Tout a basculé...
 

Partagez | 
 

 Pauvre âme en perdition. [PV - Danalhéa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar
Réfugié(e)
Messages : 571
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 19
Localisation : Sur les ailes d'un Oiseau Invisible.
MessageSujet: Re: Pauvre âme en perdition. [PV - Danalhéa]   Dim 20 Aoû 2017 - 22:47



UNEXPECTED STRANGER

Son observation achevée, et la tartine de miel ayant rejoint l’estomac goulu de l’Ours, Œilfantôme relâcha les faibles entraves qu’elle avait apposées sur l’esprit de la pie afin de contrôler ses mouvements. Elle ne garda qu’un faible lien mental avec elle, juste suffisant pour lui permettre de voir à travers ses yeux. L’oiseau était désormais libre de ses allers et venues.
Elle venait à peine de retrouver la chaleur familière de son corps elfique que l’animal prit son envol pour rejoindre les hauteurs, l’étourdissant quelques peu. Elle ne brisa pas le contact pour autant, se laissant visuellement emporter dans les frondaisons qui surplombaient les rives du lac. Là-haut, tout était étonnement riche de verdure et de vie. Les rongeurs et les volatiles animaient les arbres de leurs mouvements. Leur pelage et leur plumage disparaissaient entre les branches avant de réapparaitre quelques instants plus tard dans un amas feuillu. Toute cette animation agit sur le cœur blessé d’Œilfantôme comme un baume cicatrisant, frais et chaleureux à la fois.

Ne souhaitant pas rompre la magie des lieux, elle décida un peu malgré elle de ne pas répondre à Dana lorsque l’Humaine lui posa une question. Elle préférait se laisser emmener par la pie au gré de ses envies. Petit à petit, l’animal menait sa petite vie d’oiseau curieux et voltigeait d’arbre en arbre, de cachette en cachette, de larve en larve. Elle finit par se retrouver si loin que l’Elfe failli rompre le lien visuel. Seulement, le regard du volatil fut soudain attiré par quelque chose en contre-bas. Œilfantôme n’eut même pas besoin de reprendre le contrôle de son petit corps duveteux pour découvrir de quoi il s’agissait : l’audacieuse créature s’en chargea instinctivement. Elle plongea en direction du sol et vint se poser sur une branche lui offrant une vue bien dégagée sur ce qui se passait en-dessous d’elle. Et c’est à ce moment qu’Œilfantôme pu découvrir de quoi il s’agissait.
A quelques mètres de là, un hominidé s’engageait parmi les fourrées d’un pas pesant. Il portait sur son dos un large sac de voyage qui semblait peser aussi lourd qu’un rondin de bois. Si une simple dague reposait tranquillement au creux de sa main droite, Œilfantôme perçu le battement régulier d’une épée longue gisant le long de sa cuisse. Il paraissait déterminé, et il s’avançait vers le lac.

En une fraction de seconde, Œilfantôme regagna définitivement son corps. Elle se releva rapidement, manquant de tomber à la renverse, et elle se tourna vers l’endroit où se trouvait Dana la dernière fois qu’elle l’avait vue.
-Quelqu’un vient.


Dernière édition par Œilfantôme le Jeu 7 Sep 2017 - 22:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 642
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 17
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Pauvre âme en perdition. [PV - Danalhéa]   Mer 30 Aoû 2017 - 18:26

Cloak and Dagger



Dana entendait du bruit dans les fourrées, certes, mais il y avait également une légère brise qui se prenait dans les arbres. D'ailleurs, si quelqu'un devait arriver, Ted le sentirait.
Du moins, elle espérait.
Tom ne lui avait pas répondu, certainement trop perdue dans ses pensées ou autre. Elle accrochait les peaux de lapin pour qu'elles sèchent correctement puis enfilait une chemise de lin, le vent refroidissait tout près de ce lac bien trop chaud. La jeune femme était convaincue qu'il s'y cachait quelque chose. Des volcans à proximité ? Peut être, mais qu'est ce qu'elle en savait. Elle ne connaissait pas tous les reliefs de cette terre.

« Quelqu'un vient.»

Le sang de la jeune femme ne fit qu'un tour dans son corps. Une demi-seconde plus tard, elle avait son épée en main, et son fourreau accroché à sa taille. Elle tenait fermement le pommeau dans sa main, prête à dégainer. Pieds nu, elle avançait vers Ted et le secouait de se même pied. Ce gros tas de poils n'avait rien senti venir, littéralement, parce qu'il avait décidé qu'une sieste digestive était de rigueur.
Dana écoutait, silencieusement, les pas de l'homme, presque indécelables tant le bruissement des feuilles était important.
Ami ? Ennemi ? Une seule façon de le savoir.
Ted s'était levé, Dana avait fait asseoir Tom et lui avait ordonné de ne pas bouger de la. S’il devait y avoir un combat, la jeune femme préférait laisser l'elfe hors de tout cela.
Elle monta sur le dos de son ours avec une légèreté phénoménale, force de l'habitude. Ted pouvait témoigner qu'elle s'était améliorée à ce niveau là au fil des ans. Dana avait aussi fini par terre un nombre de fois incalculable parce qu'elle lui avait sauté dessus avec trop peu de délicatesse ou lui avait arraché une touffe de poils en s'accrochant pour sauter -ceci, d'ailleurs, arrive encore-. Elle avait aussi décidé que de prendre de la hauteur par rapport à l’intrus renforcerait l'effet de surprise. Et le découragerait surement de les attaquer, si ses intentions étaient mauvaises.
L'ursidé avançait à pas de loup et celle aux cheveux blancs n'avait toujours pas dégainé son arme, elle voulait être plus proche, et ne pas alerter l'homme avec un bruit si métallique.
Elle le voyait, finalement, un homme grand, les cheveux de jais, la peau blanche, une barbe oubliée d'être taillée sur le visage, un sac énorme sur son dos, une dague et une épée à la hanche, sa main posée sur le pommeau de sa grande lame (cette phrase est bizarre ptn). Il s'était retourné vers la jeune femme et l'ours et, sans voix, ne réagit pas, jusqu'à ce qu'il ait un élan d'intelligence et qu'il commence a dégainer. Ted grognait, tel un grand méchant chien. Avec quelques dents en plus, et une mâchoire un peu plus puissante.

« Je crois que c'est mieux si tu gardes ton épée bien rangée dans ton fourreau. Que viens tu faire ici? Ami, ennemi ?
- Ami! Ami ami ami ami! Il avait reculé de trois pas en toussant, alors que Ted grognait toujours mais plus doucement. Je.. Fuite... Euh. Je... Il faut se réfugier. Fuire! Les... Terres sont… Mortelles. Il faut fuir le plus rapidement possible, se réfugier a la baie d'Ambre, pour aller aux îles de Brisevent. Si...Si on ne fuie pas, on meurt, simplement. La guerre a tout ravagé, les dragons des hommes ont été maudis, ils détruisent tout, il faut fuir.
- De... quoi...»

C'était beaucoup d'informations d'un coup. Dana avait bien sur entendu parler de la guerre, qui n'avait pas entendu parler de la guerre. Mais... Mais c'était devenu si... important ? Et ça avait tourné si mal ? Et si l'homme lui mentait ? Pourquoi lui mentirait-il sur cela ? Ca n'avait pas de sens d'inventer une histoire pareille.
Elle descendait de son ours et lui fit signe de rester avec Tom, et d'essayer de lui expliquer.

« Ton nom?
- Ven. Juste Ven.
- D'ou viens-tu ?
- Portangue!
- Pourquoi n'as tu pas longé l'Océan interieur?
- Trop dangereux.
- Vers ou vas tu ?
- Le plus au sud possible, pour rejoindre la Baie... Ou la pointe noire, comme tu voudras l’appeler. »

Elle hochait la tête. Et elle qui s'étonnait que tout devenait si mort même si l'automne était bien loin. Tout pourrissait, rougissait, comme les feuilles a l'automne. Le gibier était maigre, les biches se faisaient rares, les insectes étaient en voie de disparition -pour son grand bonheur, tout de même-

«Il faut partir, vite. Ton nom?
- Danalhéa.
- Il faut partir.
- ...
- Vite! Tu veux crever ?»

Elle soupirait et lui fit signe de venir en direction du camp, l'arme toujours a la main. Elle n'avait absolument pas confiance en cet homme, mais s’il disait vrai, ils les sortaient d’une sacrée merde.
Ted, toujours sur la défensive, était posté a côté de Tom, assis, très proche d'elle, les babines retroussées, prêt à attaquer.

« Ven, octroie toi une pause pendant que je range mes... nos, affaires. Elle avait regardé Œilfantôme en disant nos. C'est Œilfantôme. Touche là, approche toi d'elle, et je te coupe la tête, c'est clair ?
- Plutôt, oui. »

La jeune femme se dirigea vers l'elfe et lui prit doucement les mains, ayant presque peur de la surprendre.

« Tom, il faut partir, si on ne bouge pas, on meurt. Tu iras sur Ted, on marchera, on trouvera des montures sur la route, si on est chanceux. Les terres ont été ravagées, elles sont dangereuses, il faut partir au sud. Tu comprends ? C'est une question de vie ou de mort. »

-10 pour la délicatesse de tes paroles, Dana. Elle serrait les doigts frêles de l'elfe dans les siens puis rangeait tout son nécessaire dans les sacs, avant d'équiper Ted. Elle gardait en permanence un œil sur l'homme qui buvait de sa gourde, se levait de temps à autres, puis finissait par s'asseoir, encore et toujours. Il avait la tête lourde, ses cheveux étaient dans un état pas possible, et pour tout vous dire, cet air lui octroyait quand même un certain...charisme. Mais toujours pas la confiance de Dana.
Tout était rangé, en ordre, les braises éteintes, les peaux rangées, et elle avait sorti des habits de voyage pour elle, qu'elle enfila rapidement, dénuée de pudeur envers cet homme, mais aussi des vêtements pour l'elfe.

« Tu sais t'habiller ou tu veux de mon aide?»


Dernière édition par Danalhéa le Dim 3 Sep 2017 - 20:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 571
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 19
Localisation : Sur les ailes d'un Oiseau Invisible.
MessageSujet: Re: Pauvre âme en perdition. [PV - Danalhéa]   Mer 30 Aoû 2017 - 23:54



CHILDISH TREATMENT

Œilfantôme n’en croyait pas ses oreilles. Dana lui avait ordonné de rester assise là, immobile, tandis qu’elle s’éloignait en direction de l’intrus.  Sur le moment, l’Elfe avait docilement obéit, encore surprise par l’arrivée imprévue de l’homme et le sursaut de crainte que cela avait provoqué en elle. Mais maintenant qu’elle sentait l’Humaine disparaître au loin, accompagnée de Ted, elle réalisa qu’elle n’avait aucune envie de rester tranquillement à ne rien faire. Bizarrement, elle se senti mise à l’écart, même si l’intention de Dana était bonne.
Après avoir fermé les yeux, Œilfantôme poussa un profond soupir teinté d’une pointe d’agacement. Elle laissa ensuite courir ses doigts sur le sol et saisi un galet dans chacune de ses mains, avant de s’occuper l’esprit en les tapotant l’un sur l’autre. Le son des petites pierres s’entrechoquant entre elles laissa s’échapper dans l’air des tac-tac aigus, qui firent écho au martellement du bec de certains oiseaux contre les troncs d’arbre.

Au bout de quelques minutes, le bruit des collisions répétées fut rejoint par celui d’un pas lourd évoluant au milieu des feuilles qui recouvraient le sol de la forêt. Œilfantôme mis un terme à son petit manège et concentra toute son attention en direction de l’animal qui s’avançait vers elle.
-Le type n’est pas dangereux, lui annonça Ted. Dana est en train de discuter avec lui. Je pense qu’ils ne vont pas tarder.
Puis l’Ours vint se placer à ses côtés et déposa quelque chose devant elle. Elle s’en saisit et reconnu la sensation de la laine sous ses doigts. Elle évalua les dimensions de la pièce qu’elle tenait entre ses mains : grande, assez du moins pour la couvrir toute entière.
Œilfantôme hésita. Etait-il judicieux de se cacher ainsi d’un étranger, alors qu’elle avait passé des années totalement nue face aux hommes de la Citadelle ?  Cela valait-il encore la peine d’éprouver quelque pudeur lorsqu’on avait été salie comme elle l’avait été ?
Oui, décida-t-elle enfin. Je ne laisserais plus n’importe qui profiter du quelconque spectacle que mon corps pourrait offrir.
Toujours assise sur la plage de galets, elle enroula la couverture autour de ses épaules et ne laissa visible aux yeux de tous que son visage et sa chevelure dorée.
-Merci, souffla-t-elle à Ted avec ferveur.
L’Ours lui répondit en bougonnant des paroles inaudibles, avant de reprendre plus clairement sur un tout autre sujet.
-Je n’ai pas très bien suivi ce que baragouinait l’homme, mais ça n’avait pas l’air tout beau tout rose. A moins qu’il délire complètement, j’ai bien peur que nous… Ils arrivent.

Puis l’animal doué de parole se transforma en une véritable machine à grognements. Une fois sur place, Dana se mit également à grogner ; mais à sa façon. Elle menaça l’étranger de la peine capitale si ce dernier osait s’en prendre à elle. Bien que cet élan de protection fît plaisir à Œilfantôme, il n’en demeura pas moins un peu exagéré. L’Elfe pinça les lèvres discrètement.
-Tom, il faut partir, lui dit alors Dana en prenant ses mains dans les siennes. Si on ne bouge pas, on meurt. Tu iras sur Ted, on marchera, on trouvera des montures sur la route, si on est chanceux. Les terres ont été ravagées, elles sont dangereuses, il faut partir au sud. Tu comprends ? C’est une question de vie ou de mort.
Œilfantôme demeura interdite. La sérénité infinie des profondeurs du lac lui parut bien loin tout à coup. Elle ne saisissait pas vraiment de quoi il s’agissait, mais le ton de l’Humaine ne laissait pas la place au doute. Elle semblait réellement inquiète et pressée, à tel point qu’elle se hâta aussitôt de rassembler ses affaires. L’Elfe, elle, reste assise sans dire un mot. Qu’est-ce qui pouvait bien faire que le monde aille si mal ? Etait-ce seulement aussi désastreux que ce que Dana laissait supposer ? Se basait-elle simplement sur les dires de l’inconnu pour fonder son jugement ?
Œilfantôme n’aurait su le dire. Après tout, elle avait déserté le monde connu durant des années, cloîtrée dans sa cellule avec pour seule vue sur l'extérieur les bavardages des gardes qu’elle parvenait à entendre. Elle ne s’était jamais demander à quel point le monde avait pu changer au cours des décennies. Peut-être que plus rien n’était comme avant ? Peut-être le monde qu’elle avait connu du temps où elle arpentait les bois avec son frère avait-il complètement disparu ?

Elle s’apprêta à questionner Dana lorsque cette dernière lui demanda :
-Tu sais t’habiller ou tu veux de mon aide ?
Œilfantôme pinça de nouveau les lèvres, de manière bien plus flagrante cette fois. Voilà. Ce qu’elle avait redouté quelques heures plus tôt était en train de se produire. Les intentions de l’Humaine étaient pleines de générosité et de compassion, mais elles étaient tellement poussées que cela la dérangeait. Elle commençait à se sentir emprisonnée par ce trop-plein d’attention. Elle avait près de cent ans ; ce n’était plus une enfant. Et, ce n’était peut-être pas ce qu’elle voulait, mais Dana se mettait à la traiter comme une petite de son espèce. Du moins, c’était ainsi qu’elle le ressentait. Même quand elle lui parlait, elle avait l'impression d'entendre sa mère s'adresser à elle lorsqu'elle n'avait que quelques printemps.
-Je suis aveugle, Dana, pas tétraplégique.
Les mots s’étaient échappés de sa bouche sans qu’elle puisse les contenir. Elle s’en voulu aussitôt d’avoir dit cela sur un ton aussi brut, alors que l’Humaine ne cherchait qu’à l’aider. Mais, si elles étaient amenées à faire route ensemble, il fallait qu’Œilfantôme lui fasse comprendre qu’elle n’était pas handicapée. Elle sortait tout juste d’une prison de glace et de peur, elle ne tenait pas à en rejoindre une seconde, aussi douce et chaleureuse soit-elle.

Sur ce, elle se redressa sur ses pieds en prenant légèrement appui sur l’Ours, puis elle tourna la tête dans sa direction.
-Ted, tu veux bien… ?
Sans un mot, l’ursidé déplaça son large corps et s’en alla quérir les vêtements que Dana avait sûrement déposés dans un coin, avant de les lui apporter. Elle le remercia d’un geste de la tête, puis elle alla se cacher derrière son épaisse fourrure pour se changer à l’abris des regards.
Elle avait beau avoir refusé l’aide de Dana, sans le soutien que le corps de Ted lui procurait, elle n’aurait sans doute pas pu achever de se vêtir sans s’écrouler par terre.

Lorsqu’elle fut prête, elle se détacha de l’Ours et s’avança un peu en direction de là où Dana devait se trouver – selon son instinct uniquement. Elle attendit un peu de calmer ses esprits, puis elle soupira discrètement. Elle s’adressa ensuite à Dana, qu’elle s’en voulait d’avoir ignoré comme elle venait de le faire.
-Dana, je dois te demander quelque chose. Et vous aussi… Ven, c’est bien cela ? J’ai disparu de la circulation il y a de cela des années, et je n’ai aucune idée de ce à quoi ressemble le monde aujourd’hui. Si nous devons fuir, j’aimerais tout de même savoir à quelle menace nous tentons ainsi d’échapper.


Dernière édition par Œilfantôme le Jeu 7 Sep 2017 - 23:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 642
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 17
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Pauvre âme en perdition. [PV - Danalhéa]   Lun 4 Sep 2017 - 0:37

PRIDE



« Je suis aveugle, Dana, pas tétraplégique.»

Dana la fixait quelques secondes et serrait les dents. Ca va. Tout va bien. Tu ne viens pas du tout de te faire remballer, miss Rosenschild. [A/N : Nom de famille de Dana] La jeune femme se relevait et levait le nez d'un petit coup de tête, telle une comtesse offusquée. Après tout, elle était bien fille d'un comte.
D'ailleurs...
Qu'était-il arrivé à ses parents ? Cette réalisation soudaine la contrariait. Étaient-ils morts ? Le Fléau les avaient-ils déjà tués ? Elle aurait un bon souvenir de son père mais... Le dernier souvenir d'elle et de sa mère serait-elle vraiment une série de reproches et injures ? Un poids dans son estomac se formait, et sa gorge se serrait.
N'y pense pas, Dana.
Il faut se concentrer sur "fuir".
La jeune aux cheveux laiteux, autant que son teint après cette réalisation soudaine, s'avançait vers un rondin et serrait correctement le laçage de ses bottes et de sa chemise. Ted était resté avec Tom, et Dana... rageait un peu. Mais comprenait. Mais rageait. Se faire remballer ainsi, c'était... irritant. Et son ego en avait prit un certain coup, il fallait le dire. Elle finissait par accrocher son épée de nouveau a ses hanches, ainsi que son couteau a double tranchant sur l'autre hanche, et une dague sur son bas du dos. Elle était équipée, son arc était rangé dans un des sacs de Ted et... Elle allait quand même le prendre, ainsi que son carquois et autant de... choses qu'elle pouvait pour alléger son compagnon de route.
Dana regardait encore l'homme, du coin des yeux. Elle enviait ses beaux cheveux de jais qui partaient dans tous les sens... Elle qui n'avait toujours eu qu'un amas de tignasse blanche, qu'elle n'aimait pas tellement, mais qui y tenait tout de même précieusement.
Bref, problèmes capillaires capitaux.

« Dana, je dois te demander quelque chose. La concernée leva la tête, ainsi que l'homme. Et vous aussi… Ven, c’est bien cela ? Il hochait la tête. J’ai disparu de la circulation il y a de cela des années, et je n’ai aucune idée de ce à quoi ressemble le monde aujourd’hui. Si nous devons fuir, j’aimerais tout de même savoir à quelle menace nous tentons ainsi d’échapper.
- Je sais pas, pose lui directement la question. Ted s'était retourné en entendant le ton de sa compagnonne de route et grognait. Quoi? »

Il levait simplement les yeux au ciel, comme un papa désabusé. Il avait prit cette mimique de Dana, qui faisait cette moue à peu près 15 fois par jours. L'ours s'avançait et s'allongeait près de la jeune femme, et elle passa sa main dans sa fourrure, a son habitude. Ven toussait, un peu mal à l'aise d'avoir vu cette prise de bec.

« Hm... Si je peux t'éclairer, Œil… Hm...Œilfantôme ? Récemment, la guerre a éclaté. Enfin, récemment... Il y a quelques années. Que des querelles politiques au début, puis la moutarde est vite montée au nez des... différentes espèces. Les dragons contre les humains. Tu me diras, les dragons ont du facilement les écraser. Eh bien non. Le continent est a feu et à sang a cause de Tyrs, les rois dragons, sanguinaires. Depuis 149 ans, depuis le début de l'ère du destructeur, trois... quatre dragon, si je ne m'abuse ont... Ravagé le continent. Et tout meurt, tout s'infecte a une vitesse horrible. C'est pour cela qu'il faut fuir, pour éviter l'Amertume de Leth, et la Désolation de Naezgar, qui se rejoignent non loin d'ici. Ce sont des dragons... Plus ou moins. Il faut leur fuir, sous peine de voir... nos âmes prises, à jamais, et les voir devenir de plus en plus fort à cause de nos morts. Je... Je ne sais pas tout, mais c'est ce que je sais.»

Dana avait... Comment dire. Froid dans le dos. Et c'était un euphémisme. C'était terrifiant. Tout ce qu'il y avait de plus terrifiant. Des dragons, c'était flippant. Des dragons qui mangeaient les gens, c'était terrifiant. Des dragons qui avalaient les âmes des gens pour devenir plus fort et qui détruisaient leur monde connu... Elle n'avait pas les mots.

« Je pense qu'il faut partir. Je... Il faut partir, maintenant. Je préférerais éviter de mourir aussi jeune. Et vierge. Elle avait entendu le grognement de Ted, si infime soit-il.
- Vierge, ça peut toujours s'arranger.
- Ce n'était pas une proposition; range tes deux billes et ta brindille. Une paire d'yeux au ciel et c'était ceux de la jeune femme, cette fois. Tom, tu acceptes que je t'aide a monter sur Ted ou tu te considère comme apte à monter sur un géant de ta taille ? »

Dana laissait l'elfe aller jusqu'à Ted puis l'aidait en la poussant pour qu'elle soit assise sur l'ours, qui ne la sentait d'ailleurs qu'a peine, tant elle était légère. L'humaine finissait par prendre un sac de taille plutôt convenable sur ses épaules, et elle se plaça face a Ven, ses yeux cristallins dans les siens, teintés océan.

« Debout, on a la mort à échapper, Ven. »

Super joyeux, Dana.
Pendant qu'il se levait et se mettait en route, Dana regardait une dernière fois le Lac Vert... Qui n'était plus si vert. Sa couleur se teintait de rouille, malpropre.  Elle fermait la marche, et, quittant les lieux, sentait l’appréhension monter, la peur aussi, c'était tout un mélange vicieux qui prenait possession de son corps et de son esprit. Son ventre était comme serré, sa gorge étouffait, ses mains étaient moites. Elle avait peur, et pour la première fois depuis qu'elle était partie de chez elle, sa famille lui manquait. Il lui était formellement impossible de ne pas penser à l'éventualité que ses parents soient morts, que leurs âmes aient pu êtres... mangées... Qu'ils n'existent plus, tout simplement. Y avait-il quelque chose de pire que la mort ? Oui : la torture qu'elle peut endurer a votre entourage, surtout en ces temps-ci. Elle se sentait comme une gamine "Je veux mon papa et ma maman". D'un côté, elle n'avait que 19 ans, et avait quitté ses parents à 17, cela lui paraissait si lointain...
Mais tout de suite, elle voulait vivre, survivre, même si c'était la peur au ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 571
Date d'inscription : 08/08/2011
Age : 19
Localisation : Sur les ailes d'un Oiseau Invisible.
MessageSujet: Re: Pauvre âme en perdition. [PV - Danalhéa]   Jeu 21 Sep 2017 - 0:32



SILENT START

-Ce n’était pas une proposition ; range tes deux billes et ta brindille. Tom, tu acceptes que je t’aide à monter sur Ted ou tu te considères comme apte à monter sur un géant de ta taille ?
La mâchoire d’Œilfantôme se crispa tandis qu’elle acquiesçait de la tête. Elle avait redouté la réaction de la jeune femme à sa petite rébellion personnelle, et elle avait visé juste : Dana s’était immédiatement braquée et semblait lui en vouloir. Cela ne l’étonnait pas vraiment, mais elle n’en demeurait pas moins déçue. Et agacée aussi. L’Humaine n’avait pas le droit de la blâmer pour avoir osé s’affirmer. Elle était libre de prouver au monde qui elle était réellement, loin de sa cellule et des soldats qui la gardent : une Elfe printanière au sang vif et jeune, aveugle certes, mais pas incapable pour autant.
Une fois installée sur le dos de Ted, elle s’accorda un instant pour profiter du contact à la fois puissant et chaleureux que lui procurait sa peau d’ursidé. Le dos de l’animal était sculpté dans le muscle, mais recouvert d’un épais pelage dans lequel Œilfantôme prit plaisir à emmêler ses doigts.

-Debout, on a la mort à échapper, Ven.
En repensant à l’hominidé, l’Elfe senti son dos se tendre quasi imperceptiblement. Elle n’avait pas oublié la franche allusion qu’il avait faite quelques instants plus tôt à Dana. Et, même si elle avait bien conscience qu’il ne s’agissait probablement pas de l’un des gardes de la Citadelle, elle ne pouvait s’empêcher de repenser à toutes les fois où des mains humaines s’étaient appropriées sa peau ; où des corps tout entiers s’étaient coulés sur le sien sans lui laisser la moindre chance de se débattre. Ce Ven avait beau paraître amical, il n’en demeurait pas moins un Homme, avec tout ce qu’il fallait sous la ceinture pour pouvoir à ses besoins masculins.
Lorsque Ted se mit en marche, elle resserra sa prise sur sa fourrure ; mais pas uniquement pour garder l’équilibre.

Leur groupe quitta le lac pour s’enfoncer au cœur de la forêt, remuant sur son passage broussailles et fougères. Œilfantôme se laissa doucement bercée par le pas de Ted et ferma pesamment les yeux. Elle tendait l’oreille, attentive au bruissement de la végétation sous leur pas et au gazouillis des oiseaux qui s’enfuyaient en les apercevant. Des hominidés ou de l’ours, aucun n’avait prononcé mot depuis leur départ. Et cela convenait parfaitement à l’Elfe, qui profitait du moment pour adoucir ses pensées et réfléchir à tout ce que Ven lui avait appris sur l’état actuel du monde.
Au bout de longues minutes de marche, elle entendit le fourmillement plein de vie de la canopée s’étouffer peu à peu. Leurs déplacements se firent plus fluides et moins bruyants ; les légères rafales de la brise qui soufflait sur la région les balaya plus nettement. Le cœur d’Œilfantôme se teinta de tristesse lorsqu’elle comprit qu’ils quittaient la forêt.
Lorsque la mélodie des arbres et de ses habitants fut bien loin, le silence qui régnait au sein de groupe se chargea lentement d’électricité et parut lourd aux yeux de l’Elfe. La légère tension qui régnait entre elle et Dana lui pesait sur la conscience, et elle décida d’aborder le problème. Lentement, elle se pencha au-dessus de Ted en prenant garde à ne pas perde l’équilibre, puis elle lui chuchota à l’oreille :
-Je dois parler à Dana, tu pourrais t’approcher d’elle ?
L’Ours ne répondit rien, mais elle savait qu’il n’avait pas ignoré sa demande. Elle senti le rythme de sa marche se modifier légèrement pour finir par se stabiliser un peu plus loin, et elle devina qu’il l’avait menée jusqu’à la petite humaine. Elle le remercia d’une douce caresse au-dessus de l’épaule.
-Dana, reprit-elle à voix basse, un peu anxieuse d’essuyer un nouveau refus de communiquer de la part de la jeune femme. Je suis désolée si mes réflexions t’ont blessée, mais j’ai besoin que tu comprennes que je ne suis pas une infirme. J’ai peut-être mal interprété tes paroles, et je te suis redevable de l’attention que tu me portes, mais sache que ces manières sont bien loin de ce à quoi j’ai été confrontée ces derniers temps, et tu y mets tant de cœur que j'ai peur que cela finisse par m’étouffer de l’intérieur…


Dernière édition par Œilfantôme le Mar 26 Sep 2017 - 10:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Réfugié(e)
Messages : 642
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 17
Localisation : Quelque part vers un lac
MessageSujet: Re: Pauvre âme en perdition. [PV - Danalhéa]   Dim 24 Sep 2017 - 22:29

PRIDE



Dana marchait sans rien dire, la main accrochée à son pommeau d'épée, concentrée, voire même perdue dans ses pensées. Ils venaient a peine de partir mais... Elle avait déjà envie d'arriver, la situation lui faisait sincèrement peur.
L'humaine sentait, puis vu son ours s'approcher d'elle, elle relevait a peine la tête, posant simplement sa main dans la fourrure de son familier, elle avait un certain besoin de lui montrer son affection, sa gratitude de tous les jours. Danalhéa était sincèrement attachée a son ours qui la protégeait comme si elle était de sa famille... Ted était aussi un peu sa famille désormais, en fait.

« Dana, je suis désolée si mes réflexions t’ont blessée, mais j’ai besoin que tu comprennes que je ne suis pas une infirme. J’ai peut-être mal interprété tes paroles, et je te suis redevable de l’attention que tu me portes, mais sache que ces manières sont bien loin de ce à quoi j’ai été confrontée ces derniers temps, et tu y mets tant de cœur que j'ai peur que cela finisse par m’étouffer de l’intérieur… »

Elle ne répondit pas, pas tout de suite en tous cas. La jeune femme fixait le sol qu'elle piétinait de ses bottes en marchant, sincèrement contrariée. Pas envers Tom mais envers elle même.
Elle comprenait bien que l'elfe avait besoin de... soins... mais aussi d'espace. Dana était également contrariée de ne pas comprendre entièrement la situation de sa protégée, ou bien amie ? De celle qu'elle venait d'aider, plutôt.
C'était vrai, elle ne savait rien d'elle, et ce qu'elle savait se limitait a son prénom, et au fait qu'elle était extrêmement mal en point quand elle l'avait "récupérée" et... et c'était tout.

« Je ne t'en veut pas de m'avoir remis a ma place. Je comprends. Je te laisserais... de... La place. Mais sache que... Ouais. Je veux t'aider. Même si je ne te connais absolument pas. Et les derniers mots étaient un peu secs, a son regret. Je veux dire, enfin... Je ne te connais pas, et j'aimerais te connaitre, mais... enfin... ,urh, les mots c'est dur... Je ressens juste un besoin de te protéger et t'accompagner. »

Et ça sonnait très mal, aux oreilles de Dana. Elle ne voulait pas être dépendante de l'elfe, mais.. voulait aider a ce qu'elle aille mieux, et ça, elle avait un mal fou a lui dire correctement.
Dana avait relevé la tête pour regarder l'elfe et détournais le regard en laissant sa main quitter le pelage chaud de l'ours. Elle se couvrait un peu mieux de sa grande cape et se tut pour se mettre derrière l'ours, toujours méfiante envers l'autre humain. Peut être que tout cela était un piège... Quoique... Il avait eu l'air d'être plutôt sacrément surprit en voyant Ted, chose que si quelqu'un avait voulu les prendre en embuscade, [aha, bons souvenirs] Ted aurait été un élément vite repérable, et repéré.
Sinon, Ven était un très bon acteur.
Mais pourquoi aurait-il menti ? Surtout élaborer un si gros mensonge pour quoi...? Quelques babioles, de la nourriture et... Ah. Oui. Des femelles. Dana leva les yeux au ciel a cette simple idée. C'était une femme, une proie facile, un truc à prendre.
Littéralement, à prendre.

Le voyage se déroula... Silencieusement. Elle surprit à plusieurs reprises OFT s'endormir sur Ted, et s'arrangeait pour garder un œil sur elle pour ne pas qu'elle tombe de l'ursidé.
Assez rapidement, la nuit commençait à tomber, et Dana alluma une torche, Ven fit de même. Une grotte se présenta ensuite à eux, bienvenue après une après-midi complète de marche. Ven mit un feu en place, tandis que Dana cherchait de quoi alimenter le feu. Ted restait bien près de l'elfe, très méfiant envers l'homme en face d'eux. Pendant que la jeune femme était partie, il se mit pus près du feu, à une distance tout de même respectable de la paire.

« Donc... euh... Œilfantôme c'est ça ? Comment... as tu rencontré Danalhéa? »

Hmm. Ven, si tu n'as pas peur de te prendre un vent, vas y, je te fais une grande joie de commencer la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pauvre âme en perdition. [PV - Danalhéa]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pauvre âme en perdition. [PV - Danalhéa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Chavez traite Obama de « pauvre ignorant »
» Pourquoi les Haitiens forment-ils la classe la plus pauvre au Québec???
» Une pauvre petite SDF en Lorraine
» MDR La Pauvre Ptiite Fille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu (RPG) ::  :: Baie d'Ambre-
Sauter vers: