours vécu dans un monde où le Soleil était Maître, et où toute chose qui vivait au contact de sa lumière était mauvais. Car elle savait, quelque part au fond d’elle, qu’elle avait plus à donner.


Au fait, ma couleur, c'est
#cccc66



Dernière édition par Limace le Mer 31 Aoû 2016 - 23:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 68
Date d'inscription : 04/06/2016
MessageSujet: Re: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   Sam 27 Aoû 2016 - 14:07

-Mon nom est Limace. C’est Nyliasha, des Sœurs du Feu, qui m’a envoyée ici. Je ne sais pas si elle vous a prévenu… ? C’est pour le vol. Enfin, pour apprendre à mieux voler, balbutia-t-elle. Elle m’a demandé de retrouver UruZu… euh, UruBuzol. Apparemment, c’est vous ? Enfin, oui, vous venez juste de… euh… Mon nom est Limace...

Alors c'était elle la fameuse nouvelle recrue des filles du feu ? Il dû admettre qu'il ne s'attendait pas à ça. En faite il ne s'était pas attendu à rencontrer une dragonnelle sans écaille durant sa vie. Il se retient de justesse de lui demander si elle pouvait changer de couleur comme les rares dragons gris qui habitaient le Lavadôme et, par la même occasion, il cessa de l'étudié du regard. C'était un membre de son espèces par les quatres Esprits ! Pas une de ses anomalies empaillées que certains Anklenes se faisaient un plaisir d'examiner ! Serte, dragonnet, il avait trouvé très intéressant le serpent à deux têtes et autres étrangetés que son père lui avait montré mais il était hors de question de s'intéresser de la même façon à un de ses congénaires.
Se concentrant de nouveau sur le visage de la grise qui semblait se décomposer un peu plus à chaque seconde, il chercha comment la sortir de son embarra puis se rendit compte qu'ils bloquaient le passage.  

-Suis moi, sortons de là.

Espérant que l'air frais calme la confusion de son interlocutrice, il se dirigea vers la sortie la plus proche en se mêlant au courant de dragon qui allait dans la même direction. Une fois revenu à l'air libre, ce qui n'était pas tout à fait exacte étant donné que le Lavadôme était en fait une immense grotte, il se mit à marcher vers un lieu reculé du dôme. Il avait longtemps réfléchit au lieu où la dragonnelle pourrait s'entraîner au vol, il fallait au minimum un lieu relativement peu fréquenté avec suffisamment de place pour manœuvrer sans gêne.

Sous leurs pattes, la roche dure et froide fit successivement place à une herbe verte et tendre puis à un sol de terre et de rochers où chacun de leurs pas soulevait un petit nuage de poussière. Ils parvinrent finalement au puits appelé par tous le Tunnel du Vent. Un vent hurlant traversait en permanence ce court tunnel qui menait vers les pentes du plateau qui dissimulait le royaume souterrain, l'équivalent d'une tempête au sommet d'une montagne.
Il était également appelé "le Tunnel du la Mort" car parfois les esclaves en fuite essayaient de l'escalader, ou des voleurs de s'y glisser depuis le sommet. Les vents les happaient le plus souvent à un endroit où un autre et les jetait au fond du puits. Mais ce jour-là il préféra ne pas parler de cette appellation.
Il s'arrêta finalement face à un gros rocher très proche de la cavité et se retourna vers Limace.

-On l'appelle le "Tunnel du Vent". Lui hurla-t-il pour couvrir le bruit ambiant. Il souffle vers l'extérieur pendant quelques mois, ce qui permet à quelques rares dragons et griffarans de rejoindre rapidement le monde d'En-Haut mais cette entreprise et tellement dangereuse que même les plus habiles au vol préfère ne pas s'y risquer, il souffle vers l'intérieur le reste du temps. En réalité c'est son orientation et la densité de l'air qui... Tout ce qui importe, c'est que ce sera plus facile pour toi avec le vent qui entre. Il entrouvrit ses ailes. Je te montre puis ce sera à ton tour d'essayer.

Le dragon bleu monta sur la pierre polie par les courants et ouvrir complètement ses ailes. L'air gonfla instantanément les membranes teintées, ceci ajouté à son poids léger il lui suffit d'une légère poussée de ses saa pour s'élever au dessus du vide. Les vents puissants le portaient presque à eux seuls et quelques battements d'ailes uniquement furent nécessaires pour le maintenir dans les airs. Utilisant sa queue comme balancier, il effectua un virage serré puis s'inclina pour perdre de l'altitude. Une fois près du sol, il se cabra en battant énergiquement des ailes et il atterrit en posant d'abord la queue pour amortir l'impact avant de replier ses membres.

- À ton tour. Dit-il à la grise près de laquelle il s'était posé.


Couleur UruBuzol: #99ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 417
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   Ven 2 Sep 2016 - 0:32


TABELLARIUS VENTUM

Limace suivit le dragon Bleu en silence, ravie de ne pas avoir besoin de s’expliquer un peu plus. UruBuzol n’avait pas relevé son petit discours maladroit, et il semblait même avoir compris qui elle était… Enfin, si ça n’avait pas été le cas, il lui aurait posé plus de questions, non ?
Ils avaient laissés derrière eux les quartiers de l’Armée Aérienne et leur tumulte étouffant depuis quelques minutes déjà, et Limace s’était sentie bien moins oppressée dès lors. Elle se demandait désormais où le Bleu pouvait bien la conduire, puisqu’ils évoluaient dans une région du Lavadôme qu’elle ne connaissait pas. Peu à peu, le sol se transforma, et la roche disparu pour laisser place à une fine couche d’herbe verdâtre. Cette vision lui rappela soudainement ses souvenirs du monde extérieur, quand elle avait voyagé jusqu’ici avec ses amies et… Un dragon blanc.
Elle secoua la tête afin de rester concentrée sur le moment présent. Le sol avait troqué sa pellicule végétale pour une masse poussiéreuse et volatile. Un jet de lumière attira son attention et, en levant la tête, elle aperçut un immense creux dans plafond de la grotte. Elle eut d’abord peur que la roche ne s’effondre sur elle, mais elle trouva ensuite cette idée ridicule. La déchirure s’élevait très haut au-dessus de sa tête, comme un tunnel à la verticale. Un vent puissant s’engouffrait à l’intérieur, hurlant comme un monstre en arrivant dans le Lavadôme. Il fallut quelques secondes à la Grise pour comprendre que c’était cet élément invisible qui était à l’origine de ce vacarme infernal, et pas une quelconque créature des abimes

-…l’appelle « Tunnel du Vent » !
Elle tourna la tête vers UruBuzol, qui tentait de se faire entendre au milieu de ce brouhaha aérien. Elle plissa les yeux de concentration tandis qu’elle essayait de capter tout ce que le Bleu lui disait. Certains mots étaient emportés par le vent, mais elle parvint à saisir la majorité de ce qu’il lui expliqua.
-Je te montre, puis… ton tour d’essayer !
A ces mots, Limace sentit une boule d’appréhension rouler dans son ventre. Elle ne se sentait pas prête à essayer. Le vent soufflait terriblement fort, la roche autour semblait mortellement coupante et dangereuse… Mais avait-elle le choix ? Elle qui voulait commencer à changer de l’intérieur, pouvait-elle encore se permettre de se cacher derrière ses appréhensions primitives ?
Le Bleu se hissa sur les rochers placés sous le tunnel, et ouvrit les ailes. Ces dernières se gonflèrent sous les bourrasques, lui donnant une carrure bien plus imposante que précédemment. Limace en profita pour remarquer les teintures diverses qui s’entremêlaient sur ses membranes bleu-gris, et qui ressemblaient fortement à celles que les braves et les courageux arboraient au Lavadôme. Ce dragon faisait-il parti des leurs ?  Était-il plein de courage et de détermination, sans peur, prêt à affronter n’importe quelle situation sans broncher ? Un véritable dragon, comme elle devrait et aimerait l’être ?
Il s’envola. En quelques battements d’ailes, il parvint à se stabiliser dans les airs avec une facilité déconcertante. Le vent n’était-il pas incontrôlable, là-haut ? Il resta quelques secondes en suspension au-dessus du vide, avant de s’arc-bouter en un virage serré, puis d’entamer une descente vers le sol. Limace l’observa amorcer un atterrissage contrôlé, chose qu’elle n’avait jamais réussi à effectuer. Le Bleu se posa à ses côtés, soulevant au passage un nuage de poussière.
-A ton tour.

Elle resta figée quelques secondes, comme pétrifiée. La petite boule d’appréhension se transforma en un torrent d’une puissance redoutable. Elle déglutie bruyamment, comme pour se donner du courage, puis elle s’avança d’un pas fébrile ver l’endroit depuis lequel UruBuzol avait décollé.
Une fois sur place, elle regarda une dernière fois le Bleu. Et si elle échouait ? Si elle se montrait une fois de plus ridicule et maladroite ? S’il finissait par se moquer d’elle, et dire à Nyliasha qu’elle n’était pas digne de rester avec eux au Lavadôme ? Une énorme masse se mit à l’oppresser de l’intérieur. Mais elle tenta de la mettre de côté, comme l’aurait fait Poussepierre. Comme on lui avait un jour demandé de faire.
Limace releva la tête vers le tunnel qui s’engouffrait dans le plafond comme un immense serpent creux. Le vent rugissait autour d’elle, et elle pouvait sentir chaque bourrasque glisser sur sa peau lisse. Elle n’avait jamais fait face à un vent aussi puissant : c’était comme si toute la force d’une tempête était concentrée en un seul boyau virevoltant.
Elle prit une grande inspiration puis, avant que le peu de détermination qu’elle avait ne l’abandonne, elle ouvrit lentement les ailes. Ses membranes grises se gonflèrent, à l’instar de celle du dragon bleu. Elle sentit le vent forcer pour la soulever, encore et encore. Et lorsqu’elle poussa sur ses pattes pour décoller, il s’engouffra sou elle et la porta dans les airs.

Elle se sentait terriblement fragile face à ce monstre hurlant ; un brin d’herbe perdu dans une tempête invisible. En battant des ailes, elle parvint à garder un semblant d’équilibre, se balançant au grès des bourrasques. Elle s’imagina pendant une fraction de seconde être happée dans les hauteurs du tunnel et se faire broyer contre la roche. Et, tandis qu’elle se voyait brisée par le vent, elle se dit qu’il était temps pour elle de redescendre sur la terre ferme.
Elle tenta, instinctivement, de porter tout son poids vers l’avant. Mais son corps refusa de suivre. Elle n’avait jamais rien compris aux mécanismes directionnels ; elle ne savait pas comment utiliser ses ailes, ses pattes, sa queue pour se diriger. Et là, portée par les rafales, elle se mit à gesticuler pour se forcer à perdre de l’altitude ; sans succès. Elle paraissait si faible face au vent, si légère et facile à brinquebaler. Chaque tentative se soldait par un échec et la déstabilisait dangereusement. Elle commençait à s’agiter avec des mouvements désorientés. Elle avait beau essayer, le vent ne voulait pas la lâcher.
-Co… Comment je redescend ! hurla-t-elle à UruBuzol.
Une fois de plus, elle se sentait  terriblement honteuse. Plus les jours passaient, et plus elle se rendait compte qu’elle devait représenter une véritable catastrophe pour les autres membres de son espèce. Mais il y avait tellement, tellement, tellement de choses qu’elle n’avait pas eu l’occasion d’apprendre, de voir, de vire…  Elle n’était qu’une dragonnette dans un corps bien trop mature pour elle – corps qu’elle ne maîtrisait même pas encore totalement – et elle mourrait d’envie de tous savoir, de récupérer ce qui lui manquait en un battement de cœur. Mais ce n’était pas possible aussi rapidement. Pour y parvenir, elle allait avoir besoin de temps, et de l’aide d'âmes généreuses.
Mais pour l'instant... Je veux descendre !


Au fait, ma couleur, c'est
#cccc66

PS : je n'attend pas forcément une réponse longue ; au contraire, je ne t'ai pas donné beaucoup de matière, ne te casse pas la tête !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 68
Date d'inscription : 04/06/2016
MessageSujet: Re: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   Sam 10 Sep 2016 - 6:51

Limace n’avait décidément pas l’air rassurée à l’idée de voler avec ce vent violent, pourtant elle se dirigea courageusement vers le rocher et y grimpa. Elle lui lança un regard où l'incertitude et l'appréhension étaient aussi lisibles que les mots sur un parchemin. Voulant la rassurer, le bleu hocha la tête dans un signe d’encouragement, alors la grise déploya ses ailes aussi lisses que le reste de son corps et, libérée du poids des écailles, il ne lui suffit que d’une infime poussée pour s’élancer dans les airs.

Au début tout se passait bien, il semblait à UruBuzol que, malgré quelques battements d’ailes maladroits, elle parvenait sans trop de difficulté à se maintenir dans les airs. Nyliasha ne lui avait rien dit de l’histoire ou du niveau de difficulté de la dragonnelle et ce sûrement pour qu’il se fasse sa propre idée de la grise, sans à priori. Tout naturellement, le combattant s’était alors imaginé une jeune dragonnelle aux ailes tout juste sorties qui craignait de prendre pour la première fois la voie du ciel, ce genre de situation était peu courante mais pas exceptionnelle et il suffisait souvent de quelques encouragements pour que le dragon ou la dragonnelle se décide enfin à essayer ses nouveaux membres, le reste venait ensuite. Mais il se rendit vite compte que ce cas là n’avait rien à voir avec ce à quoi il s’attendait.
Il vit Limace se courber pour perdre de l’altitude mais le vent était trop fort et elle trop légère avec sa peau nue, elle ne fit que perdre son équilibre. Alors l’air qu’elle avait tant bien que mal réussit à dominer prit le contrôle de ses mouvements, les bourrasques gonflaient et rabattaient ses ailes comme bon leur semblaient et la pauvre dragonnelle paniquait en s’agitant avec des mouvements désordonnés comme une feuille morte que l’Esprit de l’air aurait prit plaisir à tourmenter. Il la vit hurler des paroles que les vents emportèrent, il ne se fatigua pas à répondre: elle non plus ne l’aurait pas entendu de là où elle se trouvait. Sans hésiter, il déploya à son tour les fines membranes de ses ailes et décolla. Il n’eut aucun mal à la rejoindre malgré les turbulences et quelques battements amples lui suffirent pour s’approcher suffisamment près... trop près.

Il ne se rendit compte de son erreur que lorsque l’aile droite de la dragonnelle claqua sur sa tête, manquant de l'assommer. Heureusement il vira juste à temps pour ne pas la percuter en vol et s’éloigna de nouveau avant de décrire de larges cercles autours d’elle. Lorsqu’il avait pensé à cet endroit pour lui apprendre à voler il était loin de se douter qu’elle ne possèderait pas la cuirasse verte si caractéristique aux dragonelles et ceci était à la fois une chance et une malchance: son poids léger lui avait permit jusqu’à présent de ne pas s’écraser malgré le contrôle tout relatif de son vol, ce qui l’empêchait d’ailleurs de l’approcher sans risque, mais d’un autre côté un dragon à écailles ne se ferait pas si aisément balloté par les turbulences. Il s’en voulu énormément de ne pas avoir prit cet élément en compte lorsqu’il l’avait emmené au Tunnel mais il se raffermit, le tout désormais était de lui apprendre à descendre malgré les difficultés.

-Replie tes ailes ! Lui hurla-t-il, espérant qu’elle l’entende.

Pensant qu’un exemple serait sûrement mieux comprit, il replia ses ailes contre son corps et chuta comme une pierre. Quelques mètres plus bas, il les rouvrit, ralentissant puis stoppant totalement sa chute et les replia avant que les vents ascendants ne le remontent. Il répéta les mêmes gestes jusqu’à arriver à quelques mètres du sol et remonta vers Limace. Avec ou sans écailles un dragon ne pouvait pas rester en l’air sans déployer ses ailes, peu importe la puissance du vent. Il espérait de la fille de feu comprendrait, il se tenait cependant prêt à la rattraper si elle chutait trop vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 417
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   Dim 11 Sep 2016 - 23:01


NOVUM SPIRITUS  

Ses ailes claquaient dans le vent avec une fréquence telle que Limace eut l’impression d’être devenue, l’espace d’un instant, une de ces créatures étranges et poilues qui arpentaient les sommets du Lavadôme, fusant comme des fantômes à travers les coins sombres, en ne laissant derrière elles que l’écho de leur fine membranes aériennes fouettant l’air invisible. Mais contrairement à elles, la Grises était loin de maîtriser l’art du vol. La preuve en était : lorsqu’UruBuzol s’élança vers elle à travers le Tunnel, elle failli le percuter de plein fouet. Seule une bourrasque inopinée lui avait permis de se déporter au dernier moment, mais elle avait sentit un bout de son aile frapper une partie du long corps bleuté qui se mouvait avec aisance à ses côtés.
Le Dragon s’éloigna de la catastrophe ambulante qu’elle était et se mit à tourner autour d’elle, en gardant ses distances. Il était svelte, aérien, et il semblait dompter le vent avec une facilité déconcertante. Tout cela paraissait tellement facile, en le regardant. Pourquoi, au grand pourquoi n’était-elle pas fichue de se montrer un brin dragon, pour une fois ? C’était tout ce à quoi elle aspirait, à l’heure actuelle, mais elle commençait à croire que le monde entier en avait décidé autrement.

-Eulièles !
-Quoi ?!
Elle n’avait pas compris un traitre mot de ce que venait de lui hurler UruBuzol. Mais le Bleu semblait ne pas l’avoir entendue elle non plus, et elle l’observa se jeter dans le vide la seconde d’après, horrifiée. Les ailes plaquées contre son corps, il se mit à perdre de l’altitude à une vitesse faramineuse. Il allait si vite que Limace était prête à pousser un petit cri de panique, s’attendent à le voir s’écraser au sol… Mais il finit par déployer ses ailes d’un coup, se suspendant en un instant dans le vide. Puis il répéta les mêmes gestes, fonçant droit vers le sol avant de se stabiliser encore et encore. Limace finit par comprendre que c’était la seule manière qu’elle avait de rejoindre la terre ferme. Se laisser tomber comme un rocher. Couler au fond de l’océan de bourrasques qui la submergeait.
Elle déglutit bruyamment et, en ayant assez de servir de divertissement au vent – qui devait bien s’amuser avec elle – la Grise imita le Bleu et rabattit ses ailes contre elle. Le résultat ne se fit pas attendre longtemps : il ne suffit que d’une seconde pour que son corps chute de tout son poids. Elle se sentait irrémédiablement attirée vers le sol, prise dans des griffes invisibles qui la traînaient vers elles avec fermeté, et même la tempête qui hurlait autour d’elle ne pouvait rien contre ça. Le monde entier se rapprochait d’elle sans qu’elle puisse rien y faire, et elle eut envie de fermer les yeux. Mais il fallait avouer… Qu’il y avait quelque chose de plaisant à se sentir chuter ainsi, libre de toute pression, de toute entrave. Il n’y avait plus qu’elle, et le monde tout autour qui la regardait tomber. Puis les rochers juste en-dessous qui se rapprochaient… Trop vite.
Elle ouvrit les ailes sans réfléchir. Une énorme pression tira sur ses fines membranes, et elle crut un instant qu’elles allaient se déchirer. Mais elles tinrent bon. Son corps se balança vers l’avant, emporté dans son mouvement. Déjà, le vent la repoussait vers les hauteurs. Mais il était hors de question qu’elle le laisse faire ; aussi se hâta-elle de reprendre le cours de sa chute.

Elle suivit ensuite le schéma d’UruBuzol, oscillant entre ailes déployées et chute libre. Ce petit manège dura quelques secondes, durant lesquels elle lutta avec acharnement jusqu’à trouver le parfait équilibre entre force du vent et attraction terrestre. Puis, à l’issue de nombreux efforts, elle atterrit enfin au sol. Ou plutôt… Elle s’étala au sol. Les atterrissages maladroits semblaient être gravés quelque part en elle, et elle doutait qu’elle puisse un jour s’en débarrasser complètement.
Elle se releva et s’ébroua pour chasser le nuage de poussière qu’elle avait soulevé, puis elle s’éloigna de la zone où le vent hurlait encore. Elle haletait, les ailes tremblantes d’efforts. La menace d’une collision avec les rochers saillants des hauteurs n’était plus qu’un souvenir.
Une fois remise de ses émotions, elle chercha UruBuzol du regard. Qu’allait-il penser d’elle ? Venait-elle de réduire à zéro ses chances d’être bien vue parmi les Dragons ? Et aussi, que dirait Nyliasha en apprenant à quel point  elle était incapable de se débrouiller ? La Verte était censée être tenue au courant de son avancée ; mais si Limace n’avançait jamais… Qu’allait-elle finir par devenir ? Une éternelle créature grise errant sans but au milieu d’individus plus jeunes qu’elle ? Un Dragon qui n’en était pas un ; incapable de voler, de se battre, ou de communiquer convenablement ?
Pas d’esprit, pas de force, pas de courage… C’est impossible ! Je veux être plus que ça !
Peut-être qu’un jour, elle réussirait à être tout le contraire de ce qu’elle était aujourd’hui. Elle voulait changer, vraiment… Mais elle n’y arrivait pas aussi bien que prévu.

Elle s’avança timidement vers UruBuzol, penaude. Elle avait cessé d’haleter comme un animal désespéré,  et ses pattes semblaient décidées à ne pas la lâcher sans prévenir.
-Je suis désolée, lâcha-t-elle.  Pour… Tout.
Le temps qu’elle lui faisait perdre, sa maladresse, et aussi le coup qu’elle lui avait donné dans les airs.
-S’il vous plaît… Ne dites rien aux Sœurs du Feu. Elles ne voudront plus de moi.
Mais Limace, elle, voulait d’elles. Elle rêvait de retrouver un nouvel endroit dans lequel elle se sentirait bien. Elle voulait se faire de nouvelles sœurs qui n’en étaient pas vraiment, savoir qu’elle pourrait toujours compter sur elles, se sentir entourée et soutenue par ces têtes verdâtre, apprendre à leurs côtés tout ce qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de connaître. Et peut-être qu’un jour, elle serait capable de tout quitter, comme l’avaient fait Mordbois et Tournequeue, et de partir vivre son aventure à elle. Un jour… Mais pas tout de suite.
-Je… Je veux réessayer, dit-elle en relevant la tête vers le Dragon Bleu. Je veux y arriver correctement.
Et cette fois, ce n’était plus la peur et l’angoisse qui brillaient dans ses yeux. Tout ça venait en un instant de se murer dans un cocon d’obsidienne, sans pouvoir en sortir tant que Limace ne l’aurait pas décider. Non, ce qui s’animait dans le fond de ses yeux gris clairs, c’était l’étincelle, faible mais bien présente, de sa nouvelle détermination.


Au fait, ma couleur, c'est
#cccc66


PS : Ouiiiiiii, j'ai réussi à répondre ! Surtout ne te presse pas hein, je sais que tu as cours. Et puis fuck, tu as le droit de faire des trucs de Zath' un peu aussi dans ta vie hehe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 68
Date d'inscription : 04/06/2016
MessageSujet: Re: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   Mar 11 Oct 2016 - 9:34

Limace replia ses ailes contre son corps et se mit à chuter et UruBuzol qui craignait de la voir s’écraser accidentellement la suivit dans sa descente, de manière plus contrôlée serte, il prenait garde à ne pas s’approcher trop près d’elle et à ne pas être dans son sillage, mais il tenait tout de même à l’accompagner dans sa tentative. Il imaginait sans problème les soeurs du feu lui arracher une à une chacune de ses dix milles écailles s’il arrivait quoi que ce soit de fâcheux à leur protégée.

La dragonnelle finit par ouvrir ses ailes, la soudaine résistance la redressa violemment et il cru un instant qu’elle allait de nouveau rester suspendue, incapable de s’arracher aux courants d’air. Mais elle reprit sa chute, un peu maladroitement, mais elle progressait toujours vers le sol. Le dragon bleu cessa de la suivre, jugeant qu’elle avait comprit la technique, et se contenta de l’observer en planant en cercles. Atteindre le sol ne lui prit pas plus d’une vingtaine de secondes, mais à chaque palier il lui semblait que la dragonnelle contrôlait un peu mieux sa descente et parvenait de plus en plus facilement à se stabiliser. Le combattant laissa échapper un prumm de satisfaction, si léger que seule la discrète vibration de sa gorge permettait de se rendre compte de son existence dans le hurlement du vent, c’était le premier progrès de la journée, il espérait que ce ne serait pas également le dernier. L’atterrissage fut comme sa descente: peu conventionnel mais efficace. Il brisa quelque peu l’instant d’amélioration mais il ne parvint pas à entamer la détermination du mâle à faire de Limace une voltigeuse, si ce n’est aguerrie, du moins capable de voler comme n’importe quel dragon.

Il inclina ses ailes pour perdre de l’altitude tout en continuant à observer Limace, il n’y avait pas prêté attention auparavant mais c’était un nom plutôt étrange pour un dragon, ses parents lui avaient-ils donné ce nom à cause de sa couleur ? Il trouvait ça assez cruel, mais il choisi de ne pas lui en parler, son propre nom n’était-il pas en partie inspiré de celui d’un oiseau ?

Le bleu atterrit sur un des rochers qui jalonnaient la plaine sablonneuse. Les pattes repliées sous son ventre et la queue enroulée autour de son perchoir il vit Limace qui arrivait vers lui, les épaules affaissées avec un air triste et abattu.

-Je suis désolée. Pour… Tout. S’il vous plaît… Ne dites rien aux Sœurs du Feu. Elles ne voudront plus de moi.

UruBuzol fut si surpris par ces paroles qu’il en resta béa pendant plusieurs secondes.

«- Mais... heu... ce n’est pas...»

Il cherchait ses mots, il ne s’attendait pas à une telle réaction de la dragonnelle, bien sûr il savait que jamais les Soeur du feu ne chasseraient une des leur simplement parce qu’elle avait des difficultés à voler, la preuve: il n’était pas rare de voir parmi leurs doyennes des vertes amputées d’une de leurs ailes. De plus il existait entre ces femelles une fraternité qu’il était rare de retrouver dans les rangs de l’armée aérienne, ce qu’il déplorait d’ailleurs. Non décidément il ne comprenait pas la peur de la fille du feu.

Un silence gênant s’installa durant quelques secondes, ce fut Limace qui le brisa en relevant la tête pour le fixer dans les yeux.

-Je… Je veux réessayer. Je veux y arriver correctement.

Cette fois le combattant vit quelque chose d’autre que de la peur ou de l'appréhension dans les yeux gris pâles de la dragonnelle. Il y avait, au fond de ces pupilles fendues une détermination et une assurance qui n’avait rien à voir avec la grise affolée qui se débattait dans le vent quelques instants plus tôt. C’était une sensation étrange car il avait à la fois l’impression de regarder Limace mais également de faire face à un tout autre dragon.

Il se rendit alors compte qu’elle devait sans doute attendre sa réaction, ou du moins ses instructions. Il cligna plusieurs fois des yeux pour se remettre les idées en place et au passage retirer la poussière qui s’y était collée, soulevée par le souffle du Tunnel.

«- Tu n’as rien à craindre de la part des Soeur tu sais, elles ne vont pas te chasser pour un oui ou pour un non. Et si tu parles du coup d’aile de tout à l’heure ce n’est rien tu n’as pas à t’excuser. C’est normal de faire des erreurs quand on débute. C’est plutôt à moi de m’excuser: il y a plusieurs paramètres que je n’ai pas pris en compte en choisissant cet endroit comme... ben.. le fait que tu n’ais pas d’écailles, tu es par conséquent moins lourde et donc  plus facile à ballotter pour le vent, j’aurai peut être également du choisir une zone d'atterrissage plus facile...» Ce n’est peut être pas le meilleur moyen de l’encourager pensa t-il, en faite il n’avait pas vraiment l’habitude d’encourager quelqu’un puisque la plupart des dragons à qui il avait affaire étaient déjà des guerriers entrainés, ou des reptiles paresseux avares de richesses. «Mais tu as raison, il faut réessayer. Les hommes ont un proverbe pour cela... «Remonter à cheval» ? Je pense que c’est ça.»

UruBuzol se releva sur la pierre et tendit ses ailes au maximum, elles furent immédiatement regonflées par les courants d’air, la queue et le cou tendus il s’efforçait d'imiter une position de vol, les griffes solidement ancrées dans les fissures de la roche.

«- Bien, as-tu déjà vu un bateau Limace ? C’est une construction d’hominidés pour voyager sur la mer, ils se servent du vent pour gonfler de grands morceaux de tissus qu’ils appellent des «voiles» et avancer sur l’eau. Puis ils utilisent un gouvernail pour tourner: c’est une pièce de bois plate placée à l’arrière de la coque qu’ils font pivoter vers la droite ou vers la gauche pour faire virer le navire.»

L’anklène se rendit compte à l’expression d’incompréhension de son interlocutrice qu’il risquait de perdre la grise s’il ne se montrait pas un peu plus claire, il n’était pas rare que des dragons passent leur vie sous terre et ne voient par conséquent jamais les ingénieuses constructions du Monde d’En-Haut. Il se mit alors à chercher l’esprit de la dragonnelle, il fut étonnamment facile à trouver: peut être est-ce une lointaine parente ? A moins qu’elle se soit tant exercée à cet manière de communication que le langage mental soit devenu aussi naturel pour elle que le draquine. Quoi qu’il en soit il se concentra est tenta de lui envoyer l’image d’un bateau relativement simple: le drakkar que les barbares du Nord affectionnait tout particulièrement. Dans son esprit il lui montra une scène qu’il tenait de son père: un bateau avec une proue sculptée en forme de dragon, sa voile unique gonflée et dirigé par un homme aux épaules solides qui le faisait zigzaguer entre les icebergs en tirant ou en poussant une barre horizontale reliée au gouvernail. Il eut un pincement aux coeurs au souvenir de son père et mit fin à la vision. Il espérait avoir réussi à lui montrer correctement la scène, il avait rencontré quelques difficultés avec cet exercice lors de sa mission précédente.

«- On peut comparer le vol au maniement d’un bateau. Tes ailes sont les voiles, ta queue représente le gouvernail et ta tête fait office de proue. Quand tu veux aller quelque part regardes dans sa direction, bats des ailes pour compenser la gravité et laisses les à plat pour planer, balances ta queue d’un côté ou de l’autre pour tourner.»

Il joignait chaque parole au geste, inclinant sa lourde tête, agitant ou gardant ses ailes tendues et balançant sa queue de chaque côtés de son corps. Il serra les mâchoires, cette position peu naturelle le faisait souffrir mais il se força à la conserver jusqu’à la fin de ses explications. Heureusement, le vent l’allégeait de la plus grande partie du poids de ses membres dorsaux.

«- Cependant tes ailes aussi devront jouer un rôle dans ta direction: inclines s’en une et relève l’autre pour tourner, le contraire pour tourner dans un autre sens. (Il faillit tomber de son rocher quand il imita le mouvement.) La plupart des dragons se contentent de virer avec leurs ailes mais il est plus efficace d’utiliser tout ses membres. Pour finir tu peux te contenter de te laisser planer pour perdre de l’altitude mais ici ou par temps de grand vent tu devras sûrement forcer un peu les choses. Pour cela il te suffira soit d’incliner tes ailes puis ton corps vers l’avant comme une flèche soit de replier un peu tes ailes pour diminuer ta portance, c’est un peu ce que tu as fait tout à l’heure mais en moins violent.»

Une fois son discours terminé le bleu replia ses ailes et laissa enfin son cou et sa queue retrouver une position normale.

«- Tu as compris ? Ne t’en fais pas c’est plus simple que ça en a l’air. Si tu veux je peux décoller et tu essais de me suivre, on commencerait ici puis on s’éloignerait de plus en plus du Tunnel pour voir comment tu te débrouilles sans toutes ces bourrasques.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 417
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   Lun 17 Oct 2016 - 17:46


ACTIVATED GEARS

Tandis que Limace tentait de comprendre ce que pouvait bien être un bateau, chose qu’elle n’avait jamais vue, un mince lien mental vint frapper à la porte de son esprit, chassant la brume qui entourait cet objet inconnu. Elle l’accueilli instinctivement, ravie de pouvoir de nouveau utiliser ce moyen de communication qui l’avait accompagné pendant presque toute sa vie.
Lorsqu’UruBuzol – elle reconnut immédiatement sa présence calme et assurée –  pénétra son esprit,  un flot d’images commença à se déverser en elle. Les couleurs étaient toutes pâles, et les traits ondulaient légèrement comme s’ils menaçaient de s’effacer à tout instant. Aussi eu-t-elle du mal à comprendre que le dragon menaçant qui se dressait en avant de l’étrange appareil flottant sur les eaux n’était pas vraiment réel. Elle finit par faire le lien entre ce qu’elle voyait et ce que le Bleu lui avait décrit précédemment : avec ses grandes ailes claires et sa queue droite, une énorme coque de bois ondulait au-dessus d’un lac sombre et infini, parcouru de blocs purs affichant une teinte à mi-chemin entre le blanc et le bleu. Étrangement, cette couleur lui rappela les écailles miroitantes d’un certain dragon qui lui inspirait tant de choses au fond des cœurs.
Avant qu’UruBuzol ne rompe le contact, une pointe de tristesse s’immisçât dans sa gorge, et elle ne sut si cette réaction provenait d’elle-même ou bien du Bleu.

Préférant oublier ce passage de leur communication mentale, elle se concentra ensuite sur les explications du Dragon qui se tenait face à elle. Ce dernier se mit à comparer les déplacements du bateau qu’il lui avait montré avec ses propres mouvements, qu’il tentait d’exécuter malgré le vent environnant. Il lui expliqua les différentes manières de tourner, de s’orienter, et de perdre de l’altitude à l’aide de son corps. Bien que ce ne soit toujours pas aussi limpide pour Limace qu’elle l’aurait voulu, il fallait avouer qu’elle commençait à saisir quelques notions importantes.
Le vent tournoyait toujours autour d’eux, mais bien moins violemment que juste en dessous du tunnel hurlant. La Grise parvenait à saisir chaque mot du Bleu malgré les rugissements de l’air ; aussi hocha-t-elle la tête lorsqu’il acheva son discours et lui proposa de réessayer afin de tout mettre en pratique.
-D'accord, souffla-t-elle avec détermination.
Suivant son plan, il décolla, et Limace l’observa prendre son envol après s’être propulsé depuis le rocher sur lequel il s’était installé pour lui compter les secrets de la voltige. Elle resta attentive à ses moindres gestes, depuis ceux qui lui permirent de s’élever dans les airs jusqu’à ceux qui le maintenaient désormais là-haut malgré le vent. Une seconde Limace venait de prendre possession de son corps : concentrée, elle se focalisait sur tout sauf sur les problèmes existentiels qui la troublaient. Elle s’était métamorphosée – l’espace d’un instant certainement – en jeune dragonette studieuse et avide d’apprentissage et de réussite. Presqu’une véritable Fille du Feu.

Reproduisant du mieux qu’elle put le manège d’UruBuzol, elle se plaça solidement en appui sur ses quatre pattes puis, tandis qu’elle déployait ses ailes, elle poussa sur ses saa et s’élança vers les hauteurs en chassant l’air de ses membranes grises. Ce décollage fut assez chaotique, mais bien mieux réalisé que tous ceux qu’elle avait faits jusque-là. Par chance, un courant d’air vint la cueillir et l’aida à prendre de l’altitude, avant de l’abandonner sans prévenir. Elle resta quelques instants à planer, jusqu’à ce que d’autres mouvements aériens ne s’enchaînent, la forçant à adapter sa position pour ne pas se faire entraîner. Ici, les bourrasques étaient moins fortes dans le grand tunnel, si bien que lorsqu’elle se trompait, elle avait toujours la possibilité de se rattraper avant qu’il ne soit trop tard.
Elle était tellement absorbée par ce qu’elle faisait qu’il lui fallut quelques secondes avant de remarquer que le Bleu commençait à se déplacer. Se remémorant ses indications, elle porta son regard vers l’avant, et tout son poids suivit de lui-même. Elle tenta d’incliner les ailes sur la droite, mais elle se rendit compte que ça ne faisait que la déstabiliser fortement. Alors, elle les orienta vers l’avant, et son corps finit par avancer.
Ça marche !
Cependant, son enthousiasme fut de courte durée, puisqu’elle réalisa que cette position ne faisait pas que la porter vers l’avant, mais aussi… Vers le sol. Elle céda à ses mauvaises habitudes en remuant les pattes dans tous les sens, mais elle se reprit et cessa de gesticuler pour redresser l’angle de ses ailes. Sa chute ralentit alors, et elle retrouva une position verticale. Tout doucement, les mécanismes du vol commençaient à s’activer dans son cerveau.
D’accord, d’accord. J’ai compris.
Elle reprit de l’altitude en battant fort des ailes, se demandant si les difficultés qu’elle éprouvait à se soulever à la seule force de ses membranes étaient dues au manque de force de ses muscles, ou bien simplement à son poids. Elle ne se trouvait pas très lourde, pourtant.

Après quelques nouveaux essais, elle comprit que pour se diriger vers l’avant sans piquer du nez, elle devait compenser l’orientation oblique de son corps avec des battements d’ailes. Elle se mit donc à suivre UruBuzol dans la grande caverne qui abritait le tunnel et les vents violents. Petit à petit, les rouages bloqués dans sa tête se mettaient à tourner. Elle se familiarisait avec ses grandes toiles grisâtres, qui l’avaient plus gênée qu’autre chose jusqu’à présent. Et plus que tout encore, elle commençait à apprécier le vol. Ce dernier point faisait vibrer ses cœurs d’une ardeur nouvelle, lui faisait presque oublier à quel point ses muscles commençaient à la faire souffrir.
Presque. Elle se rendit compte qu’ils commençaient à s’éloigner du tourbillon de bourrasques. De moins en moins de courants d’air venaient se glisser sous elle, et les vents ne la portaient presque plus. Elle devait augmenter la vitesse de ses battements d’ailes, et déjà ses cœurs et ses poumons commençaient à gronder de fatigue.
-Attend… Uru… Bu…
Elle était si essoufflée qu’elle n’arrivait même pas à parler. Elle fit cependant l’effort de prendre une grande inspiration, afin de prononcer aussi fort qu’elle le pouvait :
-C’est trop dur !


Couleur : #cccc66

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 68
Date d'inscription : 04/06/2016
MessageSujet: Re: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   Jeu 10 Nov 2016 - 2:03

UruBuzol était plus que satisfait, enfin Limace volait. Au début il lui avait semblé qu’elle avait eut du mal à trouver le bon équilibre entre battements d’ailes et assiette de vol mais après plusieurs minutes de remontés, de redescentes, de demi-tonneaux et autres figures involontaires le corps sans écailles de la dragonnelle se mit à le suivre sans montrer trop de difficultés. Du moins c’est ce qu’il crut voir de là où il était car, en faisant fit des battements d’ailes de plus en plus amples de la fille du feu, elle semblait enfin voler comme un véritable dragon.

Le dragon bleu s’éloignait de plus en plus du Tunnel suivit de sa congénère avec qui il gardait tout de même une certaine distance Après tout elle est grise, lorsqu’elle aura bien saisit les mécanismes du vol elle n’aura aucun mal à me rattraper. Le vent se faisait moins puissant dans ses ailes alors il dut à son tour accélérer la cadence pour garder son altitude jusqu’à ce que les courants vivaces aient totalement disparus, remplacés par l’air stagnant de la grotte géante.

«- C’est trop dure !» lui hurla la voix de Limace, plusieurs longueurs de queue derrière lui.

UruBuzol vira sur son aile gauche est décrivit un large cercle pour pouvoir l’avoir dans son champ de vision. Il vit à sa gueule ouverte pour inspirer plus d’air et à son dos courbé par l’effort qu’elle commençait à fatiguer. Il n’avait pas très envie de la faire se poser, ils n’avaient même pas parcouru un demi-carquois nain ! Il remarqua d’ailleurs une chose plutôt étrange en observant son dos: aucune trace des blessures que laissait habituellement la sortie des ailes sur les jeunes dragons. bien sûr il ne cherchait pas des cicatrices, cet événement n’en laissait pas (à de rares exceptions près), mais si Limace venait d’avoir ses ailes elle aurait dû encore porter les signes de blessures récentes, non ? Or les seules plaies qu’il pouvait apercevoir étaient des traces de griffures en voie de guérison. Cela fait donc plusieurs mois voir plusieurs années que ses ailes sont sorties et elle ne s’en ait jamais servi ?. C’était plutôt inhabituel, surtout pour une dragonnelle du monde d’En-Haut, car oui s’il n’avait jamais entendu parler d’elle c’est forcément qu’elle venait du Dehors.

Il remit ses interrogations à plus tard pour s’occuper de Limace qui s’essoufflait et le regardait en semblait lui dire Tu fais quoi là ? L’idée lui vient de continuer tout droit sans s’arrêter pour voir jusqu’où elle pouvait aller et comment elle gérait le stresse en vol mais il y renonça... Pour le moment.

Finalement il resserra un peu plus son virage pour arriver derrière la dragonnelle avant de la dépasser par dessous et de finalement prendre place juste devant elle. Il s’agissait d’une formation simple couramment utilisée au sein de l’armée aérienne et qu’il avait d’ailleurs utilisé à peine quelques jours plus tôt avec un certain cuivré. Chacun de ses battements d’ailes provoquait un tourbillon invisible qui permettait aux dragons dans son sillage de voler plus facilement. On l’utilisait la plupart du temps à l’extérieur pour fendre le vent mais cela fonctionnait aussi avec de l’air immobile.

«- Le grand monticule là-bas c’est le Rocher Impérial. Dit-il en désignant la roche noire du bout du museau. Pour des questions de sécurité le survoler lui ainsi que les jardins qui l’entour est interdit, sauf pour les gardes griffarans bien entendu. C’est là que réside le Tyr et la famille impériale, mais j’imagine que tu le sais déjà.»

En lui parlant ainsi il espérait détourner son attention de sa fatigue. Et après tout ce n’était pas tout les jours que l’on découvrait le Lavadôme vu du ciel pour la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ   

Revenir en haut Aller en bas
 
« I believe I can fly ♪ » - [PV UruBuzol aka Zatou d'Amour] - TERMINÉ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Mélanie reçoit un appel d'un ex séropositif [pv Mélanie]
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» [SORTIE] L'Abîme invitation chez Kanaxai [Terminé]
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu (RPG) ::  :: Lois & Légendes :: Archives :: Lavadôme-
Sauter vers: