Partagez | 
 

 Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
Réfugié(e)
Messages : 70
Date d'inscription : 04/06/2016
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    Mer 29 Juin 2016 - 6:12

Je crois que nous sommes sur la bonne voie.

En effet se dit-il il n'y a aucun doute la dessus. UruBuzol hocha la tête à l'intention du dragon qui lui lançait un regard appuyé. Les yeux ambres totalement dilatés du cuivré lui faisait un peu penser aux petits félins que les humains appréciaient tant mais il ne se permit aucun commentaire. De un parce qu'il savait qu'il devait avoir exactement le même regard que son congénaire et de deux parce que ce genre de plaisanterie n'avait aucune place dans ce genre de situation.

Se reconcentrant sur leur mission, il tendit l'oreille pour entendre la voix qu'AuRiin avait capté plus tôt. Il s'agissait sans aucun doute d'un hominidé et sa hauteur laissait penser qu'il s'agissait d'un mâle adulte mais il lui était impossible de dire si il s'agissait d'un homme, d'un elfe ou d'un nain. L'écho l'empêchait de comprendre les paroles et il espérait au moins connaître la langue qu'il utilisait, car contrairement aux autres Anklenes avec qui il avait grandit il ne connaissait que relativement peu de langue hominidée: le parl et le nain était les seules qu'il maîtrisait.

Très prudemment et en prenant bien soin à relever les griffes et à ne pas laisser traîner sa queue au sol, il continua dans le tunnel pour s'approcher le plus possible de l'origine du son. L'écho faussait ses estimations de distance et l'humain était en réalité bien plus éloigné qu'il ne l'avait cru à la première écoute. S'armant de patience, il continua à la même allure en se concentrant sur la langue utilisée: heureusement, c'était du parl et bien que quelques mots lui échappèrent sa compréhension augmentait au fur et à mesure de leur progression. Apparemment ils se disputaient à propos du partage du butin. Ce qui n'est gère étonnant de la part d'hominidés. Celui dont la voix portait le plus loin, peut être le chef, voulait retarder la discution à plus tard mais plusieurs autres voix réclamaient que la part de chacun soit décidée dès maintenant.
Le bleu s'arrêta juste à temps pour ne pas compromettre l'effet de surprise: le sol plat s'arrêtait soudainement pour laisser place à une pente à environ 45° Sur laquelle était dispersées des pierres presque rondes. Le dragon s'accorda à penser que c'était malin. Il serait compliqué de passer sans révéler leur présence. Les voleurs avaient sûrement préparé les roches à l'avance puis les avaient placé là après leur passage. UruBuzol fut presque déçu que les hominidés se soient arrêtés pour une simple dispute, si ils avaient prévu d'autres plans sur la route ils auraient été suffisamment malins pour échapper au Lavadôme ce qui était rare pour des hominidés.

En ne bougeant que son cou, il déplaça sa tete pour faire face au cuivré. Les échanges de pensées etaient difficiles entre deux dragons sans lien de parenté, et encore d'avantage entre deux dragons qui ne se connaissaient pas mais il se concentra pour tenter d'envoyer de courtes images mentales à son camarades pour qu'il comprenne la situation. Il se concentra encore davantage jusqu'à en avoir la migraine pour lui faire parvenir une simple phrase:

Alors AuRiin qu'en penses tu ? Cherchons nous un autre passage ou donnons nous l'assaut ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    Mer 3 Aoû 2016 - 13:48


UruBuzol lui accorda un drôle de regard, que le cuivré ne su déchiffrer. Il semblait distinguer dans les prunelles de son accompagnateur une étincelle de malice. En temps normal, AuRiin aurait bien aimé savoir ce qu'il pensait, mais l'heure n'était pas aux plaisanteries. Le cuivré se détourna. Il fallait absoluement qu'il se concentre sur le mission, que celle-ci soit réglée au plus vite afin qu'ils puissent tous les deux rentrer au Lavadôme et reoindre l'armée aérienne pour attendre les ordres du Commandant. Le Royaume étant en période de troubles -AuRiin avait entendu parler des histoires concernant une soit-disant malédiction qui se propageait depuis le Nord. Les effectifs de l'armée aérienne et la garde draque étaient en manque, et le Tyr avait besoin de tout le soutient possible de ses dragons pour contrer une éventuelle attaque. Car, d'après les messagers, un danger encore inconnu approchait.

AuRiin suivit UruBuzol très lentement, se faisant le plus discret possible, et se focalisa sur les voix qu'il pouvant entendre de là ou ils étaient. Nul doute qu'elles étaient toutes masculines -il ne percevait pas le timbre aigu qu'avaient les hominidées. Il y en avait bien plusieurs et le jeune dragon reconnu quelques mots en parl.

Il semblait y avoir beaucoup de mouvement : les bandits devaient être en train de traîner du matériel à travers la caverne. Une odeur d'argent le fit saliver ; si même d'ici il pouvait la sentir, c'est qu'il devait y en avoir une grande quantité. De sacrés malins, ces bandits... Mais vraiment pas discrets. Les éclats de voix de ces derniers lui indiquaient qu'ils se disputaient pour le partage de la collecte. Pas besoin de comprendre le parl pour le deviner.

Ils marchèrent encore un peu avant de faire face à une pente assez raide jonchée de pierres que les bandits avaient délibérément placé ici pour tendre un piège à quiconque tenterait de descendre dans leur repaire temporaire.

Alors AuRiin qu'en penses tu ? Cherchons nous un autre passage ou donnons nous l'assaut ?

L'intéressé réfléchit à toute vitesse. Ils pouvaient la faire courte et facile mais dangereuse, en se jetant au pied de la pente pour attaquer le groupe d'homme. Ils devaient être quatre ou cinq tout au plus... Mais c'était très risqué. Ils pouvaient aussi renoncer à ce passage et trouver une autre galerie ou passer. Ou alors, mais c'était un peu plus compliqué car cela leur demanderait plus de temps et ils devraient se séparer : l'un pouvait attirer l'attention en faisant rouler les pierres tandis que l'autre, après avoir au préalable trouvé une autre entrée, attaquerait par surprise.

Je propose qu'on continue à deux et qu'on trouve une autre entrée pour accéder à cette caverne. Parce qu'attaquer maintenant... Ça neme paraît pas une bonne idée. Et nous séparer pour les prendre en tenaille... C'est risqué aussi et ça prendrait trop de te... Attends, j'ai une idée. Je me souviens d'une immense caverne qui donne sur des centaines, voire des millier d'autres galeries. On devrait en trouver une qui donne sur leur grotte. Suis-moi, je prends la tête.

AuRiin prit les devant et ce faisant, il se rendit compte qu'il n'avait pas demandé son avis au bleu. C'était vrai que le cuivré avait l'habitude de prendre les initiatives, surtout quand il était dans la garde draque. Tant pis... Il emprunta un boyau assez étroit, dans lequel ils avaient juste la place de passer les ailes bien plaquées contre le corps. Au bout d'un moment, ils débouchèrent sur la fameuse caverne. Elle était immense, aussi grande que dans ces souvenir. Cela lui faisait bizarre de revenir ici. La grotte en question semblait de pas avoir de fond. Il n'avait aucune idée de la profondeur de ces mines, car il n'était jamais allé tout en bas. Des chariots abandonnés gisaient sur des rails complètement rouillés et défoncés. Dans la plupart se trouvait du charbon ou autre matériaux peu précieux. Bien évidemment la plupart des chariots qui transportaient des pierres ou du minerai rare et précieux avaient été dépouillés de leur contenu.

AuRiin prit un chemin sur la gauche, celui qui se dirigeait le plus vers la caverne des bandits. Il faillit glisser dans le vide mais rétablit très vite son équilibre avant qu'il ait eu le temps de chuter. Les deux dragons progressèrent en silence jusqu'à-ce que les voix recommencent à se faire entendre. Un fracas spécifique retentit et AuRiin cru reconnaître le bruit métallique de deux épées s'entrechoquant, accompagné d'un cri de rage.

Eh bien... Je crois qu'on les a trouvé, et ils n'ont pas l'air très contents. Ils doivent se disputer pour le butin. Ça pourrait nous servir de diversion... Une idée?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 70
Date d'inscription : 04/06/2016
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    Mer 17 Aoû 2016 - 3:06

Je propose qu'on continue à deux et qu'on trouve une autre entrée pour accéder à cette caverne. Parce qu'attaquer maintenant... Ça ne me paraît pas une bonne idée. Et nous séparer pour les prendre en tenaille... C'est risqué aussi et ça prendrait trop de te... Attends, j'ai une idée. Je me souviens d'une immense caverne qui donne sur des centaines, voire des millier d'autres galeries. On devrait en trouver une qui donne sur leur grotte. Suis-moi, je prends la tête.

Décidément, le cuivré semblait bien plus alaise que le bleu pour le language mental. AuRiin venait de lui expliquer tout un plan sans montrer une quelconque difficulté alors que lui avait peiné pour une simple phrase, il faudrait vraiment qu'il s'entraîne à cet exercice un de ses jours, cela pourrait être utile lors d'une mission avenir.

Son congénère prit la tête du groupe sans attendre son avis mais il ne s'en offusqua pas, il n'était pas du genre à s'esclaffer pour un simple manque de politesse contrairement à de nombreux dragons et hominidés. Il eut une pensée nostalgique pour le vieux commandant de la garde draque qui l'avait de nombreuse fois encouragé à ne pas se laisser insulter sans rien répondre, sans succès. Il se promit d'aller saluer le vétéran en rentrant au Lavadôme.

Le cuivré le mena à une immense grotte dont les murs étaient creusés d'innombrables tunnels. On aurait dit qu'une magie quelconque avait rétrécit les deux reptiles et qu'ils s'étaient perdus dans les dédales d'une impressionnante termitière ou, à l'inverse, que c'était une termitière qui avait exagérément grossit, piégeant les combattants, mais il ne croyait pas en la magie. Malgré le passage du temps on pouvait encore observer sur certaines parties des murs les magnifiques fresques qui décoraient autrefois cette salle, et bien que la plus par devaient sans doute représenter la mise à mort de dragon on ne pouvait leur reprocher la beauté passée du lieu.
UruBuzol ne s'attarda pas d'avantage le savoir faire des nains car déjà AuRiin s'était engouffré dans une des cavités. Le dragon décharné lui emboîta le pas en ignorant les appétissants minerais que contenaient encore les chariots. Serte, le fer ne valait pas autant que l'or ou l'argent mais il était aussi efficace pour la formation des écailles.

Le bruit métallique de deux épées ainsi que d'autre cris de bagarre attirèrent l'attention des deux dragons. Pourquoi fallait-il toujours qu'un membre du groupe vienne perturber un plan bien formé ? C'était un trait commun entre toutes les espèces, même au sien de l'armée aérienne on comptait quelques faiseur de troubles et ce groupe de voleurs ne faisait pas exception.

Eh bien... Je crois qu'on les a trouvé, et ils n'ont pas l'air très contents. Ils doivent se disputer pour le butin. Ça pourrait nous servir de diversion... Une idée?

Le bleu réfléchit à la situation. Ils n'avait que trois options: attendre et remettre leur attaque à plus tard, les attaquer en se séparant pour les prendre en tenaille ou attaquer maintenant d'un même côté.
Il était inenvisageable de les laisser reprendre leur route et de laisser passer une si bonne opportunité: la caverne dans laquelle ils se trouvaient actuellement était sans doute spacieuse et haute ce qui était un avantage non-négligeable pour deux dragons alors que leurs ennemis n'aurait qu'à tendre une épée pour leur trancher la tête si ils devaient attaquer l'un derrière l'autre dans un tunnel étroit, sans compter la récupération du trésor qui serait extrêmement délicate ! Non, ils devaient attaquer maintenant.
Se posait alors la question de la stratégie. Aucune armée ne peut se battre simultanément sur deux fronts c'était une règle simple qu'il avait apprit au sein de la garde draque mais d'autres éléments entraient en compte dans cette attaque: ils n'étaient que deux et devraient se battre dans un espace relativement restreint. Si ils se retrouvaient face à face durant le combat ils ne pourrait pas utiliser leur foua sans risquer de toucher l'autre et ils finiraient par se gêner mutuellement comme deux chevaux se faisant face sur un pont étroit.
Il ne restait donc plus que la meilleure solution: attaquer maintenant et côte à côte.

UruBuzol fit part à son congénère de son opinion sans pour autant détailler sa réflexion, il n'y avait pas de temps à perdre si ils voulaient profiter de la distraction des hommes.

Mais limitons tout de même l'utilisation du foua. L'air deviendrait vite irrespirable autant pour les hominidés que pour nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    Dim 28 Aoû 2016 - 22:23

[coucou, désolée si ma réponse est bourrée de fautes d'orthographe ou de codage, j'ai du répondre vite avant la rentrée, je suis pas chez moi et Internet bug xD]

Eh bien... Je crois qu'on les a trouvé, et ils n'ont pas l'air très contents. Ils doivent se disputer pour le butin. Ça pourrait nous servir de diversion... Une idée ?

Honnêtement, il en était un peu à court. Même en réfléchissant à d'autres opportunités, et par revenir sur ses théories précédentes, il n'avait rien à ajouter. Il fallait faire un choix, mais il n'y avait que trois options, et elles présentaient toutes au moins un défaut. Le cuivré détestait ce trop peu de choix... Et en plus, il leur fallait attaquer au plus vite et terminer la mission pour retourner au Lavadôme. Au final, il se sentait mieux d'attaquer là, tout de suite, sur le champ, lui qui d'ordinaire préférait les plans élaborés demandant de la discrétion. Les bandits étaient en train de se battre. Ils ne s'attendraient pas à une attaque surprise et qui sait... Si les deux dragons prenaient le risque de se séparer pour les prendre en tenailles, les hommes auraient peut-être déjà eu le temps de mettre fin à leur baragouinage sans queue ni tête.
UruBuzol lui fit part de son ressenti et AuRiin ne pu qu’acquiescer en silence. C'était agréable d'avoir pour une fois un camarade de mission sérieux et qui pensait à peu près de la même façon que lui lorsqu'il s'agissait d'élaborer des stratagèmes. Le cuivré se souviendrait d'UruBuzol. Peut-être qu'il se ferait finalement un ami proche au sein de l'Armée Aérienne... Mais l'heure n'était pas à ce genre de pensée.

Mais limitons tout de même l'utilisation du foua. L'air deviendrait vite irrespirable autant pour les hominidés que pour nous.

AuRiin hocha une nouvelle fois la tête d'un air approbateur. S'ils devaient avoir recours au feu, ce serait en cas d'urgence, et d'urgence seulement. Il ne manquait plus que l'un d'eux finisse brûlé...
Il fit suivre à UruBuzol de lui suivre. Les deux dragons quittèrent la grande salle du gouffre. AuRiin jeta un dernier coup d’œil en arrière : à chaque fois qu'il lui fallait quitter ces lieux pourtant austères, il ne pouvait réprimer un sentiment de regret. Il y avait quelque chose de mystérieux, d'envoûtant, d'ensorcelant dans ces mines, comme si elles renfermaient un secret datant des temps anciens.

Ils finirent par arriver tout près de l'entrée par laquelle ils attaqueraient. Les bandits étaient toujours en train de se chamailler. Le cuivré distingua plusieurs voix différentes. À moins que l'un des hommes ne soit resté silencieux, ils étaient cinq. À partir de là, il n'y avait pas de plan. Ils devaient attaquer.

À mon signal.... Maintenant.

AuRiin bondit sur les bandits sans rugir, ce qui les prit encore plus au dépourvu. Celui sur lequel il se jeta n'avait pas eu le temps de régir et il lui croqua la nuque dans un craquement sinistre. Il sentit le sang chaud remplir sa gueule, et lâcha instantanément le corps sans vie du bonhomme qui tomba lourdement au sol. AuRiin n'aimait pas tuer, mais il fallait bien le faire.
Les quatre autres bandits avaient eu le temps de s'affairer vers leur tas d'affaires pour s'emparer, et AuRiin du se baisser et faire plusieurs pas sur sa gauche pour laisser passer UruBuzol. L'endroit était vraiment très exigu : ce combat n'allait pas être ennuyeux.

Le soldats décidèrent de se séparer en deux groupes de deux, un pour chaque dragon. Les deux qui avaient jeté leur dévolu sur lui possédaient une masse de fer hérissés de pics ainsi qu'un grand espadon, une lame bien trop lourde pour être maniée avec vélocité dans une caverne aussi petite. AuRiin décida qu'il s'occuperait d'abord de celui-là. À côté de lui, UruBuzol se battait contre un grand costaud en armure -sûrement le chef des bandits- qui manipulait la hache avec ne facilité déconcertante dans cet endroit si peu spacieux. L'autre s'était emparé d'un arc et tirait des flèches dans tous les sens, acculé dans un coin de la caverne.
À l'attaque!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 70
Date d'inscription : 04/06/2016
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    Sam 22 Oct 2016 - 7:38

AuRiin s’était élancé dans la caverne sans bruit ni rugissement, silencieux et vif comme un serpent et tout aussi mortel, du moins à en juger par le craquement qui avait suivit son entré en scène. Il y eut des hurlements en parl et des bruits de ferraille avant que le second dragon ne jaillisse à son tour du tunnel, ajoutant à la confusion.

Les voleurs se divisèrent, un épéiste épaulé par un autre homme armé d’une masse à pointe s’attaquèrent au cuivré tendit qu’un homme en armure courut dans sa direction, une imposante hache brandie au dessus de ça tête. Des hominidés courageux, ou désespérés. De l’autre côté de la caverne un quatrième pilleur armé d’un arc essayait tant bien que mal d’encocher une flèche, celui-ci semblait bien plus jeune que ses congénères et totalement paniqué c’est pourquoi le bleu choisi de porter toute son attention sur celui qui s'apprêtait à lui fendre le crâne. Avec un cri de guerre, le chef des bandits abattit sa hache, UruBuzol voulu l'éviter en reculant mais il se rendit compte qu’il était déjà acculé contre la paroi, il releva vivement sa tête loin du sol, évitant ainsi la lame, et déploya ses griffs qui raclèrent contre sa crête. Presque debout sur ses saa et surplombant le guerrier de toute sa hauteur il poussa un rugissement dévoilant ses dents tranchantes. C’était risqué car il exposait son ventre nu mais le recule que prit instinctivement son adversaire lui permit d’attaquer à son tour.

Où frapper ? Cette question traversa son esprit comme un éclair dans l’orage. La mâchoire d’un dragon n’était pas assez puissante pour tuer une créature plus grande qu’un hominidé et celui-ci était protégé par une armure. Mais les crocs ne sont pas les seules armes d'un dragon.

L’écailleux chargea l’homme en prenant bien soin de garder son abdomen près du sol et l’archer tira une flèche qui le manqua d’un bon mètre. D’un coup de patte il tenta de désarmer le guerrier qui évita l’attaque avec une agilité étonnante, cependant son casque l’empêcha de voir venir sa gueule qui se referma sur l’épaule du voleur à défaut d’autre chose. Il entendit plus qu’il ne sentit la clavicule et le bras casser sous la pression mais il reconnu parfaitement le goût de son propre sang lorsque qu’il perdit deux de ses dents contre le métal lisse de son plastron. Avec un cri de douleur l’humain abattit sa hache sur le dos d’UruBuzol, juste au-dessus de ses ailes, là où ses écailles étaient les plus épaisses, mais même s’il parvint à en briser plusieurs son arme était trop lourde pour être maniée convenablement avec une seul main. D’un geste puissant et rapide, le bleu glissa une de ses saa entre la pièce du poitrail et celle protégeant l’entrejambe en enfonçant profondément ses griffes dans la chair et, à l’aide de ses puissants muscles dorsaux, il sépara le bassin du reste du corps avec une effusion de sang.

Stimulé par l’odeur ferreuse qui inondait ses narines, il projeta la partie supérieure de sa proie éventrée contre un des murs de pierre, geste serte inutile mais qui lui permit d'apaisser son sang bouillonnant, et se retourna vers le jeune, arc à la main, qui hurlait d’effroi en fixant tour à tour le dragon et le cadavre de son compagnon. Tremblant comme une feuille à l’idée de sa mort imminente, il décrocha sa flèche qui alla se briser sur la cuirasse bleutée du reptile. Se rappelant que même un mauvais archer pouvait atteindre sa cible, l’ancien anklene fendit l’air de sa queue qui frappa le voleur en plein visage. Aveuglé par le sang et la douleur, le voleur laissa tomber son arme et se recroquevilla au fond de la salle, un liquide vermeil coulant entre ses doigts.

Par simple mesure de précaution, le dragon mâle brisa l’instrument de tire d’un coup de dent. Il choisi de ne pas tuer immédiatement l’adolescent, au cas où ils auraient besoin d’un survivant. Et AuRiin ? Pensa t-il en se retournant, il était persuadé qu'il s'en était bien sortit mais il devait quand même s'en assurer. Après tout son compagnon cuivré avait affaire à deux ennemis adultes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    Dim 30 Oct 2016 - 14:05

L'ivresse du combat s'empara d'AuRiin en quelques instants à peine : son champ de vision périphérique s'en retrouvait réduit et brouillé, alors qu'il se concentrait sur les deux bandits qui lui faisaient face. L'un était vêtu d'une armure de cuir mal raffiné, juste comme celui que le jeune dragon venait de tuer. En revanche, celui avec la masse de fer portait un genre de heaume pointu en son sommet ainsi qu'un plastron et des jambières qui semblaient être, au nez du cuivré, faits d'acier, si brillant qu'il pouvait voir son reflet dans les moindres détail. Le jeune combattant de l'armée aérienne comprit très vite que le deuxième n'allait pas être facile à achever.

AuRiin esquiva l'attaque du premier homme dont l'espadon s'abattit sur le sol de pierre dans un fracas assourdissant ; chaque son résonnait dans la caverne ainsi qu'a travers les tunnels, si bien que ses ouïes furent perturbées un certain moment - moment pendant lequel le grand baraqué en armure d'acier en profita pour agiter sa masse dans l'air stagnant. L'objet étant lourd et donc assez compliqué à manipuler, le gaillard rata son coup, mais AuRiin du reconnaître que cet homme s'en sortait bien, dans un espace si exigu.

Il donna un grand coup de queue au gros costaud, dans le but de s'occuper de l'autre ; mais il ne ut pas assez rapide, et un sentit la lame de la grande épée entailler la chair de son dos. AuRiin poussa un grognement sinistre et, même si la blessure n'était que superficielle, il ne tenait à s'en sortir avec le moins d'égratignures possible. Durant quelques minutes, il ne fit plus attention à UruBuzol et se concentra uniquement sur son propre combat. Les coups s'échangèrent, sans que personne ne touche personne.

Au bout d'un instant, le cuivré perdit patience et se jeta en avant à la manière d'un taureau enragé, une réaction qui, comme il l'avait anticipé, surprit ses deux adversaires. AuRiin se dépêcha de pousser le plus gros au sol et de lui marcher dessus. Tandis qu'il sentait les piques de la masse lui percer la peau fine de ses pattes, il entendit avec satisfaction les côtes du bandit d'acier se broyer sous son poids. Alors que l'humain sous lui poussait un râle d'agonie, le cuivré planta son regard flamboyant dans les yeux de dernier bandit. L'idée de l'épargner lui frôla l'esprit, mais le geste agressif de son opposant visiblement décidé à se battre jusqu'au bout le fit changer d'avis. Encore une fois, AuRiin esquiva l'attaque, et vu qu'il n'avait plus qu'un seul ennemi de son côté, il eut plus de facilités à s'occuper de lui. D'un coup de queue presque gracile, il le désarma de son espadon, et lui croqua le cou ainsi qu'une partie du torse. Le cuir mal entretenu ne pu faire obstacle à ses crocs et une fois que le corps cessa de s'agiter entre ses mâchoires fortement serrées, il le laissa retomber au sol.

Haletant, il concentra son attention sur UruBuzol qui venait à peine d'en finir avec le chef des bandits. Leurs regards se croisèrent.

Bien joué ! laissa-t-il échapper, à court de souffle.

En reprenant ses esprits, AuRiin remarqua une petite forme tapie dans un recoin sombre de la caverne. Le jeune homme à l'arc s'était recroquevillé sur lui-même et semblait attendre son sort avec épouvante. Le cuivré s'approcha de lui pour terminer le travail commencé, et tendit une patte griffue près de sa jugulaire. Adieu.

Le jeune homme, grelottant de peur, leva vers lui ses grands yeux céruléens. Il y eut un long moment de silence gênant. AuRiin se tourna vers UruBuzol.

Je ne peux pas le tuer...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 70
Date d'inscription : 04/06/2016
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    Sam 19 Nov 2016 - 6:30

Je ne peux pas le tuer...

Le dragon cuivré lui faisait face, les deux reptiles décrivant un étrange triangle avec l’hominidé. Cet aveu surprit UruBuzol, ne venait-il pas de massacrer trois des voleurs ? Il détourna les yeux pour passer des pupilles verticales d’AuRiin à la figure poisseuse de l’humain, le sang ruisselait d’une balafre sur son visage là où sa queue l’avait frappé et lui coulait dans les yeux ce qui ne l’empêchait pas de dévisager les combattants d’un regard suppliant. Les griffs du bleu se relevèrent un peu à cette vision. Bien sûr la situation était différente, les trois précédentes victimes menaçaient sa vie alors que cet individu ne représentait plus aucune menace, c’était toujours plus délicat de tuer de sang froid.

Quelles autres solutions y avaient-ils de toute façon ? Ils ne pouvaient pas le laisser s’enfuir, la seule autre alternative était de le ramener au Lavadôme où il devrait être remis au propriétaire du trésor. A ce moment là tout dépendrait de ce Wyrr belliqueux: soit il mourrait soit il devenait son esclave. Ce sort n’était pas des plus cruels, certains hominidés parvenaient à vivre heureux avec un maître qui les traitait bien mais ce dragon avait si mauvaise réputation... mieux valait encore la mort que la vie misérable qui l’attendait.

D’un mouvement rapide et précis la tête de l’homme se retrouva entre les mâchoires du dragon, et séparée de son corps. Tout en se vidant de son sang, le cadavre privé de tête fut agité de soubresauts avant de finalement s’immobiliser dans une flaque écarlate. Une fois le macabre spectacle terminé l’Anklène se détourna du mort et avala distraitement la tête. Il ne chercha pas à voir expression du cuivré, il avait fait ce qu’il avait à faire et il n’avait donc aucun regret. Maintenant où est le trésor ? Il n’y avait aucune trace ni de l’or ni du mulet du marchand tué, si ce n’est une légère odeur cachée parmi celle du sang et des dragons. Il s’avança vers le corps de l’homme qu’AuRiiin avait tué en entrant, il le retourna d’un coup de sii et l’inspecta rapidement: il n’avait pas d’or sur lui. Il fit de même avec les autres cadavres en prenant un peu plus de temps avec ceux qui portaient des armures mais mis à part une petite boucle accrochée à l’oreille de l'épéiste il ne trouva aucun métaux précieux.

- Il n’y a rien ici.

Il y avait trois issues à cette caverne: le tunnel par lequel étaient venus les voleurs, celui par lequel ils étaient venus et un dernier qui semblait s’enfoncer encore plus profondément sous la terre. D’un pas mesuré, UruBuzol s’approcha de l’ouverture et y sentit immédiatement une forte odeur de bêtes et de métaux. Il souffla par ses narines en signe d’agacement avant de se retourner vers son congénère.

- Je pense que notre arrivée a effrayé leurs bêtes, ils en avaient sûrement déjà au moins deux avant de voler celle du marchand. A mon avi elles se sont enfuies par ce tunnel en entrainant leurs sacs avec elles, il ne nous reste plus qu’à les rattraper.

Lui qui pensait que leur mission était terminée, désormais ils allaient devoir courir après des mulets dans des cavernes qui semblaient n’avoir aucune fin. Il espérait juste que les animaux ne soient pas partis trop loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    Mar 29 Nov 2016 - 12:14

Posté debout et immobile au milieu de la caverne, le cuivré attendit que son collègue se décide. Soit cet individu mourrait, auquel cas l’histoire serait terminée, soit ils lui laissaient la vie sauve, et dans ce cas, ils le ramèneraient au Lavadôme où il deviendrait très probablement un esclave… Au risque de finir dévoré par un dragon. De ces deux options, AuRiin ne savait pas laquelle était la meilleure : une vie de souffrance ou pas de vie du tout. Pourtant, quand il sentit le bleu s’approcher du jeune homme vulnérable, il ne pu s’empêcher d’éprouver un peu d’espoir. Un espoir qui s’effaça aussi vite qu’il était apparu lorsqu’il comprit les intentions d’UruBuzol. Ce-dernier ouvrit grand les mâchoires qu’il referma aussitôt sur la tête de l'hominidé, laquelle fut séparée du reste du corps agité de soubresauts en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire. Tandis que le sang se déversait abondamment de ce qui n’était à présent plus qu’un simple cadavre décapité, le bleu avala la tête. AuRiin, qui jusque-là n’avait pas esquissé le moindre mouvement, préféra tourner la tête ; naturellement, il ne se montrait pas aussi sensible d’habitude, mais il avait éprouvé de l’empathie à l’encontre de ce garçon, et contre toute attente. Ce n’était pas dans ses habitudes, et il se dit que ça devait arriver à tout le monde de temps en temps. S’il avait été seul, AuRiin l’aurait laissé filé. Peut-être était-ce mieux ainsi, car on était sûr que ce bandit ne serait plus jamais source d’ennui. Mais il aurait très bien pu disparaître dans la nature sans plus jamais donner signe de vie… Trêve de divagations, songea AuRiin, qui reporta enfin son attention sur la caverne. Il vit qu’UruBuzol était en train d’examiner les corps gisant au sol. Il semblait les fouiller et les retourner, à la recherche de quelque chose. La pensée du cuivré rejoignit finalement celle du bleu. Ces bandits s’étaient emparé d’un butin, et ce butin s’était enfui sur le dos de mules et mulets. Les paroles de son camarade de mission confirmèrent les craintes du cuivrés. Le jeune dragon inspecta la caverne : trois entrées. Celle depuis laquelle ils avaient lancé l’assaut, la première qu’ils avaient trouvée au tout début, et une dernière, plus sombre, qui s’engouffrait dans la roche plus profondément que les deux autres.


Il n’y a rien ici. Je pense que notre arrivée a effrayé leurs bêtes, ils en avaient sûrement déjà au moins deux avant de voler celle du marchand. À mon avis elles se sont enfuies par ce tunnel en entraînant leurs sacs avec elles, il ne nous reste plus qu’à les rattraper.


AuRiin hocha la tête, et il ne lui en fallut pas plus pour s’élancer dans le tunnel. Ce-dernier était plus large qu’il n’y paraissait ; c’était la noirceur des lieux qui donnait cette impression d’étroitesse, dans la réalité, ses ailes frôlaient les parois de pierre de chaque côté de temps à autre, mais rien de plus. L’odeur des mulets se faisait de plus en plus forte : le cuivré avait hâte d’en finir avec cette mission. Le combat l’avait fatigué, et il voulait retrouver l’air frais du vaste monde le plus vite possible.


Je les sens ! Ils approchaient du but. AuRiin progressait à travers le boyau sans ménagement. Tant mieux s’ils faisaient du bruit : les mulets l’entendraient, paniqueraient, et dès lors ils signaleraient leur présence de leurs cris.


Le tunnel finit par déboucher sur la grande caverne qu’il avait eu le loisir d’observer plusieurs minutes auparavant. Les mulets braillaient quelques mètres plus loin ; ils avaient peur des dragons et du vide, et ne pouvaient pas galoper dans un endroit aussi abrupt. C’était l’endroit idéal pour les prendre au piège.


On les attrape !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 70
Date d'inscription : 04/06/2016
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    Mer 4 Jan 2017 - 14:03

De toute évidence le cuivré aussi avait hâte de terminer cette mission car il s’engagea immédiatement dans le tunnel à la poursuite des bêtes. UruBuzol lui emboita le pas et le suivit dans le boyaux large mais oppressant. Habituellement l’anklène n’était pas aussi pressé d’en finir mais il était étonnant de constater qu’absolument tout dans leur environnement était fait pour éveiller ses instincts et le pousser à progresser: son sang brouillonnait encore du combat contre des hominidés, l’espace réduit dans lequel ils évoluaient ne faisait qu'amplifier la forte odeur de dragon qu’ils dégageaient et la douleur de ses dents brisées ainsi de le goût du sang dans sa gueule n’arrangeaient pas les choses. C’est pourquoi le bleu tenta de profiter au maximum de ce court moment de répit pour essayer de se calmer et de se reconcentrer sur leur tache. Lorsque les deux combattants déboulèrent dans la grande salle, il jugea s’être suffisamment contrôlé pour parvenir à prendre des décisions réfléchies.

Les équidés furent facile à débusquer, leurs grands braiments de panique suffirent amplement à guider les deux prédateurs et ils les retrouvèrent acculer contre le mur du fond, coincés entre la roche et les dragons.

-On les attrape ! Rugit AuRiin en s’élançant vers les bêtes.

Il était clair que ni l’un ni l’autre n’avaient réellement envie de se mettre d’accord sur un plan pour attraper de simples mulets. Si les hominidés armés pouvaient se montrer dangereux, les combattants de l’Armée aérienne n’avaient rien à craindre de simples coups de sabot.

Effrayé par la charge du cuivré, un des trois mulets tenta de s’enfuir par la gauche en longeant le mur et UruBuzol le prit en chasse. Si la bête avait tentée sa chance en s’enfuyant vers l’intérieur de la salle peut être aurait-il eut plus de mal à la rattraper, mais en collant ainsi à la paroi elle était ralentie par les pierres qui étaient peu à peu tombées du mur au fil des siècles et par sa charge trop lourde, même pour ces animaux solides. Quand leurs trajectoires se croisèrent l’écailleux faucha les pattes arrières du mulet d’un coup de sii et celui-ci roula au sol. Quand il se releva, les lanières qui gardaient les sacs d’or et de nourriture sur les flans de la bête se rompirent et le butin des voleurs tomba au sol avec un bruit métallique. Libéré de sa charge, l’animal s’enfuit en boitant loin des reptiles géants et UruBuzol le laissa disparaitre dans l’obscurité, trop occuper à estimer la quantité de métaux précieux que transportait la bête.

Saisissant entre ses mâchoires les bandes de cuir qui constituaient le harnais, le bleu souleva les quatre sacs qui y étaient attachés et dont un, d’après l’odeur, devait contenir de la viande séchée. Jugeant l’ensemble trop lourd pour être transporté efficacement par sa gueule, il balança la charge sur son dos, juste devant ses épaules pour ne gêner ni sa marche ni son vol. Une fois sûr que le système était bien équilibré il se mit en route pour rejoindre AuRiin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    Jeu 5 Jan 2017 - 21:56

AuRiin s'engouffra dans le boyau sombre à la suite d'UruBuzol. Au bout de quelques secondes durant lesquelles il savoura la fraîcheur du tunnel, sa vue s'habitua déjà à l'obscurité -bien qu'il ne fasse pas si sombre que cela. Les planches et rondins de bois immenses qui soutenaient le tunnel n'avaient pas bougé d'une griffe depuis sa dernière visite ici. AuRiin commençait même à bien se retrouver dans cette partie des ruines.

Le cuivré, aux aguets, se mit à humer l'air. Une lourde odeur d'humidité assez désagréable imprégnait l'atmosphère. On pouvait également flairer plusieurs métaux ; le cuivré en distinguait deux notamment, celle du fer et l'autre, un peu moins présente mais plus alléchante encore, de l'argent. Peut-être qu'on pourra avaler un minerai ou deux. Ça nous ferait du bien, vu qu'au Lavadôme c'est assez compliqué de s'en procurer. Il pouvait mettre des heures avant de trouver un bout de métal à se mettre sous la dent.

Plus ils progressaient, plus le chemin était étroit, ce qui était le cas dans bon nombre de ces galeries. AuRiin espéra qu'il n'y avait pas eut d'éboulement entre-temps, auquel cas il leur faudrait trouver un autre chemin pour trouver ces bandits et en finir avec eux... Ses craintes se confirmèrent quand UruBuzol lui indiqua que le passage était vraiment trop serré. Le cuivré le vit enfoncer le cou -et se crispa par la même occasion, car il s'agissait-là d'un mouvement imprudent.

Le bleu finit par s'introduire dans le passage très, très étroit. AuRiin cru qu'il allait y rester coincer mais il y parvint. À son tour, le cuivre plaqua ses ailes contre son corps et se faufila dans le passage étroit, en se demanda s'ils arriveraient tous les deux à le franchir dans l'autre sens, dans le cas où ils auraient à emprunter le même chemin mais en sens inverse. Grâce à ses écailles fines il n'eut pas trop de difficultés à passer de l'autre côté.

En effet, en suivant son camarade, le chemin s'élargit à nouveau. Il y avait beaucoup plus de place et l'air était de meilleure qualité ici, ce qui signifiait qu'ils approchaient d'un espace aéré, d'une grande caverne. Et soudain...

Attend !! murmura le cuivré à voix basse.

Il avait cru entendre un bruit. Au bout de quelques secondes de silence il allait se résigner lorsqu'une voix d'homme retentit à nouveau. Cette fois, il fit les gros yeux à l'attention d'UruBuzol.

Je crois que nous sommes sur la bonne voix...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le funeste destin des voleurs de trésor [pv AuRiin].
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Théorie] Fluvetin et Skelénox : Un funeste destin
» On ne contrôle pas le destin !
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Loominëi , la déesse du destin.
» Funeste [Mercenaire & Roublarde]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu (RPG) ::  :: Lois & Légendes :: Archives :: Montagnes Rouges-
Sauter vers: