Tout a basculé...
 

Partagez | 
 

 Zanzan et Zuzu au pays des albinos - [PV le seul, le grand, (l'unique) Azansol]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Zanzan et Zuzu au pays des albinos - [PV le seul, le grand, (l'unique) Azansol]   Lun 23 Mai 2016 - 19:38



Eh beh, il était si impatient que ça de me voir déguerpir au loin ? Vieux grincheux. Il avait beau me critiquer sur mon humeur pas très sympa, là tout de suite, il ne valait pas mieux que moi. Il ne pouvait pas patienter deux secondes, non ? Il fallait que ça lui arrive tout de suite dans le bec, qu’il puisse profiter tranquillement de ma non présence le plus vite possible. Franchement, je me demandais ce qui me retenait réellement ici.
-Oui oui, minute papillon.
Honnêtement, j’aurais vraiment préféré qu’il propose de regagner la terre ferme, même si ce n’était pas tout de suite – mais non, monsieur était trop pressé. Le fait de m’essayer au contrôle de mon ‘’don’’ en plein vol m’inquiétait un peu. Je n’étais pas du tout à l’aise, et quitte à risquer quelque chose, j’aurais aimé que ce soit plutôt les pattes sur terre. Au cas où.

Je soupirais intérieurement, et je fermais les yeux pendant une fraction de seconde. Juste le temps de débloquer mon petit bouclier chéri en même pas un battement d’aile – je n’étais pas sûre d’y arriver, mais finalement, ça avait été bien plus facile de l'enlever que de le mettre en place.
Si je galère pour le récupérer, ce sera de sa faute à lui là.
En me retrouvant comme ça à nue, si près d’Azansol, je ne pus retenir un grand frisson. Je n’avais pas froid, mais c’était comme si on venait de m’arracher une couche impénétrable de plumes derrière laquelle j’étais bien au chaud, et à l’abri. J’avais l’impression de m’ouvrir au monde comme si je l’avais gardé éloigné de moi pendant une éternité. Je redécouvrais les choses sous un tout nouvel angle. Et je ne savais pas trop quoi en penser.
Quand je n’avais pas mon bouclier, je me sentais tellement faible. Un poussin enchaîné qu’on livrait gentiment à une meute de loups affamés. Et les loups pour moi, c’étaient les autres. Tous les autres. Autant dire que ça faisait une sacrée meute.

-Attention. Ceci est un avertissement. Je vais toucher ta patte avec la mienne. Il y aura contact. Je te préviens. OK ?
En fait, je ne savais pas si c’était lui, ou bien moi que j’essayais de prévenir. Je tenais en horreur le simple fait de coller mes plumes contre quelqu’un, ne serait-ce qu’avec ma protection invisible en état de marche. Alors sans… Autant dire que je faisais un effort surgriffanique. Tous les petits réflexes et les habitudes que j’avais accumulées pendant des années, en m’enfermant dans ma propre bulle, étaient trop ancrés en moi pour que je m’en débarrasse sans lutter contre moi-même. Et je commençais à stresser comme une malade.
Allez, je suis une grande fille.
J’ajustais mes battements d’ailes pour me rapprocher un peu plus d’Azansol. J’approchais ma patte bleue de la sienne… Toute aussi bleue, ha. Je réprimais un énième frisson en entrant en contact avec le Griffon. C’était comme si un éclair me foudroyait d’un coup, mais silencieusement. Sournoisement. Mes yeux se fermèrent d’eux-mêmes. Mais qu’est-ce que je foutais bon sang… Je n’osais pas regarder si ça marchait ou pas. Pour plusieurs raison : un, j’étais trop perturbée par ce petit rapprochement physique, après tant d’année coupée des autres. Et deux, j’aurais l’air d’une énorme quiche si ça échouait. Et je ne préférais pas assister à mon enquichage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 39
Date d'inscription : 05/08/2015
MessageSujet: Re: Zanzan et Zuzu au pays des albinos - [PV le seul, le grand, (l'unique) Azansol]   Lun 23 Mai 2016 - 20:24

Minute papillon d'accord, mais en attendant, moi, j'ai pas toute la soirée. Je regardai à nouveau le soleil qui descendait petit à petit et se rapprochait de l'horizon. Je laissai Azurya... Euh... Je ne savais pas trop, en fait. Se préparer ? Se concentrer ? Il y avait un truc mental dans tout ça ? Elle allait faire quoi ? Qu'on ne me dise pas qu'elle va disparaître la couleur grâce à un petit tour de magie... Mais et si elle savait faire ce genre de... Chose ?  Et bien, elle n'avait pas intérêt à se louper. Je n'avais pas le moins du monde envie de me retrouver avec une patte en moins. Autant la garder en bleu. Allez, Azansol, tu exagères. Laisse-lui au moins sa chance. Peut-être qu'elle remontera dans ton estime, et peut-être aussi qu'elle vaut mieux que ce qu'elle n'y paraît. La bleue semblait toujours très concentrée. Elle avait presque l'air sage, ce qui ne manqua pas de m'étonner, de la part d'une griffarante qui s'était montrée égoïste, hautaine, méprisante et imprudente. Il y avait quelque chose d'étrange, à la contempler ainsi, en pleine... Mmm... Restons sur le mot concentration. De toute façon, de quoi est-ce qu'il pourrait s'agir d'autre.

Sans trop savoir pourquoi, je détournai le regard et me focalisait une fois de plus sur l'horizon. Ça y est, le ciel commençait à se teindre de rose et de orange. L'atmosphère semblait lentement s'embraser : de toutes les choses que j'avais eu le loisir et la chance d'observer, les couchers et lever de soleil au-dessus des nuages, des montagnes et des océans, étaient les plus beaux évènements. Enfin... Quoique... Les aurores n'étaient vraiment pas mal non plus... Disons que les deux étaient à égalité. La voix d'Azurya me tira de mes songes.

- Attention. Ceci est un avertissement. Je vais toucher ta patte avec la mienne. Il y aura contact. Je te préviens. OK ?

- Oui, oui... répondis-je à voix basse. Vu l'expression distraite... Ou concentrée, je ne savais pas trop, je n'étais pas sûr qu'elle m'ait entendu. J'avais l'impression qu'elle avait fait cette remarque plus pour elle que pour moi. Mais je la laissai faire.

Elle se rapprocha tout doucement de moi. Et elle mit en temps fou à établir ce contact physique... Et ben alors ? J'attends moi ? Touche moi la patte, qu'on en finisse une bonne fois pour toute ! Il fallait que je me retienne d'aller la toucher moi-même. Lorsque le contact se fit cependant, je sentis une petite décharge se propager, d'elle en moi. Je serrai le bec, fixant ma patte. Elle fermait les yeux. Je sentais ses plumes brosser contre les miennes. C'était assez bizarre, car elles étaient plus rêches que les miennes. Les plumes de Kirua étaient un peu rigides comme ça aussi. J'imagine que les griffarans devaient leur légèreté et leur aérodynamisme à leur plumage... Quoiqu'il en soit, la sensation était assez étrange, vu que, comme mes compères griffons, mes plumes étaient beaucoup plus douce.

En quelques secondes, il ne s'était absolument rien passé du tout. J'attendis quelques instants de plus, puis je commençai à désespérer, sans trop savoir si j'avais envie de rire, de pleurer, ou bien les deux à la fois.

- Hm...

Et puis je sentis une douleur perçante me transpercer la patte. Sans prévenir, je poussai un couinement de surprise et me recroquevillai sur moi même, tandis que je commençais à chuter. Oh, je ne tombais pas par accident. Tout était contrôlé. Avant d'atteindre les nuages, je rouvrirai les ailes. Mais là tout de suite il fallait que je me concentre sur la douleur, que je me mette en boule et crispe tous mes muscles. J'avais l'impression de m'être claqué un tendons ou brisé un os !

Comme prévu, je me rattrapai au dernier moment et remontait en direction du lit d'air chaud.

- Qu'est-ce que tu m'as fait ? J'ai eu super mal !

C'est alors que je me rendis compte que toute la douleur avait disparu. Comment ça, d'un coup. Décidément, c'était à n'y rien comprendre. Et ma patte... Ma patte ! Elle n'était plus bleue ! Elle était redevenue normale !!! Ma belle patte !

- Regarde !! Tu as réussi, tout est redevenu normal ! Merci !!

Sans réfléchir, je m'élançai vers elle dans un élan d'enthousiasme et effleurait son aile droite avec la mienne. Je la remerciai, façon griffon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Zanzan et Zuzu au pays des albinos - [PV le seul, le grand, (l'unique) Azansol]   Jeu 26 Mai 2016 - 22:56



Ok, ça, c’était pas prévu…
Le bec serré, je me concentrais sur la douleur qui irradiait ma patte, et qui se propageait à vitesse grand V dans tout mon corps. De légers spasmes me secouèrent tandis que je voyais le Griffon chuter du coin de l’œil. Bah. Il était grand. Il se débrouillerait tout seul.
Bizarrement, les éclairs qui me transperçaient disparurent presque aussi vite qu’ils étaient arrivés. Je m’ébrouais, l’esprit un peu engourdi,  pendant qu’Azansol remontait dans ma direction.
-Qu’est-ce que tu m’as fait ? J’ai eu super mal !
C’est simple, j’ai mis au point un stratagème très élaboré dans le but de t’ôter la vie de la plus vile des manières. Et je l'ai fait exprès.
Non en vrai, je ne savais pas ce qu’il venait de se passer. Ça n’avait jamais réagi comme ça. En même temps, je n’avais jamais essayé d’utiliser cette magie inconnue de cette manière. Peut-être qu’elle avait définitivement décidé de me les briser, et qu’elle préférait agir de son plain grès plutôt que de m'écouter. Pour une fois. C’était vraiment une monstruosité d’inutilité. Même quand je voulais volontairement m’en servir, elle me tirait outrageusement la langue avant de me tourner le dos !

-Regarde !! Tu as réussi, tout est redevenu normal ! Merci !!
Hein ? Je regardais les plumes anciennement colorées du Griffon. Brunes. Silencieuse, je remontais ma propre patte plus près de mes yeux, en penchant la tête d’un drôle d’angle pour pouvoir l’observer sous toutes les coutures. Je n’arrivais pas à dire si elle avait pris la même couleur que celle d’Azansol arborait jusqu’à maintenant, mais je cru déceler une légère teinte plus foncée de bleu qui courait de mes serres à la moitié de mon membre. Je reportais mon regard sur le Brun, suspicieuse, quand je le vis s’approcher drôlement près de moi. Un peu trop à mon goût. Son elle vient effleurer la mienne, et j’eu comme l’impression qu’il me brûla la peau à travers mes plumes. Je m’éloignais dans un mouvement brusque, manquant de peu de me froisser un muscle. J’avais les nerfs à vif ; bien plus qu’ils ne l’avaient jamais été. Sans prévenir, mon estomac se tordit violement, et une bile acide remonta le long de mon œsophage. Je vomissais de manière lamentable pendant qu’un frisson brûlant courait le long de ma colonne vertébrale.
Ha ! Même quand j’arrive à faire quelque chose de mon plein grès avec ce truc, je m’en prends plein la tronche.
J’ouvris et fermis le bec à plusieurs reprises, tentant de dissiper la sensation pâteuse qui avait gagné ma langue. Je me sentais ridiculement faible et toute mollassonne, et je brûlais de l’intérieur.
-Paaas. Touché…
Je n’arrivais même pas à parler correctement. Et même si je voulais rager contre moi-même, contre cette chose de malheur, et contre le monde entier aussi, je ne pouvais pas. Une de mes ailes eut un soubresaut étrange, et je failli basculer dans le vide. J’avais besoin de me poser. Par terre… Mais est-ce que j’y arriverais au moins ?
Dans un ultime effort d’agacement, je tentais de remettre en place les barrières qui me protégeaient du monde extérieur. Les mécanismes me répondirent en riant. Génial. Tout simplement GE-NIAL. Mais pourquoi j’avais essayé de faire ça bon sang ? Je pouffais intérieurement. Je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même. Même le brun n’y était pour rien. J’avais agi toute seule sur ce coup.
Stupide stupide stupide stupide stupide stupide stupide.
Tiens. J’aurais peut-être mieux fait de m’appeler comme ça. Hh.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 39
Date d'inscription : 05/08/2015
MessageSujet: Re: Zanzan et Zuzu au pays des albinos - [PV le seul, le grand, (l'unique) Azansol]   Ven 27 Mai 2016 - 13:23


Alors ça, c'était pas prévu. Il y avait vraiment quelque chose qui n'allait pas chez elle. Un simple contact de l'aile avait suffit à la faire gerber en plein vol. J'avai rapidement détourné les yeux ; qu'il s'agisse d'un peu de bile ou d'une pelote, il valait mieux que je regarde ailleurs, ou sinon, beh, moi aussi, j'allais tout recracher. J'admirai silencieusement ma patte. Oui, encore une fois, pour être sûr que l'espoir ne m'avait pas fait halluciné ; mais nous, le bleu était bien parti, les petites plumes étaient redevenues marrons et mes serres noires. Tout était normal. J'éprouvais un immense sentiment de soulagement ; j'avais également l'impression de me sentir purifié. Je ne savais pas comment elle avait fait, et je ne savais pas non plus si je voulais vraiment le savoir... Et c'était une très, très mauvaise idée de lui poser la question : je mine de rien, je commençai un petit peu à la connaître. Et je crois que le mieux, c'était de ne rien lui dire, de la laisser tranquille, comme ça j'étais tranquille et tout allait bien.

Par contre là, elle commençait à faire des trucs bizarres avec son becs. Et en fin de compte elle réussit à articuler quelque chose.

- Paaas. Toucher.

Oui, oui, pas toucher, t'inquiète, j'ai bien compris... Bon, et maintenant, qu'est-ce que j'allais faire ? Une seule pensée traversa mon esprit. L'Océan. Rejoindre l'Océan, et le traverser pour revenir sur mes terres natales et errer là-bas. C'était que je faisais de ma vie : voyager, et vagabonder, sans but. Un petit sauvageon, comme m'appelait Ma'am la Générale. Ah, et si j'allais rendre visite à mon Clan ? Les griffons chaleureux, qui m'accueilleraient à ailes ouvertes et à cœur joie ? Pas comme toi, résonna ma voix dans mon crâne tandis que je lançais un regard en coin à Azurya. Pauvre chose... Je ne comptais pas faire le trajet avec elle, c'était tout bonnement hors-de-question de me taper de la mauvaise humeur toute la journée. Elle elle devait penser pareil. Bien.

- Azurya, je te suis reconnaissant de m'avoir aidé. Mais maintenant que tout est réglé compte bien continuer mon voyage, et j'imagine que toi aussi, alors je suppose qu'il est temps qu'on se sépare. Ça sera mieux pour nous deux... Et encore une fois, je te conseille de ne pas te rendre dans la Forêt de Glace. Je sais que nous griffons sommes des êtres très supersticieux, mais fais-moi confiance quand je te dis qu'il ne faut pas que tu y poses une seule patte : le Lavadôme a eut quelques ennuis là-bas, très récemment.

J'effectuai un battement d'aile plus puissant pour la devancer, mais je me retournai encore une fois :

- Ah, et...

Par les Grands Esprits, je lui dis ou pas ? Orf, au pire, y'a peu de chances... Ou de risques que ça arrive.

- Si jamais, par hasard tu te retrouves de l'autre côté de l'Océan Intérieur, entre le Lac Vert et anciennes colonies Hypates, et que tu as besoin d'aide... Tu peux demander aux Serres Ardentes de t'accueillir au moment. Dis-leur que c'est Azansol qui te l'as dit. Et il faudra que tu leurs donnes ça...

Je détachai une de mes rémiges secondaires et la présentai à Azurya.

- C'est un passe-partout. Très pratique, tu verras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Zanzan et Zuzu au pays des albinos - [PV le seul, le grand, (l'unique) Azansol]   Mar 7 Juin 2016 - 23:34


Je regardais la plume qu’Azansol me tendait avec l’air le plus dubitatif que mon visage était capable d’afficher, entre les grimaces de douleurs qui me fusillaient de temps à autre, et les moments de vide complet qui me séparaient de mon propre corps.
Une plume ? Comme passe-partout ? ok alors à ce moment j’ai imaginé  Passe-Partout en tant que plume qui courait dans le fort poursuivit par le Père Fouras C’est original, tiens.
Original, tu parles. Qu’est-ce qu’il voulait que je fasse avec ça ? Et comment diable pensait-il que j’allais la transporter partout avec moi ? Je ne voulais pas m'encombrer les pattes avec ; je finirais par ne plus m'en souvenir, et elle tomberait. Je n’allais quand même pas me la coller sur la peau avec de la résine ! Bouh, non, pitié, je détestais ce machin collant. C’était une atrocité de la nature destinée uniquement à l’agacement de ceux qui avaient le malheur de croiser son chemin – comme moi, hehe.
Cependant, je me voyais mal refuser le « cadeau » d’Azansol. En plus, même si ce n’était pas tout rose entre nous, j’avais l’impression qu’il faisait des efforts pour se montrer gentil et courtois. Un bon griffon mature qui allait au-delà des choses et qui savait passer outre. Je ne pouvais pas non plus accepter ce qui sonnait comme un « au revoir, on se sépare et c’est tant mieux, mais tiens, au cas où un jour t’aurais besoin que je t’aide à mon tour » et le jeter quelque part comme un vulgaire reste de rongeur. Non. J’étais une peau de vache, mais quand même pas à ce point. Et en plus, je n’étais pas vraiment en état de faire la méchante. Pi', Azansol ne le méritait pas vraiment. On avait assez dégusté tous les deux.
Je saisissais donc la plume sombre dans mon bec, en tentant de masquer le malaise qui parcourait toujours mon corps, mais qui semblait s’évanouir peu à peu. Ne sachant pas quoi en faire tout de suite, je décidais de la garder coincée entre les deux parties de mon appendice tranchant.

Et voilà. On en était là. Je n’avais pas l’habitude de participer aux au revoir ; j’étais plutôt du genre à disparaître quand les gens avaient le dos tourné – oui, comme une lâche. Mais là, je ne pouvais pas y échapper. Le Griffon m’avait déjà remonté les bretelles, et dans l’immédiat, j’aurais bien aimé faire un tant soit peu bonne figure. Je sais, j’avais dit que je me foutais de ce qu’il pensait, mais en réalité, pas complètement.
-Merchi, eu chuppoge.
Hehe, j’avais l’air ridicule à parler le bec serré. Mais bizarrement, ça me donnait plus envie de sourie qu’autre chose. Et je ne voulais pas l’enlever. Pour être honnête, sur le coup, j’avais complètement oublié que j’avais des pattes moi aussi, vraiment.Mais ça me donnait surtout une espèce de "diversion", si on pouvait appeler ça comme ça. Ça me donnait une sorte de contenance; oui voilà, c’était ça. Une contenance stupide, mais une contenance quand même. Une contenance Azurya.
-‘Aimerais dire que che fut un plaigire, mais on chait tous les deux que che cherait pas tout à fait vrai.
Discrètement, je vérifiais que mes ailes répondaient bien, histoire de partir dignement.
-Ch’était quand même, digons… Particulier.
Ouais, je ne sais pas si c’était le mot, mais disons que je pensais me souvenir encore un bon bout de temps de cette rencontre.
-A la progaine – peut-être – Griffon. Et fais gaffe la prochaine fois que tu croige quelqu’un en vol. Ne lui tombe pas dechus. Cha pourait finir en orage chinglant, en fuite chous grotte, et en patte enchorchelée.
Sur cette dernière petite phrase que j’affectionnais particulièrement, j’orientais mes ailes de façon à tourner le dos au Brun. Par réflexe, je pris rapidement de l’altitude, et constatais que je reprenais de plus en plus possession de mon corps. J’éprouvais quand même le besoin de me reposer, après tout ce qui venait de se passer. J’eu une brève vision de ma version imaginaire des terres gelées, mais mon cerveau décida que ce n’était pas une bonne idée. Et encore une fois, je te conseille de ne pas te rendre dans la Forêt de Glace. D’accord. Ok Griffon. Pour une fois, je vais peut-être t’écouter.
Sans un regard en arrière, je me dirigeais plein sud-est, en me demandant si je reverrais un jour le propriétaire de la petite plume que je tenais toujours dans mon bec. Et si ce serait une bonne chose, ou une mauvaise.




Foilààààààààààà ! Fin de RP pour moi - omg ça fait tellement longtemps que j'ai pas écrit cette phrase.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Réfugié(e)
Messages : 39
Date d'inscription : 05/08/2015
MessageSujet: Re: Zanzan et Zuzu au pays des albinos - [PV le seul, le grand, (l'unique) Azansol]   Lun 13 Juin 2016 - 20:16

C'est le cœur joyeux et léger que je la regardai prendre le vent un peu plus haut et dériver de plus en plus loin, jusqu'à ce qu'elle ne devienne qu'un petit point sombre dans le ciel. Je m'esclaffai en me demandant pourquoi elle n'avait pas tout de suite pris la plume dans ses pattes, ou même pourquoi elle ne l'avait pas coincée parmi les plumes de sa nuque. Puis je réalisai qu'étant griffarante, elle ne devait pas avoir la même épaisseur de plumes, voire pas de plumes du tout mais des écailles, à la base de son cœur. J'espère qu'elle ne va pas la perdre. C'est un cadeau précieux...

À contrario d'Azurya, je m'employai à perdre de l'altitude, ne m'arrêtant dans ma descente seulement lorsque je sentis que le courant d'air qui me poussait faiblissait un peu. Je n'étais pas très loin de la surface des nuages teintés d'orange et de rose. Des volutes de vapeur s'élevaient de temps à autre. Alors que je rétablissais mon équilibre idéal, une petite sensation de froid s'insinua le long de mon aile gauche. Je remarquai qu'il me manquait déjà deux rémiges -dont j'étais quasiment sûr qu'elles étaient encore là quand j'avais décollé pour la dernière fois. Je poussai un long soupir, non pas d'agacement, ni de tristesse... Juste un soupir. Je muai. J'étais parti pour semer mes plumes et mon duvet partout dans le ciel... Tant pis. J'allais ressembler à un poulet déplumé pendant un temps, mais au moins, dans une lune ou deux, j'aurai un plumage clair, propre et lisse qui ravirait Ma'am la Générale. Non pas qu'elle a le bégun pour moi, loin de là, aha, je vois mal Ma'am la Générale éprouver ce genre de sentiment à l'égard de quelqu'un d'autre qu'elle-même. Mais elle s'était entichée de moi quand j'étais petit, et j'étais en quelque sorte devenu son fiston. C'est marrant, quand j'y repense.

Je laissai mon esprit divaguer sur ce genre de pensées pendant un certain temps. Assez de temps pour que mes muscles se détendent, pour que je retrouve un sentiment de plénitude totale. Mes yeux se fermèrent, mes ailes continuant à jouer leur rôle, tandis que je me laissai happer par le sommeil.
Au loin, le dernier rayon de soleil disparut, tandis que les étoiles illuminaient peu à peu le ciel.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Zanzan et Zuzu au pays des albinos - [PV le seul, le grand, (l'unique) Azansol]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Zanzan et Zuzu au pays des albinos - [PV le seul, le grand, (l'unique) Azansol]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Wikileaks: Les pays Arabes peu tendre envers l'Iran
» Les EUA ne pourra plus soutenir les pays dependants....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Age de Feu (RPG) ::  :: Lois & Légendes :: Archives :: Montagnes Rouges-
Sauter vers: