L'Age de Feu

Hypat et l'Empire Draconique sont désormais en paix. Mais de nouvelles ombres planent sur ce monde. Rejoins-nous pour les combattre à nos côtés.
 

Partagez | 
 

 Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nirfäel
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 21
Localisation : En train de composer, que diable !

MessageSujet: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   Mer 29 Juin 2016 - 15:29




  • Moi


Nom : Jérémy
Surnom : Jerem
Âge : 20 ans
Comment avez-vous connu le forum ? Sur la route, j'ai rencontré un dragon qui m'en a parlé.
Votre niveau en RPG ? yolo
Avez-vous déjà lu les livres de l'Âge de feu de E.E.Knight ? Lesquels ? Tous.
Autres comptes : RaÏnvir


  • Personnage


Nom:Nirfäel
Âge : 78 ans
Sexe : Mâle
Espèce : Demi-elfe (En bref, elfe)
Rang général : Voyageur
Attirance sexuelle :Ouvert à toute suggestion... toute !

Description physique :

Nirfäel est un demi-elfe au teint légèrement sombre. Bien qu'un peu svelte au niveau de sa silhouette, il a néanmoins une bonne condition physique. Son visage est anguleux et du fait de son appartenance à la race des elfes, ses traits sont ceux d'un jeune homme, malgré son âge avancé. Il a des yeux d'un bleu azuré et pâle, et une longue chevelure d'un blanc opalin, avec des reflets irisés bleuâtres. Ses sourcils sont longs et blancs, et ont une forme ondulé. Il a également une fine moustache et une barbe courte, quoique dense, qui se termine sous le menton en une pointe de flèche. Il porte enfin une cicatrice sur la joue gauche qui ressemble à une flamme. Il est vêtu d'une longue veste dont la couleur est d'un violet légèrement terne. Il porte plusieurs boucles d'oreilles assez extravagantes à ses oreilles longues et pointues, de couleur argentée, et un mystérieux collier de perles autour du cou.


Histoire :

« De la vie, nous savons hélas peu de choses. Et de la Nature qui nous a conféré notre Existence, encore moins. Je me suis ainsi longtemps demandé comment j'en suis venu à écrire mes Mémoires. Y a-t-il eu un évènement précis dans ma vie, un souvenir qui m'y a poussé ou est-ce par simple envie que j'ai déroulé ce parchemin ? En vérité, ce sont là des questions auxquelles je ne trouverai peut-être jamais de réponses.

Mais enfin, revenons à présent à nos moutons. Je me nomme Nirfäel, mais mes amis me surnomment très sobrement Dinval de la Haute Extraordinaire-Compagnie. Je suis né d'un père humain qui était épéiste de son temps et d'une mère elfe qui lavait le linge sale des Dames de la Cour. Je suis donc en quelque sorte un demi-elfe. Lorsque j'eus quatorze ans, ma mère mourut de la peste, et mon père, qui était parti servir dans les rangs du thane, ne revint jamais pour réclamer son droit paternel. En réalité, lui et moi ne nous entendions pas très bien, et j'ai aujourd'hui la certitude que le simple fait de me regarder provoquait chez lui une sensation similaire à celle, pardonnez cette comparaison vulgaire, d'ingurgiter une cagette entière d'œufs pourris.

De ce fait orphelin, je me suis enfui, bien entendu, du temple qui m'avait accueilli. Il n'était pas question que je reste à m'apitoyer sur mon sort ! Savez-vous ce que représente quatorze années pour un demi-elfe ? Eh bien disons que cela équivaut très grossièrement à une goutte d'eau dans un étang. Ainsi donc, chers lecteurs, en quittant la ville, je décidai de suivre la route menant vers le Sud et je pus rattraper le dernier chariot d'un long convoi. Par chance, le chariot appartenait à une troupe de théâtre ma foi fort sympathique, et je sus les convaincre de me prendre avec eux pour continuer ma route vers le Sud. C'est ainsi, vous le devinez, que je commençai ma longue carrière de ménestrel.

En effet, c'est un peu léger pour un Mémoire. Ah, c'est que le temps presse ! Eh ! La vie nous donne rarement satisfaction ! J'ajouterais également que, quand elle le fait, c'est souvent avec une légère pointe d'inassouvissement et un soupçon d'amertume. Eh oui ! La vie n'est pas rose pour tout le monde.

Je vous ennuie, très chers lecteurs ? Ne mésestimez pas ma réflexion ! Après tout, nous sommes tous nés dans un monde cruel. Et pourtant, vous êtes là à lire les écrits de votre serviteur, à savoir moi, en vous demandant pourquoi cette page a-t-elle attiré votre attention ? Eh bien c'est peut-être là un défi que j'aurais aimé pouvoir surmonter : vous expliquer entre ses lignes pourquoi et à quels fins vous avez lu ce papier poussiéreux et couvert de trace de glaise.

Malheureusement, je crains de ne pas avoir non plus le temps pour ça. Mes Mémoires, bien que je ne doute pas qu'elles sauront vous émerveiller à leur juste valeur, resteront hélas bien courtes. Voyez-vous, dans quelques instants, l'humble demi-elfe que je suis va devoir se tenir prêt pour un rendez-vous particulièrement important pour lui. Un rendez-vous... avec la potence.  »


Les barreaux de la cellule grincèrent dans un bruit affreux. Nirfäel porta une main à son oreille droite et fit la grimace. Il entendit avec peine un des geôliers prononcer un nom. Puis il y eut un cri, et le bruit de quelqu'un qu'on empoigne très brutalement. Nirfäel ferma les yeux. Les cris continuèrent dans le corridor sombre de la prison, tandis que l'un de ses camarades prisonniers étaient emmenés. Quand il n'y eut plus que le silence, Nirfäel reprit le morceau de glaise humide dont la forme rappelait celle d'un minuscule cylindre, et entama un nouveau paragraphe sur ses Mémoires, lesquelles prenaient l'apparence d'un parchemin sec et sentant le renfermé. Il y avait des écritures sur le recto du parchemin, une chanson dont il avait oublié le nom, et dont les paroles étaient recouvertes de terre séchée. Dommage. Il aurait bien aimé relire une de ses chansons avant sa dernière représentation. Souvent, quand il angoissait d'une scène ou d'un concert, il...
- Nirfäel ! tonna une voix dans le corridor. Allez, on se réveille ! C'est à ton tour.
Le susnommé ouvrit grand les yeux et se leva brusquement.
-Parbleu, déjà ?! Mais enfin, il n'est même pas midi et je n'ai rien avalé de la journée !
-On prend de l'avance sur la journée. Il y a encore une vingtaine de gredins comme toi qu'on pend sur la place publique et les gens s'ennuient déjà.
-Un gredin ! répéta Nirfäel. Moi ! Humble demi-elfe qui suis l'innocence et la pureté incarnée !
Comme il parlait, les gardes pénétrèrent dans sa cellule. Ils portaient de curieuses boules de cires dans les oreilles. Ils le forcèrent à tendre ses mains au geôlier. Nirfäel soupira.
-Et dans l'attente de son jugement, les gardes l'empoignèrent. Tandis que les Heureux s'amusent, à l'innocent, on passa les fers...
-La ferme, Oreilles-Pointues, grogna l'un des gardes. Si tu essaies de jeter un sort, un seul, en ouvrant la bouche ou avec autre chose, on te fait frire sur un grand feu ! Alors ne fatigue pas ta gorge avant la corde. Il s'agirait de produire du spectacle pour la populace.
-Un spectacle ?! Goret ! Gougnafier ! G... Gredin ! Je n'épaterai même pas votre marmaille ! Je ne prononcerai pas une seule supplique !

Pour toute réponse, on le poussa dans le corridor. Le demi-elfe ne se rendit compte qu'à cet instant qu'il faisait froid. Très froid. La pierre sur laquelle il marchait était dure, peu rassurante, et l'air était humide. Pourtant, quand il sortit au dehors, et que les teintes pourpres de l'aurore l'aveuglèrent, il pensa que la journée serait néanmoins très belle. Il fut soudain happé dans un concert de cris et d'activités. Autour de la place publique du village, une petite foule s'était agglutinée, et le remue-ménage qu'elle provoquait aurait suffi à assourdir une tempête. Les enfants piaillaient et jouaient autour de la place. Les Dames s'étaient rassemblées, riaient et discutaient en lui jetant des regards de travers quand ses gardes du corps et lui passaient près d'elles. Quant aux hommes, ils se tenaient plutôt au centre de la place et était le cœur de la cohue. On pouvait entendre le boucher qui avait installé son étable non loin et clamait haut et fort : "Des beaux rognons de veaux ! Ils sont beaux mes rognons de veaux !"
Nirfäel eut la satisfaction de ne pas s'être tromper. En effet, les Heureux s'amusaient. Et la danse des condamnés au bout de la corde était leur principale source de divertissement. On le fit monter sur un petit échafaud qui surélevait à peine sa personne de la population. Il dut avancer et grimper sur un tabouret qui portait les traces d'un usage fréquent. Sous son poids, le tabouret trembla, mais il n'y fit pas attention. Docile, ils se laissa faire lorsqu'on lui passa le nœud coulant autour du cou. Le magistrat du village, un petit homme portant des lunettes et une lourde bedaine, s'avança sur l'échafaud et sortit un parchemin. Soudain, le petit village fit silence, à tel point que l'on entendait désormais très distinctement le piaillement des enfants et le boucher qui désespérait vraiment de vendre ses produits. Puis le magistrat commença à déclamer d'une voix forte :
-Condamné dénommé Nirfäel...
-Excusez-moi, intervint ce dernier, mais je tiens à clarifier quelques renseignements. Je me nomme bel et bien Nirfäel, mais je préférerais qu'il soit inscrit dans les archives mon nom de plume.
Le magistrat se tut et lui lança un regard encore plus alambiqué que celui des gentes dames. Il se passa une main sur son front et dit :
-Comme il vous plaira. Quel est-il ?
-Dinval. Dinval de la Haute Extraordinaire-Compagnie.
-Hum... Hum hum. Bon. Très bien. Au dénommé... Dinval de la Haute Extraordinaire-Compagnie. Est entendu que le condamné a été accusé de sorcelleries envers certaines bonnes gens de ce village. Est entendu que le condamné a tenu, après une nuit entière de débauche, des propos injurieux envers notre bon Thane. Est entendu que l'accusé... au moyen d'une bouteille de Linòr...
-Du Linòr de vingt ans d'âge, précisa poliment le demi-elfe.
-De... vingt ans d'âge (Le magistrat se passa à nouveau une main pleine de sueur sur son front qui venait de prendre une teinte aussi rouge que les aurores), a mis le feu à l'étable du cordonnier par pur désir de vandalisme. Niez-vous ces accusations ?
Nirfäel se redressa fièrement et bomba le torse.
-Je ne les nierai point, monsieur le magistrat. D'avance, je vous le dis, j'attend mon trépas !
Les yeux du magistrat le fixèrent si bizarrement qu'on eut dit qu'il avait vu le spectre de la mort lui-même.
-En ce cas, répondit-il. Vous êtes officiellement coupables de ces crimes, et...
-Des crimes, allons donc ! Depuis quand la débauche est-elle un crime répréhensible ? (Le demi-elfe, imperturbable, se tourna vers l'assemblée) Vous en pensez quoi, vous ?
Il n'y eut pas beaucoup de réponses, mais l'on entendit tout de même faiblement la voix d'un fermier de derrière la foule.
-On n'saurait point dire, m'sieur. J'aimerions pas que moi et mes amis nous fassions couper la tête pour avoir bu de la gnôle.
-Ah, vous voyez ? s'exclama Nirfäel. Ce n'est donc pas si grave...
-Silence ! (le magistrat avait le visage plus rouge qu'une tomate) La sentence est la mort, par pendaison etc, etc,... qu'on le pende et qu'on lui coupe la langue à ce vaurien !
-Une seconde !
-Quoi encore ?!
-Et les dernières paroles du condamné ?
-Vous avez déjà bigrement beaucoup parlé de mon point de vue !
-Je me confond en excuse, très cher, mais c'est là tout ce qu'il me reste. J'ai fait de ma langue et des mots ma profession, ma vocation ! Que voilà de biens tristes paroles venant d'un homme de loi, que celles qui interdisent à un citoyen d'Hypath d'exercer son métier juste avant son exécution ! Honte et déshonneur rejailliront sur toute sa famille à celui qui m'empêchera de prononcer mes derniers mots sur cette terre ! Le ciel m'en soit témoin !
-Oui oui très bien très bien... avez-vous des dernières paroles ?
Le demi-elfe hocha la tête. Il se tourna vers l'assemblée, et bien qu'il n'ait pas la possibilité de se déplacer, puisqu'il était debout sur un tabouret assez fragile, il la toisa d'un regard noble, et caressa lentement sa fine barbe blanche taillée au couteau. Finalement, il salua quelqu'un dans la foule et lança.
-Je te reconnais toi ! Le jeune à la moustache ! Gren.
Les regards de la foule quittèrent le demi-elfe pour suivre à l'unisson l'endroit qu'il indiquait du doigt. Là, un jeune homme portant effectivement une moustache remarquable valdinguait maladroitement sur ses deux jambes, se rendant compte avec timidité que des dizaines de paires d'yeux étaient braquées sur lui.
-Oui c'est moi, messire Dinval.
-Allons, allons ! s'écria le demi-elfe. Ne sois pas si gêné ! Ce n'est pas toi qui t'agite au bout d'une corde après tout. Alors, ça va ?
Le dénommé Gren afficha un air penaud.
-Baaaah... on fait avec ce qu'on peut, répondit-il.
-Ah, c'est bien ! Par la Grâce, jamais je n'ai dis de mal de ceux qui faisaient du mieux qu'ils pouvaient avec le peu qu'ils avaient, d'autant plus quand le peu qu'ils avaient étaient moitié moins grand que ce qu'ils méritaient !
-Beuh...
-Bah ! rit le demi-elfe. Ca n'a pas d'importance ! Alors dis-moi, est-ce que le chant que j'ai prononcé a fonctionné ? Ton épouse t'es-t-elle revenue, des étoiles dans les yeux ?
-Des étoiles dans les yeux, j'en ai pas vu, Maître. Mais elle m'est revenue ça oui. Elle a dit que vos mots l'avaient gravement touché et qu'elle me pardonnait mon erreur avec l'autre mégère. Je vous en remercie bien profondément, Maître.
-Ah c'est bien ! affirma Nirfäel. Cela me fait plaisir. C'est après tout ma profession que celle de dire avec des mots ce que le cœur des gens ne sait point divulguer. Car je vais te dire la vérité, et la vérité la voici : Ma magie, mon plus grand pouvoir de sorcier, c'est celui d'enchanter les mots que je prononce ! Eh bien, je vous souhaite une bonne ribambelle de garnements à vous !
-J'vous en remercie doublement, bon Maître.
-Sorcier ! hurla quelqu'un dans l'assistance.


Le demi-elfe applaudit cependant avec une joie que n'aurait pas jalousé un nouvellement marié. Il allait rajouter quelque chose quand soudain, l'un des pieds frêles du tabouret qui le soutenait céda. Il éclata sous son poids et Nirfäel partit à la renverse, la corde écrasant sa gorge avec une violence inouïe. Il voulut hurler, mais aucun mot ne sortit de sa bouche. Se trépignant sous la corde, il vit le magistrat près de lui, et vit également le sourire mauvais qu'il tirait. La foule rugissait, mais il entendit néanmoins ses mots :
-Va donc saluer les fils de pute d'elfe de ton genre en enfer, vermine.
La foule grondait, rugissait, riait, s'amusait. Le concert de cri reprit comme s'il ne s'était jamais arrêté. Comme si l'on avait retiré toute la rouille à un mécanisme défectueux qui venait de reprendre vie.
-A... A MOI ! réussit à articuler Nirfäel.
-Seigneur, pardonne-nous, fit un prêtre sur sa droite.
La foule rugissait.
-Je me demande combien de temps il va mettre pour crever, celui-là ? fit une voix.
-Saviez-vous que le prix de la soie avait augmenté... ? déclara une autre un peu plus loin.
La foule rugissait à s'en écorcher les poumons.
-Des beaux rognons de veaux ! Ils sont beaux mes rognons de veaux !
Puis soudain, bien que Nirfäel commençait à voir tout rouge, il entendit distinctement, très distinctement, un rugissement d'une puissance phénoménale. Quelques secondes plus tard, la foule poussa un nouveau cri, mais cette fois, de panique. On eut dit que c'était aujourd'hui la fin du monde qui arrivait. Le demi-elfe vit du mouvement du coin de l'œil. Les gens paraissaient fuir la place publique. Tout à coup, deux silhouettes noires surgirent dans le ciel. Des gerbes de flammes apparaissaient entre elles, et ces dernières se heurtaient également très violemment. Elles perdirent soudainement de l'altitude et commencèrent à chuter dans sa direction. Le demi-elfe pencha la tête de côté. Alors qu'il était en train de mourir, il se demanda qui allait le tuer en premier entre la corde et les silhouettes qui grandissaient à vue d'œil. Puis quelque chose de dur percuta son front et il tomba inconscient.

* * *

Quand il s'éveilla, il constata que la corde était toujours autour de son cou. En revanche, il constata que l'échafaud était maintenant une véritable ruine. Il toussa du sang et secoua la tête, l'air sonné. Il se leva mollement, étonné d'être toujours en vie. Et quand il se retourna, il regretta de l'être. Car le dragon qu'il vit devant lui avait un regard si dur et bestial que ses jambes chancelèrent sous lui. Il tomba à la renverse alors que le géant chargeait dans sa direction. Il crut sa fin arriver. Encore...
Mais le dragon bondit au-dessus de lui. Et percuta son rival. Les deux combattants s'arrachèrent des écailles, se chargèrent de nouveau, leurs cornes croisées en une rixe féroce, et leurs crocs mordant dans la chair de l'autre avec une sauvagerie cruelle. Au bout d'un moment, l'un d'eux couina de douleur. Il chercha à fuir et s'envola de nouveau. L'autre le suivit sans hésitation. Sa queue claqua dans l'air avant qu'il ne décolle, un bout de l'échafaud coincé dans sa chair.
Et la corde qui y était attachée frémit. Le demi-elfe frémit aussi, mais de tout son corps, car il fut brutalement arraché du sol, avec une force telle que la corde écrasa de nouveau sa gorge. Il suffoqua, perdit l'équilibre et la majorité de ses sens. Avec désespoir, il tenta de s'accrocher à quelque chose pendant l'ascension. Il y parvint, par chance ou par malheur il ne le savait pas, à attraper l'arrière-train écailleux du saurien qui le conduisait lentement vers les cieux. Il releva la tête, vit les nuages, sentit l'air qui sifflait entre ses oreilles pointues, ses yeux, et fouettait sa peau. Il hurla d'effroi. Puis s'évanouit. Encore.

* * *

Il n'y crut pas quand il se réveilla de nouveau. A dire vrai, il s'était demandé pendant un instant s'il n'avait pas rêvé toute la scène, et qu'en réalité, il était tout simplement mort. Cette fois-ci néanmoins, il se releva dans le calme. Il se trouvait dans une petite clairière où les rayons naissants du soleil perçaient avec difficulté la couche de branche qui voilait le ciel à ses yeux. Un bruit de craquement suivi d'un rugissement le surprit, et il se retourna dans un sursaut.
"Peste, le dragon est toujours là ! Je ne suis pas mort, mais il n'est pas dit que je n'ai pas été épargné pour servir au final de repas à ce lézard. Peste, peste, peste !"
-Viens par ici, l'elfe ! tonna une voix caverneuse qui n'attendait aucune réplique.
Nirfäel déglutit bruyamment. C'était le dragon qui avait parlé, un gris avec des écailles aussi dures que l'acier, qui rappelait les sombres nuages annonciateurs des tempêtes. Le demi-elfe n'avait aucune envie d'aller provoquer une tempête, alors il obéit sans rien dire. Le dragon gris poursuivit en grognant :
-Tu essaies de t'enfuir ? C'est bien mesquin de la part de celui qui m'a infligé cette blessure !
Il lui montra alors un morceau de poutre planté dans ses écailles qui était relié à lui avec la corde. C'est alors que Nirfäel posa brusquement ses mains sur ses hanches, l'air fâché. Il pouvait se faire dévorer par le dragon, ça, il n'y pouvait rien. Il pouvait être écartelé par la force de ses pattes, brûlé par son feu et déchirer par ses griffes. Mais diantre, il y avait quand même des limites !
-Moi t'infliger cette blessure ?! répéta-t-il sévèrement. Par ma barbe, ça, c'est la meilleure ! Figure-toi que je me tenais tranquillement sur ma... corde, avec de grandes idées à l'esprit, avant que toi et ton compagnon n'interveniez avec tant de... brusquerie et de... barbaries !
Le dragon gris gronda furieusement.
-Ce n'était pas mon "compagnon", répliqua-t-il de sa voix puissante. Et il est mort.
Le demi-elfe leva une main au ciel et l'agita d'un geste vif.
-Grand bien m'en fasse. Cela n'excuse aucunement ton comportement vulgaire.
-Crois-tu que je n'ai pas idée de ce qu'est une potence, petit elfe ? Tu devrais plutôt me remercier, car je t'ai à l'évidence sauvé de la sentence ultime, même si cela a été contre mon gré.
-Te remercier ?! Et si je n'avais pas voulu de ton aide ? Je n'avais peut-être aucune envie que tu me secoures ! Rajoutons à cela que le voyage dans les airs que tu m'as imposé a été un franc calvaire. De cela, le ciel m'en soit témoin.
Le dragon gris poussa un rugissement si tonitruant que Nirfäel, prêt à en dire davantage, se tut. Dans les yeux à l'iris pâle de la créature, on pouvait sentir une colère semblable à un brasier. Il s'attendit presque à mourir sur le champ. Mais ce n'est pas ainsi que les choses se passèrent.
-Je n'arrive pas à retirer ton maudit bout de bois, fit le dragon. Allez, dépêche-toi de me l'enlever. Et avant que tu ne me le demandes, non, je ne te mangerai pas. Tu seras surpris d'apprendre qu'on me l'aura fait promettre. Allez ne me pose pas de questions, hâte-toi !
Le demi-elfe ne posa pas de questions. Ses doigts tremblants prirent le morceau, et il tira. L'instant d'après, un autre rugissement résonna dans toute la forêt, faisant fuir les pies et les hirondelles dans les arbres. C'est alors que la bête parut enfin se calmer. Ses longues ailes se reposèrent et il fixa Nirfäel d'un regard étrange. Ses yeux, qui s'étaient étonnamment colorés d'un bleu captivant, sondèrent son âme. C'est à ce moment seulement que le demi-elfe remarqua qu'il avait toujours la corde autour du cou. Il l'enleva en hâte, surpris qu'elle ne l'ait pas déjà tué. Le dragon y jeta un coup d'œil et la renifla longuement.
-Comment tu t'appelles ? demanda-t-il. (Sa voix était plus apaisée.)
-Je suis Dinval de la Haute Extraordinaire-Compagnie.
-Mmh...
-Tu te moques ?
-Non. Je m'excuse, Dinval de la Haute Extraordinaire-Compagnie. Je m'excuse de t'avoir entraîné dans un vol long et périlleux pour toi sans ton accord. Je ne pensais pas à mal.
-Ah... eh bien, soit. En vérité, tu fais bien ! J'aurais pu mourir étouf...
-Je me suis déjà excusé, protesta sèchement le dragon. Pendant le peu de temps où j'ai partagé ta compagnie, j'ai dû m'accommoder de ton fardeau, et d'autres choses encore. Toutefois, j'ai gardé une habitude tenace : Je ne m'excuse qu'une seule fois.
Le demi-elfe acquiesça sagement sans répliquer cette fois. Il y eut un long silence durant lequel il ne sut s'il pouvait s'en aller ou si le dragon gris attendait encore quelque chose de lui. Finalement, la bête lui demanda.
-Que fais-tu dans la vie ?
-Je suis... Je suis barde.
-Hum... C'est une profession peu ordinaire. Cela fait longtemps que tu composes ?
-Eh bien, cela fait en tout cas longtemps que j'ai une plume dans les mains ! Quand j'eus dix-neuf ans et que mes talents d'acteurs n'étaient plus à prouver, on m'a laissé créer mes premiers romans en prose...
Tout en discutant, il profita de la situation pour essayer de gagner du temps. Bien entendu, il ne croyait pas une seule seconde à sa promesse de ne pas le dévorer. Il supposa même que cette fourbe créature souhaitait endormir sa vigilance avec sa langue bien pendue. A cette pensée, le demi-elfe se fendit d'un sourire qu'il voulut sincère, et s'arrêta dans son discours.
-Veux-tu entendre une de mes œuvres ? Je ne me suis jamais produit devant un dragon, et on dit de moi que j'ai... un grand talent pour chanter.
Ce dernier n'était visiblement pas d'humeur, mais il ne daigna pas répondre. Nirfäel s'installa confortablement sur l'une des hautes-branches des arbres. Cette fois, c'est lui qui fixa son interlocuteur. Dans les yeux. Puis il chanta, d'une voix grave et profonde. Ce ne fut d'abord qu'une douce mélodie, auquel nul n'aurait pu discerner d'étrangeté.
Soudain, l'air se mit peu à peu à vibrer dans la clairière. Au contact des mots, une toile, lumineuse et délicate, que seul son auteur pouvait voir, se tissa entre les arbres. On eut dit que le chant avait été façonné de manière à suivre le courant des vents, à prendre racine sur le vert feuillage, et à glisser sur l'eau des rivières. Le dragon gris écouta pendant plusieurs minutes. Il poussa un long bâillement, et continua encore à écouter. Le demi-elfe ne le quittait pas de ses yeux bleus azurés. La bête posa son long cou sur ses pattes, la tête branlante et le regard fuyant. L'arcade écailleuse au-dessus de ses paupières s'affaissa, ses yeux se fermèrent et sa respiration se fit plus lente. Quand il fut certain qu'il s'était endormi, Nirfäel quitta agilement la branche sur laquelle il s'était assis. Il s'approcha du dragon, et caressa brièvement sa longue crête. Oui c'était désormais une certitude, il dormait, et n'était pas près de se réveiller. Le demi-elfe s'en était assuré. Il marcha alors sur quelque chose ; Une écaille grise qui s'était détachée de l'armature du saurien. Il l'observa, la jaugea.
-Ca me paiera bien un nouveau luth, déclara-t-il à voix haute.
Puis il sortit de la clairière sans un bruit, un parchemin couvert de glaise toujours attaché à sa ceinture.


Caractère :

Comme vous avez pu le voir, Nirfäel peut être assez excentrique. Il peut provoquer l'amusement comme surprendre, mais n'est-ce pas là l'essence d'un bon poète ? En tous les cas, il est souvent assez joyeux et espiègle, mais il se fâche rapidement quand rien de ce qu'il n'avait prévu se produit, jusqu'à devenir carrément grincheux. Il peut également devenir particulièrement pessimiste et de mauvaise augure quand la situation dérape complètement. Il est aussi très curieux et s'intéresse toujours à tout, même si cela peut lui valoir de sérieux ennuis. Il n'a que faire des règlements et de la discipline, mais dans le même temps, il apprécie qu'on le traite avec respect et décence. Oh et un dernier détail... Il adore les femmes, mais aussi l'amour sous toutes ses formes.


Qualités : Il sait se battre, et se servir habilement de longs couteaux s'il lui faut se défendre. De plus, il possède le pouvoir d'ensorceler les autres par son chant. Surtout les êtres sensibles à la magie étrangement. Bien qu'il n'aime pas les imprévus, il s'adapte très facilement à toute sorte de situations.

Défauts : Malheureusement, aussi paradoxal que cela puisse paraître, il a une fascination débordante pour l'inconnu... au point de se mettre parfois en danger pour rien. De plus, il se plaint toujours de tout, et ce, de manière fleurie évidemment !

Particularités : Il semblerait que le pouvoir qu'il détient tienne plus de la réalité que de la précarité imaginaire...


Dernière édition par Nirfäel le Dim 3 Juil 2016 - 1:29, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danalhéa
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 617
Date d'inscription : 02/09/2011
Age : 17
Localisation : A dos d'ours, parce que ftw.

MessageSujet: Re: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   Mer 29 Juin 2016 - 16:52

Je t'applaudit. C'est une prez très très sympathique c:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit Solaire
Maître de Jeu
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2060
Date d'inscription : 17/12/2010

MessageSujet: Re: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   Mer 29 Juin 2016 - 20:28

Bon, je vais être gentille. Je vais te valider, petite double compte.
Même si je trouve (personnellement) que le caractère et le physique de ton perso est pas assez détaillé, mais bon... Je vais être une gentille fonda! Et pis c'est tout!
PAR CONTRE J'aimerais bien ton rang... si possible, et Barde n'en fais pas partie...

EDIT : Modifications faites, et validation!
Re-bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nirfäel
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 21
Localisation : En train de composer, que diable !

MessageSujet: Re: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   Mer 29 Juin 2016 - 23:30

Eh beh soupère ! Merci ^^

J'ai rajouté un vrai rang, et des détails pour la description physique et le caractère !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit Solaire
Maître de Jeu
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2060
Date d'inscription : 17/12/2010

MessageSujet: Re: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   Jeu 30 Juin 2016 - 1:02

Fort bien, fort bien ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
UruBuzol
Membre de l'armée aérienne
Membre de l'armée aérienne
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 04/06/2016

MessageSujet: Re: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   Jeu 30 Juin 2016 - 11:38

J'aime beaucoup ce personnage ^^ ! Il me fait bien rire. On va le surnommer Assurancetourix XD !
En tout cas je te félicite pour la présentation XP ! Tu as dû mettre du temps à l'écrire ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ThaEron
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 840
Date d'inscription : 09/08/2011
Age : 18
Localisation : Cerca e trova...

MessageSujet: Re: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   Jeu 30 Juin 2016 - 17:44

J'adore ton perso omg. Hate de lire tes RPs xD
Re-bienvenue cher patté croûte que je déteste du plus profond de mon être ♥

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nirfäel
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 21
Localisation : En train de composer, que diable !

MessageSujet: Re: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   Jeu 30 Juin 2016 - 18:41

Mici à vous deux ! ^^ (et je te déteste bien évidemment de tout mon être aussi Thae <3)

Uzubuzol -> Ah faut avouer qu'Assurancetourix a un talent certain pour provoquer des sensations avec ses chansons xD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Limace
Esclave
Esclave
avatar

Messages : 376
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 19
Localisation : Blup.

MessageSujet: Re: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   Ven 1 Juil 2016 - 19:57

Ptn Drak, il est trop stylé ton Elfe !
Et j'adore l'histoire et la manière dont t'écris, franchement.
Je peux te réserver un futur RP quand j'aurais mon Elfe à moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nirfäel
Voyageur
Voyageur
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 21
Localisation : En train de composer, que diable !

MessageSujet: Re: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   Ven 1 Juil 2016 - 22:50

OOOOOOOOOH OUI JE SUIS BÔ.

Et pour le RP, bah pas de soucis Nyl ! ^^
Comme je l'ai dis à Zath, pour le moment, j'ai beaucoup de RP, mais si ça ne te dérange pas d'attendre un peu entre les réponses, et bah go go !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nirfäel, Barde de l'Extraordinaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Récit d'un barde comme il y en avait tant :
» Un magasin extraordinaire !! [PV]
» Le rôliste, cet être extraordinaire
» Anaël, le barde errant des Havres
» Alessio - Barde et escroc [manque sorts]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu ::  :: Nouvelles créatures :: Présentations validées-
Sauter vers: